s minaire d analyses comparatives et enqu te sociologique n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Séminaire d’Analyses comparatives et enquête sociologique PowerPoint Presentation
Download Presentation
Séminaire d’Analyses comparatives et enquête sociologique

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 26

Séminaire d’Analyses comparatives et enquête sociologique - PowerPoint PPT Presentation


  • 73 Views
  • Uploaded on

Séminaire d’Analyses comparatives et enquête sociologique. 6 e et 7 e séances : Le questionnaire. Référence bibliographique. Rodolphe Ghiglione et Benjamin Matalon (1978), Les enquêtes sociologiques. Théories et pratiques , Paris, Armand Colin, Collection U.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Séminaire d’Analyses comparatives et enquête sociologique' - missy


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
s minaire d analyses comparatives et enqu te sociologique

Séminaire d’Analyses comparatives et enquête sociologique

6e et 7e séances : Le questionnaire

r f rence bibliographique
Référence bibliographique

Rodolphe Ghiglione et Benjamin Matalon (1978), Les enquêtes sociologiques. Théories et pratiques, Paris, Armand Colin, Collection U

la recherche par questionnaire n cessite que
La recherche par questionnaire nécessite que :

► l’exploitation statistique de chaque question soit déjà prévue,

► tous les questionnaires soient les mêmes,

► le questionnaire ne soit pas modifié durant le cours du travail de terrain (même si on y repère de grosses erreurs),

► toutes les explications soient prévues sur le questionnaire (l’idéal est que l’enquêteur n’ait à rien réexpliquer, si ce n’est relire la question) ou que les enquêteurs donnent, toujours et tous, les mêmes ré-explications…

→ La formulation et la constitution du questionnaire sont donc des étapes cruciales… (Attention au GIGO !!!)

a ne jamais oublier
A ne jamais oublier !!!
  • Ce qui sous-tend tout ce qui vient d’être dit :

La standardisation est absolument nécessaire parce que c’est elle qui permet la comparaison.

Sans standardisation, pas de comparabilité !

quelle m thode
Quelle Méthode?
  • Malheureusement, il n’y a pas de méthode rigoureuse pour construire un bon questionnaire. Il n’y a pas de règles pour la construction d’un questionnaire. Au mieux, on dispose d’une « méthodologique négative », en ce sens qu’on ne peut qu’insister sur les erreurs habituelles afin d’y être particulièrement attentifs…
approche qualitative approche quantitative
Approche qualitative &approche quantitative
  • Habituellement :

1. D’abord, une phase qualitative…

► pour aborder un problème sur lequel on a peu d’hypothèses

► pour aborder un problème dont on sait mal comment il se pose pour la population

2. Ensuite, la phase quantitative…

► Il faut savoir précisément ce que l’on cherche.

► Il faut s’assurer que les questions ont un sens pour chacun.

► Il faut s’assurer que tous les aspects de la question ont été abordés.

► Un prétest du questionnaire est nécessaire.

approche qualitative approche quantitative1
Approche qualitative &approche quantitative
  • Parfois :

La phase qualitative n’est pas nécessaire.

► On sait déjà tout ce qu’il faut savoir pour réaliser le questionnaire, càd que l’objet a déjà été bien étudié.

La phase quantitative sera suivie d’une (nouvelle) phase qualitative.

► pour interpréter des résultats inattendus.

Attention : Il ne faut bien sûr pas réduire les exploitations qualitatives à leur apport aux enquêtes par questionnaire.

objectifs d un questionnaire
Objectifs d’un questionnaire
  • Quatre grands types d’objectifs :

► estimer des grandeurs absolues

► estimer des grandeurs relatives

► décrire une sous-population, une population

► vérifier des hypothèses (relations entre plusieurs variables)

questionnaire
Questionnaire
  • Première épure (grand nombre de questions en vrac)
  • Formulation des questions: ouvertes ou fermées
  • Ordre de succession des questions
  • Formulation définitive des questions
  • Mise à l’épreuve du questionnaire
il faut tre attentif
Il faut être attentif...
  • … au texte des questions,
  • … à leur ordre,
  • … au choix des questions d’ouverture,
  • … à l’enchaînements des questions,
  • … à la cohérence du contenu,
  • … à la diversité des formes,
  • … au temps de l’enquête,
  • … à l’ennui et à l’irritation du répondant…
diff rents types de questions
Différents types de questions…
  • Selon le contenu

→ questions de faits

→ questions d’opinion

  • Selon la forme

→ questions fermées

→ questions ouvertes

  • Parfois, autre chose que des questions (ordonnancements, notes, catégorisations, mise en correspondance, …)
questions ouvertes ou ferm es
Questions ouvertes ou fermées ?
  • Pour quelles raisons choisit-on des questions ouvertes ?

→ à première vue, plus facile…(c’est oublier le codage)

→ on n’a pas pu élaborer une liste des réponses à proposer (souvent le signe que la question est mal posée, ou mal construite…)

→ éviter le caractère fastidieux des longs questionnaires fermés

→ donner l’impression au sujet qu’il est écouté vraiment

→ possibilités de plusieurs codages

→ éviter le cadre fixé par les questions fermées

pourtant on privil giera les questions ferm es
Pourtant, on privilégiera les questions fermées…
  • Elles se prêtent mieux au traitement statistique.
  • Simplicité des réponses et des consignes.
  • Elles étendent souvent le champ des possibles (même si parfois elles le réduisent).
  • Tous les sujets utilisent la même nomenclature.
  • On obtient souvent des réponses vagues et conformes aux questions ouvertes.
  • Les questions ouvertes donnent souvent lieu à des réponses pauvres.
parfois on a tendance laisser les enqu t s faire le travail du chercheur
Parfois, on a tendance à laisser les enquêtés faire le travail du chercheur…
  • Quelles sont les tâches que vous effectuez le plus souvent ?
  • Dans quels domaines pensez-vous que les étrangers peuvent apporter quelque chose à la Suisse ?
  • Quelles solutions préconisez-vous pour que les étrangers apportent quelque chose à la Suisse ?
  • Dans quelle faculté étudiez-vous ?
  • Dans quelle optique faites-vous des études ?
  • L’Université est-elle uniquement un lieu d’apprentissage ? Si non, précisez…
  • Comment vous partagez-vous la tâche de la cuisine ? du ménage ?
  • De quelle orientation politique vous sentez-vous le plus proche ?
  • Connaissez-vous les associations existant au sein de votre faculté ? Si oui, de quelle façon ?
  • Que représente pour vous l’armée ? Que pensez-vous de l’armée ?
  • Quel est votre rapport aux normes en général ?
  • ...
risque des questions ferm es
Risque des questions fermées
  • Elles fixent en fait un cadre de référence.

→ Elles font penser à certaines réponses « non spontanément »

  • C’est un avantage :

►Cela rappelle ce que certains peuvent avoir oublié.

►Cela facilite les réponses non-conformes.

  • C’est un inconvénient :

►Cela rend séduisante une réponse non envisagée.

►Cela indique ce qu’on considère comme acceptable.

→ Les questions fermées peuvent donc étendre ou restreindre le champ des réponses possibles → importance capitale du choix des réponses proposées.

quelques remarques sur les questions ferm es
Quelques remarques sur les questions fermées

Plusieurs types :

  • Indiquer la réponse la plus adéquate.
  • Indiquer plusieurs réponses adéquates (qu’importe le nombre).
  • Indiquer un nombre fixé de réponses adéquates.
  • Ordonner toutes les réponses.
  • Ordonner les réponses les plus adéquates.

!!! Attention à ne pas demander une tâche trop difficile à l’interviewé !!! (consignes simples)

Ne pas oublier les réponses « ne sait pas », « ne veut pas », « autres réponses ».

questions de fait
Questions de fait
  • En principe, on pourrait les saisir autrement que par questionnaire.
  • Facteurs de distorsion :

→ erreurs de mémoire

→ désirabilité sociale (sous-estimer le dévalorisant, surestimer le valorisant)

  • Les faits peuvent être des événements uniques ou des événements répétitifs.
probl mes sp cifiques aux v nements r p titifs
Problèmes spécifiques aux événements répétitifs
  • période d’observation courte ou longue
  • avantages et désavantages du carnet de comptes
  • conséquences sur les relations entre comportements
questions de fait1
Questions de fait
  • Un problème fréquent : la catégorie socioprofessionnelle

→ le métier

→ le secteur

→ le statut

→ l’entreprise

questions d opinion
Questions d’opinion
  • Encore plus difficiles que les questions de faits (les mêmes problèmes avec, en plus, l’absence de « référent objectif »)
  • Au mieux une validation interne (cohérence des différentes réponses, adéquation avec des comportements…)
  • L’opinion qu’on prend comme objet existe-t-elle ? (même si le sujet répond à la question)
organisation du questionnaire
Organisation du Questionnaire

2 problèmes cruciaux

  • L’ordre des questions

Influence la perception du répondant

  • La formulation des questions

Clarté, absence d’ambiguïté, pas de suggestion de réponse

ordre des questions risques
Ordre des questions: risques
  • Biais de positivité
  • Effet de halo
  • Équilibre entre énoncés favorables et défavorables
pour formuler les questions
Pour formuler les questions
  • Attitude empirique : tester le plus souvent possible les questions.
  • Difficultés et risques du vocabulaire « savant ».
  • Termes vagues vs estimations numériques ou échelles de fréquence.
  • Définition précise d’un terme vs son usage social variable.
  • Risque de considérer des présupposés comme acquis.

→ Ce qui est en jeu ici : la standardisation.

principes de formulation
Principes de formulation
  • Veiller au confort du répondant.
  • Veiller au sens de la réponse.
  • Veiller à la qualité des items :
  • veiller à les rendre exclusifs (en tout cas, si on ne permet qu’une réponse),
  • veiller à couvrir au maximum l’étendue de la réalité…
  • Veiller à la structure logique de la question.