lettre d information juridique et fiscale 2 juin 2009 janvier mai 2009 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Lettre d’Information Juridique et Fiscale 2 juin 2009 Janvier à Mai 2009 PowerPoint Presentation
Download Presentation
Lettre d’Information Juridique et Fiscale 2 juin 2009 Janvier à Mai 2009

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 12

Lettre d’Information Juridique et Fiscale 2 juin 2009 Janvier à Mai 2009 - PowerPoint PPT Presentation


  • 92 Views
  • Uploaded on

Lettre d’Information Juridique et Fiscale 2 juin 2009 Janvier à Mai 2009. DROIT DES SOCIETES 1/ Les seuils obligeant la SAS à désigner un commissaire aux comptes ont été précisés

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Lettre d’Information Juridique et Fiscale 2 juin 2009 Janvier à Mai 2009' - uma


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
lettre d information juridique et fiscale 2 juin 2009 janvier mai 2009
Lettre d’Information Juridique et Fiscale

2 juin 2009 Janvier à Mai 2009

slide2
DROIT DES SOCIETES

1/ Les seuils obligeant la SAS à désigner un commissaire aux comptes ont été précisés

La loi LME du 4 août 2008 a supprimé l’obligation de désigner un commissaire aux comptes dans les SAS, sauf pour les sociétés faisant partie d’un groupe, ou pour celles qui dépassent certains seuils (C. com., art. L. 227-9-1).

Un décret du 25 février 2009 a fixé les seuils requis. Cette désignation devient obligatoire si la société dépasse à la clôture d’un exercice social deux des trois seuils suivants :

  • total du bilan : 1 000 000 euros ;
  • montant hors taxe du chiffre d’affaires : 2 000 000 euros ;
  • nombre moyen de salariés permanents employés au cours de l’exercice : 20.

La société cesse d’être tenue de désigner un commissaire aux comptes dès lors qu’elle n’a pas atteint au moins deux de ces seuils pendant les deux exercices précédant l’expiration du mandat du commissaire aux comptes.

Il est précisé que si un ou plusieurs associés représentant le dixième du capital social veulent voir désigner en justice un commissaire aux comptes dans les SAS qui n’atteignent pas les seuils requis, celle-ci intervient par ordonnance du président du tribunal de commerce statuant en la forme des référés.

C. com., art. R. 227-1, créé par D. n° 2009-234, 25 févr. 2009 : JO, 27 févr.

slide3

2/ La démission du dirigeant social ne peut être rétractée

La démission du gérant est irrévocable sauf si sa volonté n'a pas été libre et éclairée.

La démission d’un dirigeant de société constitue un acte juridique unilatéral qui produit tous ses effets

dès lors qu’elle a été portée à la connaissance de la société. Elle ne nécessite aucune acceptation de la

part de celle-ci et ne peut faire l’objet d’aucune rétractation, son auteur pouvant seulement en contester la

validité en démontrant que sa volonté n’a pas été libre et éclairée.

Le défaut d’exécution des formalités de publication au registre de commerce et des sociétés de la

cessation des fonctions de gérant, et la circonstance que l’intéressé exercerait une gérance de fait en

administrant les intérêts sociaux, ne sont pas de nature à permettre de revenir sur une démission.

Cass. com., 7 avr. 2009, n° 07-14.626, n° 372 F-D, d'Albronn c/ Accou es qual. et a.

2 droit des contrats
2. DROIT DES CONTRATS

1/ La force obligatoire des clauses de médiation est consacrée

Lorsqu’une clause de médiation stipule que le tribunal de commerce ne pourra intervenir

qu’en cas d’échec de la médiation, le contractant ne peut, par avance, refuser la procédure

de médiation qui n’a pas encore été mise en œuvre.

La Cour de cassation, dans un arrêt du 8 avril 2009, consacre ainsi la force obligatoire des

clauses de médiation.

Cela ne signifie pas pour autant que les parties soient tenues de parvenir à un accord. Elles

restent libres de mettre fin au processus unilatéralement et à tout moment, sans perdre le

bénéfice des éventuels recours judiciaires qu’elles souhaiteraient intenter à l’issue du

processus de médiation.

Cass. 1re civ., 8 avr. 2009, n° 08-10.866, n° 481 F-P + B, Sté MGC International c/ Sté

LCF production et a.

-

slide5
2/ La cession de biens indivis : un nouvel article dans le Code civil

Jusqu’à présent la cession de biens indivis n’était possible qu’avec l’accord de tous les

indivisaires. Le nouvel article 815-5-1 du Code civil dispose que « l'aliénation d'un

bien indivis peut être autorisée par le tribunal de grande instance, à la demande de

l'un ou des indivisaires titulaires d'au moins deux tiers des droits indivis ».

Art. 815-5-1 du Code civil issu de la Loi n° 2009-526 du 12 mai 2009

3 droit des nouvelles technologies pi
3. DROIT DES NOUVELLES TECHNOLOGIES/PI

Compétence internationale en matière de contrefaçon

En principe, en matière de contrefaçon, le tribunal compétent est celui du « lieu où le fait

dommageable s’est produit » (C.p.c., art. 46).

La Cour de cassation a, récemment, choisit d’adopter une conception large de ce principe

en déclarant les juridictions françaises compétentes dans une affaire opposant un fabricant

de prêt-à-porter français à un de ses homologues danois pour des faits de contrefaçon se

déroulant en Allemagne. En effet, la Cour retient que, le producteur français a fait

commander les produits litigieux par une boutique française, établissant la contrefaçon et

matérialisant ainsi la compétence juridictionnelle française (dans cet arrêt, la Cour de

cassation ne semble pas tenir compte de l’absence de commercialisation effective en

France).

Cass. 1re civ., 25 mars 2009, n° 08-14.119.

-

4 droit social
4.DROIT SOCIAL

1/ Paiement des jours de RTT pendant le préavis non effectué

Lorsque l’employeur dispense de son préavis le salarié licencié, il doit intégrer, dans

l’indemnité compensatrice de préavis, l’indemnité correspondant aux jours de RTT

qu’aurait acquis le salarié s’il avait continué à travailler.

Cass. soc., 8 avr. 2009, n° 07-44.068, Pommerette c/ Sté Somfy.

2/ Obligation spécifique d’information du Comité d’entreprise relative à

l’attribution d’aides publiques

Les aides publiques directes en faveur des entreprises, qu'il s'agisse d'une aidede l'État,

de l'Union européenne (y compris si elle est attribuée dans le cadre de programmes ou

de fonds communautaires) ou d'une collectivité locale, donnent lieu, désormais, à une

information et une consultation du comité d'entreprise (décret n° 2009-349 du 30 mars

2009).

À compter du 1er avril 2009, le comité d'entreprise doit être informé et consulté après

notification à l'employeur de l'attribution directe, par une personne publique, de

subventions, de prêts ou d'avances remboursables (C. trav., art. R. 2323-7-1 nouveau).

slide8

Cette obligation d'information et de consultation du CE est impérative s’il s’agit d’une subvention d’au

moins 200.000 euros, et de prêts et avances remboursables d’au moins 1.500.000 euros (arrêté du 27 avril

2009).

L’information porte sur la nature de l'aide,son objet, son montant et les conditions de versement et

d'emploi fixées, le cas échéant, par la personne publique attributrice.

Toutefois, l'obligation d'informer et de consulter le comité d'entreprise ne s'applique pas lorsque les

financements sont attribués par les collectivités publiques aux établissements publics qui leur sont

rattachés, ou lorsque des subventions pour charges de service public sont attribuées par une

collectivité publique.

Le rapport sur la situation économique remis chaque année au comité d'entreprise, devra, désormais, faire

état de ces informations. (C. trav., art. R. 2323-9, I, 1°, f et R. 2323-11, 8° modifiés).

3/ Formalisation et conservation du bulletin de paie

En application de la loi de simplification du droit du 12 mai 2009, l’employeur peut, désormais, remettre

le bulletin de paie au salarié sous forme électronique.

Toutefois, le salarié devra avoir donné son accord au préalable, et le mode de transmission doit être de

nature à garantir l’intégrité des données.

Comme le bulletin de paie sur support papier, le bulletin électronique devra être conservé cinq années par

l’employeur.

C. trav., art. L. 3243-2 et L. 3243-4.

5 droit fiscal
5. DROIT FISCAL

1/ Retenue à la source des dividendes distribués à des non-résidents

La retenue à la source pratiquée sur les dividendes distribués par des sociétés françaises à des fonds de pension néerlandais est contraire au principe de libre circulation des capitaux dès lors que les organismes similaires français ne sont pas imposables sur ces revenus et que cette restriction n’est justifiée ni par une différence de situation objective entre organismes français et néerlandais, ni par l’existence d’une raison impérieuse d’intérêt général.

CE, 13 fév. 2009, n° 298108.

2/ Bouclier fiscal : redressements non pris en compte

Les redressements fiscaux supportés par les contribuables ne pourront pas être intégrés dans le montant des impôts pris en compte dans le cadre du bouclier fiscal. Corrélativement, les éventuels dégrèvements prononcés en faveur des contribuables ne viendront pas en diminution des impositions retenues pour la détermination de ce droit.

Rép. Min. n° 1123, JO Sénat du 7 mai 2009.

slide10
3/ ISF : la notion de biens professionnel unique élargie

La notion de bien professionnel est définie par la réunion des trois critères suivants : existence d’une fonction de direction au sein de la société, perception à ce titre d’une rémunération représentant plus de 50% de ses revenus professionnels et détention directe ou indirecte d’au moins 25% du capital social.

L’article 885 O bis du CGI dispose que plusieurs participations détenues par un même contribuable peuvent constituer un bien professionnel unique exonérés d’ISF si les sociétés en question exercent des activités similaires, connexes ou complémentaires et que chaque participation prise isolement répond aux critères visés ci-dessus. Ainsi, les contribuables ayant des participations dans des sociétés ayant des liens capitalistiques pouvaient prétendre à une approche globale de leur rémunération.

La Cour de cassation, dans un arrêt du 17 mars 2009, étend cette approche globale de la notion de rémunération aux sociétés n’ayant pas de lien capitalistique entre elles, sous réserve qu’elles aient des activités similaires, complémentaires ou connexes, et qu’elles répondent aux autres critères visés ci-dessus.

Cass. com. 17 mars 2009, n° 08-11030.

slide11
4/ Régularisation des avoirs non déclarés dans des paradis fiscaux

Dans le prolongement de la réunion G20, le gouvernement français a mis en place une cellule afin de permettre aux contribuables ayant des actifs non déclarés dans les paradis fiscaux d’en informer l’administration fiscale française. Précisons qu’il ne s’agit en rien d’une procédure d’amnistie fiscale puisque les contribuables visés devront régler les impôts non prescrits, augmentés des intérêts de retard et des pénalités. Toutefois, des mesures de clémences pourraient être proposées, voire négociées.

Cellule de régularisation : 01.53.18.05.62 ou cellule-regularisation@dgfip.finances.gouv.fr

pour plus d information contacter
Pour plus d’information, contacter:
  • Christophe Cancel, Associéccancel@vendomelaw.com
  • Lionel Jung-Allégret, Associé

jung-allegret@vendomelaw.com

  • Thierry R. Schwarzmann, Associé

schwarzmann@vendomelaw.com