slide1 l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Septembre 2007 PowerPoint Presentation
Download Presentation
Septembre 2007

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 26

Septembre 2007 - PowerPoint PPT Presentation


  • 122 Views
  • Uploaded on

Le rôle des sociétés d’Etat dans le développement d’infrastructure M. Vuyo Kahla – Membre du comité de direction du groupe: bureau du Directeur Général du groupe, Transnet Limited . Septembre 2007. Agenda. Le contexte Mauvaise performance historique des sociétés d’Etat

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Septembre 2007' - solana


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

Le rôle des sociétés d’Etat dans le développement d’infrastructure M. Vuyo Kahla – Membre du comité de direction du groupe: bureau du Directeur Général du groupe, Transnet Limited

Septembre 2007

agenda
Agenda

Le contexte

Mauvaise performance historique des sociétés d’Etat

Le rôle des sociétés d’Etat en Afrique du sud

L’expérience de Transnet

Infrastructure transfrontalière: le corridor de Maputo

Conclusions

agenda3
Agenda

Le contexte

Mauvaise performance historique des sociétés d’Etat

Le rôle des sociétés d’Etat en Afrique du sud

L’expérience de Transnet

Infrastructure transfrontalière: le corridor de Maputo– Etude de cas

Conclusions

le contexte
Le contexte
  • La théorie de déficience de marché combinée avec des idéologies politiques établies ont eu pour conséquence que les gouvernements ont estimé que leur rôle était critique pour le développement et l’entretien de l’infrastructure économique essentielle par le biais de sociétés d’Etat
  • Les sociétés d’Etat ont été, et dans certains cas continuent d’être, les vecteurs principaux de l’investissement d’infrastructure du secteur public surtout au sein des économies des pays en voie de développement
  • Sur le plan historique, les objectifs politiques et sociaux ont contrebalancé les objectifs commerciaux et financiers ce qui constitue sans doute parfois la cause principale d’une mauvaise performance et la raison pour laquelle la pression pour la commercialisation et la privatisation a commencé.
  • La participation du secteur privé dans l’investissement d’infrastructure a augmenté à travers le monde depuis la campagne pour les réformes mais dans la plupart des pays en voie de développement, l’infrastructure reste en mauvais état et est gérée de manière inefficace.
agenda5
Agenda

Le contexte

Mauvaise performance historique des sociétés d’Etat

Le rôle des sociétés d’Etat en Afrique du sud

L’expérience de Transnet

Infrastructure transfrontalière: le corridor de Maputo– Etude de cas

Conclusions

mauvaise performance historique des soci t s d etat
Mauvaise performance historique des sociétés d’Etat

Une étude intitulée ‘Nouvelle base de données sur les sociétés d’Etat’ menée par Harrgerty et Shirley et publiée dans la Revue économique de la Banque Mondiale en 1997 offre un aperçu utile sur la performance des entreprises d’Etat par rapport à une série d’indicateurs et groupes de pays entre 1978 et 1991.

Les conclusions principales de l’étude indiquent que:

  • Les sociétés d’Etat n’ont pas été, sur le plan historique, des employeurs importants même en Afrique où elles sont moins capitalisées
  • La mauvaise croissance du PIB dans les pays africains est directement corrélée avec l’importance du déficit fiscal. Les déficits des sociétés d’Etat sont allés de pair avec les déficits fiscaux ce qui sous-entend que les déficits des sociétés d’Etat ont eu une incidence négative conséquente sur la croissance du PIB en Afrique
  • Pendant la majeure partie de la période considérée (1978-1991), les sociétés d’Etat dans les pays à revenus bas et intermédiaires ont eu des soldes négatifs et par conséquent, ont drainé l’Etat de revenus au lieu d’apporter une source de revenus
  • Malgré des améliorations des déficits des sociétés d’Etat à partir du milieu des années 80 dans les pays à revenus bas, la croissance du PIB ou du RIB pendant la même période a été faible ou inexistante, ce qui porte à croire que les sociétés d’Etat ont probablement effectué des assainissements de bilans mais ont peu contribué à améliorer la productivité, l’efficacité et l’utilisation du capital
mauvaise performance historique des soci t s d etat7
Mauvaise performance historique des sociétés d’Etat
  • Les sociétés d’Etat n’ont pas contribué de manière significative au développement économique des pays à revenus bas et intermédiaires jusqu’aux années 90.
  • Après les années 90, la privatisation et commercialisation des sociétés d’Etat stratégiques n’ont eu que des résultats limités et de nombreuses discussions ont lieu pour déterminer si de telles activités ont réalisé l’un des objectifs de réduction des déficits fiscaux, d’encouragement de l’investissement du secteur privé, de réduction des inefficacités de productivité etc.
agenda8
Agenda

Le contexte

Mauvaise performance historique des sociétés d’Etat

Le rôle des sociétés d’Etat en Afrique du sud

L’expérience de Transnet

Infrastructure transfrontalière: le corridor de Maputo– Etude de cas

Conclusions

le r le des soci t s d etat en afrique du sud
Le rôle des sociétés d’Etat en Afrique du Sud
  • Le gouvernement d’Apartheid utilisait les sociétés d’Etat pour trois raisons majeures à savoir (i) pallier aux implications des sanctions (surtout dans les secteurs du pétrole et de l’énergie comme par exemple, Sasol, Moss Gas et Eskom), (ii) obtenir un accès critique à l’armement (Denel, Armscor) et (iii) sécuriser l’emploi de la nation Afrikaner
  • Vers le milieu et jusqu’à la fin des années 90, le gouvernement s’est concentré sur une approche politique de privatisation des sociétés d’Etat
  • Le nombre de sociétés d’Etat en Afrique du sud a connu une forte réduction et l’expérience obtenue par le Gouvernement grâce à ce processus a facilité une approche politique de plus en plus cohérente vis-à-vis du rôle que les sociétés d’Etat peuvent jouer pour améliorer la capacité d’un état de développement.
  • La question principale permettant de définir l’efficacité d’une société d’Etat dans le contexte d’état de développement est celle de l’intention et de l’objectif stratégiques à savoir:
    • La certitude que les objectifs clairement stipulés restent en place à long terme; et
    • Le fait que la capacité d’investissement doive être assortie d’une capacité opérationnelle efficace et rentable assurant que suffisamment de recettes soient générées de l’infrastructure de façon à ce que les investissements soient durables et n’impliquent aucun coût pour l’Etat dans l’avenir.
maintenir l intention strat gique
Maintenir l’intention stratégique

Pour maintenir l’intention stratégique, certains objectifs essentiels doivent être atteints:

  • les sociétés d’Etat doivent être financièrement solides et stables pour pouvoir mobiliser les ressources auprès des marchés financiers nationaux et internationaux
  • Bien que l’Etat soit habilité à capitaliser les sociétés d’Etat dans la phase de lancement et autres circonstances définies, il exige désormais de la part des sociétés d’Etat de pouvoir augmenter cette capitalisation grâce à leur propre efficacité financière et auprès des marchés financiers.
  • Un bilan sérieux et la capacité à se mettre en partenariat avec le capital privé est donc vital
  • Ce problème est loin d’être simple si la société est définie par une intention stratégique à long terme car elle doit alors maximaliser les résultats économiques plutôt que le résultat financier net plus restreint
maintenir l intention strat gique11
Maintenir l’intention stratégique
  • Dans l’économie mondiale, le pouvoir des marchés et de la concurrence transfrontalière transforment l’efficacité opérationnelle en un impératif pour toute société d’Etat
  • Si l’efficacité opérationnelle se retrouve derrière les critères de référence internationaux, l’investissement connaît une stagnation voire un déclin
  • Les sociétés d’Etat doivent exécuter des programmes d’investissement majeurs tout en préservant leur solidité financière et leur efficacité opérationnelle
  • Les sociétés d’Etat doivent donc être orientées vers la croissance
le r le des soci t s d etat en afrique du sud12
Le rôle des sociétés d’Etat en Afrique du sud

Les sociétés d’Etat sont-elles nécessaires aujourd’hui?

  • Les sociétés d’Etat peuvent-elles fournir l’infrastructure de façon à rentabiliser le capital et fonctionner de la même manière qu’une société du secteur privé?
le r le des soci t s d etat en afrique du sud13
Le rôle des sociétés d’Etat en Afrique du sud

Le gouvernement de la république sud-africaine, agissant par le biais du Ministre des entreprises publiques a, grâce à des conventions d’actionnaires avec les sociétés d’Etat, demandé à ces dernières d’améliorer la compétitivité de l’Afrique du sud et la réduction des coûts de gestion des activités commerciales en Afrique du sud.

Dans le cadre de ce mandat, les sociétés d’Etat sont dans l’obligation de:

fournir la capacité d’infrastructure en anticipant sur la demande;

faire croître les revenus en augmentant les volumes;

gérer les bilans comptables de manière stratégique et rentable et ne compter sur aucun soutien financier de la part du gouvernement;

améliorer l’efficacité opérationnelle;

jouer un rôle dans l’apport d’infrastructure essentielle requise pour protéger la sécurité de l’offre de l’économie;

contribuer à la création d’emploi et au développement des compétences;

être compétitives au niveau des prix et obtenir un rendement sur les fonds investis pour fournir la capacité en matière d’économie; et

investir dans la recherche et le développement

Parmi ces conditions, nombre d’entre elles sont exprimées sous forme d’objectifs quantifiables définis dans de telles conventions d’actionnaires.

agenda14
Agenda

Le contexte

Mauvaise performance historique des sociétés d’Etat

Le rôle des sociétés d’Etat en Afrique du sud

L’expérience de Transnet

Infrastructure transfrontalière: le corridor de Maputo– Etude de cas

Conclusions

l exp rience de transnet
L’expérience de Transnet

Conglomérat diversifié de sociétés généralement reliées entre elles à performance pauvre

Société orientée vers le transport de marchandises offrant des services intégrés, efficaces, fiables et rentables

2003

2007

aper u de la convention des actionnaires
Aperçu de la Convention des actionnaires

Rôle essentiel défini dans la Convention des actionnaires

Le défi de Transnet

  • (Dans le contexte des indicateurs clé de performance convenus)
    • Réduire le coût de gestion des activités commerciales en Afrique du sud
    • Incorporer la croissance par le biais de l’établissement de ports, voies ferrées et réseaux de pipelines appropriés
    • Rentabilité et efficacité des coûts par rapport à des normes de références acceptables
    • Croissance du volume au sein des secteurs principaux

Créer la capacité, améliorer l’efficacité et augmenter les volumes

Conserver une position financière solide

ET

strat gie de redressement en quatre points les piliers de la transformation
Stratégie de redressement en quatre points: les piliers de la transformation

Intention stratégique

Sociétéorientéesur le transport de marchandises

Prestation de services efficaces & compétitifs

Encouragement de la croissance économique

Contrôle de la gouvernanced’entreprise & de la gestion du risque

Stratégie de redressement en quatre points

Réorientation et remaniement des sociétés

Gestion de bilan stratégique

Développement du capital humain

  • Amélioration de l’efficacité et de la rentabilité des secteurs clé
  • Réalisation de synergies entre transport maritime et ferroviaire
  • Service à la clientèle
  • Infrastructure et entretien
  • Rejet de toutes les activités non essentielles et concentration sur les unitéscommercialesprincipales
  • Taux de rendementsur le capital investiadapté (>coûtmoyenpondéré du capital)
  • Financement de retraite
  • Optimisation de la gestion de la trésorerie et des liquidités
  • Gestionactif-passifstratégique
  • Normes de gouvernance d’entreprise les plus élevées
  • Amélioration de la gestion du risque, avec attention particulière sur la sécurité dans toutes les opérations
  • Revitalisation des RH en transformant la culture et le comportement du personnel
  • Devenir l’employeur préféré et longue durée
  • Concentration sur:

- la gestion de talent

- le leadership

- la transformation

- la gestion de la performance et des primes

am liorations substantielles d montr es en mati re de performance financi re
Améliorations substantielles démontrées en matière de performance financière

Points forts de la performance de Transnet : Aperçu sur trois ans

Améliorationpar rapport à 2004

Mesures

2004 Réelle

2007 Réelle

Résultat opérationnel

4 750mR

8 470mR

78%

BAIIDA (%)

17%

40,7%

139%

Couverture des intérêt sur créance en liquidités

3,5 fois

5,4 fois

54%

Toutes les mesures ont dépassé les conditions de la Convention des actionnaires

Efficacité marginale du capital sur l’investissement (ROC en rendement net)

4,0%

6,8%

70%

Ratio de solvabilité

83%

39%

53%

Dépenses en capital (Sauf aviation)

3,8 miliards R

11,7 miliards R

208%

Part des actionnaires

9,9 milliards R

37,4 milliards R

278%

Point de départ du plan de redressement en quatre points

marge baiida
Marge BAIIDA

Croissance de la marge BAIIDA sur cinq ans

86% growth

41

40

29

22

17

acc l ration de l investissement 2003 2007
Accélération de l’investissement: 2003 - 2007

Dépenses en capital (en millions de Rands)

Augmentation de 192%

11 674

6 601

5 641

3 805

3 996

pr vision des d penses en capital sur cinq ans 78 milliards de r
Prévision des dépenses en capital sur cinq ans: 78 milliards de R*

Transport ferroviaire

Rail Freight

R34.8bn

34.8 milliards R

Coal Line

Ligne charbon

R4.9bn

Pipelines

10 milliards R

4.9 milliards R

Pipelines

Pipelines

3.8 milliards R

Ore Line

Ligne minerai

R3.8bn

-

-

Pipeline multiproduits

9.3 milliards R

Marchandises générales

General Freight

R15.3bn

15.3 milliards R

Amélioration gazoduc

0.2 milliards R

Entretien

Maintenance

13%

13%

Opérations

portuaires

10.8 milliards R

9.5 milliards R

Capitalisation

Capitalisation

R10.8bn

Opérateur portuaire

Durban

Durban

0.9 milliards R

12%

12%

Richards Bay

Richards Bay

0.7 milliards R

Transport ferroviaire

Ngqura

Ngqura

1.5 milliards R

45%

45%

Cape Town

Cape Town

0.4 milliards R

Saldanha

Saldanha

2.9 milliards R

24%

24%

Autorité portuaire

18.5 milliards R

5%

5%

Richards Bay

Richards Bay

0.8 milliards R

Ingénierie ferroviaire

Rail Engineering

R4.1bn

4.1 milliards R

Ngqura

Ngqura

4.7 milliards R

Autorité portuaire

Equipment

Matériel

-

-

R2bn

2 milliards R

Cape Town

Cape Town

3.8 milliards R

Amélioration des installations

1.1 milliards R

Upgrade of facilities

R1.1bn

Durban

Durban

7.6 milliards R

Ingénierie ferroviaire

Bâtiment flottant

0.7 milliards R

* Activités continues

agenda22
Agenda

Le contexte

Mauvaise performance historique des sociétés d’Etat

Le rôle des sociétés d’Etat en Afrique du sud

L’expérience de Transnet

Infrastructure transfrontalière: le corridor de Maputo –

Etude de cas

Conclusions

infrastructure transfrontali re le corridor de maputo etude de cas
Infrastructure transfrontalière: Le corridor de Maputo – Etude de cas
  • La rencontre des chefs d’Etat en juillet 2006 a été l’occasion de mandater Transnet Freight Rail (‘’TFR’’) et Chemin de Fer Mozambique (‘’CFM’’) pour améliorer la performance du réseau ferroviaire du corridor de Maputo
  • Une équipe spéciale pour CFM et TFR a été mise en place en octobre 2006 pour s’occuper des améliorations à court, moyen et long terme
  • CFM a lancé le processus d’amélioration de l’infrastructure selon la demande disponible et l’engagement par les parties pour faire face à cette demande
  • TFR a aussi apporté son assistance en louant six locomotives à CFM afin de satisfaire à la demande à court terme
  • Des initiatives similaires sont en cours de considération sur les autres corridors transfrontaliers
  • Le principe clé est l’engagement commun d’accroître les volumes reposant sur une approche de risques et gains partagés vis-à-vis des investissements dans les corridors ferroviaires
  • Grâce à de telles initiatives d’infrastructure, une base est jetée pour déployer des investissements permettant la promotion de la connectivité régionale
agenda24
Agenda

Le contexte

Mauvaise performance historique des sociétés d’Etat

Le rôle des sociétés d’Etat en Afrique du sud

L’expérience de Transnet

Infrastructure transfrontalière: le corridor de Maputo– Etude de cas

Conclusions

conclusions
Conclusions
  • Les sociétés d’Etat peuvent représenter un instrument très efficace pour l’investissement d’infrastructure si, comme il en est le cas actuellement en Afrique du sud, elles ont une intention stratégique claire sur le long terme
  • Pour maintenir cette intention, il faut que:
    • Les sociétés d’Etat soient financièrement solides et stables afin de mobiliser les ressources sur les marchés financiers nationaux et internationaux
    • Les efficacités opérationnelles soient au niveau, ou proches des niveaux des critères de référence internationaux
    • La croissance soit orientée pour un programme d’investissement durable
  • L’infrastructure transfrontalière peut être une réussite s’il existe un engagement commun de la part des deux parties en matière d’investissement en vue de faire face à la demande