slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
La forme variante de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob: situation épidémiologique en France et dans le monde PowerPoint Presentation
Download Presentation
La forme variante de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob: situation épidémiologique en France et dans le monde

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 55

La forme variante de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob: situation épidémiologique en France et dans le monde - PowerPoint PPT Presentation


  • 284 Views
  • Uploaded on

La forme variante de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob: situation épidémiologique en France et dans le monde. Laboratoire de Diagnostic des Maladies à Prions Service de Neurobiologie Centre de biologie et pathologie Est GHE, Hôpitaux de Lyon Dr Armand Perret-Liaudet et Dr Isabelle Quadrio.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'La forme variante de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob: situation épidémiologique en France et dans le monde' - rhoda


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1
La forme variante de la Maladie de Creutzfeldt-Jakob: situation épidémiologique en France et dans le monde

Laboratoire de Diagnostic des Maladies à Prions

Service de Neurobiologie

Centre de biologie et pathologie Est

GHE, Hôpitaux de Lyon

Dr Armand Perret-Liaudet

et

Dr Isabelle Quadrio

A. Perret-Liaudet CVV 2009

analyse de risque
v-MCJ qu’en est-il ?

Les chiffres…

L’avenir : l’épidémie est elle encore d’actualité ?

Tendances…

Cas liés à l’ESB sous ses différentes formes…

Résistance à l’agent

Prévalence des porteurs

Prédiction du nombre de cas futurs

Analyse de risque

A. Perret-Liaudet CVV 2009

syst me de surveillance des est humaines
Réseau de surveillance britannique :

The National Creutzfeldt-Jakob Disease Surveillance Unit (NCJDSU)

www.cjd.ed.ac.uk

Réseau de surveillance européen:

Eurocjd

www.eurocjd.ed.ac.uk

Système de surveillance des EST humaines

A. Perret-Liaudet CVV 2009

syst me de surveillance des est humaines1
Réseau de surveillance français: Données brutes au 02 Nov 2009

http://www.invs.sante.fr/publications/mcj/donnees_mcj.html

Système de surveillance des EST humaines

25 cas de v-MCJ

A. Perret-Liaudet CVV 2009

syst me de surveillance des est humaines2
Réseau de surveillance britannique: Données brutes au 02 Nov 2009

http://www.eurocjd.ed.ac.uk/allcjd.htm

Système de surveillance des EST humaines

+ 4 patients v-MCJ en vie

 170 cas

A. Perret-Liaudet CVV 2009

slide6

http://www.eurocjd.ed.ac.uk/vcjdworldeuro.htm

1996

1999

2002

2004

2005

Variante MCJ dans le monde (nov 2009)

Royaume Uni 166+4

France 25

Eire 4

Italie 1+1

Pays Bas 3

Portugal 2

Espagne 5

USA 3

Canada 1

Arabie Saoudite 1

Japon 1

A. Perret-Liaudet CVV 2009

analyse de risque1
v-MCJ qu’en est-il ?

Les chiffres…

L’avenir : l’épidémie est elle encore d’actualité ?

Tendances…

Cas liés à l’ESB sous ses différentes formes…

Résistance de la population à l’agent

Prévalence des porteurs

Prédiction du nombre de cas futurs

Analyse de risque

A. Perret-Liaudet CVV 2009

les tendances
Au Royaume UniLes tendances…

A. Perret-Liaudet CVV 2009

les tendances1
En FranceLes tendances…

A. Perret-Liaudet CVV 2009

analyse de risque2
v-MCJ qu’en est-il ?

Les chiffres…

L’avenir : l’épidémie est elle encore d’actualité ?

Tendances…

Cas liés à l’ESB sous ses différentes formes…

Résistance de la population à l’agent

Prévalence des porteurs

Prédiction du nombre de cas futurs

Analyse de risque

A. Perret-Liaudet CVV 2009

syst mes de surveillance des est animales risque pour l homme
Systèmes de surveillance des EST animales à risque pour l’homme
  • France :
    • Coordonné par l’AFSSA
      • Surveillance passive sur le terrain
      • Surveillance active (abattoirs + équarrissage)
    • En lien avec Réseau européen et OIE
      • ESB Royaume Uni…

A. Perret-Liaudet CVV 2009

syst mes de surveillance des est animales risque pour l homme1
Systèmes de surveillance des EST animales à risque pour l’homme

Encéphalopathie spongiforme bovine ESB typique

En voie de disparition…

A. Perret-Liaudet CVV 2009

slide13

Evolution du nombre de cas d’ESB au Royaume Uni : situation en sep 2009

37 en 2008

07 en 2009

A. Perret-Liaudet CVV 2009

slide14

Evolution du nombre de cas d’ESB en France

Données de OIE, 2009

8 en 2006

9 en 2007

8 en 2008

A. Perret-Liaudet CVV 2009

scrapie ou tremblante formes typiques
Scrapie ou tremblante : formes typiques

Politique d’élimination des génotypes sensibles

Cas cliniques et détectés à l’abattoir

Absence de transmission à l ’homme

Prévalence

pour la période 2002-2006

G Cazeau, AlFediaevsky, D Calavas –

AFSSA Lyon

1/100000 Abattoirs

1/10000 Equarrissage

A. Perret-Liaudet CVV 2009

slide16
Scrapie-tremblante atypique

Souche NOR98 touchant des génotypes peu sensibles (AHQ…)

Dépistage à l’abattoir

PK résistance partielle

Pas d’argument pour passage à l’homme…

D’autres isolats atypiques… mais pas de trace

de scrapie ESB chez le mouton dans sa forme naturelle.

Scrapie ou tremblante :

formes atypiques

Prévalence

pour la période 2002-2006

G Cazeau, AlFediaevsky, D Calavas

AFSSA Lyon

6 / 10000

A. Perret-Liaudet CVV 2009

tremblante esb chez une ch vre
Tremblante ESB chez une chèvre
  • Tremblante ESB expérimentale (Mouton)
  • Premier cas de tremblante ESB naturelle de la chèvre (morte en 2002) en France
  • Inoculation broyat de cerveau à plusieurs types de souris
  • Analyse des lésions et typage de la PrPres dans différents modèles :confirmation en 2005

A. Perret-Liaudet CVV 2009

esb atypiques
ESB atypiques

Formes atypiques ESB récemment détectées

Bovins âgés détectés à l’abattoir

Répartition cérébrale de la PrP différente de ESB

Type PrPres différents du type ESB = analogie aux types de PrPres dans MCJ sporadiques

kDa

ESB

V1

V1

ESB

V2

29.0

20.1

Travail de AG Biacabe AFSSA lyon

A. Perret-Liaudet CVV 2009

analyse de risque3
v-MCJ qu’en est-il ?

Les chiffres…

L’avenir : l’épidémie est elle encore d’actualité ?

Tendances…

Cas liés à l’ESB sous ses différentes formes…

Résistance de la population à l’agent

Prévalence des porteurs

Prédiction du nombre de cas futurs

Analyse de risque

A. Perret-Liaudet CVV 2009

r sistance de la population l agent de l esb
Résistance de la population à l’agent de l’ESB
  • L’âge, un facteur de résistance ?

France : La médiane des âges lors de leur décès est de 37 ans (entre 19 et 58 ans).

A. Perret-Liaudet CVV 2009

r sistance de la population l agent de l esb1
Résistance de la population à l’agent de l’ESB

Polymorphisme billélique M/M, M/V, V/V (codon129 du gène PRnP)

Population caucasienne : 55 % M/V,

35 % M/M et 10 % V/V

Risque plus élevé pour les homozygotes au codon 129.

v-MCJ : 100 % M/M mais….

Janvier 2008 : premier cas Val/Val au RU (cas rétrospectif de 2000, 39 ans, 14 mois, EEG typique, troubles de vision à l’entrée…)

Histopatho et PrPres  v-MCJ

Durées d’ incubation et phases cliniques plus longues pour les hétérozygotes

A. Perret-Liaudet CVV 2009

analyse de risque4
v-MCJ qu’en est-il ?

Les chiffres…

L’avenir : l’épidémie est elle encore d’actualité ?

Tendances…

Cas liés à l’ESB sous ses différentes formes…

Résistance à l’agent

Prévalence des porteurs

Prédiction du nombre de cas futurs

Analyse de risque

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etude de pr valence infection vcjd par d tection prpsc dans appendices et amygdales
Etude de prévalence infection vCJD par détection PrPSc dans appendices et amygdales

Hilton et al, J Pathol 2004;203:733-9

  • Echantillons de patients âgés 10-50 ans opérés entre 1995 and 1999
  • 3/12674 cas positifs en PrP par IHC avec 2 anticorps monoclonaux
    • 2 des 3 cas sont valine homozygotes au codon 129 du PRNP
  • Prévalence estimée de l’infection vCJD : 237/million (95% CI 49-692/million)

SEAC Epidemiology Subgroup UK : étude prospective

  • Etude prospective plus large (~100 000 cas) de tissus amygdaliens utilisant 2 ELISA
  • Clewley JP et al. Mai 2009 :

Sur 63007 échantillons testés  aucun positif confirmé.

(environ 280 testés en IHC et WB après réaction initiale positive)

  • Prévalence plus faible : 0 / million (95% CI 0 – 292 : million)

A. Perret-Liaudet CVV 2009

analyse de risque5
v-MCJ qu’en est-il ?

Les chiffres…

L’avenir : l’épidémie est elle encore d’actualité ?

Tendances…

Cas liés à l’ESB sous ses différentes formes…

Résistance à l’agent

Prévalence des porteurs

Prédiction du nombre de cas futurs

Analyse de risque

A. Perret-Liaudet CVV 2009

nombre de cas pr dits de vcjd en france
Nombre de cas prédits de vCJD en France

Nombre prédit de vCJD français

(Huillard d’Aignaux, 2001 and Valleron, 2001)

(Chadeau-Hyam, Int J Epidemiol 2005)

Nombre de cas prédits jusqu’à 2020: 33 (0-100)

2/3 cohorte née > 1969

1/3 cohorte née entre 1949-1969

Basés sur données 2003 * (N=6), de par la distribution de la période d’ incubation et de la susceptibilité age-dependente estimée à partir des cas au Royaume Uni

Pas de changement des prévisions

Malgré le nombre élevé en 2005 et 2006

Malgré le cas VV

Malgré les cas possibles inter humains (transfusionnels …)

A revoir en fonction…

Etude UK  elle continue

Hypothèse de cas MV

A. Perret-Liaudet CVV 2009

analyse de risque li e la transmission inter humaine
Nombre de porteurs asymptomatiques

Connaissance de la distribution de l’agent

Risque lié au sang

Risque lié aux DM

Analyse de risque liée à la transmission inter humaine

A. Perret-Liaudet CVV 2009

analyse de risque li e la transmission inter humaine1
OMS : distribution de l’infectiosité tissulaire

Tissus à haute infectiosité

Tissus à infectiosité plus basse

LCR, sang

Tissus sans infectiosité démontrée

Urines, fécès

Analyse de risque liée à la transmission inter humaine

A. Perret-Liaudet CVV 2009

analyse de risque li e la transmission inter humaine de l agent li la v mcj
Connaissances de la distribution de l’agent

Risque lié au sang

La voie IV par transfusion est transmissible

Absence de test sanguin d’exclusion des dons

Sécurisation des produits sanguins

Rappel des lots par l’AFSSAPS

Risque lié aux DM

Analyse de risque liée à la transmission inter humaine de l’agent lié à la v-MCJ

A. Perret-Liaudet CVV 2009

mcj et risque tranfusionnel
MCJ et risque tranfusionnel

1/ Présence de l’Infectiosité dans le sang

2/ Infectiosité dans le sang: ½ plasma. 20-30 U Inf IC /ml sang

3/ Transmission de l’infectiosité par voie IV : OUI

4/ La transfusion transmet l’infectiosité

A. Perret-Liaudet CVV 2009

v mcj et risque tranfusionnel
V-MCJ et risque tranfusionnel

A/ 3 cas transfusionnels au RU

  • Tous avec GR non déleukocytés (2 avec le même donneur)
  • Développement des signes : 6.5 à 8 ans après
  • Trois Met Met
  • Absence de signe clinique
  • Absence de lésions cérébrales MCJ ou PrPres
  • Présence de PrPres rate et gg cervical
  • Patient Met/val

B/ 1 cas transfusionnel porteur de l’agent

A. Perret-Liaudet CVV 2009

absence de test sanguin valid
Absence de test sanguin validé
  • Mais tests en cours d’optimisation et /ou en cours de validation
  •  Dr Joliette COSTE

A. Perret-Liaudet CVV 2009

s curisation des produits labiles
Sécurisation des produits labiles
  • Leucoréduction de Concentrés de globules rouges
    • Sang total leucoréduit sur filtre WBF2 PALL
    • Comparaison efficacité des :
      • Filtres standard (BPF4 de PALL) : permettent d’enlever l’infectiosité liée aux GB
      • Filtres (Leukotrap Affinity Prion Reduction Filter LAPRF, PALL) : permettent de diminuer l’infectiosité liée aux GB et soluble
  • Réduction prion par ligands prions
    • Comparaison efficacité de 6 ligands

RBC leukoréduits sur LAPRF, PALL

A. Perret-Liaudet CVV 2009

s curisation des produits stables
Sécurisation des produits stables
  • Etapes de fractionnement
    • Cai 2002
    • Lee 2001
    • Réf de 6 à 17
  • Résultats
    • Fractions Albumine, A-1 PI... : OK
    • Fractions Ig, Fib, F coag :

Etapes de sécurisation

Supplémentairesnecessaires

A. Perret-Liaudet CVV 2009

s curisation des produits stables1
Sécurisation des produits stables
  • Autresprocédés
    • Filtration en profondeur

(Vey, 2002, Foster 2002, Gregori 2004….)

    • Adsorption ouchromatosurREAnions

(Foster 1999, Drohan 1999…)

    • Nanofiltration

Tateishi 1993, 2001, Van Holten 2002,Gregori 2004, Truchot 2006....

A. Perret-Liaudet CVV 2009

retrait des lots par l afssaps
Efficacité liée à un réseau de surveillance adéquat

Quelques familles concernées par transfusion de lots de produits labiles fabriqués avec du sang issu de 2 patients v-MCJ

Retrait des lots par l’AFSSAPS

A. Perret-Liaudet CVV 2009

analyse de risque li e la transmission inter humaine2
Connaissances de la distribution de l’agent

Risque lié à la transfusion sanguine

Risque lié à l’utilisation de Dispositifs Médicaux

Analyse de risque liée à la transmission inter humaine

A. Perret-Liaudet CVV 2009

risques li s aux dm
Plus de 10 ans d’amélioration des pratiques...

Circulaires (n°48, 100 et 138 mars 2001…)

Mise à niveau des pratiques

Stérilisation et désinfection

Phases de nettoyage

Traçabilité…

Absence de transmission par un DM dans les dernières années

Cependant, la 138 avait quelques points noirs…

 Nécessité d’évolution de la circulaire 138

Risques liés aux DM

A. Perret-Liaudet CVV 2009

risques li s aux dm1
Etudes expérimentales sur risque prions

Activité de la phase nettoyante / détergente

Détergents alcalins formulés (en général > pH 12)

Détergents enzymatiques formulés

Activité prionicide

Phase liquide APA : résultats très hétérogènes

Phase liquide : Protéases, surfactant , Oxydant 40°C 10min

Phase liquide H202/Cuivre 15 min à froid

Phase gazeuse VHP: STERRAD

Risques liés aux DM

A. Perret-Liaudet CVV 2009

conclusions 1
L’épidémie v-MCJ devrait rester modeste

L’ESB sous sa forme classique : c’est du passé

 Vigilance vis-à-vis des formes atypiques ou masquées

Une deuxième vague liée aux Valine devrait rester modeste également

Les transmissions secondaires devraient rester jugulées :

Tryptique (produits sg sécurisés, surveillance et rappel des lots, … test sg à l’horizon…)

Niveau de sécurité satisfaisant par les procédures de TTT des DM

Conclusions 1

A. Perret-Liaudet CVV 2009

risques pour le personnel de laboratoire
Tissus à risque dans laboratoire BM

LCR et liquides bio au contact du SNC

Recommandations particulières

Autres : recommandations standard

Sang

Urines

Fécès…

Risques pour le personnel de laboratoire ?

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etapes pr analytiques
Etapes pré-analytiques

Prélèvement LCR

Contact et effraction de la dure-mère

Transport et transmission des prélèvements

Laboratoire prévenu de la suspicion : feuille

Respect hygiène; contenant extérieur solide

Enregistrement

Tracer le risque en intra-laboratoire et hors laboratoire

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etapes analytiques
Etapes analytiques

Manipulations :

Généralités

Protection du plan de travail (bench-coat…)

Protection individuelle renforcée

Derrière un écran…à défaut masques, lunettes

Surblouse jetable, paire de gants, manchons...

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etapes analytiques1
Etapes analytiques

Manipulations :

Numération cellulaire

Nageottes dans la javel 6 ° (Eviter la soude)

Ou Cellules jetables

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etapes analytiques2
Etapes analytiques

Manipulations :

Cytologie / colorations

Cytocentrifugation à risque

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etapes analytiques3
Etapes analytiques

Manipulations :

Cytologie / colorations

Conservation lame : lame montée, passée dans javel.

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etapes analytiques4
Etapes analytiques

Manipulations automatisées (Pt et glucose)

Décontamination de l ’appareil ? (soude , javel)

Cycle automatique de rinçage par détergent alcalin (ex Architect, Modular ou 917…) …

Ne rien faire si rinçage non automatisé

Précautions lors de la maintenance

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etapes analytiques5
Etapes analytiques

Ensemencement géloses

Sous PSM

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etapes analytiques6
Etapes analytiques

Points particuliers

Techniques de concentration des LCR

A éviter si possible

Techniques électrophorètiques et blots

Protection de la sphère ORL au niveau du pipetage

Les étapes ultérieures : précautions standard

Nettoyage et inactivation régulière des cuves

Préférer les tampons semi solides

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etapes analytiques7
Etapes analytiques

Points particuliers

Etapes de lavage des plaques ELISA

Préférer les systèmes automatisés

Ne pas rester à proximité immédiate du laveur quand celui-ci est en opération

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etapes analytiques8
Etapes analytiques

Points particuliers

Cultures de cellules

Gestion des changements de milieux, trypsination

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etapes post analytiques
Etapes post-analytiques

Conservation des LCR

Prélèvements identifiés pour le risque MCJ

Compartiments séparés et identifiés pour le risque MCJ

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etapes post analytiques1
Etapes post-analytiques

Gestion des déchets

Coupants : boites ou gros containers rigides étanches

Tubes primaires, conescytocentrif, embouts rigides…

Filière d ’élimination spéciale (incinération >800 °C)

Recommandation du CLIN : tous les LCR

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etapes post analytiques2
Etapes post-analytiques

Gestion des déchets en microbio

Coupants : boites ou gros containers rigides étanches

Bouillons liquides

A. Perret-Liaudet CVV 2009

etapes post analytiques3
Etapes post-analytiques

Gestion des déchets en microbio

Non Coupants : sacs pour DASRI

Boites de Pétri

A. Perret-Liaudet CVV 2009

conclusions 2
Le risque au laboratoire

Se focaliser sur le LCR et quelques liquides en contact avec le SNC

Préanalytique, analytique et post analytique

RAS pour le sang, plasma, urines, fécès….

Pas de panique … mais être responsable.

Conclusions 2

A. Perret-Liaudet CVV 2009