MACROECONOMIE - PowerPoint PPT Presentation

slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
MACROECONOMIE PowerPoint Presentation
Download Presentation
MACROECONOMIE

play fullscreen
1 / 81
MACROECONOMIE
116 Views
Download Presentation
yank
Download Presentation

MACROECONOMIE

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. MACROECONOMIE Eric RIGAMONTI ESIEA - 2006

  2. Introduction (1) • L'étymologie du mot : • - oïkos : maison, milieu, environnement • - nomos : loi, ordre organisation • Premier ouvrage d'économie : • Economique de Xénophon (V-IV siècle) : • comment un chef de famille doit gérer son domaine agricole • L'économie : • - une science sociale : science des comportements humains • - des comportements guidés par un objectif : la satisfaction des besoins • - un moyen : l'usage de ressources rares

  3. Introduction (2) • La science économique et le contexte social : • - économie normative (l'homo oeconomicus) • - économie positive • Le niveau d'analyse : • - microéconomie • - macroéconomie • les actes économiques : - la production - la répartition - la distribution - la consommation

  4. Capitalisme et croissance

  5. Production = Y = Revenu = = achat de consommation : C + épargne : S + impôts : T - transferts : F + demande à l'étranger : M demande de consommation : C + demande d'investissement : I + demande publique : G + demande étrangère : X = Y = = = C + I + G + X = Y = C + S + T – F + M Le circuit économique Le circuit économique : schéma de l'activité économique :

  6. Le Produit Intérieur Brut • Approche par la production : • PIB = VA + TVA grevant les produits + DDD sur les importations • Approche par la demande : • PIB = consommation courante + FBCF + Variation de stocks + • Exportations - Importations difficulté de mesurer le PIB et de faire des comparaisons internationales

  7. Le capitalisme schumpéterien Le capitalisme repose : - sur le progrès technique - sur le calcul économique (rationalité et monnaie) et il nécessite une économie de libre-échange et un régime politique démocratique processus de destruction créatrice généré par les entrepreneurs Taux de croissance supérieur à celui de tout autre système économique

  8. La satisfaction du consommateur Qté de X U2 U1 0 Qté Y

  9. Le diagramme d'Edgeworth YB Conso B XA XB Conso A YA

  10. Le libre échange Le libre échange permet : - d'accroître la satisfaction des consommateurs - d'accroître l'efficience économique allocation optimale des biens et services Optimum économique impossibilité d'augmenter l'utilité d'un individu sans dégrader celle d'au moins un autre individu

  11. Les hypothèses du libre-échange • L'atomicité des agents : absence de pouvoir de marché • La rationalité des agents : programme de maximisation de la fonction de profit ou d'utilité • L'homogénéité du produit : le prix distingue les produits à caractéristiques identiques • La transparence du marché : prix et quantités connus de tous, information parfaite • La libre entrée sur le marché : absence de barrière juridique (brevet, numerus-clausus), technique (savoir-faire) ou économique (capitaux) • La mobilité des facteurs : apports des facteurs en fonction des prix offerts

  12. L'entrepreneur schumpéterien • L'entrepreneur schumpéterien met en œuvre une innovation : - mise en œuvre industrielle d'un nouveau bien - mise en œuvre d'une nouvelle combinaison productive - d'un nouveau marché… • L'innovation n'est ni une découverte, ni une invention. • L'entrepreneur n'est pas : - un employeur à priori (Ricardo et Marx) - un gestionnaire d'entreprise (Say) - celui qui assure le risque (Cotillon)

  13. Les cycles économiques • Cycle saisonnier : saisonnalité annuelle des ventes (ex : jouet) • Cycle sectoriel : lié à des spécificités techniques (ex : cycle du porc) • Cycle court de Kitchin : - lié à la gestion des stocks - environ 40 mois • Cycle majeur de Juglar (ou cycle des affaires) : - expansion, dépression, reprise - environ 6 – 11 ans • Cycles long de Kondratiev : - ruptures technologiques majeures - environ 50 ans

  14. Les cycles économiques

  15. La croissance endogène de Solow • La croissance dépend : • - de la croissance du stock de capital • - de la croissance du stock de travail • - du progrès technique • Mais il faut analyser la production per capita or dans ce cas : • - la croissance démographique à un impact négatif • - la croissance du stock de capital à un impact positif mais décroissant • - seul le progrès technologique peut accroître la productivité totale des facteurs

  16. La productivité des facteurs : le cas français Avec [a] = [c] + [e] + [f] et [b] = [d] + [f] Source : Y. Kocoglu (2001)

  17. PIB et Bien-Etre • Question : PIB = Bien-Etre ? • 1 – limite du calcul : l'Erika accroît le PIB ! • 2 – limite interne au modèle : • bien-être = consommation nationale • De nouveaux indicateurs : • - IDH • - IPH-1 ; IPH-2

  18. La consommation des ménages

  19. Les biens (1) Biens durables Biens Biens non durables B&S de consommation Services marchands Services Services non marchands Produits Biens intermédiaires B&S intermédiaires Services intermédiaires B&S de production Biens d'équipement B&S d'investissement Investissement immatériel

  20. Les biens (2) Un bien privé pur : rivalité (usage), exclusion (par les prix), libre disposition, appropriabilité, concernement individuel Un bien collectif pur : non-rivalité, non exclusion, obligation d'usage, inappropriabilité, concernement collectif Bien hors-marché (passager clandestin et opportunisme) Un bien collectif impur : - biens de club : non-rivalité - biens en commun : non-exclusion Bien tutélaire ou méritoire : concernement étatique

  21. Les externalités Coût social = coût privé + coût extérieur à l'avantage (externalité) Externalités : effets, positifs ou négatifs résultant de l'interdépendance des agents non sanctionnés par les mécanismes du marché et le système de prix : - les externalités de consommation ex : éclairage public, réseau de transports collectifs - les externalités de production ex : émission de pollutions

  22. La consommation : élasticité et lois d'Engel Δ C C Δ p p ε = Δ C C Δ R R ε = • L'élasticité : variation de la demande d'un bien en fonction d'une variable : • élasticité prix : - élasticité revenu : • A partir de l'élasticité revenu et des lois d'Engel, on appelle : • biens supérieurs (ε > 1)* • biens neutres (ε = 1) • biens inférieurs (ε < 1) • (* les biens dits Veblen : utilité symbolique et non instrumentale)

  23. Elasticité : l'exemple des cigarettes

  24. La fonction de consommation • C = c . R • où c est la propension à consommer. • Caractéristiques de c : • δc / δR < 0 • comparaison avec les autres consommateurs • Ct = fn (Ct-1) et C évolue moins et moins vite que R • Ct = fn (Rfuturs) • les dépenses publicitaires et les prix relatifs modifient surtout la structure de la consommation

  25. Les choix de consommation • La maximisation de l'utilité ou de la satisfaction : évolution provoquée par la variation des prix relatifs • Augmentation du prix du temps : économiser le temps = fn (revenu) • Information incomplète, incapacité à la traiter et influence de la société sur les goûts et valeurs : rationalité limitée • Influence du triptyque : publicité / marketing / orientation de l'offre • La socialisation de l'individu : famille, classe sociale, groupe ethnique • La consommation symbolique : uniformisation versus différenciation

  26. ACCOMPLISSEMENT ESTIME DE SOI SOCIALISATION SÉCURITÉ BESOINS PHYSIOLOGIQUES La Pyramide de Maslow

  27. Les sociostyles (1) MATERIALISME EXPLORATION PRESERVATION ETHIQUE

  28. Les sociostyles (2)

  29. Types de consommation à travers le temps et selon les CSP Source : Cahiers Français n° 315 (2003)

  30. Les entreprises

  31. Les entreprises • Diversité des entreprises : • entreprises non financières / financières (banques et assurances) • sociétés privées (SA, SARL, société civile, GIE) / sociétés publiques (EPIC, SEM, Régie) • taille / secteurs / effectifs (cf. tableaux) Diversité des objectifs : - rentabilité de l'investissement des apporteurs de capitaux - fourniture d'un service public à un prix et avec une qualité raisonnable

  32. Répartition des entreprises

  33. La productivité Productivité physique = quantité produite (ou VA) / quantité de travail ou de capital Productivité en valeur = valeur ajoutée / quantité de travail ou de capital Productivité marginale = valeur ajoutée générée par la dernière unité de travail ou de capital utilisée Productivité globale des facteurs = valeur ajoutée / coût des facteurs de production

  34. La fonction de production La fonction de production de Cobb-Douglass : Q = A [Lα . K(1- α)] TMST = rapport des productivités marginales Qté de K PL TMST OPTIMUM : TMST = PK Q2 Q2 Q1 CT 0 Qté L

  35. L’investissement Investissement net = Investissement brut (FBCF) – Amortissement Objectifs de l’investissement : - investissement de remplacement (Q constant) - investissement de capacité (Q croissant) - investissement de productivité (substitution des facteurs)

  36. Investissement et Demande Demande globale = demande des ménages et des administrations + demande extérieure + demande des entreprises l'investissement : cause et conséquence de la demande

  37. Investissement et Profits Le financement de l'investissement : - financements extérieurs : augmentation de capital et emprunts - autofinancement

  38. La structure de l'offre • Concurrence pure et parfaite = atomicité de l'offre • Monopole = pouvoir de marché • Oligopole ? • La mesure de la concentration doit tenir compte des PDM : • Indice d'Herfindal : H =  si2 n i=1

  39. Les fusions & acquisitions Destruction créatrice = fusion & acquisitions : - secteurs mûrs : concentration - secteurs nouveaux : développement de nouvelles activités Mais des synergies pas toujours évidentes : 1 F&A sur 2 = un échec

  40. Les politiques de discrimination par les prix • La vente par assortiment : discrimine les consommateurs pour lesquels une unité d'un produit à une forte valeur • ex : restaurant : menu versus carte ; eau en bouteille : 25 cl ou 150 cl • Les ventes liées : baisse du prix du produit d'ancrage et élévation du prix du produit complémentaire • ex : imprimantes HP et cartouches d'imprimantes ; constructeurs automobiles : voiture et pièces détachées certifiées • Segmentation en sous-marché : segmentation en fonction de l'élasticité prix des différentes clientèles • ex : Les Echos ou Libération : gratuit pour les étudiants des grandes écoles et onéreux pour les autres ; constructeurs automobiles : prix national plus élevé que prix à l'étranger

  41. Diffusion de l'information Coût de l'information pour le consommateur : prospection, identification des variables pertinentes, évaluation Alternative des offreurs : - la publicité - les labels commun de qualité - la marque - la distribution sélective accroissement de la concurrence ex : la publicité accroît la volatilité des parts de marché

  42. Diffusion de l'information et réduction de la concurrence Hypothèses sous-jacentes : - possibilité de mesurer objectivement la qualité - découverte rapide de la qualité - pertinence des données comparées (publicité comparative) - achats répétés à intervalle de temps faible - faible valeur unitaire - faible coût de changement de fournisseur sinon : réduction de l'intensité concurrentielle : - création de barrières à l'entrée ou à la mobilité - stratégie "umbrella branding" - rivalité inter-marques plutôt qu'intra-marque - imposition d'un niveau de qualité supérieur à celui demandé par les acheteurs infra-marginaux

  43. La politique de concurrence • Les principales sources du droit : • - articles 85 et 86 du Traité de Rome • - ordonnance de décembre 1986 • Les principales dispositions : • - interdire l'exploitation abusive d'une position dominante • (transaction inéquitable, limitation de la production, inégalité de traitement des partenaires commerciaux, inclure des clauses contractuelles sans relation avec l'objet du contrat) • - soumettre la concentration à un progrès social ou technique • Le contrôle : • - ex-post • - ex-ante à travers le contrôle des fusions & acquisitions • Un nouvel acteur dans la surveillance de la concurrence : les associations de consommateur

  44. L'emploi

  45. Emploi - définitions • Population active : ensemble des personnes disposant ou cherchant un emploi • Taux d'activité : Population active / Population totale • Chômage : population active sans emploi enregistrée comme désireuse et capable de travailler • Taux de chômage = % de la population active sans emploi • Population active occupée • = • Population totale  Taux d'activité  (1 – taux de chômage)

  46. Evolution de l'emploi

  47. Offre et temps de travail • Arbitrage travail / loisir est fonction - du salaire horaire - du salaire mensuel • - de la fiscalité • - de la pénibilité Salaire Qté

  48. Histoire du temps de travail 1892 : loi limitant le travail à 10 heures/jour 1906 : institution du repos hebdomadaire obligatoire 1919 : réduction du temps de travail à 8 heures/jour 1936 : durée légale hebdomadaire fixée à 40 heures (maximum 54) et institution des congés payés (2 semaines) 1956 : troisième semaine de congé 1963 : quatrième semaine de congé 1982 : 39 heures/semaine et cinquième semaine de congé 1996 : loi pour favoriser l'emploi par RTT (loi Robien) 1998 : loi d'orientation et d'incitation à la RTT – 35 heures (lois Aubry)

  49. Le temps de travail aujourd'hui (1) • Sexe : - hommes : 1 700 h/an (pas d'impact de la situation de famille) - femmes : 1570 h/an (femmes de + 40 ans : + 3 heures/semaine par rapport aux femmes de 30 ans, lié aux enfants) • Taille de l'entreprise : - PME (de – 10 salariés) : 1 730 h/an - Entreprise (de + 500 salariés) : 1 620 h/an • Ancienneté : • - moins de 1 ans : 1 770 h/an • - de 1 à 10 ans : 1 660 h/an • - plus de 10 ans : 1 620 h/an Source : Insee

  50. Le temps de travail aujourd'hui (2) Source : Insee