slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
P Coleman, R Irons, J Nicholl Emerg Med J 2001; 18 :482–487 PowerPoint Presentation
Download Presentation
P Coleman, R Irons, J Nicholl Emerg Med J 2001; 18 :482–487

Loading in 2 Seconds...

  share
play fullscreen
1 / 15
talon-delaney

P Coleman, R Irons, J Nicholl Emerg Med J 2001; 18 :482–487 - PowerPoint PPT Presentation

67 Views
Download Presentation
P Coleman, R Irons, J Nicholl Emerg Med J 2001; 18 :482–487
An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author. While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Will alternative immediate care services reduce demands for non-urgent treatment at accident and emergency? P Coleman, R Irons, J Nicholl Emerg Med J 2001;18:482–487

  2. Objectif • Estimer l’impact potentiel des alternatives au service des urgences sur la réduction du nombre d’urgences non urgentes • En prenant en compte le niveau d’urgences des motifs d’admission et la raison pour laquelle le patient se présente aux urgences

  3. Alternatives au service des urgences • GP • Nurses practitioners • Minor Injury Units (MIU) • Walk-in Centres (WIC) • Self care with the telephone health advice line NHS Direct

  4. Méthode • Hôpital universitaire de Sheffield (Angleterre) • Urgences adultes • 7 semaines entre octobre et décembre 1997 • Code couleur du triage aux urgences (noir, rouge, bleu, vert, jaune)

  5. Méthode • Pendant l’étude, 8057 « vert ou jaune » (61,5%) • Echantillonnage : « carré latin 7x7x7 » • 147 patients / catégories • Critères d’exclusion : • incapacité de remplir le questionnaire (OH, drogue…) • Être adressé directement part son MT

  6. Méthode • Questionnaire à l’arrivée aux urgences : • Perception de la gravité de leur pb de santé • Où, quand et comment • Indicateurs socio-démographiques • Raisons de leur venue aux urgences (tab 1) classées « fortes, moyennes et faibles » • Diagnostic, prise en charge

  7. Méthode • Autres prises en charge + appropriées : • GP • MIU • WIC • NHS direct • Urgences réelles

  8. Résultats • 267 ont remplis le questionnaire • 255 analysés (119 jaunes et 136 verts) • H : 62% • 57% < 35 ans • 80% : trauma • 27% survenus au domicile

  9. Résultats • non approprié : 55% [50%,62%] • Jaune : 66% • Vert : 54%

  10. Résultats

  11. Résultats • Raisons de venir aux urgences : • Le + fr : « avoir besion d’une radio » (n=112) • « sur les conseils de qq d’autre (n=112) • Parmi les 55% « non-appropriés » : • 12% [6%-18%] n’ont pas de « fortes raisons » de venir aux urgences • 7% [3%-10%] ne reviendraient pas aux urgences dans les mêmes circonstances…

  12. Discussion • Les alternatives aux services des urgences pourraient prendre en charge 55% des urgences non urgentes • En pratique, beaucoup moins si on prend en compte la perception par le patient de la gravité • « avoir besoin d’une radio » est un facteur important de décision pour le patient de venir aux urgences

  13. Discussion • Les alternatives aux urgences n’absorberaient que 7% du flux des urgences non urgentes • Il existe toujours un tropisme important des patients vers les urgences malgré une diversification de l’offre • Éducation du patient difficile