sociologie du travail et de l emploi n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Sociologie du travail et de l’emploi PowerPoint Presentation
Download Presentation
Sociologie du travail et de l’emploi

Loading in 2 Seconds...

  share
play fullscreen
1 / 22
Download Presentation

Sociologie du travail et de l’emploi - PowerPoint PPT Presentation

sivan
139 Views
Download Presentation

Sociologie du travail et de l’emploi

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Sociologie du travail et de l’emploi Taylorisme & Organisation Scientifique du travail Lundi 1er Octobre 2007 Cours - M. Bourrier

  2. La pensée de Taylor Frederick Taylor Chronomètre

  3. Eléments biographiques • Né à Philadelphie, US, 1856, Meurt en 1915 • Son influence commence en 1880 et culmine dans les années 1910-1920. • Echoue à l’entrée des Uni de la Yve league • Formation ouvrier modeleur de 1874-1878 dans une fabrique de pompes • Entre à la Midvale Steel Company en 1878, comme manoeuvre, puis grimpe la hiérarchie, ouvrier, chef d’équipe, contremaître, devient ingénieur spécialiste de la coupe des métaux à 28 ans • Entre à la Bethlehem Cie, fait un travail approfondi sur la coupe des métaux • Devient ingénieur conseil

  4. Ses livres: • Mémoire technique sur les courroies, 1893. • La coupe des aciers, 1906 • Le salaire aux pièces, 1895 • Principles of Scientific Management, 1911 (Trad. Frç, La direction scientifique des entreprises, 1957)

  5. Principes tayloriens : 1. D’abord un constat…. • Constat de départ de Taylor : Bcp de gâchis dans les usines, les ouvriers ont la fâcheuse habitude de flâner régulièrement. • Ils limitent leur production de façon à conserver le même taux pour chaque pièce • => Concept de flânerie systématique

  6. 2….Puis des raisons • 3 causes à cette flânerie systématique : • Peur du chômage • Pas de sala ires incitatifs (Taylor considère que les ouvriers ne sont pas assez payés) • Pas de science dans les pratiques professionnelles (Rule of Thumb)

  7. Les 5 principes : • 1. Parcellisation des tâches • 2. Temps et mouvements et chronométrage • 3. Prime et carotte • 4. Stricte séparation entre Exécution et Conception • 5. Sélection de la main d’oeuvre

  8. 1. Parcellisation des tâches • Toute tâche correctement délimitée peut être exécutée exactement

  9. 2. Temps et Mouvements, Time & Motion Studies + Chronométrage • Taylor est connu pour avoir identifié les “temps partiels” • “One best way” : Il existe une manière et une seule d’accomplir une opération donnée • Il faut seulement la trouver (Ex : gueuses de fonte) • Processus de production et programme détaillé de comportements

  10. 3. Prime, Carotte • A chaque travail, sa juste rémunération journalière. Taylor parle de “loyale tache journalière”, c’est-à-dire la juste rétribution. • Il considère que la productivité des employés doit etre stimulée par des primes, des avantages pécuniers. • Ces primes doivent etre décidées après avoir effectué des expériences précises (Ex : si on  de 20, 30, 40%, comment se comportent les individus et également comment ils acceptent les chgmts de cadences • Conception vertueuse de la prime

  11. 4. Séparation stricte entre exécution et conception • Création des fonctionnels, en particulier de l’agent des méthodes • Spécialistes capables de fournir des arguments irréfutables car scientifiques sur la production et le processus de production • Substituer la science aux ajustements individuels des ouvriers et des employeurs (Rule of thumb) • Ces fonctionnels ont un rôle de formateurs, adoption de bons gestes • Gestes qui auront été découverts grâce à la conduite des expérimentations chronométrées

  12. 5. Sélection de la main d’oeuvre • “The right Man at the right Place” • Tous les hommes ne sont pas capables d’accomplir n’importe quel travail • Il faut opérer une sélection des individus

  13. Implicitement, quelles sont les hypothèses sous-jacentes de l’activité humaine véhiculée par le taylorisme? • Postulat mécaniste : L’efficacité peut se mesurer en termes de productivité, abstraction faite des facteurs humains • Postulat rationaliste : Les hommes se comportent de manière logique et raisonnable • Supervision détaillée. Les individus ont besoin d’être soumis à une supervision détaillée car ils fraudent. • Principes de définition étroite des tâches : les tâches doivent (et donc peuvent) être rigoureusement définies et ne doivent pas empiéter les unes sur les autres.

  14. Suite… • Postulat matérialiste : L’individu recherche la sécurité et la définition claire de son travail. Pour autant que ces conditions sont vérifiées, son comportement et ses motivations sont en accord avec les exigences du système. • Postulat de clôture : L’entreprise est un système fermé, entièrement analysable • Principe d’officialisation : Les seuls échanges entre individus dont on doit se préoccuper sont officels ou formels • Postulat économique : La seule motivation des individus est le salaire. La mise au point d’un système équitable de rémunération suffira à obtenir leur adhésion

  15. Suite… • Principe de centralisation : La coordination doit être imposée et contrôlée par le haut et la délégation de l’autorité se fait de haut en bas • Postulat de spécialisation: Les tâches simples sont plus faciles à assimiler. Il faut donc instaurer une division du travail aussi fine que possible pour  la productivité. • Postulat d’universalité : Il est possible de dégager de l’expérience des principes universels, valables quelque soit l’individu, ou la situation

  16. Quel portrait de l’individu au travail? • Un individu isolé de son groupe • Que l’on doit chercher à empêcher de s’unir • Que l’on motive par l’argent

  17. Réactions au taylorisme • A partir de 1907, aux US, l’American Federation of Labor s’empare du problème et s’oppose violemment aux méthodes de Taylor • En 1912, 1 commission d’enquête est réunie à la demande du comité pour les relations industrielles du Congrès US • En 1915, une enquête est menée dans les usines qui ont suivi les conseils de Taylor, dont les noms ont été indiqués par Taylor lui-même = > Enquête HOXIE, 35 établissements visités • Résultats : on parle de bannissement du système de Taylor, le chronométrage remis en cause, la dégradation du moral et de la dignité des ouvriers sont mises en cause • Fr: la CGT dénonce “l’orga. du surmenage”

  18. Critiques de fond au taylorisme: • Les plus connues : • Celle de James March et Herbert Simon (Organizations, 1958). • Celle de Georges Friedman, dans Le travail en miettes (1959).

  19. 2 grandes lacunes : • L’inexactitude et les lacunes des hypothèses relatives aux interactions et Minimisation de l’existence des conflits et des luttes de pouvoir. => Activité de travail est collective, distribuée • Sous-estimation de la complexité des individus comme centres de traitement de l’information et méconnaissance des mécanismes cognitifs. => Ce n’est pas en décomposant que l’on traite mieux

  20. 3 conséquences documentées: • Expropriation des savoir-faire ouvriers. • Cloisonnement entre les départements (Finance, production, RH, Design, Marketing…) • Aliénation, perte de sens dans le travail.

  21. Taylor : Icône, pourquoi? • Sociologie du travail : Le travail cela s’organise! Time & Motion Studies. Lutte contre les savoirs traditionnels, « Rule of Thumb » • Relations sociales : au travers de ce face à face entre ouvriers professionnels et management. La production, l’efficacité dépend des relations de travail. • Ergonomie et physiologie : chaque individu est différent, Capacités physiques et intellectuelles différentes donc travail différent.

  22. Taylor (suite) • Psychologie et motivation au travail : Le travail doit être motivé! Essentiellement vue au travers de la motivation par l’argent • Assymétrie d’information : le problème du « principal-agent » vu par Taylor, la zone d’incertitude crozérienne plus tard! • Création des « fonctionnels » et la centralisation: Les beaux jours des sciences de gestion • Consultance, le conseil : la pensée autour du travail, un business! • Prescription : et aujourd’hui qualité, certification.