les us et coutumes n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Les us et coutumes PowerPoint Presentation
Download Presentation
Les us et coutumes

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 77

Les us et coutumes - PowerPoint PPT Presentation


  • 96 Views
  • Uploaded on

Les us et coutumes. Ceux qui pourraient être d’origine arabe… et… les autres….

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Les us et coutumes' - robyn


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
les us et coutumes

Les us et coutumes

Ceux qui pourraient être d’origine arabe…

et… les autres….

slide2

La Sicile a toujours été terre de conquêtes, et les cultures dominantes ont toutes été acceptées; jusqu’à s’intégrer complètement dans la culture préexistante, sans que l’on réussisse aujourd’hui à distinguer la différence entre ce qui est et ce qui a été…

slide3

Cela vaut bien entendu pour tous les domaines de la culture, mais dans la culture populaire, cela est encore bien plus évident que dans les autres domaines

slide4

En Sicile, les fêtes populaires sont en général des fêtes religieuses.

  • Il semble évident que de nombreuses fêtes ont des origines païennes.
  • De nombreuses saintes protectrices des villes de la Sicile, (Sainte Agathe – Sainte Lucie – Sainte Barbara…) seraient à l’origine des déesses grecques dont les rites auraient été transformés en consécrations religieuses.
  • Ici les « Juifs » se moquent du Christ le vendredi saint.
les march s de balharm palerme
Les marchés de Balharm (Palerme)
  • La production artisanale et le commerce dans les villes islamiques est toujours organisé dans une ou plusieurs rues : le souk.
  • Encore aujourd’hui, surtout à Palerme mais aussi dans d’autres villes nous retrouvons des marchés permanents qui ont encore aujourd’hui un aspect oriental.
slide7

Parmi les marchés les plus importants de Palerme, il y a la Vucceria (nom d’origine française: boucherie devient Ucceria) et Ballaro (d’origine arabe : Baiharu - village d’où provenaient les commerçants devient Ballaro)

le mariage et la mort
LE MARIAGE ET LA MORT
  • Le mariage reste le plus grand évènement d'une vie sicilienne. Il est préparé minutieusement. La mariée se constitue un trousseau et la cérémonie se déroule dans le faste. Après la cérémonie religieuse, un grand repas est organisé réunissant famille proche et éloignée et un grand cercle d'amis.
slide9

La mort est perçue avec douleur mais aussi avec une certaine fatalité. Elle est encore célébrée par un cortège noir composé d'une charrette décorée de couronnes suivie par la famille et les proches jusqu'au cimetière.

certaines coutumes concernant le mariage
Certaines coutumes concernant le mariage
  • La tradition veut que la mariée porte le jour de ses noces
  • Quelque chose d’emprunté
  • Quelque chose de donné
  • Quelque chose de bleu
  • Quelque chose de vieux
  • Quelque chose de neuf
slide11

La dot: est quelque chose qui nait dans le monde oriental.

  • La femme doit apporter en dot différentes choses: surtout du linge pour la chambre à coucher et pour la table.
slide12

Le bouquet est selon la tradition le dernier cadeau que le fiancé fait à sa fiancée .

  • La tradition d’orner la jeune épouse le jour des noces nait dans le monde arabe. La jeune mariée était embellie avec des fleurs d’orangers – blanches et délicates – symbole de fertilité comme vœux pour avoir beaucoup d’enfants.
slide13

Aux temps des cours, selon certaines traditions, l’homme enlevait sa préférée et s’enfuyait à cheval en tenant sa bien-aimée dans ses bras.

  • Aujourd’hui, il arrive encore que les jeunes font « la fuitina » ou mieux dit prennent la fuite ensemble, et « l’honneur » veut qu’on les marient ensuite afin de ne pas déshonorer la jeune femme. Vu le changement de mœurs cette pratique a tendance à disparaitre.
pupi e caretti
PUPI E CARETTI
  • L'opera dei pupi est une tradition sicilienne remontant à l'antiquité visant à raconter aux siciliens l'histoire des invasions. Les marionnettes que l'on trouve aujourd'hui en Sicile sont inspirées des conquêtes normandes; on y retrouve Charlemagne, Roland, Renaud et… bien entendu les « méchants musulmans »!!!
l opera dei pupi
L’opera dei pupi
  • L’origine du théâtre des marionnettes n’est pas toujours claire ; les témoignages les plus antiques remontent au XIX° siècle où on parle de l’existence de marionnettes aux armures rudimentaires. Selon des ethnographes du XVIII° siècle, l’habilité des marionnettistes résidait dans le fait de construire et de faire bouger les marionnettes qui à Syracuse étaient déjà actifs à l’époque de Socrate et de Sénofonte.
slide16

Au XVII° siècle, Cervantes décrit un marionnettiste qui représente un spectacle de chevaliers armés dont les interprètes sont Don Gaifero, neveu de Charlemagne, le roi Marsilio, Roland, la princesse Mélisendre …

slide17

Il existe 4 types de traditions des « opera dei pupi » ou théâtres de marionnettes : la palermitaine qui s’est diffusée dans la Sicile occidentale, la catanaise que l’on retrouve dans la Sicile orientale et en Calabre, la napolitaine dans la région campane et l’apulienne qui est différente des autres dans la mécanique, dans la figuration et dans le répertoire. Une forme analogue de théâtre de marionnettes existe aussi en Belgique et dans le Nord de la France.

slide18

Les théâtres de marionnettes siciliennes ont deux matrices fondamentales : celle des histoires orales racontées par les « cantastorie » - espèces de troubadours siciliens actifs dans les campagnes jusqu’à l’avènement de la télévision et celle de la danse avec les épées, antique représentation de combats aux mouvements rythmés et répétés, qui dans la tradition rurale était liée aux rites de la fertilité. On retrouve encore cette danse dans certaines fêtes populaires comme par exemple dans la danse du « Taratata » de Casteltermini.

slide19

Au début du XIX° siècle, on redécouvre le Moyen-âge et avec lui la Chanson de Geste, que des trouvères normands avaient portés en Sicile au XI° siècle. Les histoires orales racontées de bouche à oreille deviennent théâtre , et les marionnettes s’animent pour les joies d’un public populaire. Les moments de gloire de ce genre de théâtre furent entre 1840 et 1890. Une multitude de métiers (artisans, constructeurs, couturiers, peintres, ciseleurs et sculpteurs ) travaillèrent grâce à cette gloire.

le carretto sicilien
Le « carretto » sicilien
  • La charrette (carri) est le symbole de l’abandon des campagnes de la part des paysans puisqu'elle était autrefois le seul mode de transport permettant aux paysans vivant en ville de rejoindre leur champs, et d’abandonner les champs au crépuscule pour se retirer dans les villes. La charrette était fièrement décorée par des fresques hautes en couleur restituant les conquêtes normandes en Sicile.
slide21

Aujourd'hui, les charrettes se font rares mais les fresques traditionnelles peuvent se retrouver sur des supports surprenant tel que des tricycles ou des Fiat 500.

slide22

Le Carrettosiciliano (en sicilien carrettu) est un moyen de transport à traction équine utilisé pour le transport de marchandises dans tout le territoire sicilien, cela jusqu’aux années cinquante du XX° siècle quand il fut remplacé par des moyens de locomotion à moteur. Il était construit avec différentes qualités de bois, et souvent décoré avec des sculptures en bois et des peintures fortes aux thèmes bucoliques ou inspiré aux Chansons de Gestes (surtout à la Chanson de Roland) ils sont devenus aujourd’hui des objets d’art populaire et un des symboles du folklore sicilien.

slide23

Lesartisans (mastri) qui réussissentencoreaujourd’hui à construiredes “carretti” sont de plus en plus rares. Mais nousretrouvonsencoredans la province de Catania différentsartisanscapables de construire un “carrettu”

la mattanza
La mattanza
  • La mattanza est une méthode antique, traditionnelle et cruelle de pèche au thon qui s’est développée surtout dans les provinces de Trapani et de Syracuse. Elle a étéimportée par lesArabes
slide25

Le travail des pécheurs de thons commence en avril quand on met en mer une série de filets qui peuvent arriver jusqu’à 4-5 km de longueur. Ce sont des filets qui forment un couloir où les thons, qui sont des animaux migrateurs vivant en groupe, sont invités à entrer. A la fin de ce couloir de filets se trouve la chambre de la mort.

slide26

En mai, les bateaux quittent la “tonnara” ou fabrique de mise en conserve des thons.

  • Sous les ordres du “rais” les pécheurs participent à la mattanza.
  • Le rituel est toujours le même: les bateaux longs et plats encerclent la chambre de la mort où les thons sont arrivés. Lentement ils tirent les filets vers eux afin d’avoir les thons à portée de harpions. Les thons sont harponnés, ce qui cause outre la mort la perte de leur sang.
slide27

C’est pour ce motif que la chair de thon est tendre et recherchée.

  • Aujourd’hui il n’existe en Sicile plus qu’une « tonnara » encore active: celle de Favignana.
  • Toutes les autres « tonnara » ont du fermer leurs portes parce qu’il y a de moins en moins de thons en Méditerranée.
slide28

Cette diminution de la population des thons est due à la pollution des mers, mais aussi et surtout à la pèche industrielle qui intercepte les bancs de thons bien avant que ceux-ci entrent en Méditerranée.

sicilia

SICILIA

Terre de géants, de monstres et de personnages fantastiques…

qui font partie de la vie quotidienne

les fables et l gendes
Les fables et légendes

Dans le monde enchanté de la fantaisie, les hommes cherchent l’espérance. On y rencontre des fées et des follets avec leurs pouvoirs magiques. Ils imaginent comment serait le monde s’il pouvait être différent et modifiable.

slide31

Ils construisent le passé, en justifiant des choses étranges, ils créent des héros et des diables, ils libèrent leurs désirs et leurs peurs.

slide33

Mais dans le cœur de l’homme c’est toujours la magie qui gagne, même si quand il vit dans le monde avec les yeux ouverts il la renie, dans ses rêves, elle est toujours présente.

  • C’est ainsi que naissent les fables et les contes…..
slide35

Elles sont un mélange de réalité et de fantaisie, avec peu de magie et beaucoup de ruse. Ce sont les explications fantastiques aux phénomènes naturels, la transposition de faits réels en mythes et légendes.

slide36

Ce sont des contes de subtilité pour obtenir une victoire, de trouvailles sagaces pour contourner les obstacles. Au fond, on peut les considérer comme si elles étaient le résultat des siècles d’asservissement aux dominations étrangères, comme si elles étaient l’histoire des combines aptes à récupérer en partie la liberté perdue.

slide37

Les fables siciliennes semblent être un genre littéraire séparé des autres avec ses propres caractéristiques et ses règles propres.

slide38

Les plus grands écrivains de fables siciliennes sont:

  • Luigi Capuana (Mineo 1839 – Catania 1915) écrivain et critique littéraire et Giuseppe Pitré (Palerme 1841 – 1916) folkloriste et écrivain
mata et grifone
Mataet Grifone
  • A Messine, dans la zone de Camaro, vivait une belle jeune fille grande et plantureuse, pleine de vertue et fervente chrétienne ; elle était le fille du roi Cosme II de Castelluccio et elle s’appelait Marthe (en dialecte cela devint Matta ou Mata).
slide40

Vers l’an 970 un Maure géant du nom d’Hassan Ibn Hammar débarqua en Sicile à Messine avec une cinquantaine de pirates et il commença à piller de ci de là mais surtout entre les zones de Camaro et de Dinnamare (dont le nom dérive proprement de Ibn Hammar). Un jour, durant une de ses cruelles entreprises, le Maure vit la belle jeune fille et il en tomba amoureux à la folie.

slide41

Ibn Hammar demanda à Marta de l’épouser, mais elle ne voulait pas de lui. Cela provoqua en lui une furie homicide et il devint encore plus cruel. Marthe fut cachée par ses parents dans une de leurs propriétés, mais le Maure découvrit sa cachette et l’enleva dans l’espoir d’être aimé et de pouvoir l’épouser.

slide42

Mais pour Marthe, l’amour n’était pas réciproque, et il chercha de la persuader, un peu avec gentillesse, un peu à travers la violence et la cruauté : certaines fois il la priva de tout. Mais Marthe résista, elle trouva la force dans la prière. A la fin, Ibn-Hammar par amour pour elle, se convertit à la religion chrétienne et changea son nom en Grifo qui à cause de sa stature gigantesque devint Grifone.

slide43

Emotionnée, et en admiration, Marthe accepta de l’épouser. Ils eurent beaucoup d’enfants et ils firent tant de choses. La tradition leur attribue la fondation de la ville de Messine.

slide44

Dans une discussion entre Palerme et Messine pour établir laquelle des deux villes devait être la capitale légitime de la Sicile, afin de revendiquer une origine plus antique, on attribuât au géant le nom de Zanclo, premier roi des Sicules, qui aurait perdu la faux à Messine, dont l’empreinte serait devenu le port à forme de faux ; à Marthe on aurait ainsi attribué le nom de la déesse Rea ou Celibe qui est la grande mère des principales divinités et la protectrice des moissons.

la t te de moro maure
La tête de « Moro » (Maure)
  • Dans la Kalsa, (Kasbah en arabe) le quartier "arabe" de Palerme pendant la domination arabe, vers l’an 1000, dans une ruelle étroite et puante, vivait une belle jeune fille au teint rose, pareille à une fleur de pécher, au moment le plus beau de sa floraison. Elle avait des yeux qui semblait refléter la splendide mer du golfe de Palerme
slide46

Elle était récluse dans la maison et passait ses journée à cultiver et à soigner ses fleurs sur son balcon.

  • Un jour, un jeune Sarazin passa par là, il vit la belle jeune fille qui soignait ses plantes sur son balcon, il fut éblouis par sa beauté et décida de la prendre pour soi.
slide47

Sans plus attendre, il entra dans la maison de la jeune fille et lui déclarât son amour.  

  • La jeune fille, touchée par tant de sentiments, accepta l’amour du jeune homme, mais, quand après l’avoir prise, il lui dit qu’il aurait du retourner en terre d’Islam auprès de sa femme et de ses enfants, elle attendit la nuit et le tua sans tambours ni trompettes.
slide48

Elle lui coupa la tête, en fit un vase dans lequel elle planta du basilic et mit la tête avec le basilic en belle vue sur son balcon.

  • Le Sarazin, ne pouvant plus s’échapper, resta avec elle pour le restant de ses jours (à elle!!). Le basilic poussa tellement bien que toutes les voisines de balcon de la jeune fille furent jaloux, et… afin d’avoir un vase aussi beau ils les firent fabriquer au céramiste du quartier… et c’est ainsi que tous les balcons siciliens qui se respectent ont une tête de “Moro” sur leur balcon.
les mythes en sicile
Les mythes en Sicile
  • Ile de géants, cette Sicile des légendes. Il y a les Lestrigons, avec leur très méchant roi Antifate, et puis il y a les Cyclopes avec le plus célèbre : Polyphème, et il a encore et toujours un motif sérieux pour lancer des pierres
slide50

Dans le livre X, vers 153-155, Homère appelle la Sicile Lestrigonia, terre aux hautes montagnes et aux denses forets, terres inconnues là où Ulysse envoie en avant-garde trois de ses compagnons de voyage. Le roi de Itaca resta sur le bateau et contrôle l’avancée des courageux, qui après avoir rencontré une jeune fille géante, finiront par être les victimes de la gourmandise de son époux Antifade, roi des Lestrigones. Il en prit un qui devint son diner ; les deux autres réussirent à fuir et arrivèrent aux bateaux. (Odysée, livre X, 153-155)

slide51

Offensé par tant de hate, Antifadeappella son peuple qui commença à lancer des pierres gigantesques sur les bateaux d’Ulysse. Ces pierres étaient tellement grandes à se transformer en farillons – farillons que l’on peut admirer aujourd’hui sur les cotes d’Acitrezza (près de Catane)

slide52

Belle fantaisie, celle de Homère qui – même s’il réussit à maintenir en haleine son histoire – transforme la vraie histoire des populations indigène, des bergers qui vivaient dans les villages au sud de la ville de Lentini, lesquels, affirment les archéologues , étaient surement déjà très évolué bien avant la colonisation grecque. Et c’est probablement cette population, guidée par le roi Sicane (d’où le nom des Sicanes) qui parmi les premiers habitants de la Trinacrie, apprit à cultiver le blé et fut associé au mythe de Cerere.

slide53

Retournons à nos moutons, c’est à dire au sport préféré des premiers habitants de la Sicile qui - aux dires de Homère – était le lancement de pierres gigantesques. Parce que non seulement les Lestrigons accueillirent de cette façon chaleureuse Ulysse et ses compagnons, mais aussi d’autres géants bergers sympathiques et gourmands – à ce qu’on dit – mais très très susceptibles…

slide54

Maintenant, ce n’est surement pas à cause de ces personnages conviviaux, mais pour les auteurs antiques tel que Homère, la Sicile représentait certainement une terre tellement inhospitalière à faire subir à ses visiteurs des punitions terrifiantes, comme celle par exemple subie par le géant Encelado (tous méchants et tous géants), fils de Uranus et de Gea, lui aussi complice de ses frères dans la révolte contre l’Olympe et ses habitants divins. Les géants furent battus avec une férocité incroyable – du moins selon la description que Apollodoro en fait dans sa Biblioteca (I,6) et de eux tous, rien n’est resté sinon l’haleine puante de Encelado qui alimente le volcan et la forge de Epheste.

slide55

Pendant que des créatures similaires se promènent sous le cône volcanique, sur ses pentes paissent les troupeaux des Cyclopes. Ouvrons une parenthèse pour expliquer qu’il ne s’agit pas ici des vrais fils de Uranus et de Gaia, Bronte, Sterope et Arge, mais de ceux inventés par Homère. Ils sont comme les Lestrigons, grossiers et collériques, mais avec un seul œil.

slide56

Parmi ces pseudo-cyclopes, le plus laid, le plus violent, mais aussi le plus idiot est Polyphème. D’accord qu’il a un caractère insupportable, mais il aurait pu avoir ses raisons de s’en prendre à Ulysse.

slide57

Nulle part, on ne parle de femmes Cyclopes, et le pauvre Polyphème se promenait tristement sur les cotes entre Acireale et Acitrezza. Ici la belle Galatea se promenait et avec l’alibi de la chasteté elle refusa l’amour de Polyphème. Mais celui-ci un jour la surpris dans les bras de Aci, un jeune et beau berger. Il ne raisonna plus et sans y penser deux minutes, il lança une pierre gigantesque sur son rival en amours. Aci fut tué à l’instant et Galatea pleura tant que les Dieux de l’Olympe transformèrent Aci en fleuve, et Galatea put ainsi avoir Aci toujours près d’elle.

slide58

Cette cruelle histoire d’amour prend sa source dans un vieux village de bergers qui se trouve à l’actuelle Capo Mulini où il y a aujourd’hui une source d’eau ferreuse appelée « sang de Aci ». le village fut détruit par un tremblement de terre et les gens du lieu désaltérées par les eaux du fleuve disparu allèrent fondé d’autres villages et villes dont le nom rappelle leur origine : AciBonacorsi, AciCastello, AciCatena, AciPlatani, Acireale, Aci San Filippo, AciSant’Antonio, Acitrezza.

slide59

On retrouve aussi d’autres légendes liées à ce tremblement de terre : la légende de la grotte des colombes, pas loin de Santa Maria la Scala. Ionia était la protectrice des colombe qu’elle abritait dans une grotte. Les autres nymphes, jalouses de Ionia firent s’écrouler la grotte sur Ionia et ses amies colombes. Mais une autre histoire dit qu’il s’agissait de la grotte des rencontres entre Galatea et Aci et que ce fut le Cyclope qui la détruisit.

la legende des geants revoltes ecrases sous l etna
LA LEGENDE DES GEANTS REVOLTES ECRASES SOUS L’ETNA
  • A l’Etna sont liées de nombreuses légendes , parmi lesquelles il y a aussi celle des géants écrasés sous le poids du volcan. Selon la mythologie, les géants se révoltèrent à Zeus en tentant la montée à l’Olympe pour le détrôner. Leur révolution n’eut aucun succès et Zeus punit leur insubordination en les écrasant sous l’énorme poids de l’Etna.
slide61

La légende sur la naissance de la Sicile comprend un tas de faits mythologiques qui traitent de luttes entre les dieux et les géants et les géants battus par Zeus continuèrent à inspirer les vers de poètes de toutes les périodes. Le géant s’appelait Tifeo pour Ovide, Encelado pour Virgile, et même LudovicoAriosta, chante dans son « Orlando Furioso » : « là où la montagne Etna, tourne le dos à Enclado fulminé. »

slide62

La légende était cohérente avec les révélations des anciens habitants de la Sicile qui expliquaient à leur manière les événements sismiques qui intéressaient la zone de l’Etna : c’était pour eux les efforts que faisaient les géants pour essayer de se libérer du poids de la montagne sur leur dos. Comme cela arrive souvent, le mythe donne une explications aux phénomènes naturels pour lesquels ils n’avaient pas d’explication scientifique.

slide63

Beaucoup de temps est passé depuis que ces mythes ont été écrit, et aujourd’hui nous nous sentons tellement surs des moyens technologiques qu’on est prêts à construire un pont de 3300 mètres de long sur la tête de géants tellement inquiets et inquiétants…. Mais même si le progrès a libérer l’humanité de tant de peurs, l’homme n’a pas arrêté de créer des histoires fantastiques et des légendes pour donner des explications à tout ce qu’il ne comprend pas

de nombreuses autres l gendes ont pour cadre la sicile
De nombreuses autres légendes ont pour cadre la Sicile 

On dit que l'architecte du labyrinthe de Crète, trouva refuge en Sicile auprès du roi Cocalos.

slide65

Au cours de la gigantomachie, le géant Encelade déserte le champ de bataille ; la déesse Athéna l'écrase sous l'île de Sicile où il reste emprisonné. Son haleine de feu sort de l‘Etna et il provoque des séismes lorsqu'il se retourne.

  • Le dieu grec Héphaistos tenait une forge dans l‘Etna, aidé par des cyclopes forgerons.
  • Les Romains pensaient que Vulcain se trouvait dans l'île éponyme, au nord de la Sicile. Le poète grec Pindare explique que le monstre Typhon se trouve dans la bouche de l'Etna.
slide66

Charybde et Scylla: les deux monstres du détroit de Messine menacent l'expédition des Argonautes et l'équipage d'Ulysse.

  • L'Odyssée raconte également qu'Hélios, dieu du soleil, possédait des troupeaux de bœufs et de moutons dans l'île de Trinacrie (la Sicile). Ulysse y accoste lors de son retour vers Ithaque. Dûment chapitré à ce sujet au chant XI par le devin Tirésias, il interdit à ses hommes de toucher aux troupeaux sacrés. Alors qu'il dort, pourtant, ses hommes affamés abattent des vaches. Hélios réclame vengeance auprès de Zeus qui foudroie le navire d'Ulysse, l'épargnant seul au passage.
proverbes siciliens
Proverbes siciliens
  •  Amar'u cu va, ca cu resta bon fa
  • C’est triste pour qui s’en va, qui reste bien fait
  •  Amara, a pecuraca a "dari a lana 
  •  C’est dur pour la brebis qui doitdonner la laine
  •  A cunfidenza spezza a rivirenza
  • Trop de confidencesélimine la révérence
slide68

 A bon cavaddu non ci manca sella e mancu a fimminìbeddi u n'amuratu

  • Bon cheval ne manquejamais de selle comme belle femme, ne manque d’amoureux.
  •  Ahi mia Tri voti dicu, cu cadi n'puvirtà perdi l'amicu
  • Trois fois jevous le dis: qui tombe en pauvretéperd l’ami.
  •  A iatta 'nfriscialorafici i figghi orbi
  •  La chattepressée ne faitquedeschatonsaveugles
slide69

 A' squagghiata di la nivi si vidunu i purtusa

  • Quand la neigefond, on voittouslestrous
  •  A lingua va unni u denti doli
  •  La langue batoù la dentfait mal
  • Alivalassata all'ancilina, non inchi ne bisaccia ne sacchina
  •  L’olive laisée libre ne remplirani la besaceni le sac
  • Amaru cu è mortu no cori di n'autru
  • C’est triste d’etremortdans le coeur d’un autre
slide70

 A iattapigghiasurgi, a figghiasurgipigghia, si surgi non nipigghia, voddiricà non è sòfigghia

  •  La chatteattrapelessouris, sa fillelesprendaussi, mais si sa fille n’en attrapepas, cela veut dire qu’elle n’est pas la fille de la chatte
  •  Acqua e la morti aspettala ca veni
  •  L’eau et la mort, attend-les, tôt ou tard, elles arrivent
  •  A megghiu parola è chiddaca non si dici
  • La plus belle phrase est celle qu’on ne ditpas.
slide71

 A notti è dulupu

  •  La nuit est du loup
  •  A carni menti carni, a micizia. menti corna
  •  La viandefaitmettre de la viande, l’amitiéfaitmettrelescornes
  •  A notti è ccunsigghiu
  •  La nuit porte conseil
  •  No malatuca non c'è cura vacci a siraquannu scura
  • Prèsdumaladeincurable va-y le soirquand il fait noir.
slide72

 N' patri campa centufigghi e centufigghi non campunu n'patri

  • Un père fait vivre cent fils, cent fils ne font pas vivre un seul père
  • Na tigri si pòdumari e nacarusa tinta non si pòaggiustari
  • On peut dompter un tigre, mais une fille légère on ne peut pas la changer
  • Ucca e a non parra si chiama cucuzza
  • La bouche qui ne parlepas s’appellecitrouille
slide73

 U iudici senti di duiaricchi

  •  Il giudice sente da tutte e due orecchie – le jugeécouteavecsesdeuxoreilles
  • Addina vecchia fa buon broru
  • La vieille poule fait une bonnesoupe
  • U bonghiornu si viri ramatina.
  • On voit le “bon jour” dès le matin
  • Cònzalacomu vuoi casempri cucuzza è..
  • Tu peut la préparer comme tu veux, mais elle restera toujours une citrouille
slide74

I guai rapignata i sapi u cucchiaruca l'arrimina

  • Lesproblèmes de la casserole, c’est seulement la cuillère qui mélange son contenu qui la connait
  • Nuddu si pigghia si nun s'assumigghia. 
  • Personne ne choisit un autre, s’il n’a rien en communavec l’autre
  • Addina chi camina, s'arricuogghicavuozza china
  • La poule qui se promène , se retire le ventre plein.
slide75

I macchi hanno l'uocchi e i mura hannu l'aricchi

  • Lesépinesontlesyeuxetlesmursontlesoreilles
  • U picca abbasta, assai assuviecchia
  • Le peu te suffit, le trop est superflu
  • Nun 'nquitari u cani chi duormi
  • N’inquiétezpas le chien qui dort
  • Aprili lu duci durmiri, nèlivarinèmìttiri
  • En avril, afin de te reposertranquillement, n’enlèveni ne mets
slide76

Cu avi lingua passa u mari

  • Qui a la langue, traverse la mer.
  • L'occhiurupatruningrassa u cavaddu
  • L’oeildupatronengraisse le cheval
  • Megghiu u tintucanusciutuca u buonu a canusciri
  • Mieux une personneméchantequ’on connait, plutotqu’une bonnequ’on doitencoreconnaitre
  • Austu e riustu è capo r'invernu
  • Aout et septembre sont le début de l’hiver.
slide77

Cu taci acconsenti

  • Qui se taitaccepte
  • Voli a 'utti china e a muggheri 'mriaca
  • Il veut la botte pleineet la femme saoule
  • Cu lassa a vecchia pi la nova sapichiddu chi lassa ma un sapichidduca trova
  • Qui abbandonne la vieille pour la neuve, sait qui il abbandonne, mais ne saitpas ce qu’il trouvera