slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Atelier Drépanocytose Monaco Monaco 28-29 Octobre 2013 PowerPoint Presentation
Download Presentation
Atelier Drépanocytose Monaco Monaco 28-29 Octobre 2013

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 31

Atelier Drépanocytose Monaco Monaco 28-29 Octobre 2013 - PowerPoint PPT Presentation


  • 218 Views
  • Uploaded on

PROBLEMATIQUE DE LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE CHEZ LE DREPANOCYTAIRE EN AFRIQUE Saliou Diop saliou.diop@ucad.edu.sn. Atelier Drépanocytose Monaco Monaco 28-29 Octobre 2013. Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Centre national de transfusion sanguine Dakar. Moyens thérapeutiques.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Atelier Drépanocytose Monaco Monaco 28-29 Octobre 2013' - steffi


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1
PROBLEMATIQUE DE LA SECURITE TRANSFUSIONNELLE CHEZ LE DREPANOCYTAIRE EN AFRIQUESaliou Diop saliou.diop@ucad.edu.sn

Atelier Drépanocytose Monaco

Monaco 28-29 Octobre 2013

Université Cheikh Anta Diop de Dakar

Centre national de transfusion sanguine Dakar

slide2

Moyens thérapeutiques

  • Situation en Afrique
  • Etudes pilotes
  • PEV:Tuberculose, DTCP, Rougeole,Fièvre jaune, Hépatite B, Haemophilusinfluenzae, Pneumocoque (2012)
  • 14 sur les 21 pays francophones d’Afrique
  • Absence de politique sociale
  • Absente
  • Dépistage néo natal
  • Vaccination
  • Centres spécialisés
  • Prise en charge sociale
  • Greffe de CSH
  • Hydroxyurée
  • Transfusion sanguine
slide3

Transfusion sanguine et drépanocytose

Transfusion simple dans les cas d’anémie aiguë.

- Hémolyse aigue

- Séquestration splénique

- Infection par le parvovirus

Les échanges ponctuels curatifs

- Accident Vasculaire Cérébral

- Syndrome Thoracique Aigu

- Séquestration hépatique

- Accident septique grave

- CVO hyperalgique ne cédant pas aux antalgiques majeurs

- Échec Etiléfrine dans le priapisme

Les échanges ponctuels préventifs

  • Préparation à une intervention chirurgicale
  • Préparation à un long voyage
  • Grossesse
  • Transfusion sanguine AU LONG COURS
  • ATCD d’AVC
  • CVO et STA récidivants si Hydroxyurée impossible
  • Ulcères de jambe récidivants
  • Priapisme récidivant
  • Défaillance multiviscérale
  • Doppler transcranien anormal
transfusions pratiqu es dakar
Transfusions pratiquées à Dakar

Repartition des patients selon le nombre d’unités transfusées

Proportion des patients transfusés selon leur âge

pratique transfusionnelle simple transf 339
Pratique transfusionnelleSimple transf. = 339

Proportion de patients transfusés selon le sexe

slide6

Défis de la transfusion sanguine en Afrique

  • Insuffisances dans l’organisation et le management
  • Forte prévalence des agents infectieux dans la population générale
  • Faible nombre de dons de sang
  • Taux élevé de donneurs familiaux
  • Infrastructures et équipements insuffisants
  • Conditions de Dépistage très variables
  • Faiblesse du système d’hémoviglance
  • Utilisation de sang total encore prédominant
  • Jeune âge des receveurs
slide7

Disponibilité

Sécurité

Assurer les besoins

RisqueZero

Resources

Science

Décision basée sur les preuves

Analyse coût-bénéfice

Législation

slide11

DON DE SANG DANS LE MONDE

SELON L’INDEX DE DEVELOPPEMENT HUMAIN

  • VERY HIGH
  • HIGH
  • MEDIUM
  • LOW
  • NA

HDI = Human Development Index

SENEGAL

2012

HDI : 0.470

Source: WHO Global Database on Blood Safety (GDBS), 2009 survey

don de sang
Don de sang
  • Freins socio culturels (tabous, éducation)
  • Freins économiques réduit l’accès au donneurs de sang potentiels
    • Ressources humaines et financières
    • Moyens pour des équipes mobiles (2-3 fois plus cher pour le recrutement du donneur)
    • Moyens pour la fidélisation des donneurs
3 le risque infectieux
3- Le risque infectieux
  • Prévalence élevée dans la population (pays présents)
    • VIH: 0,5- 4 %
    • HBV: 10-16%
    • HCV: 0,5- 2%
    • Syphilis: 0,5-2%
  • Agents infectieux non dépistés
    • Plasmodium
    • HTLV 1
  • Techniques utilisées non performantes:

Exemple: Test rapides

slide16

Nature des tests

    • 15 HCV: (8 tests rapides 5 Ab EIA 2 Ag/Ac EIA)
    • 17 Ag HBs (10 tests rapides 7 EIA)
  • Sensibilité globale:
risque r siduel vih

† 

  • † 
  • ‡ 
Risque résiduel VIH

Transfusion, March 2011,Volume 51, Issue 3, pages 486–492,

France (2007-2009): 1,38 – 1,63 1/2 600 000

RR: X 15 – 48

risque r siduel
Risque résiduel

CAUSES:

  • Erreur technique
  • Don provenant d’un donneur très récemment infecté (fenêtre sérologique)
  • Variant viral non reconnu par le réactif
  • Don infectieux séronégatif chez un porteur chronique

COMMENT LE REDUIRE?

  • 1- Dépistage du génome viral : Coût élevé
  • 2- anti HBc mais:
    • Fort taux de positivité (75%au Sénégal)
    • Cas de faux positif
    • Quelques anti HBcneg sont aussi infectieux( ceux qui ont un faible titre anti HBs)
  • 3- Tests qui détectent tous les mutants
  • 4- Besoins d’études supplémentaires pour les pays endémiques
4 risque immunologique
4- Risque immunologique
  • Immuno Hématologie donneurs:
    • Système ABO
    • Ag D du système rhésus
  • Immuno Hématologie receveurs
    • RAI non systématique avant transfusion
    • Transfusion de sang compatibilisé
  • Population drépanocytaire: moins de différence antigénique entre receveurs et donneurs qu’en France.
slide20

Risque immunologique (RAI positive chez les drépanocytaires)

  • Notre série: 8, 3 %
  • NorolF (France, 1994) 30,6%

PSL RH-K compatible: 8,2 %

  • Aygun(USA, 2002): 29 % (enfants)

47 % (adultes)

  • Murao(Brésil, 2005): 9,9 %
5 le risque de surcharge martiale
5- Le risque de surcharge martiale
  • 1 CGR apporte 200 mg de fer
  • Traitement chélateur du fer non disponible (coût élevé)
  • Echanges transfusionnels peu utilisés
    • Manuels
    • Sur machine (coût élevé des consommables)
la surcharge en fer
La surcharge en fer
  • Il n’ya pas de mécanisme d’élimination du fer par l’organisme
  • 1 CGR apporte 200 -250 mg de fer
  • 1 seule transfusion de 2 CGR équivaut à l’absorption habituelle de fer alimentaire pendant un an
  • Elle est inéluctable dans les programmes de transfusion au long cours (10-20 transfusions)
  • Le niveau de surcharge en fer est proportionnel au nombre d’unités transfusées
cons quences de la surcharge en fer
Conséquences de la surcharge en fer
  • Longtemps asymptomatique (surcharge importante au début des signes cliniques)
  • Atteinte hépatique
    • Premier organe de la surcharge
    • Infiltration des cellules parenchymateuses puis fibrose portale (2 ans après début des transfusions) puis cirrhose ( 5 à 10 ans)
  • Atteinte cardiaque :
    • plus lente que la surcharge hépatique
    • Principale cause de décès (arythmie et insuffisance cardiaque)
  • Endocrinopathies
  • Arthropathies
slide24

La surcharge en fer

Taher AL, Hemoglobin, 2009

indications du traitement ch lateur
Indications du traitement chélateur
  • Après 10-20 transfusions de GR
  • Ferritinémie > 1000 ng/ml
  • Conc. hépatique en fer > 3-7mg de fer /g poids sec
slide27

6- Utilisation non rationnelle

  • Prescriptions inappropriées sont fréquentes
    • Stockage avancé de sécurité (peur de ne pas en disposer)
    • Prescription paramédicale (31,6 % au Burkina en 2006)
  • Moins de 10 % des pays ont des recommandations nationales
7 h movigilance et syst me d assurance qualit
7- Hémovigilance et système d’assurance qualité
  • Moins de 50 % des pays ont mis en place un système qualité
  • Absence de référentiel accepté par tous
    • Absence de comité hospitalier transfusionnel (65%)
comment am liorer la pratique transfusionnelle chez les dr panocytaires en afrique
Comment améliorer la pratique transfusionnelle chez les drépanocytaires en Afrique ?
  • Renforcer les bonnes pratiques transfusionnelles
  • Echanges transfusionnels
  • Rendre disponible les traitements chélateurs du fer
  • Meilleure accessibilité de l’Hydroxyurée
notre service
NOTRE SERVICE

Laboratoires

Dons de sang

Service d’Hématologieclinique

2 salles de consultation

1 salle de soins

1 salle de réunion

7 litsd’hospitalisation du jour

13 litsd’hospitalisation de nuit (5 cabinesindividuellse et 4 cabines doubles)

2 Bureaux

conclusion
CONCLUSION
  • D’importants progrès ont été réalisés sur le niveau de sécurité de la transfusion sanguine en Afrique durant ces dix dernières années.
  • Il persiste encore de nombreux défis
  • Leur prise en compte doit être considérée dans les programmes de prise en charge de la drépanocytose