Download
les examens de biologie sanguine n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Les examens de biologie sanguine PowerPoint Presentation
Download Presentation
Les examens de biologie sanguine

Les examens de biologie sanguine

253 Views Download Presentation
Download Presentation

Les examens de biologie sanguine

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Les examens de biologie sanguine

  2. Les hématies : les globules rouges Norme biologique : 4,5 – 5,5 millions / mm3 Une baisse peut être liée à une hémorragie, une hémolyse, une ou médullaires osseuses, ainsi qu'à un syndrome inflammatoire : Maladies infectieuses. Maladies hématologiques. Cancers. Anémies inflammatoires ou par carence en vitamines. Maladies de l’hémoglobine. Saignement extériorisé. Maladies congénitales du globule rouge.

  3. L'hémoglobine Dépister une anémie. Normes biologiques: 14 – 18 g / 100 ml : chez l'homme. 12 – 16 g / 100 ml : chez la femme.

  4. L'hématocrite L'hématocrite est un indicateur du taux d'hémoglobine contenu dans les globules rouges. Normes biologique 40 – 52 % : chez l'homme. 37 – 46 % : chez la femme.

  5. Les plaquettes Surveillance de la coagulation Dépister un risque hémorragique Dépister une thrombocytose (augmentation du nombre des plaquettes) Norme biologique : 150 000 – 450 000 / mm3

  6. Dans les: syndromes infectieux ou inflammatoires. splénectomie (ablation de la rate). cas de carence en fer. hémorragie importante (augmentation transitoire). syndromes dits myéloprolifératifs (thrombocythémie essentielle, leucémie myéloïde chronique, polyglobulie de Vaquez, splénomégalie myéloïde).

  7. Dépister une thrombopénie (diminution du nombre des plaquettes) Dans certaines maladies infectieuses bactériennes ou virales. Après la prise de certains médicaments. Après traitement par héparine. Au cours de certaines maladies rares (syndrome hémolytique et urémique).

  8. Par diminution de leur production. Par aplasie médullaire touchant toutes les lignées ou uniquement les plaquettes. Cette aplasie peut être soit spontanée soit induite par une chimiothérapie. Lors des envahissements médullaires (leucémies, lymphomes, cancers). Par destruction périphérique.

  9. Les leucocytes : les globules blancs Dépiter une infection : hyperleucocytose (augmentation du nombre des globules blancs) : infection bactérienne. Dépister une leucopénie (chute du nombre des globules blancs) : infection virale, traitement. Norme biologique : 4 000 – 10 000 /mm3

  10. Les leucocytes Les leucocytes se divisent en 2 groupes : Les polynucléaires : granulocytes qui sont dans le tissu myéloïde : Polynucléaires neutrophiles. Polynucléaires basophiles. Polynucléaires éosinophiles. Les mononucléaires : agranulocytes : le noyau n’est pas segmentée, on distingue : Monocytes Lymphocytes : Lymphocyte T. Lymphocyte B.

  11. Les polynucléaires neutrophiles Norme biologique : 50 - 70 % Augmentation des polynucléaires neutrophiles : Au cours de la plupart des infections bactériennes. Au cours des syndromes inflammatoires. Au cours de certaines maladies de la moelle (myélomes, lymphomes, leucémies, cancers). Dans les aplasies.

  12. Diminution des polynucléaires neutrophiles : Après certaines infections virales. Après la prise de certains médicaments. Après chimiothérapie. Dans certaines maladies de la moelle (myélomes, lymphomes, leucémies, cancers). Dans les aplasies. Dans les anémies carentielles.

  13. Les polynucléaires éosinophiles Norme biologique : 1 - 3 % Augmentation des polynucléaires éosinophiles : Dans la plupart des parasitoses (présence de vers dans le tube digestif), mais pas dans le paludisme, ni l’amibiase. Dans les phénomènes allergiques. Dans les réactions à certains médicaments. Dans certaines dermatoses (maladie de peau). Dans le syndrome myalgie-hyperéosinophilie (lié au tryptophane). Dans certaines maladies générales (connectivites). Dans certains cancers ou lymphomes en particulier dans la maladie de Hodgkin.

  14. Les polynucléaires basophiles Norme biologique : 0,25 - 0,5 % Augmentation des polynucléaires basophiles : Maladies hématologiques les syndromes myéloprolifératifs (leucémie myéloïde chronique, splénomégalie myéloïde, polyglobulie, thrombocythémie).

  15. Les monocytes Norme biologique : 2 – 6 % Augmentation des monocytes : Syndromes myéloprolifératifs ( leucémie myéloïde chronique, splénomégalie myéloïde). Certaines leucémies. Certaines maladies infectieuses : mononucléose infectieuse, primo infection à CMV, toxoplasmose, hépatite virale, brucellose, syphilis secondaire, zona, varicelle, rougeole, rickettsioses. Au cours des agranulocytoses aigues en réparation ou les aplasies médullaires.

  16. Les lymphocytes Norme biologique :25 – 33 % Augmentation des lymphocytes :   Syndromes lymphoprolifératifs (maladie de Waldenstrom, leucémie lymphoïde chronique). Certaines maladies infectieuses : maladie de Carl Smith, hépatite virale, brucellose, syphilis. Au cours des agranulocytoses aiguës en réparation ou les aplasies médullaires. Réactions allergiques. Diminution des lymphocytes : Au cours des traitements par corticoïdes ou des traitements immunodépresseurs. Au cours du SIDA. Au cours de certaines aplasies. Dans certaines maladies congénitales.

  17. Ionogramme sanguin   Le ionogramme est le dosage des principaux constituants ionique du sang. Ce dosage sert à : Dépister un déséquilibre hydro-électrolytique pouvant entraîner des conséquences sur le métabolisme. Surveillance des apports hydriques par perfusion.

  18. Le sodium (Na) : la natrémie Norme biologique : 133 - 143 mmol / L Le sodium est le principal cation du secteur extracellulaire. Hyponatrémie : Conséquence d'un déficit d'apport de sodium. : pertes digestives, rénales. Conséquence d'une augmentation de la quantité d'eau (hyperhydratation) : insuffisance cardiaque, rénale, hépatique; œdèmes. Hyponatrémie de dilution. Hypernatrémie : Conséquence d'une diminution de la quantité d'eau (déshydratation) : pertes digestives, diminution d'apport hydrique, perte d'eau importante, sudation. Conséquence d'une surchage de sodium.

  19. Le potassium (K) : la kaliémie Norme biologique : 3,5 - 5 mmol / L Le potassium est le principal cation du secteur intracellulaire. Hypokaliémie : Déficit d'apport potassique. Perte digestive. Perte rénale. Hyperglycémie. Hyperkaliémie : Excès d'apport potassique. Défaut d'élimination rénale et/ou digestive. Hémolyse. Exercices intenses.

  20. Le bicarbonate (HCO3-) ou réserve alcaline Norme biologique : 23 - 29 mmol / L La réserve alcaline est le taux de bicarbonate de sodium : résultat de l'association de la transformation du CO2  en acide carbonique et du sodium.  C'est une forme de transport du CO2 dans le sang. Il permet de dépister un déséquilibre du système tampon, capable de compenser les variations de production et d'élimination des ions H +, pour le maintien du pH de l'organisme.

  21. Augmentation des bicarbonates : Insuffisances respiratoires chroniques. Alcaloses métaboliques par vomissements répétés ou diarrhées. Diminution des bicarbonates : Acidoses métaboliques. Acidocétoses chez le diabétique. Etats de choc (acidose lactique). Insuffisance rénale. Insuffisances hépatiques sévères. Certaines intoxications. Hyperventilations chroniques.

  22. Le chlore (cl-) : la chlorémie Norme biologique98 - 106 mmol / L Hypochlorémie : Conséquence d'un déficit d'apport de sodium. : pertes digestives, rénales. Conséquence d'une augmentation de la quantité d'eau (hyperhydratation) : insuffisance cardiaque, rénale, hépatique; œdèmes. Hyponatrémie de dilution.

  23. Hyperchlorémie : Conséquence d'une diminution de la quantité d'eau (déshydratation) : pertes digestives, diminution d'apport hydrique, perte d'eau importante, sudation. Conséquence d'une surcharge de sodium.

  24. Le calcium (Ca) : la calcémie Norme biologique : 2,2 - 2,6 mmol / L Le calcium joue un rôle fondamentale dans laformation et la minéralisation des os, mais aussi dans la transmission de l'influx nerveux. Hypercalcémie : Métastases osseuses et le myélome. Hyperparathyroïdie. Intoxication par la vitamine D et l’absorption de calcium et d’alcalins. Immobilisation prolongée. Acromégalie. Hyperthyroïdie.

  25. Hypocalcémie : Malabsorptions digestives. Insuffisance rénale chronique. Hypoparathyroïdie. Cancer médullaire de la thyroïde.

  26. Le magnésium (Mg) : la magnésémie Norme biologique : 0,75 - 1 mmol / L Le magnésium joue un rôle dans nombreuses réactions enzymatiques de l’organisme :  excitabilité neuromusculaire : rôle anti-tétanisant. agrégation des plaquettes sanguines : rôle dans la formation du clou plaquettaire. antagoniste de certains effets du calcium.

  27. Augmentation du magnésium : Absorption contenant du magnésium. Diminution du magnésium : Diminution de l’absorption digestive : Dans les maladies de l’intestin grêle. Dans les malnutritions. En cas d’insuffisance rénale. Par perte urinaires excessives. Maladies rénales. Diurétiques. Hypercalcémies. Avec la prise de certains médicaments.

  28. Le phosphore  (P) : la phosphorémie Norme biologique : 0,8 - 1,3 mmol / L Le phosphore joue un rôle avec le calcium dans le maintient de la structure osseuse. Il fournit également aux cellules de l'organisme l’énergie directement accessible par l’ATP (Adénosine Tri Phosphate : "carburant" des muscles).

  29. Hypophosphorémie : Alimentation entérale ou parentérale prolongée (il y a nécessité d’apport de phosphore). Décompensations de diabète. Hyperparathyroidie. Certaines formes de rachitisme de l’enfant et l’hypovitaminose D chez l’adulte. Alcoolisme chronique. Prise de médicaments antiacides.

  30. Hyperphosphorémie : Libérations osseuses importantes. Destruction osseuse importante, en particulier les métastases osseuses Ostéoporose. Augmentation de la production : Après un effort important (avec parfois des lésions des fibres musculaire) Chimiothérapies. Diminution de l’élimination rénale dans l’insuffisance rénale chronique.

  31. La coagulation : l'hémostaseLe taux de prothrombine : TP Norme biologique: 80 - 100 % Permet la surveillance d'un traitement par anti-vitamine K (AVK)  et d'assurer une hypocoagulation ou plutôt une anticoagulation : 25-35 %.

  32. Dépister un risque hémorragique. Objectif pour un patient traité par anti-vitamine K Prévention de thromboses artérielles : 20-30 %. Patient avec prothèse cardiaque valvulaire : 20-30%. Phlébite ou embolie pulmonaire : 25-35 %. Prévention de thrombose récidivante : 25-35%. Prévention de thrombose veineuse : 30-40 %. Prophylaxie opératoire : 30- 40%.

  33. L'I.N.R. : International NormalizedRatio Norme biologique :1 L'INR est une expression du résultat du taux de prothrombine (TP).

  34. Surveillance d'un traitement par anti-vitamine K : 2 – 3. Au dessus de 5, il existe des risques hémorragiques. Objectif pour un patient traité par anti-vitamine K Prévention de thrombose veineuse : 2 - 3. Prophylaxie opératoire : 2-3. Phlébite ou embolie pulmonaire : 2 - 4. Prévention de thrombose récidivante : 2 - 4. Patient avec prothèse cardiaque valvulaire : 3 - 4,5. Prévention de thromboses artérielles : 3 - 4,5.

  35. Le temps de céphaline activée : TCA Norme biologique :24 - 41 secondes Surveillance d'un traitement par héparine : 1,5 à 3 fois celui du témoin pour un bon équilibre. Evaluer la coagulation sanguine. Dépister un risque hémorragique : allongement du TCA.

  36. Les D-Dimères Norme biologique : < 500 microgrammes / L Les D-Dimères sont le produit issu de la dégradation de la fibrine. L'élévation de son taux témoigne d'une fibrinolyse excessive, secondaire à une coagulation. Dépister une maladie thrombo-embolique veineuse.

  37. L'héparinémie anti-Xa : Anti-Xa Norme biologique : 0,2 - 0,5 UI / ml    La mesure de l’activité anti-Xa consiste à mesurer la capacité des médicaments anticoagulants possédant une activité anti-Xa à inhiber le facteur Xa et, par suite, la coagulation. Surveiller un traitement par héparine de bas poids moléculaire.

  38. Les gaz du sang Normes biologiques pH                            7,35 – 7,45 PaO2                        90 – 100 mg / mHg PaCO2                      35 – 45 mg / mHg CO2 total                  20 – 35 mmol / L bicarbonates              22 – 26 mmol / L Saturation en O2        95 – 100 % Intérêt du dosage Permet d'apprécier la fonction respiratoire de l'organisme et de dépister une insuffisance respiratoire : Hypoxie. Hypercapnie.

  39. PaO2: pression partielle en oxygène dans le sang artériel.  Reflet de la quantité d’oxygène transportée par le sang et délivrée aux organes. PaCO2 : pression partielle en dioxyde de carbone dans le sang artériel. Correspond à la quantité résiduelle de dioxyde de carbone dans le sang artériel après élimination de l'excès de dioxyde de carbone au niveau pulmonaire.

  40. CO2 total : dioxyde de carbone total dans le sang artériel. Reflet de la quantité de dioxyde de carbone transporté à la fois sous formes de bicarbonates et de dioxyde de carbone dissous, dans le sang artériel.

  41. Permet d'apprécier l'équilibre acido-basique : Il existe une relation directe entre la PaCO2 et le pH : Si augmentation de la PaCO2 (hypercapnie) = diminution du pH (acidose : -pH). Si diminution de la PaCO2 (hypocapnie) = augmentation du pH (alcalose : +pH).

  42. pH : potentiel hydrogène, reflète la concentration d’un liquide en ions H+. Bicarbonates (HCO3-) : représentent le côté alcalin, et participent en tant que principal tampon dans l'équilibre du pH.

  43. Les lactates Normes biologiques : Sang veineux : 0,3-1,3 mmol/L. Sang artériel : 0,3-0,8 mmol/L.   Les lactates ou acide lactique sont la principale source d'énergie de certains tissus (peau, globules rouges, muscles). L'acide lactique est libéré lors de l'hypoxie des tissus. Cad souffrance tissulaire.

  44. MERCI DE L’ATTENTION QUE VOUS AVEZ PORTE A MES COURS BONNES REVISIONS