slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Pierre Claveirole - 2004 - CDRMG / UNAFORMEC PowerPoint Presentation
Download Presentation
Pierre Claveirole - 2004 - CDRMG / UNAFORMEC

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 28

Pierre Claveirole - 2004 - CDRMG / UNAFORMEC - PowerPoint PPT Presentation


  • 58 Views
  • Uploaded on

Se documenter sur Internet. Pierre Claveirole - 2004 - CDRMG / UNAFORMEC. …ou ailleurs. Se documenter.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Pierre Claveirole - 2004 - CDRMG / UNAFORMEC' - oralee


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
pierre claveirole 2004 cdrmg unaformec

Se documenter sur Internet...

Pierre Claveirole - 2004 - CDRMG / UNAFORMEC

…ou ailleurs

se documenter
Se documenter

« C’est l’action d’appuyer une assertion, un récit, sur des renseignements écrits servant de preuves, de témoignage.Cela sous-entend une démarche volontaire qui est la recherche de l’information »

Larousse

pourquoi se documenter
Pourquoi se documenter ?
  • Pour résoudre un problème clinique
  • Pour informer, éduquer un patient
  • Pour une action de FMC, pour enseigner
  • Pour publier : article, mémoire, thèse…
  • Pour un travail de recherche clinique
  • Pour un exposé en public
  • … et aussi pour le plaisir !
fmc pourquoi se documenter
FMC : pourquoi se documenter ?
  • Identifier les problématiques liées au thème, dans une approche critique,
  • Transmettre cette expérience aux formateurs qui reproduiraient l’action,
  • S’assurer de la pertinence des objectifs vis à vis des besoins de santé publique,
  • Mieux travailler avec les experts pendant la préparation,
  • Evaluer les niveaux de preuve et identifier les limites de nos connaissances,
fmc quand se documenter
FMC : Quand se documenter ?

Très TÔTdès le recueil des besoins pour :

  • savoir de quoi on parle
  • avoir une vue d’ensemble des problèmes
  • approfondir une question
  • répondre à NOS questions :celles liées à notre pratique, et non à celles de l’expert
r ponse factuelle des questions cliniques 6 principaux freins 1
Réponse factuelle à des questions cliniques6 principaux freins1
  • manque de temps
  • difficulté à formuler une question précise
  • difficulté à trouver une stratégie de recherche optimale
  • les ressources consultées ne répondent pas à la question
  • incertitude quand à l’exhaustivité des résultats : quand arrêter une recherche ?
  • difficultés à synthétiser des informations éparses pour prendre une décision clinique utile

1. Ely JW. Obstacles to answering doctor’s questions about patient care with evidence: qualitative study. BMJ 2002; 324: 1-7.

utilit des sources d information m dicales 1
Utilité des sourcesd’information médicales1

PertinencexValidité

Effort nécessaire pour

accéder à l’information

Utilité =

1. Shaughnessy AF, Slawson DC, Benett JH. Becoming an information master: a guidebook to the medical information jungle. J Fam Pract 1994;39:489-499.

la d marche fondamentale de la m decine factuelle ebm
La démarche fondamentale de la médecine factuelle (EBM)
  • Identifier un problème, une lacune
  • Formuler clairement une question clinique pertinente
  • Rechercher la documentation disponible
  • Analyser les données de façon critique, hiérachiser en fonction des niveaux de preuves
  • Appliquer à et avec un patient donné la stratégie la plus valide
les 2 mamelles de la qualit d une publication
Les 2 mamelles de la qualité d’une publication
  • Transparence
    • Financière
    • Rédactionnelle
      • comité de lecture
      • identification des auteurs, des sources
      • publication de points de vue contradictoires avec des arguments référencés

&

  • « Evidence »
    • Niveaux de preuves (NP)
internet et cyberm decine 1
Internet et cybermédecine1
  • Internet est le principal agent de promotion de l’EBM car il permet aux médecins d’accéder à des bases de données.
  • Il permet aux patients d’accéder à ces même bases, ce qui augmente leur implication dans ladécision médicale et leur pression sur les soignants pour bénéficier de soins de qualité.
  • La cybermédecine fait évoluer les traditionnels concepts de prévention et de promotion de santé. Ce sont les échanges d’informations entre les patients qui font office de messages de prévention.

1. Eveillard P. Cybermédecine : le patient prend le pouvoir. RDP MG, 1999; 480: 2031-2.

internet outil d empowerment 1
Internet, outil d’empowerment ?1
  • Empowerment = autonomie individuelle du patient, notions de choix, de contrôle, d’autodétermination
  • Nécessite :
    • amélioration des connaissances individuelles et communautaires en matière de santé,
    • accès facilité à l’information médicale
    • développement du sens critique des consommateurs vis à vis des initiatives qui leur sont proposées concernant leur santé et leur bien-être

1. Mariéthoz E. Nouvelles technologies de l’information comme outil d’empowerment en matière de santé: mythe, promesse ou rélité ? Med Hyg 2001; (2361): 1858-60.

les espaces
Les espaces
  • « médical » vs « grand public »
  • Toile « visible »Google dépendantevs Toile « invisible »banque de données type Medline, répertoires
moteurs de recherche
Moteurs de recherche
  • Un robot araignée, crawler
  • Un index intégrant tous les mots de chaque page
  • Un système d’interrogation
      • Filtres (date, langue, etc.)
      • Opérateurs Booléens (and, or, not, near…)

Assez exhaustifs : « réponse à tout »

Bruit important : nécessité d’optimiser la requête

De plus en plus intelligents : « ne pas tourner la page »

Nécessité d’une analyse critique +++

op rateurs logiques ou bool ens
Opérateurs logiques ou booléens
  • AND, OR, AND NOT, (NEAR)…
  • +, -, «  »
  • Agents de liaisons des requêtes
  • Éliminent le bruit des grosses banques de données, des moteurs de recherche
  • Moins utiles dans les répertoires, plus petits, d’où un risque de silence(utilisés cependant dans CISMeF)
les r pertoires
les Répertoires
  • Un documentaliste
  • Un index
  • Une arborescence de mots clés (MeSH en médecine)
  • Non exhaustifs, mais intelligents.
  • L’examen d’une arborescence permet des découvertes par hasard MAIS pertinentes.
  • Silence important

 Utiles pour des questions générales

les bases de donn es bibliographiques
les Bases de Données Bibliographiques
  • données souvent de première qualité…
  • …mais encore faut-il pouvoir accéder aux documents primaires ainsi localisés
l efficacit d un syst me d information 1
l’ Efficacité d’un système d’information1
  • repose sur
  • la cohérence et la précision de l’indexationde l’ensemble des domaines couverts
  • l’adaptation à ses utilisateurs
  • 1Matillon Y. L’évaluation médicale. Paris: Flammarion, 1994.
l analyse indexation
L’analyse-indexation

L’ indexationest l’opération qui consiste à décrire et à caractériser un document à l’aide de représentation des concepts contenus dans ce document.

Les concepts sont traduits en langage documentaire, après les avoir extraits du document par une analysefaite par l ’auteur ou le documentaliste.

indexation
Indexation
  • Descripteurs ou mots-clés
  • Thésaurus = liste structurée (arborescence) de termes normalisés (descripteurs)
  • Le MeSH est le thésaurus de MEDLINE
  • Il est devenu le standard international pour tous les documents médicaux
  • La performance d’une base de donnée est tributaire de la qualité du thésaurus et de l’analyse-indexation des documents
le choc de 2 intelligences
Le Choc de 2 intelligences
  • Celle du documentaliste responsable de la qualité de l’indexation
  • Celle de l’utilisateur responsable de la qualité de sa requête
bottom up ou top down
Bottom up ou Top down ?
  • De bas en hautc’est faire une requête en rentrant un mot précis dans un moteur, ou un métamoteur, qui fournit une multitude de réponses.
  • De haut en basc’est explorer une arborescence pour aller du général au particulier.C’est la démarche à privilégier en médecine, en utilisant des répertoires indexés avec le MeSH
logiciels bibliographiques
Logiciels bibliographiques
  • EndNote
  • Reference Manager
  • Pro Cite
bibliographie g n rale
Bibliographie générale
  • Drahi E, et al. FMC et documentation [dossier]. TLM 1998; (30): 10-37.
  • Eveillard P. Rubrique internet [hebdomadaire]. Rev Prat MG.
  • Dailland F. PubMed pour en savoir plus. Bibliothèque de la faculté de médecine de Paris XI 1999-2004.www.u-psud.fr/Biblikb.nsf/Accueil.htm?OpenPage
  • Bazi R. La recherche documentaire. In Matillon Y, Durieux P. L’évaluation médicale (2e édition). Paris : Flammarion, 2000.
bibliographie avanc e
Bibliographie avancée
  • Mouillet E. Guide d’accès à l’information en médecine et sciences de la santé. ADBS, l’Association des professionnels de l’information et de la documentation, Paris 2001.Centré sur les bases de données, dont Medline et les logiciels de gestions bibliographique avec l’exemple d’EndNote.