Download
topographie et analyse de la zone d intervention n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
TOPOGRAPHIE et analyse de la ZONE d ’INTERVENTION PowerPoint Presentation
Download Presentation
TOPOGRAPHIE et analyse de la ZONE d ’INTERVENTION

TOPOGRAPHIE et analyse de la ZONE d ’INTERVENTION

562 Views Download Presentation
Download Presentation

TOPOGRAPHIE et analyse de la ZONE d ’INTERVENTION

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. TOPOGRAPHIE et analyse de la ZONE d ’INTERVENTION OBJECTIF PROFESSIONNEL COMMANDER LE GROUPE D ’INTERVENTION FEUX DE FORETS OBJECTIF OPERATIONNEL ANALYSER LA ZONE D ’INTERVENTION concernée par l ’action du 1er GIFF et du renfort immédiat

  2. OBJECTIFS INTERMEDIAIRES • Etude de la carte • Echelle, cartouche • Carroyage DFCI • Etablir un itinéraire pour le GIFF • Localisation sur carte DFCI des éléments de la ZI • Nivellement ( crêtes , talwegs) • Planimétrie ( accès, réserves en eau , points sensibles , dangers et obstacles divers

  3. LA CARTE • Définitions : • Carte : Image réduite, conventionnelle, géométriquement exacte et plane d’une partie de la surface de la terre. • Image réduite : Manuels de géographie, almanach sont des réduction plus ou moins grandes d’une portion de la terre. Le rapport de réduction est appelé échelle. Plus la réduction est importante et plus les détails disparaissent. • Image conventionnelle : Les éléments naturels et artificiels sont si nombreux qu’ils sont difficiles à faire apparaître. Le cartographe les remplace par des signes conventionnels, symboles réapparaissant en marge de la carte : la légende.

  4. LA CARTE • Définitions (suite) : • Géométriquement exacte : Les positions respectives des objets à la surface de la terre et leur image sur la carte sont liées par une relation mathématique. La comparaison terrain / carte est facilitée par l’orientation. • 3 paramètres définissent une carte : • La planimétrie : porte les renseignements des détails naturels (végétation, cours d’eau,...) et artificiels (voies ferrées, routes...)

  5. LA CARTE • Le nivellement : Représente les mouvements de terrain et les • reliefs sur la carte. Les courbes de niveaux en sont la représentation. Courbes de niveaux : joignent tous les points de même altitude. Cuvette Mamelon

  6. 500 LA CARTE Il existe deux types de courbes de niveaux : - Maîtresse : courbes cotées - Secondaires : courbes non cotées Les courbes ont toujours la même distance entre elles. Cette distance est appelée équidistance. Cette valeur varie en fonction de l’échelle mais elle est toujours indiquée sur la légende de la carte. Les courbes de niveaux sont plus ou moins sinueuses mais elles ne se coupent pas Plus elles sont serrées, plus la pente est raide et inversement plus elles sont éloignées, plus le terrain est plat.

  7. Carte Terrain LA CARTE • L’ échelle :Rapport constant entre les dimensions de la carte et • les dimensions réelles du terrain • Echelle 1 unité sur la carte correspond à X unités • sur le terrain. • ex : • 1 unité sur la carte représente 100 000 unités sur le terrain • - 1 mm sur la carte représente 100 000 mm sur le terrain • ou - 1 cm sur la carte représente 100 000 cm sur le terrain (1000 m)

  8. LES COORDONNEES • Généralités : C’est un moyen sûr et rapide de déterminer un point à partir d’un repère • Différents types de coordonnées : • Généralités : Si l’on prend des lignes verticales et horizontales se coupant à angle droit et à égale distance les unes des autres, on obtient un quadrillage formant une série de carrés identiques. Comme référence, on prend : axe des x = EQUATEUR = 0 et leur // axe des y = GREENWICH (UTM) PARIS (Lambert) Y ORDONNEE ABSCISSE X

  9. LES COORDONNEES • Universal Transverse Mercator (UTM) et Lambert • Origine : UTM = Greenwich • Lambert = Paris • Longitude = Ecart angulaire entre un méridien origine et le méridien passant par le point considéré. • Latitude = Ecart angulaire entre l’équateur et le parallèle passant par le point considéré Méridien origine Latitude N Equateur Longitude W Longitude E Latitude S

  10. LES COORDONNEES • Coordonnées polaires : Principe Azimut + Distance. En usage pour le guidage des aéronefs. • - Azimut en degré par rapport à un nord de référence • - Distance par rapport à un point caractéristique du terrain en Km. 360 ° Coordonnées polaires AZM (degrés) + DISTANCE (Km) 90 ° W E 270 ° AZM S 180 ° DISTANCE Point caractéristique Objectif

  11. LES COORDONNEES Cependant quand les aéronefs sont «en visuel», on peut alors utiliser un autre système : Ainsi un objectif peut être désigné par : «à vos 3 heures».......... par travers droit «à vos 6 heures».......... par travers gauche «Top vertical»............. En dessous de vous ... 12 h 00 01 h 00 11 h 00 02 h 00 10 h 00 09 h 00 03 h 00 04 h 00 08 h 00 05 h 00 07 h 00 06 h 00

  12. N M L K H G F E NC D NB C C G L A B D E F H K M LES COORDONNEES

  13. LES COORDONNEES • Coordonnées D.F.C.I. : Principe de la bataille navale 20 Km 100 Km 100 Km 100 Km A B C D E G L F H K 0 2 4 6 8 4 2 0 6 8 4 0 6 8 2 9 9 ME 46 8 8 8 68 28 ME 46 7 7 6 6 6 06 46 86 5 5 LF 20 Km 4 4 4 44 100 Km E 3 3 2 2 02 2 62 1 1 0 0 80 20 0 A B C D E G L F H K ME 46 D 2 KD MD 20 Km Autres Var 100 Km D N NW 1 NE 2 5 C W E 2 Km 4 3 S SW SE 0 2 4 6 8 L M K ME 46 D 2 SE ME 46 D 2 .3

  14. LES SIGNES CONVENTIONNELS • Définition :Eléments naturels ou artificiels qui sont si nombreux qu’ils seraient difficiles à faire apparaître ou à identifier sur une carte. Le cartographe les représente par des signes conventionnels apparaissant dans la légende. • Imprimerie :Elle se fait en cinq couleurs et de sa qualité dépend la lisibilité et l’esthétique des cartes. Les couleurs font partie de la symbolique. • Noir : couleur consacrée à la planimétrie (voies de communication, habitations, lignes électriques, limites, falaises...)

  15. LES SIGNES CONVENTIONNELS • Vert et blanc : • Vert marque la présence de végétation • Blanc à l’inverse symbolise l’absence de végétation • Bleu : représente l’hydrographie au sens large c’est à dire tout ce qui a un rapport plus ou moins grand avec l’eau (cours d’eau, lac, mer, citerne, glacier) • Orange : nivellement mais aussi interligne des routes et limites d’Etats

  16. 100 50 LES MOUVEMENTS DE TERRAINS • Altimétrie • Le mamelon : C’est un mouvement de terrain dont les versants s’abaissent de tous les cotés à partir du sommet. • L’éperon : C’est l’extrémité d’une croupe qui, au lieu de s’abaisser continuellement dans le même sens, se relève au contraire plus ou moins sensiblement, pour se terminer par un mamelon

  17. LES MOUVEMENTS DE TERRAINS • La croupe : C’est un mouvement de terrain en relief, formé par deux versants, qui se réunissent suivant une ligne de faite inclinée dans le même sens, sur toute sa longueur. • Ligne de faîte : C’est une ligne de partage des eaux. Elle est formée par l’intersection de 2 pentes qui se coupent vers le haut.

  18. LES MOUVEMENTS DE TERRAINS • Dépression • Thalweg : Mot allemand qui signifie «chemin au fond de la vallée». C’est une ligne de récupération des eaux (gouttière) Il est formé par l’intersection de pentes qui se coupent par le bas. • Vallée : Dépression de terrain formée de versants qui se réunissent suivant une ligne de thalweg.

  19. LES MOUVEMENTS DE TERRAINS • La cuvette : C’est un mouvement de terrain dont les versants s’élèvent de tous les cotés à partir du fond. La cuvette est l’inverse du mamelon. • Le col : C’est un mouvement de terrain formé par 2 croupes et 2 vallées qui s’opposent 2 à 2. Rem : 1 - La ligne de faîte marque un fléchissement au niveau du col Les courbes (1), (3), (2) et (4) sont à la même altitude

  20. LES MOUVEMENTS DE TERRAINS • Le chevelu :Il existe toujours une ligne de faîte entre 2 thalwegs. Une ligne de faîte rejoint toujours une autre ligne de faîte. Une ligne de thalwegs rejoint toujours une autre ligne de thalwegs plus importante (hydrographie)

  21. LES MOUVEMENTS DE TERRAINS • Ligne de changement de pente :

  22. ANALYSE DE LA ZONE D ’INTERVENTION DU CHEF DE GROUPE

  23. ANALYSE DE LA ZONE D ’INTERVENTION CE MOMENT DU RAISONNEMENT COMPLETE L ’AQUISITION DES DONNEES OPERATIONNELLES

  24. ANALYSE DE LA Z.I. • Analyse de trois principales composantes : • La topographie. • La population. • L ’analyse météorologique et astronomique

  25. ANALYSE DE LA Z.I. • Topographie : • Dimension et position de la zone. • Nivellement. • Ossature, • Pente. • Planimétrie. • Voies de communication : • Accès, • Rocades, • Pénétrantes, • Divers.

  26. ANALYSE DE LA Z.I. • Cours d ’eau. • Habitats • Implantation. • Architecture. • Etude volumétrique. • Résistance de la construction. • Matériaux constitutifs. • Matériaux contenus. • Points sensibles • Couvert végétal. • Divers

  27. ANALYSE DE LA Z.I. • Ressources concernées par le type de sinistre. • La population. • Sinistrés, sinistrables : • Nature, • Effectif. • Comportement : • Sinistrés, sinistrable, • Autorités, • Médias, • Sauveteurs.

  28. ANALYSE DE LA Z.I. • Conditions météorologiques et astronomiques. • Température, hygrométrie, pluviométrie, vent, insolation, calendrier, divers. • Situation immédiate, • Situation envisageable. • Tâches spécifiques liées à la Z.I. • Conclusion, • Mettre en évidence certaines caractéristiques du milieu.

  29. ANALYSE DE LA ZI EN FEUX DE FORET X • Repères : atlas, DFCI • Vent : force, direction. • Relief : crête, talweg. • Végétation. • Accès : rocades, pénétrantes, point de transit. • Ressources en eau : hydrants, DFCI, piscine……. • Points sensibles : • Divers: lignes transport d ’énergie, relais radio / TV, habitations, population.