INTRODUCTION: Le traumatisme de l’abdomen chez l’enfant est très fréquent : - PowerPoint PPT Presentation

ting
slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
INTRODUCTION: Le traumatisme de l’abdomen chez l’enfant est très fréquent : PowerPoint Presentation
Download Presentation
INTRODUCTION: Le traumatisme de l’abdomen chez l’enfant est très fréquent :

play fullscreen
1 / 29
Download Presentation
153 Views
Download Presentation

INTRODUCTION: Le traumatisme de l’abdomen chez l’enfant est très fréquent :

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. INTERET DE L’ECHOGRAPHIE ET DE LA TOMODENSITOMETRIE DANS LA PRISE EN CHARGE DU TRAUMATISMES FERMES DU FOIE CHEZ L’ENFANT

  2. INTRODUCTION: Le traumatisme de l’abdomen chez l’enfant est très fréquent : Accidents de la voie publique (80 % des cas) Accidents domestiques(9%des cas) Les sévices (6 % des cas)

  3. Souvent rencontré dans un contexte de poly traumatisme. • Parmi l’ensemble des patients qui seront hospitalisés pour traumatisme de l’abdomen fermé: - 30 % auront une lésion d’un organe plein ou creux intra abdominal - 4% décéderont soit du traumatisme abdominal lui-même, soit des lésions associées.

  4. Le foie est le deuxième organe, après la rate, à être le plus fréquemment atteint lors des traumatismes abdominaux. • Le diagnostic et la prise en charge de ces traumatismes ont été facilité par l’échographie et de la tomodensitométrie: - Montrent les lésions avec plus de précision - Permettent de suivre leur évolution. • L’abstention opératoire est devenue une règle thérapeutique et ceci aux prix d’une surveillance vigilante en milieu chirurgical

  5. PATIENTS ET MÉTHODE : • Étude rétrospective: les traumatismes fermés du foie juin 1999 et juin 2009 • Le sexe, l’âge, le type d’accident, le mode de présentation clinique, les modalités diagnostiques, la gradation du traumatisme selon la classification de l’American Association for the Surgery of Trauma (AAST) dite de Moore (tableau I), les lésions concomitantes et le mode de traitement ont été évalués.


  6. Le traitement conservateur: • Garder le patient en unité de réanimation. • Surveillance de l’état hémodynamique par un monitorage continu. • Une numération de la formule sanguine toutes les huit heures. • Un bilan hépatique tous les cinq jours. • Une échographie tous les 48h. Le traitement chirurgical a été indiqué en cas d’instabilité hémodynamique et de déglobulisation.

  7. Evaluation de la gravité - AAST Moore E et coll. J Trauma 1995

  8. RÉSULTATS : • 38 enfants: 21garçons et 17 filles. • Une moyenne d’âge: 7 ans et demi (1à13 ans). La tranche d’âge la plus touchée: de 6 à 13 ans. • un accident de la voie publique:18cas • un accident domestique: 16 cas • Accidents autres: 4 cas

  9. La majorité des patients (75%) présentaient des douleurs de l’hypochondre droit immédiatement ou secondairement après le traumatisme. • Trois patients se sont présentés aux urgences en état de choc. Dans la totalité des cas, une défense de l’hypochondre droit était objectivée à l’examen clinique. • Le diagnostic a été établi par l’échographie dans la totalité des cas et la tomodensitométrie abdominale a été réalisé dans 10 cas.

  10. La répartition des lésions hépatique selon le grade et le traitement

  11. Les lésions concomitantes aux lésions hépatiques étaient surtout crâniennes et thoraciques. (Tableau III)

  12. Traitement conservateur: 36 patients • traitement chirurgical: 2 patients • instabilité hémodynamique: la laparotomie a mis en évidence un fracas hépatique avec une hémorragie incontrôlable malgré le tamponnement péri hépatique et qui a été l’origine de son décès. • une chute du taux d’hémoglobine: une fracture parenchymateuse du foie avec un hémopéritoine de moyenne abondance trouvé à la laparotomie. • Sur le plan biologique, la déperdition sanguine était confirmée dans 9 cas. 4 enfants ont nécessité une transfusion sanguine (3 à 4 culots globulaires/patients).

  13. Sur le plan radiologique: Tous les enfants ont eu un contrôle échographique après 48h puis tous les cinq jours avec une régression progressive des lésions hépatiques et de l’épanchement péritonéal.

  14. Le scanner était pratiqué soit systématiquement soit suite à l’existence de lésions hépatiques à l’échographie abdominale. • Il était réalisé dans 10 cas (26,3%). • Les résultats étaient : - Lésion hépatique isolée : 2 cas (5,2%) - Lésion hépatique associée à un épanchement péritonéal : 8 cas (21,1%). - Lésion intra abdominale: 8 cas (18,4%) - Lésion pulmonaire: 1 cas

  15. Image TDM d’une lésion hépatique grade II chez un enfant de 7 ans : fracture hépatique associée à une lésion splénique.

  16. Contusion hépatique

  17. La résolution complète des lésions a été obtenue entre 3 et 6 mois. • Dans cette série le traitement conservateur a été conclut par un succès dans 92% des cas. Aucune complication n’est apparue secondairement. Un seul enfant est décédé suite à des lésions grade VI malgré l’exploration chirurgicale, le tamponnement péri hépatique et la réanimation.

  18. Discussion : • Les traumatismes hépatiques sont rarement observés en pédiatrie. • La revue de la littérature juge une fréquence moyenne de 2 ou 3 cas par an

  19. Méthodes thérapeutiques • La règle de base actuelle est donc la surveillance, appelé traitement non opératoire. • La chirurgie est souvent inutile et dangereuse • Arguments pour la non intervention – Laparotomie « blanche »chez 50 % des patients opérés – Les hémorragies veineuses massives sont rares – Les complications septiques et l’importance des transfusions sont moins importantes chez les blessés non opérés. – La mortalité est identique dans les deux groupes Croce MA, Ann Surg 95; 221 : 744-55

  20. Le traitement non opératoire MORTALITE • La stabilité hémodynamique • Une réponse satisfaisante à la réanimation initiale • Absence de lésion abdominale associée • Possibilité de surveillance clinique rapprochée  • Disponibilité de l’écho, de la TDM et de l’artériographie pour embolisation  • Capacité à déclencher à tout moment une laparotomie en urgence. • Hémopéritoine < 500 ml • Contusions ou hématomes intraparenchymateux (Grade I à III) Duane T et al. J Trauma 2004 Pachter H et al. J trauma 1996

  21. L’imagerie permet de confirmer le diagnostic et d’établir un inventaire précis du siège, de la nature et l’extension des lésions. • L’échographie abdominale, complétée par l’étude vasculaire en Doppler, représente l’examen clé chez l’enfant. • C’est l’examen de première intention. Elle confirme le diagnostic en mettant en évidence les lésions hépatiques, leur topographie, et surtout la présence d’un hémopéritoine

  22. Cette attitude est fondée sur la bonne sensibilité de l’échographie (83 à 98%) pour détecter le liquide intra-abdominal en quantité aussi faible que 100ml • La tomodensitométrie (TDM) est la technique d’imagerie qui apporte le plus d’information chez l’enfant polytraumatisé et ce du fait de pouvoir explorer non seulement le foie, mais aussi le crâne et le thorax de ces patients

  23. La TDM est la technique la plus sure pour la détection, la définition et la description des lésions hépatiques, de l’hémopéritoine et des autres anomalies abdominales • Examen de choix pour guider le traitement non chirurgical d’un TFF

  24. Evolution favorable • Surveillance clinique, biologique et échographique : • Biquotidienne puis quotidienne, débutée en réanimation chirurgicale pendant 48h, poursuivie en milieu chirurgicale avec un repos strict au lit d’une semaine à 10 jours. • Après sortie, elle est maintenue par la suite pendant trois à six mois durée d’éviction des activités sportive.

  25. Contrôle à 6 mois

  26. CONCLUSION • L’hémorragie conditionne le pronostic des traumatismes graves du foie • Attitude thérapeutique basée sur l’existence d’une instabilité hémodynamique y compris dans les lésions de haut grade

  27. L’instabilité hémodynamique conduit le plus souvent à un geste d’hémostase chirurgical simplifié • Cette nouvelle approche thérapeutique (traitement conservateur, packing, artérioembolisation) a radicalement transformé le pronostic des traumatismes graves du foie