n phropathies glom rulaires n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Néphropathies glomérulaires PowerPoint Presentation
Download Presentation
Néphropathies glomérulaires

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 84

Néphropathies glomérulaires - PowerPoint PPT Presentation


  • 265 Views
  • Uploaded on

Néphropathies glomérulaires. Pr Emmanuel Morelon Service de Néphrologie Transplantation Hôpital Edouard Herriot- Faculté Lyon-Est UCLB-1. Cas clinique 1 . Mr C. 40 ans Pas d’antécédent particulier en dehors d’un ulcère duodénal à l’age de 25 ans, sans suite. Aucune prise médicamenteuse.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Néphropathies glomérulaires' - thanh


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
n phropathies glom rulaires

Néphropathies glomérulaires

Pr Emmanuel Morelon

Service de Néphrologie Transplantation

Hôpital Edouard Herriot-

Faculté Lyon-Est

UCLB-1

cas clinique 1
Cas clinique 1
  • Mr C. 40 ans
  • Pas d’antécédent particulier en dehors d’un ulcère duodénal à l’age de 25 ans, sans suite. Aucune prise médicamenteuse.
  • Depuis 8 jours, OMI le soir, d’augmentation croissante, avec prise de poids de 3 kg. Recherche de protéinurie à la bandelette positive ++++
  • Que recherchez vous à l’examen clinique ?
  • Quels examens complémentaires biologiques demandez vous en première intention ?
slide3
Confirmation des Oedèmes
  • Recherche d’une atteinte des séreuses.
  • TA, poids. Recherche de signes cliniques extrarénaux.
  • ECBU. Protéinurie des 24 heures. Ionogramme urinaire
  • Ionogramme sanguin. Créatininémie. Albuminémie.
  • Protidémie. Bilan lipidique. Électrophorèse des protides plasmatiques
slide4
L’examen clinique confirme les OMI
  • Pas d’épanchement des séreuses.
  • Pas de signes cutanées, pas arthralgies, pas de douleurs abdominales, pas d’ hépatomégalie, pas de splénomégalie, pas adénopathie, pas de troubles du transit.
  • Urine : protéinurie des 24 h 6 g, GR 48000/ml, leucocytes 2800/ml. Na 10 mmol/l, K 45 mmol/l.
  • Sang :
  • Créatininémie 104 µmol/l, Na 137 mmol/l, K 3.5mmol/l, CL 100 mmol/l, CO2 total 27 mmol/l, protides 54 g/l, albumine 24 g/l, gammaglobulines 9 g/l, cholestérol 8 .5 mmol/l, triglycérides 1.7 mmol/l.
slide6
Syndrome néphrotique impur
  • Car protéinurie supérieure à 3g/j, albuminémie < 30g/l, hématurie microscopique, pas d’insuffisance rénale, pas HTA
  • L’hypercholestérolémie et l’hypogammaglobulinémie sont des signes biologiques fréquents dans le syndrome néphrotique
slide7
Quel est l’examen complémentaire indispensable à faire chez Mr C ?
  • Qu’en attendez vous ?
  • Expliquez au patient les grandes lignes de cet examen
slide8
Ponction biopsie rénale
  • Pour établir le diagnostic de la néphropathie glomérulaire, décider du traitement, et avoir un indice pronostique
  • En hospitalisation, après vérification de l’hémostase (TP, INR, TCK, TS), guidée par l’échographie.
  • Examen en décubitus ventral, sous anesthésie locale, on repère le rein, et on prélève un ou deux fragments à l’aide d’une aiguille montée sur un pistolet automatique. Deux fragments sont nécessaires pour microscopie optique et examen en immunofluorescence.
  • Risque d’hématome, d’hématurie, de fistules artérioveineuses intra-rénales.
slide9
Microscopie optique :
    • Tubes, vaisseaux, interstitium normaux
    • Épaississement de la paroi des capillaires glomérulaires, dépôts sur la partie externe de la membrane basale glomérulaire, pas de prolifération endo ou extracapillaire.
  • Immunofluorescence

Dépôts glomérulaires extramembraneux, granuleux et diffus. Fixent les anti-IgG et C3

Quel est votre diagnostic ?

slide18
GEM
  • 40 % des syndromes néphrotiques de l’adulte
  • Dépôts de complexes immuns sur la partie externe de la membrane basale des capillaires glomérulaires
  • Ou dépôts de l’antigène, et fixation secondaire de l’anticorps, puis du C3
  • Pas d’immun complexe circulant
  • Pas d’hypocomplémentémie
  • Quelles sont les étiologies des GEM ?
tiologies des gem
Étiologies des GEM
  • Idiopathiques le plus souvent 85 % des cas
  • Secondaire 15 % des cas
bilan devant une gem
Bilan devant une GEM
  • Facteurs anti-nucléaires, anticorps anti-DNA natifs, sérologie hépatite B, hépatite C, syphilitique. Complément
  • Radio de poumon, examen ORL, coloscopie si age > 50 ans, et fibroscopie bronchique si sujet fumeur.
quels sont les grands principes du traitements
Quels sont les grands principes du traitements ?
  • Traitement des oedèmes
    • Restriction sodée, diurétiques de l’anse (furosémide ou burinex, ou diurétique thiazidique, ou anti aldostérone)
  • Traitement néphroprotecteur
    • Diminution de la protéinurie avec des IEC ou des ARA 2 cible protéinurie <0.5g/j
    • Traitement de la dyslipidémie par des statines
    • Traitement de l’HTA (<130/80)
    • Traitement anticoagulant si albuminémie < 20 g/l
  • Traitement de fond de la maladie
    • Immunosuppresseurs : Corticoides et chlorambucil en alternance, à débuter en milieu spécialisée, ou cyclophosphamide, si critères pronostiques péjoratifs
    • Traitement étiologique si GEM secondaire
possibilit s volutives de cette maladie r nale
Possibilités évolutives de cette maladie rénale ?
  • Maladie globalement peu évolutive
  • 25% des cas, évolution vers l’insuffisance rénale
  • 50 % des cas, persistance d’une protéinurie et d’une hématurie microscopique
  • 25 % des cas, rémission spontanée
  • Risque thrombose des veines rénales
cas cliniques 2
Cas cliniques 2
  • Mme H, 25 ans
  • Apparition depuis 8 à 10 jours d’OMI, prise de poids de 4 kgs. L’interrogatoire révèle des arthralgies depuis quelques mois, touchant les coudes, poignets, genoux.
  • Un an auparavant, éruption cutanée au niveau du visage, prédominant sur les pommettes et la base du nez, avec fièvre à 38, d
  • Apparition depuis 8 à 10 jours d’OMI, prise de poids de 4 kgs. L’interrogatoire révèle des arthralgies depuis quelques mois, touchant les coudes, poignets, genoux.
  • Un an auparavant, éruption cutanée au niveau du visage, prédominant sur les pommettes et la base du nez, avec fièvre à 38, d’évolution spontanément favorable.
slide25
Examen clinique confirme les OMI, examen cardiaque et pulmonaire normal, TA à 130/80, reste de l’examen clinique normal.
  • Les premiers examens biologiques montrent la présence d’une protéinurie de 5 g / 24h, 55000 GR/ml, 1500 GB/ml. La créatininémie est à 100 µmol/l, la protidémie à 55g/l, l’albuminémie est à 25g/l. Hb 12,5 g/dl, GB 3600 /mm3.
  • Comment décrire le syndrome néphrologique de cette patiente ?
  • Quel diagnostic envisagez vous concernant la maladie de cette patiente ? Pourquoi ?
slide26
Syndrome néphrotique impur
  • Car protéinurie > 3 g/j, hypoalbuminémie < 30g/l, avec hématurie microscopique. Pas HTA, pas I. Rénale
  • Lupus érythémateux disséminé
  • Femme jeune. Syndrome néphrotique, arthralgies, éruption du visage, poussée de fièvre
  • Quels examens complémentaires biologiques permettent d’affirmer le diagnostic ?
slide27
Recherche d’anticorps anti-nucléaires dans le sérum
    • Constamment présents dans le lupus
  • Recherche d’anticorps anti-DNA natif: test de Farr ou autres techniques: habituellement détecté à des taux élevés dans les poussées lupiques avec atteinte rénale
  • Dosage du complément
    • CH50, C3 ,C4, et C1q diminué dans la poussée lupique avec atteinte rénale. Pas spécifique du lupus, mais bonne corrélation avec l’activité de la maladie.
slide28
Quel est l’examen nécessaire pour guider le traitement ? que va-t-il montrer ?
  • Quelles sont les précautions à prendre ?
slide29
Ponction biopsie rénale
  • Après élimination de troubles de l’hémostase dues à un anticoagulant circulant.
  • Anticoagulant circulant de type anti-prothrombinase est présent chez 30% des patients atteints de LED. Pas de contre indication si pas de thrombopénie, ni d’autres troubles de l’hémostase.
atteinte r nale du lupus
Atteinte rénale du lupus
  • Très fréquente, le plus souvent précoce, parfois révélatrice
  • Glomérulaire, PBR indispensable
  • Fréquence accrue si signes d’activité immunologique.
  • Plusieurs syndromes glomérulaires possibles :
    • Syndrome de néphropathie glomérulaire
    • Syndrome néphrotique impur
    • Syndrome néphritique aigue
    • Syndrome de néphropathie glomérulaire rapidement progressive
  • Variabilité importante de l’atteinte, d’un glomérule à l’autre
  • Importance des dépôts de toutes les immunoglobulines (IgM, IgA, Ig G) et de toutes les fractions du complément (C3, C4, C1q).
  • Il existe aussi des lésions tubulo-interstitielles, et des lésions vasculaires avec thromboses des capillaires ou des artérioles glomérulaires
classification oms du lupus
Classification OMS du lupus

Classe

description

prolifération

Traitement

Pronostic

I

Rein normal

absence

abstention

Bon

Endocapillaire

Mésangiale

modérée

II

GN mésangiale

abstention

Bon

GN proliférative

Segmentaire

Et focale

Endocapillaire

franche

Passage

Classe IV

III

discuté

GN proliférative

diffuse

Endocapillaire

+/- extracapillaire

Fréquente

Stéroides +/- IS

Survie rénale

À 5 ans 70%

IV

GN

extramembraneuse

discuté

variable

V

absence

Insuffisance

Rénale

terminale

Sclérose

glomérulaire

Absence

(fibrose)

VI

Abstention

n phropathie lupique classe iii prolif ration endocapillaire segmentaire et focale
Néphropathie lupique classe IIIprolifération endocapillaire segmentaire et focale
traitement du lupus
Traitement du lupus
  • Stade III et IV surtout
  • Corticothérapie:
    • En bolus
    • Puis 1mg/kg, en décroissance progressive sur 6 mois
  • Associé à du cyclophosphamide (bolus mensuels)
  • Ou d’autres immunosuppresseurs, azathioprine, mycophénolate mofétil, permettent de réduire les doses de corticoïdes
  • Traitement symptomatique de l’HTA, de la protéinurie, de l’insuffisance rénale chronique
  • Prévention des effets secondaires des corticoides et immunosuppresseurs.
cas clinique 3
Cas clinique 3
  • Mr P, 43 ans, pas antécédent particulier
  • Il y a 3 ans, arthralgies inflammatoires des poignets, épaules, genoux et coudes. Dans le même temps, rhinite avec épanchement purulent devenu rapidement chronique, résistante aux AINS.
  • Trois semaines avant l’hospitalisation, apparition d’une grosse lésion ulcéro-nécrotique du palais, de la langue, avec altération de l’état général, perte de 5 kgs, myalgies diffuses et arthralgies des poignets et des coudes qui deviennent très invalidantes.
  • Le patient se plaint aussi d’une toux et d’une dyspnée. Il est hospitalisé.
slide38
Examen clinique :
    • Asthénie importante, fièvre à 38, arthralgies diffuses, pas de purpura, pas de syndrome sec, pas de syndrome de raynaud. Abdomen normal. Auscultation pulmonaire est normal. TA normale.
  • Examens complémentaires
    • Hématurie microscopique, protéinurie 1.5 g/24 h, créatininémie 105 µmol/l, VS 100 mm à la première h, NFS GB 14000/mm3, Hb 10 g/dl, PS 500000/mm3.
    • Radio de thorax, infiltrat alvéolaire bilatéral
slide39
Quels diagnostics évoquez vous ?

Et quel est le plus probable, pourquoi ?

slide40
Maladie de Wegener
  • Lupus érythémateux disséminé
  • Polyangéite microcopique
  • Cryoglobulinémie
  • Syndrome de Goodpasture
  • Maladie de Wegener car homme, syndrome inflammatoire avec AEG, atteinte ORL avec nécrose des muqueuses, atteinte rénale glomérulaire avec signes extra rénaux articulaires, muqueux, fièvre, et atteinte pulmonaire bilatérale.
  • Hyperleucocytose, syndrome inflammatoire biologique. infiltrat alvéolaire bilatéral.
  • Quel bilan biologique demandez vous ?
slide41
FAN, cryoglobulinémie, sérologie HCV, HBV, anticorps anti-DNA natif, ANCA, CRP, complément C3 C4 CH50 . Anticorps antiMBG, hémostase complète, électrophorèse des protides et immunoélectrophorèse des protides sanguine et urinaire
  • Quel examen biologique permettra de confirmer le diagnostic ?
slide42
Les ANCA : anticorps anticytoplasme des polynucléaires neutrophiles positifs dans 90 % des cas. Utilisés comme marqueurs évolutifs.
  • De type antiprotéinase 3 (cANCA) dans la maladie de Wegener
slide45
Ponction biopsie rénale.
  • Montre le plus souvent une glomérulonéphrite nécrosante segmentaire et focale avec prolifération extracapillaire formant des croissants. IF : Dépôts de C3 et de fibrine. Recherche de la présence d’un granulome épithélioïde.
slide48
Corticothérapie et cyclophosphamide
  • Avec décroissance progressive de la corticothérapie, surveillance attentive du traitement par Endoxan.
cas clinique 4
Cas clinique 4
  • Mr Alb,70 ans, adressé par son médecin pour OMI, prise de poids, protéinurie et hématurie sur la bandelette urinaire, l’ensemble de ces symptômes sont apparus rapidement. Ses antécédents médicaux sont essentiellement un infarctus du myocarde dans le territoire inf, non compliqué et sans angor séquellaire. Il a aussi un asthme intermittent qu’il traite par de la ventoline et du bécotide.
slide51
Néphropathie glomérulaire
  • Devant l’association d’OMI, d’une protéinurie, d’une hématurie
slide52
Qu’allez vous recherchez à l’examen clinique et à l’interrogatoire pour préciser votre diagnostic étiologique ?
slide53
Recherche de signes cliniques extra rénaux orientant vers une glomérulopathie secondaire. Signes généraux : AEG, fièvre, amaigrissement
  • Signes articulaires, signes digestifs, douleurs abdominales
  • Signes cutanés: purpura ou nodules sous cutanés, ou autre éruption, livedo
  • Prise de pression artérielle
  • Signes pulmonaires
  • signes neurologiques
  • Prise médicamenteuse
  • Antécédents familiaux
slide54
Vous apprenez que Mr Alb a depuis 3 semaines des arthralgies touchant essentiellement les genoux, les coudes, avec des épisodes de douleurs abdominales survenant par crises et accompagnées de diarrhée. En même temps est apparue une éruption à type de purpura prédominant aux membres inférieurs que vous retrouvez à l’examen clinique. L’état général est conservé, il n’y a pas de fièvre. Le reste de l’examen clinique est sans particularité.
  • Les premiers examens paracliniques montrent :
  • Dans les urines protéines 2 g/j, ECBU GR 135000/ml, GB 4000/ml.
  • Dans le sang, ionogramme normal, créatininémie 85 µmol/l, NFS normale, hémostase normale, glycémie normale.
  • Quelles sont les étiologies possibles de cette néphropathie ?
slide55
Purpura rhumatoide
  • Cryoglobulinémie
  • Lupus érythémateux disséminé
  • Polyangéite microscopique
  • Maladie de wegener
slide56
Le bilan biologique montre :
    • FAN négatifs
    • ANCA négatifs
    • Complément normal
  • Quelle est l’étiologie la plus probable ? Pourquoi ?
slide57
Purpura rhumatoide :
  • Car purpura orthostatique, sans thrombopénie, associé à des arthralgies, douleurs abdominales, un syndrome glomérulaire. Pas AEG, le bilan immunologique est négatif,éliminant le diagnostic de lupus ou de cryoglobulinémie
slide58
Quel examen complémentaire permettra de faire la preuve du diagnostic et d’avoir des éléments pronostics ?
  • Qu’en attendez vous ?
slide59
Ponction biopsie rénale
  • En microscopie optique, prolifération endocapillaire associée ou non à une prolifération extra capillaire, dépôts mésangiaux d’IgA.
  • En immunofluorescence,dépôts mésangiaux d’IgA.
slide63
Le traitement étiologique comprend une corticothérapie débutant à 1mg/kg/j de solupred .
  • Quels sont les risques chez ce patient ?
slide64
Infectieux
  • Ulcères gastro duodénaux
  • Diabète
  • Insuffisance surrénale à l’arrêt du traitement
  • Ostéoporose
  • Ostéonécrose de hanche
  • Syndrome de cushing
  • Amyotrophie
  • Atrophie cutanée
slide65

Quelques éléments d’anatomie et d’anatomopathologie glomérulaire utiles à la compréhension des néphropathies glomérulaires

slide72

Prolifération extracapillaire

Dépôts mésangiaux

slide79
Confirmer l’atteinte glomérulaire, TA et fonction rénale puis essayer de classer en:
    • Syndrome néphrotique pur ou impur
    • Syndrome néphritique aigu
    • Syndrome de glomérulonéphrite rapidement progressive
    • Hématurie isolée
    • Syndrome de glomérulonéphrite chronique
slide80
Savoir si la néphropathie est primitive et isolée, ou si elle fait partie d’une maladie avec atteinte de plusieurs organes. Pour cela:
    • Recherchez des signes cliniques extrarénaux par interrogatoire et examen clinique :
      • AEG, fièvre, amaigrissement,
      • Arthralgies
      • Douleurs abdominales
      • Signes cutanés purpura, livedo
      • Signes pulmonaires
      • Signes neurologiques
      • Antécédents familiaux, surdité, atteinte ophtalmo
    • S’aider de la biologie
bilan biologique utile au diagnostic des maladies glom rulaires
Bilan biologique utile au diagnostic des maladies glomérulaires
  • Glycémie
  • Anticorps anti-nucléaires et anti-ADN
  • Complément sérique, C3 C4, CH50
  • ANCA (p Anca et c ANCA)
  • Anticorps anti-membrane basale glomérulaire
  • Cryoglobulinémie
  • Immunoélectrophorèse des protides urinaires et plasmatiques
  • Sérologie hépatite B, hépatite C, HIV
slide82
Proposer une biopsie rénale :
  • Sauf si
    • Syndrome néphrotique pur (lésions glomérulaires minimes) chez l’enfant
    • Tableau de GNA typique chez enfant, avec régression spontannée de la maladie
    • Néphropathie diabétique avec rétinopathie
    • Néphropathie amyloïde avec amylose diagnostiquée autrement
  • La biopsie rénale a un intérêt diagnostique et pronostique
n phropathies glom rulaires primitives
Néphropathies glomérulaires primitives
  • Lésions glomérulaires minimes
  • HSF
  • GEM
  • Glomérulonéphrites membranoprolifératives
  • Maladie de Berger
  • Syndrome d’Alport
  • GNA post streptococcique
principales causes des glom rulopathies secondaires
Maladies générales

Diabète

LED

Vascularites

Amyloses AA ou AL

Néoplasie (GEM)

Maladies infectieuses

Virus

Hépatite C (cryoglobulinémie, GN membranoproliférative)

Hépatite B (GEM)

HIV (HSF)

Bactéries

Streptocoques (GNA)

Endocardite subaigue (GNRP)

Principales causes des glomérulopathies secondaires