Coïnfection virale et coqueluche maligne : serait elle un facteur prédictif de mortalité ? - PowerPoint PPT Presentation

thom
co nfection virale et coqueluche maligne serait elle un facteur pr dictif de mortalit n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Coïnfection virale et coqueluche maligne : serait elle un facteur prédictif de mortalité ? PowerPoint Presentation
Download Presentation
Coïnfection virale et coqueluche maligne : serait elle un facteur prédictif de mortalité ?

play fullscreen
1 / 12
Download Presentation
Coïnfection virale et coqueluche maligne : serait elle un facteur prédictif de mortalité ?
106 Views
Download Presentation

Coïnfection virale et coqueluche maligne : serait elle un facteur prédictif de mortalité ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Coïnfection virale et coqueluche maligne : serait elle un facteur prédictif de mortalité ? A. Borgi , A.Bouziri,, N. Ghali, S. BelHadj, A. Hamdi, A. Khaldi, K. Menif, N. Ben Jaballah Service de Réanimation Pédiatrique de l’Hôpital D’Enfants Béchir Hamza de Tunis.

  2. Introduction • Une infection bactérienne grave causée par bordetellapertussisou parapertussis • La présentation clinique très variable: signes respiratoires non spécifiques pouvant mimer une bronchiolite. • La forme maligne: choc, IRA, encéphalopathie (morbidité et mortalité importante) • Jeune nourrisson non vacciné++ • Fréquence de la coïnfection virale?? (variable 0.2-90%)

  3. Objectifs • Décrire l’expérience d’un service de réanimation face à un pic de recrudescence de coqueluche en 2013. • Déterminer la fréquence de la coïnfection virale chez les patients admis en réanimation pour coqueluche maligne • Déterminer les facteurs prédictifs de mortalité

  4. Patients et méthodes • Étude descriptive rétrospective • Durée: 01/01/2013 au 31/10/2013 • Service de réanimation pédiatrique polyvalente HET ( 16 lits,600admissions/an) • Patients admis pour Coqueluche maligne confirmée par RT-PCR • Formes graves: seuls les patients ventilés mécaniquement ont été inclus.

  5. Patients et méthodes • Pour tous les patients: • La RT-PCR coqueluche ± culture faites sur les sécrétions naso-pharyngées. • Recherche virale par PCR multiplex • Sérologie et RT-PCR Mycoplasme pneumoniae et chlamydiae pneumoniae • Bactériologie standard sur prélèvement trachéal • Données démographiques cliniques, para- cliniques, thérapeutiques et évolutives.

  6. Résultats • 17 patients inclus (sex-ratio 0.88) • Age médian:56 jours (24-21mois) • Age <2mois: 9 patients (52%) • 12 patients non vaccinés (70%) • Vaccination (1dose): 5 patients (30%) • Co morbidité (41%): • Prématurité (5 cas); • Hypotrophie (3 cas) • Encéphalopathie (1 cas). • Contage (9 cas): maternel dans 5 cas(55%)

  7. Répartitionmensuelle du pertussis grave

  8. Caractéristique cliniques à l’admission

  9. Caractéristiques paracliniques à l’admission

  10. Recherche virale Coinfection virale: 8/15 (53%)

  11. Prise en charge • Support ventilatoire: • VMC: 17 patients (OHF: 1 cas) • Durée de VA: 9.9±7.4 jours(1-30) • NOi ( 3 cas) • Sédation: fentanyl+midazolam (100%); Curares: (2 cas:11.7%) • Support hémodynamique: 6cas (35.3%) • Exsanguinotransfuion:5 cas (29.4%) • Antibiotérapie: macrolide IV • Durée de séjour:13.2±8.7J(1-30)

  12. Conclusion • La Coqueluche est une maladie en résurgence dans notre pays. • Thérapeutique agressive et coûteuse • La coïnfection virale était fréquente dans notre série (53%) mais pas d’association statistiquement significative avec la mortalité.