slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
INTRODUCTION: PowerPoint Presentation
Download Presentation
INTRODUCTION:

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 12

INTRODUCTION: - PowerPoint PPT Presentation


  • 69 Views
  • Uploaded on

SPONDYLITE TUBERCULEUSE PSEUDOTUMORALE MULTI-ÉTAGÉE O.ESSID, W GAMOUN, B BEN SALAH, H MOULAHI, H JEMNI, K TLILI SERVICE DE RADIOLOGIE, CHU SAHLOUL. SOUSSE OSTEOARTICULAIRE : OA N°6. INTRODUCTION:. La tuberculose osseuse est la plus fréquente des infections rachidiennes dans le monde.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'INTRODUCTION:' - sarila


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

SPONDYLITE TUBERCULEUSE PSEUDOTUMORALE MULTI-ÉTAGÉE O.ESSID, W GAMOUN, B BEN SALAH, H MOULAHI, H JEMNI, K TLILISERVICE DE RADIOLOGIE, CHU SAHLOUL. SOUSSEOSTEOARTICULAIRE : OA N°6

introduction
INTRODUCTION:

La tuberculose osseuse est la plus fréquente des infections rachidiennes dans le monde.

La localisation rachidienne débute par une atteinte vertébro-somatique pour s’étendre secondairement au disque. La spondylite isolée est rare et l’est encore plus dans sa forme multifocale. Elle peut simuler une pathologie tumorale.

materiel et methode
MATERIEL ET METHODE :
  • Nous rapportons l’observation d’une patiente âgée de 32 ans, aux antécédents d’abcès récidivants des parties molles des 2 hanches dans l’année et qui a consulté pour des lombalgies dans un contexte d’altération de l’état général et de sueurs nocturnes.
  • Une IRM vertébro-médullaire fut pratiquée par des séquences STIR, SE T1 et T2 sagittales ainsi que T1 après injection de gadolinium ; associée à un complément TDM avec ponction scanno-guidée.
resultat
RESULTAT :

L’IRM médullaire a mis en évidence:

  • Une atteinte vertébrale multi étagée atteignant le corpsvertébral associée ou non à une atteinte de l’arc postérieur des vertèbres thoraciques de T1 à T4,
  • Avec une infiltration des parties molles pré vertébrales sans atteinte discale ni prise de contrastepathologique.
  • Il s’y associait une collection pelvienne pré-sacrée.
irm tage thoracique
IRM: étage thoracique

Coupes sagittales T1 avant et après Gado

slide6

IRM: étage lombaire

Coupes sagittales STIR

slide7
Le scanner thoraco-abdominal a confirmé la présence de collections pelviennes. La ponction de l’une de ces collections a ramené du liquide purulent.

La recherche de BK ainsi que les analyses de PCR du pus ont confirmé l’origine tuberculeuse de cette spondylite multifocale.

discussion
DISCUSSION:
  • L'ostéite tuberculeuse multifocale (OTMF) représente l'ensemble des manifestations pathologiques secondaires à la localisation du bacille de Koch au niveau des structures osseuses respectant les articulations.
  • La localisation disco-vertébrale représente la forme classique de la tuberculose vertébrale. Elle siège dans 80% des cas au rachis thoracique bas et au rachis lombaire haut.
discussion1
DISCUSSION:
  • La spondylite tuberculeuse multi-étagée représente 5 à 23% des cas d’atteinte tuberculeuse au rachis
  • Exceptionnellement, l’infection épargne le disque et ne touche que le corps vertébral, ce qui rend difficile sa distinction des autres lésions lytiques.
  • La localisation étagée de l’infection sur le corps vertébral serait expliquée par plusieurs théories : dissémination trans-ligamentaire, contamination artérielle par les branches rétro corporéales, contamination lymphatique…).
  • Comme toute pathologie ostéo-articulaire d’évolution lente, il existe une grande latence radiologique. Cependant, le délai de diagnostic a été réduit grâce aux techniques d’imagerie actuelle.
slide10
Radiographies standard:se positivent tardivement
  • Lésions osseuses multiples centro-somatiques, latérales, antérieures ou postérieures s’ouvrant dans le canal vertébral
  • Opacité des parties molles.

Tomodensitométrie:

  • Meilleure analyse des lésions osseuses.
  • Abcès péri vertébraux et des parties molles.
  • Guider une ponction ou une biopsie osseuse.
slide11

IRM: l’examen de référence

  • Analyse des disques et des parties molles
  • Des complications à type de compression médullaire ou syndrome de la queue de cheval peuvent se voir et traduisent une épidurite infectieuse bien visible en IRM.

Diagnostic différentiel:

  • Les atteintes tuberculeuses somatiques multiples sans lésion discale sont difficiles à distinguer en IRM de métastases, myélome, lymphome et d’autres sarcomes … d’autant plus que les radiographies standard montrent une condensation ou une lyse suspecte.
  • Le contexte clinico-biologique et l’épreuve thérapeutique peuvent conforter le diagnostic. Seul l’examen histologique, généralement fait par biopsie scano-guidée, permet d’affirmer le diagnostic.
conclusion
CONCLUSION:

La spondylite tuberculeuse multifocale est rare, elle pose généralement un problème de diagnostic différentiel avec les tumeurs rachidiennes (métastases, myélome, lymphome…).

L’imagerie permet, dans ce cas, de caractériser les lésions somatiques, de préciser leur extension épidurale et intra médullaire et de guider des prélèvements à but diagnostique.