slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
GESTION DU RISQUE INFECTIEUX CHEZ LA PERSONNE AGEE Les incontournables PowerPoint Presentation
Download Presentation
GESTION DU RISQUE INFECTIEUX CHEZ LA PERSONNE AGEE Les incontournables

Loading in 2 Seconds...

  share
play fullscreen
1 / 36
Download Presentation

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX CHEZ LA PERSONNE AGEE Les incontournables - PowerPoint PPT Presentation

shing
191 Views
Download Presentation

GESTION DU RISQUE INFECTIEUX CHEZ LA PERSONNE AGEE Les incontournables

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

    1. GESTION DU RISQUE INFECTIEUX CHEZ LA PERSONNE AGEE Les incontournables

    2. LES BESOINS NUTRITIONNELS DE LA PERSONNE AGEE Besoin en protines Besoin en nergie Besoin en eau Les fibres Les lipides Les vitamines Les minraux

    3. LES BESOINS EN PROTEINES Constat : Le vieillissement saccompagne dune fonte musculaire (sarcopnie) Une rduction des apports ne peut tre compens que par un catabolisme des tissus musculaires

    4. APPORTS RECOMMANDES 1 g/kg de poids Voir 1,2 1,5 g/kg en cas de catabolisme important ou de dnutrition Garantir des apports nergtiques suffisants Glucides/protides (en g/j) > 2,5

    5. EQUIVALENCES PROTIDIQUES 20 g de protines = 100g de viande, abat, jambon, volaille 100g de poisson 2 ufs 100g de moules 600ml de lait 4 yaourts 250 g de fromage blanc 80g de camembert ou 70g de gruyre

    6. BESOIN EN ENERGIE Constat : La dpense nergtique se compose de la DER (60%)+ la dpense lie leffet thermique des aliments (10%) + la dpense lie lexercice physique Les besoins sont au moins quivalents ceux de ladulte activit physique gale Lhypercatabolisme li au tats pathologiques frquents et au stress augmente les besoins nergtiques.

    7. BESOIN EN ENERGIE

    8. BESOIN EN EAU Constat : RISQUE DESHYDRATATION +++ Le seuil de perception de la soif ? avec lge La quantit deau corporelle ? avec lge = rserves moins importantes De nombreux facteurs de dshydratation : prise de diurtique, peur de lincontinence, tat fbrile ? du pouvoir de concentration des urines = adaptation la dshydratation retarde

    9. BESOIN EN EAU

    10. LES FIBRES Constat : La constipation est un trouble frquent chez les PA Les fibres ont un rle majeur dans la rgulation du transit et la mobilit gastrique Elles se diffrentient en fibres solubles (pectine, mucilages, gomme) et fibres insolubles (cellulose, hemicellulose, lignine)

    11. LES FIBRES

    12. LES LIPIDES Constat : Lalimentation des PA montre une consommation importante dacides gras saturs au dtriment des AG mono et poly-insaturs Rduction de lactivit des dsaturases do augmentation des besoins en AG chanes longues polyinsaturs.

    13. LES LIPIDES

    14. LES VITAMINES Constat Les PA sont un groupe risque de dficience (vitamines C, D, groupe B) Facteurs de risques de dficit Apport nergtique total insuffisant Besoins augments pour des raisons physiologiques ou pathologiques Altration de labsorption Solitude, isolement, faibles ressources, techniques culinaires inadquates

    15. LES VITAMINES

    16. LES OLIGO ELEMENTS ET MINERAUX Constat En dessous de 1500 kcal on estime que les besoins en minraux ne sont pas couverts Ces carences sont plus accentues en milieu urbain / milieu rural La frquence et limpact des carences sont difficiles valuer ainsi que les recommandations de supplments

    17. LE CALCIUM

    18. LE CALCIUM Equivalences calcique : 300mg de Ca 250 ml de lait ou 3 c. s. de lait en poudre 300g fromage blanc ou 10 petits suisses 2 yaourts 30g demmental 80 g de camembert

    19. Le FER : les besoins sont identiques ladulte (15mg/j) couverts par lalimentation : supplmentation systmatique inutile et dangereuse Le MAGNESIUM : apports souvent insuffisants, supplmentation en cas de stress, thylisme, traitement diurtique ou corticode au long cours Le ZINC :insuffisance dapport frquente en institution due une ? des apports en particulier protidiques et une ? des besoins (hyper mtabolisme, perte cutane ) supplmentation limites qq cas = 25 50 mg/j

    20. DENUTRITION du SUJET AGE

    21. DEFINITION La dnutrition est la consquence dune insuffisance dapport protique (dnutrition exogne) ou dun hypercatabolisme li par exemple un cancer ou une infection (dnutrition endogne) La dnutrition protino-nergtique rsulte dun dsquilibre entre les apports et les besoins de lorganisme. Ce dsquilibre entrane des pertes tissulaires, notamment musculaires, qui ont des consquences fonctionnelles dltres. Chez la personne ge, la dnutrition entrane ou aggrave un tat de fragilit ou de dpendance, et favorise la survenue de morbidits. Elle est galement associe une aggravation du pronostic des maladies sous-jacentes et augmente le risque de dcsLa dnutrition protino-nergtique rsulte dun dsquilibre entre les apports et les besoins de lorganisme. Ce dsquilibre entrane des pertes tissulaires, notamment musculaires, qui ont des consquences fonctionnelles dltres. Chez la personne ge, la dnutrition entrane ou aggrave un tat de fragilit ou de dpendance, et favorise la survenue de morbidits. Elle est galement associe une aggravation du pronostic des maladies sous-jacentes et augmente le risque de dcs

    22. CAUSES DE LA DENUTRITION Modifications pathologiques lies lge : troubles digestifs, douleurs chroniques, dpression, polypathologie et prise mdicamenteuse Insuffisance dapports Incapacits physiques : mastication, troubles moteurs et/ou de la dglutition, perte autonomie Dtriorations intellectuelles, dmence Isolement social, dpression Erreurs dittiques et thrapeutiques Situations dhypercatabolisme Pathologies inflammatoires Infections Dfaillances organiques Cancer

    23. Les 12 signes dalerte de la dnutrition Revenus financiers insuffisants Dpendance pour les actes de la vie quotidienne Veuvage, solitude, tat dpressif Syndromes dmentiels et autres troubles neurologiques Problmes bucco-dentaire Rgimes restrictifs Troubles de la dglutition Changement des habitudes de vie : entre en institution Consommation de seulement de 2 repas/jour Prise de plus de 3 mdicaments/j Toute affection aigu ou dcompensation dune pathologie chronique

    24. CONSEQUENCES DE LA DENUTRITION Amaigrissement Asthnie Anorexie Altration de ltat gnral, risqu chute Troubles psychiques: apathie, syndrome dpressif puisement des rserves ? retard cicatrisation ? escarres Dficience immunitaire ? aggravation des tats infectieux

    25. LE DEPISTAGE DE LA DENUTRITION Reprage des situations risque Lestimation de lapptit et/ou des apports alimentaires La mesure du poids Lvaluation de la perte de poids par rapport au poids antrieur Le calcul de lindice de masse corporelle IMC = Poids/Taille2 ; Poids (kg), Taille (m)

    26. LE SUIVI DU POIDS : PRIMORDIAL! Il est particulirement recommand de peser les personnes ges : en ville : chaque consultation mdicale en institution : lentre, puis au moins une fois par mois lhpital : lentre, puis au moins une fois par semaine en court sjour, tous les 15 jours en soins de suite et radaptation 1 fois par mois en soins de longue dure.

    27. DIAGNOSTIC DE LA DENUTRITION Donnes anthropomtriques : poids, IMC Perte de poids = 5 % en 1 mois ou = 10 % en 6 mois Indice de masse corporelle < 21 Bilan calorique, relev des ingesta Donnes biologiques Albuminmie < 35 g/l (coupl un dosge de la protine C-ractive) Le MNA (Mini Nutritional Assessment) MNA global < 17

    28. Objectifs de la prise en charge chez la personne ge dnutrie Apports nergtiques de 30 40 kcal/kg/j Apports protiques : 1,2 1,5 g/kg/j

    29. STRATEGIE DE PEC DE LA DENUTRITION

    30. Lenrichissement protidique Dans les potages, pures : Jaune duf ou uf dur hach Lait en poudre Fromage frais ou fondu Jambon viande ou poisson mix Dans les desserts Lait en poudre Jaune duf Enrichissement spcifique : poudre de protines ( maximum 10g par part)

    31. Enrichissement nergtique Les corps gras : Beurre, crme, chantilly Poudre damande Huile Les sucres : Saccharose, miel, confiture Dextrines maltose (industrielles)

    33. Ils se classent en fonction de: Leurs qualits nutritionnelles: Apport calorique, apport protidique(10 20 g/200ml), apport glucidique Leurs textures: pteuse, liquide, poudre dissoudre, poudre paississante. Leurs gots: sals, sucrs (lacts ou fruits) Leurs formes: prt lemploi ou non. Leurs fonctions: enrichissants, paississants, destins des pathologies spcifiques (diabte, cicatrisation, cancer) Les complments industriels CNO (complment nutritionnel oral)

    34. Lalimentation entrale Les voies dabord SNG (pas plus dun mois) GPE (pour des priodes plus importantes et, pour un meilleur confort du patient Les techniques dadministration Par gravit Par nutripompe Par bolus ou en continu

    36. Les produits dalimentation entrale Ils se classent en fonction de leur apport en : Calories Protines Lipides Glucides