pr sentation de la loi instituant le droit au logement opposable loi du 5 3 07 jo du 6 3 07 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Présentation de la loi instituant le droit au logement opposable (loi du 5.3.07 : JO du 6.3.07) PowerPoint Presentation
Download Presentation
Présentation de la loi instituant le droit au logement opposable (loi du 5.3.07 : JO du 6.3.07)

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 21

Présentation de la loi instituant le droit au logement opposable (loi du 5.3.07 : JO du 6.3.07) - PowerPoint PPT Presentation


  • 93 Views
  • Uploaded on

Présentation de la loi instituant le droit au logement opposable (loi du 5.3.07 : JO du 6.3.07). UNIOPSS Groupe Habitat - Logement 14 mars 2007. Une avancée sociale importante pour l’application des droits fondamentaux.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Présentation de la loi instituant le droit au logement opposable (loi du 5.3.07 : JO du 6.3.07)' - meris


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
pr sentation de la loi instituant le droit au logement opposable loi du 5 3 07 jo du 6 3 07

Présentation de la loi instituant le droit au logement opposable(loi du 5.3.07 : JO du 6.3.07)

UNIOPSS

Groupe Habitat - Logement

14 mars 2007

une avanc e sociale importante pour l application des droits fondamentaux
Une avancée sociale importante pour l’application des droits fondamentaux
  • Comme le droit à la santé et à l’éducation qui ont mis plusieurs décennies à émerger, le droit au logement devient opposable.
  • Toute personne qui, résidant sur le territoire français de façon régulière et stable, n’est pas en mesure d’accéder par ses propres moyens à un logement décent peut exercer un recours amiable devant la commission de médiation et à défaut de proposition de logement ou d’accueil en structure adaptée, un recours contentieux devant le tribunal administratif ; celui-ci peut ordonner non seulement le logement, ou le relogement, mais aussi l’hébergement du demandeur par l’Etat.
la loi pr sente cinq risques ne pas sous estimer
La loi présente cinq risques à ne pas sous-estimer
  • Le premier est de provoquer une concentration des demandes sur les communes qui disposentdéjà de nombreux logements locatifs sociaux.
  • Le deuxième est unetransformation progressive des structures d’hébergement en« logementpour les plus pauvres » par défaut d’une production de logements très sociaux avec des loyers accessibles pour tous sur l’ensemble du territoire.
  • Le troisième est une remise en cause des efforts déployés par les maires et les bailleurs sociauxpour assurer la mixité sociale dans les quartiers. Ils vont être confrontés à des injonctions des préfets, sous astreinte, de loger les personnes défavorisées. Les préfets n’auront pas d’autre choix que d’utiliser massivement leur contingent de droits de réservation de logements sociaux.
  • Le quatrième est de provoquer des tensions très vives au sein de la société. La presse s’en est déjà fait l’écho, les personnes qui, sans être les plus défavorisées, ne parviennent pas à se loger et attendent depuis des années une réponse à leur demande de logement social pourraient provoquer un grand ressentiment à l’endroit de celles, plus défavorisées encore, dont les demandes seront examinées avant les leurs.
  • Le cinquième, la saturation des juridictions administratives, constitue un risque non négligeable. Sans effectif supplémentaire conséquent, elles ne pourront traiter convenablement un contentieux qui s’annonce massif.
les principales dispositions de la loi
Les principales dispositions de la loi
  • Droit au logement opposable
  • Les bénéficiaires du droit au logement opposable
  • Le recours amiable devant la commission départementale de médiation
  • Le recours contentieux devant la juridiction administrative
  • L’autorité responsable du droit au logement
  • Le suivi de la mise en oeuvre de la loi
  • Le renforcement de l’information sur le droit au logement pour les populations défavorisées
  • Mesures d’ordre financier et fiscal
  • Développement de l’offre de logements et de places d’hébergement
  • Mesures fiscales destinées à certains organismes, L’Association Foncière Logement,

les Foyers de travailleurs migrants

  • Extension du champ d’application de l’article 55 de la loi SRU
  • Extension du Conventionnement privé « Borloo dans l’ancien »
  • Revalorisation des aides au logement
les principales dispositions de la loi1
Les principales dispositions de la loi
  • Les rapports locatifs
  • Pièces justificatives demandées pour l’accès au logement afin de lutter contre les discriminations
  • Garantie des risques locatifs / création d’un fonds de garantie universelle des risques locatifs
  • Révision des loyers des locations meublées
  • Procédure de mise en conformité des logements indécents / saisine de la Commission départementale de conciliation
  • Principales mesures diverses concernant le logement
  • Surendettement, procédure de rétablissement personnel
  • Commission de surendettement
  • Montant des frais bancaires liés aux incidents de paiement
  • Interdiction des coupures d’eau tout au long de l’année
  • Expulsions,squat du domicile : expulsion sans recours au juge
  • Les règles en matière de domiciliation
  • Mise en place des conseils de concertation dans les logements foyers
les b n ficiaires du droit au logement opposable
Les bénéficiaires du droit au logement opposable

Le droit à un logement décent et indépendant, garanti par l’Etat,

est offert à toutes les personnes qui répondent aux deux conditions

cumulatives suivantes :

1 - Elles résident sur le territoire français de façon régulière et dans des conditions de permanence définies par décret en Conseil d'Etat.

2 - Elles ne sont pas en mesure d’accéder par leurs propres moyens à unlogement décent et indépendant et de s’y maintenir : sont visées,

  • - les personnes sans domicile fixe,
  • - les personnes très mal logées vivant à l’hôtel, dans des campings à l’année, en sur-occupation, en habitat fortement dégradé ou sans le confort minimum, mais également les personnes mal logées ne disposant pas d’un logement répondant aux normes de décence.
les recours amiable devant la commission d partementale de m diation
Les recours amiable devant la commissiondépartementale de médiation

La loi oblige à la création de commissions de médiation dans tous les

départements avant le 1er janvier 2008.

A défaut, le demandeur pourra engager directement un recours contentieux devant la juridiction administrative sous certaines conditions.

Les personnes prioritaires visées

1- dépourvues de logements : sont visées les personnes sans domicile fixe ainsi que les personnes privées de domicile personnel ;

2- logées dans des locaux manifestement sur occupés ou ne présentant pas le caractère de la décence, et qui ont, soit au moins un enfant mineur, soit un enfant présentant un handicap, soit au moins une personne à charge présentant un handicap ;

3- menacées d'expulsion sans relogement ;

4- hébergées ou logées temporairement dans un établissement ou un logement de transition ;

5-logées dans des locaux impropres à l’habitation ou présentant un caractère insalubre ou dangereux.

les m nages prioritaires pour les commissions de m diation en 2007 2008
Les ménages prioritaires pour les commissionsde médiation en 2007 / 2008

Population concernée à compter du 31 décembre 2008

Source : Rapport FAP « mal logement », 2007.

l attribution des logements sociaux sur le contingent du pr fet
L’attribution des logements sociaux sur le contingent du préfet

Désignation des personnes prioritaires à un bailleur social

A la suite de la décision de la commission, le préfet désigne chaque

demandeur à un organisme bailleur disposant de logements

correspondant à la demande et situés dans un périmètre qu'il définit, en

fixant le délai dans lequel celui-ci est tenu de le loger.

Proposition de logement dans le parc privé conventionné

Le préfet peut également proposer au demandeur un logement faisant

l’objet d’une convention sociale ou très sociale conclue entre l’ANAH et

le propriétaire.

  • Il semblerait que le préfet ne soit tenu de présenter qu’une seule offre de logement. Aussi, sauf à en contester les caractéristiques devant le tribunal, le demandeur qui ne l’accepterait pas devrait perdre son droit au logement pour une durée indéterminée.
le recours contentieux devant la juridiction administrative
Le recours contentieux devant la juridiction administrative

Date d’ouverture du recours

- à compter du 1er décembre 2008, pour les cinq catégories de demandeurs de logements les plus prioritaires ayant le droit de saisir sans délai la commission de médiation.

  • à compter du1er janvier 2012, pour les autres personnes éligibles au logement social qui n’ont pas reçu de réponse à leur demande de logement à l’expiration d’un délai anormalement long.

Le magistrat ordonne à l’Etat de loger ou de reloger le demandeur dès lors qu’il constate que la demande, reconnue comme prioritaire par la commission, doit être satisfaite d'urgence et qu’un logement tenant compte de ses besoins et de ses capacités ne lui a pas

été offert.

slide11
Une priorité 2007-2008 : le développement de l’offrede logements très sociaux dans toutes les communes
slide12
La réduction des écarts de loyers entre les logements sociaux pour favoriser la mobilité résidentielle des ménages
  • Exemple: pour un logement de 3 pièces , de 68 m2, en Ile de France

Prix du loyer estimé : valeurs 1er semestre 2006, sans les charges locatives.

« …La politique de développement du logement social n’a que très peu soutenu,

au sein du parc social, la construction de logements dits « très sociaux » destinés

aux personnes les plus pauvres. Ces logements représentent 2% du parc HLM.

Il faut évidemment augmenter ce pourcentage. » M Philippe Seguin, Président de la

Cour des Comptes, jeudi 8 mars 2007.

le droit l h bergement n est pas clairement d fini
Le droit à l’hébergement n’est pas clairement défini
  • Dans la loi DALO, le droit à l’hébergement n’est pas aussi clairement reconnu que le droit aulogement,
  • Les demandeurs d’accueil en structure adaptée ont également la possibilité d’exercer un recours amiable devant la commission de médiation, puis un recours contentieux devant la juridiction administrative. Le recours amiable est ouvert sans délai et le recours contentieux à compter du 1er décembre 2008. Les modalités d’expression de la demande d’accueil en structure adaptée ne sont pour l’instant pas définies.
  • Par les termes « structure adaptée », il convient d’entendre

une structure d'hébergement, un établissement ou logement de transition, un logement- foyer ou une résidence hôtelière à vocation sociale.

slide14
Le droit des personnes à se maintenir dans une structure d’hébergement d’urgence sur la durée de leurs projets d’insertion
  • Toute personne accueillie dans une structure d’hébergementd’urgence doitpouvoir y demeurer, dès lors qu’elle le souhaite, et ce jusqu’à ce qu’une orientation lui soit proposée.
  • L’ orientation est effectuée vers une structure d’hébergement stable ou de soins, ou vers un logement, adaptés à sa situation. Ainsi, enfonction de la situation de chaque personne, une gamme de structures assez large (du logement social à l’accueil thérapeutique) devrait pouvoir être offerte.
  • Les structures d’hébergement d’urgence ne font pas l’objet d’une définitionjuridique ; cependant, sont susceptibles d’entrer dans cette classification : les accueils de jour, les centres d’hébergement d’urgence et les nuitées dans les hôtels, financées sur le budget DGAS.
proposition d une structure d h bergement par le pr fet ou le juge administratif
Proposition d’une structure d’hébergement par le préfet ou le juge administratif

Recours relatif à une demande d’hébergement

  • Le demandeur qui a été reconnu par la commission de médiation prioritaire pour un accueil dans une structure d'hébergement, et qui n'a pas été accueilli, dans un délai fixé par décret, dans l'une de ces structures a la possibilité d’introduire un recours devant la juridiction administrative.
  • Ce recours est ouvert à compter du 1er décembre 2008.

Les demandeurs pourront se faire assister par les associations agréées par le préfet (la représentation n’a pas été admise pour ne pas priver la commission d’un contact direct avec le demandeur)

Pouvoirs du magistrat en matière d’hébergement

  • Le président du tribunal administratif ou le magistrat qu'il désigne statue en urgence, dans un délai de deux mois à compter de sa saisine. Le magistrat ordonne l'accueil dans une structure d'hébergement, lorsqu'il constate que la demande a été reconnue prioritaire par la commission de médiation et que n'a pas été proposée au demandeur une place dans une structure d’accueil.
  • Il peut également assortir son injonction d'une astreinte pour l’Etat dont le produit est, comme en matière de logement, versé aux fonds d’aménagement urbain.
comp tences des travailleurs sociaux acqu rir dans le domaine du logement
Compétences des travailleurs sociaux à acquérir dans le domaine du logement
  • Les questions relatives au logement font naturellement partie du domaine de compétence des travailleurs sociaux, mais elles ne sont pas mentionnées dans le code de l'action sociale et des familles qui en détermine le champ.
  • La promotion du droit au logement est désormais intégrée parmi les missions des travailleurs sociaux (CASF : art. L.451-1) et
  • les formations sociales devront en tenir compte.
  • Cette formation devrait leur permettre de mieux orienter et / ou accompagner les personnes mal logées ou dépourvues de logement dans leurs démarches de recherche d'un logement ou d'un hébergement et leur installation.
le d veloppement de l offre d h bergement une priorit pour tous en millions d euros 2004
Le développement de l’offre d’hébergement : une priorité pour tousEn millions d’euros 2004

- Il s’agit de transformer 4 500 places de CHU en places de CHRS et 6 000 places

de CHU en places d’hébergement de stabilisation.

- Pour les agglomérations de plus de 50 000 h , une place d’hébergement par tranche

de 2 000 h. Pour les agglomérations de plus de 100 000 h, une place pour 1 000 h.

quatre priorites pour la premiere etape de la loi dalo 2007 2008
QUATRE PRIORITES POUR LA PREMIERE ETAPE DE LA LOI DALO 2007 - 2008
  • OBJECTIFS A ATTEINDRE POUR FIN 2008
  • 1 - Le respect du calendrier prévu pour la première étape de la loi.
  • 2 - La mobilisation de l’offre de logements existants, dans le cadre des PDALPD, pour les ménages concernés avant la fin 2008.
  • 3 - La mise en place des commissions de médiation dans tous les départements avant le 1er janvier 2008.
  • 4 -Le budget 2008 pour garantir la production nécessaire d’offre de logements très sociaux avant la fin de l’année 2012.

Il faut tenir ces quatre objectifs prioritaires pour la fin 2008, afin d’éviter aux ménages concernés par la loi DALO d’engager des procédures de recours devant les tribunaux administratifs.

slide19
Mobilisation et coordination de l’offre de logements très sociaux dans le cadre des PDALPD ( loi ENL du 13 juillet 2006, articles 70)

Etat

Conseil Général

Comité de pilotage

Plan Départemental d’Action pour le Logement des Personnes Défavorisées

Accord

Collectif

Départemental

Commission de

Médiation sociale

Coordination

des

réservataires

de logements

Création et

mobilisation

d’une offre

nouvelle

PLAI et PST

Observatoire

Départemental

Habitat indigne

Dispositifs

d’hébergement

et logements

temporaires

Charte

de prévention

des expulsions

locatives

Objectifs

et moyens

du FSL

Commune

EPCI

Programme local d’offre de logements sociaux

Plan de lutte contre

l’habitat indigne

et l’éradication

du saturnisme

Programme

de logements

très sociaux

PLAI PST

Convention

Logements ANAH

avec GRL

Programme de

logements

sociaux PLUS

slide20
Commission de médiation et coordination de l’offre de logements très sociaux pour les ménages concernés par la loi

Etat

Conseil Général

Comité de pilotage

Plan Départemental d’Action pour le Logement des Personnes Défavorisées

Accord

Collectif

Départemental

Commission de

Médiation sociale

Coordination

des

réservataires

de logements

Création et

mobilisation

d’une offre

nouvelle

PLAI et PST

Observatoire

Départemental

Habitat indigne

Dispositifs

d’hébergement

et logements

temporaires

Charte

de prévention

des expulsions

locatives

Objectifs

et moyens

du FSL

Commission de médiation

suivi du N° unique départemental

Accord collectif

départemental ou EPCI

pour les populations

concernées

Coordination des

réservataires pour

les populations

concernées

Conventionnement

ANAH et GRL pour

les populations

concernées

slide21

Pour atteindre les objectifs de la loi DALO, l’engagement budgétaire de l’Etat en 2008- 2009 doit être fortement augmenté pour la production de logements sociauxDEPENSES DE LA COLLECTIVITE EN FAVEUR DU LOGEMENT de 1975 à 2006 ( en % du PIB)