les politiques budg taires de relance n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Les politiques budgétaires de relance PowerPoint Presentation
Download Presentation
Les politiques budgétaires de relance

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 9
marshall-sims

Les politiques budgétaires de relance - PowerPoint PPT Presentation

76 Views
Download Presentation
Les politiques budgétaires de relance
An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author. While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Les politiques budgétaires de relance Notions principales : politique budgétaire, demande globale; Notions secondaires : consommation finale, investissement, déficit budgétaire Objectifs : illustrer le mécanisme de relance d’une politique budgétaire et ses limites.

  2. politiques de relance Dépenses (fonctionnement, investissement et intervention) Déficit • Les dépenses : • de fonctionnement (par ex. salaires des fonctionnaires, prestations sociales, consommations intermédiaires…) • d’investissement (équipement d’infrastructures routières, hôpitaux, écoles, lycées…) • d’intervention : transferts sociaux Recettes (fiscalité) > • Les recettes : • Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) • Impôts sur les revenus • Impôts sur les sociétés… = Déficit financé par l’emprunt : l’Etat injecte des ressources supplémentaires dans l’économie. La faiblesse de la demande privée est compensée par un surcroit de dépense publique.

  3. Déficit Nouvelles dépenses de fonctionnement (achat de consommations intermédiaires, embauche de fonctionnaires…), et d’intervention (transferts sociaux) Nouveaux investissements ( construction d’hôpitaux, d’écoles, équipements de lycées…)

  4. Illustration : la construction du Centre Pompidou de Metz Financement : la Communauté d’Agglomération de Metz Métropole, l’Etat, l’Union européenne, le Conseil Régional de Lorraine, le Conseil Général de la Moselle. Coût total : 70 millions d’euros. Projet décidé le 9 janvier 2003 Inauguration : 12 – 16 mai 2010

  5. 5 bureaux d’études , Plus de 50 entreprises sous-traitantes pour la réalisation du bâtiment 80 ouvriers sur le chantier pendant la phase de gros-œuvre   200 personnes pendant la phase de second œuvre    75 000 heures de travail (gros œuvre)   405 pieux forés de 50 cm à 1 m de diamètre et de 11 m de profondeur   750 tonnes d’échafaudages   12 000 m3 de béton (fondations et gros œuvre)   1 500 tonnes d’acier à béton     970 tonnes de charpente métallique (façades et tour hexagonale)   650 tonnes de charpente en bois   18 km de planches et 16 000 pièces pour la constitution de la charpente bois 3 grues mobilisées pour les travaux dont la plus haute à 67 m sous flèche   8 000 m2 de membrane en PTFE Source : ville de Metz (http://tout-metz.com/musee-centre-pompidou-metz) Du travail (revenus). = 70 000 000 d’euros Du capital fixe et circulant (CI).

  6. Du travail (revenus). 70 000 000 d’euros Du capital fixe et circulant (CI).

  7. Epargne supplémentaire 70 000 000 d’euros Création d’emplois Revenus supplémentaires = Consommation supplémentaire Facteur travail Importations Besoin supplémentaire de facteur travail Production supplémentaire + Demande supplémentaire de biens d’équipement et de CI Production supplémentaire de biens d’équipement et de CI Capital fixe et circulant Un cercle vertueux s’enclenche : l’augmentation globale de la production est potentiellement supérieure à la dépense initiale de 70 000 000 d’euros. La politique de relance budgétaire favorise une augmentation de l’investissement et de la consommation finale, donc de la demande globale.

  8. Epargne supplémentaire 70 000 000 d’euros Création d’emplois Revenus supplémentaires = Consommation supplémentaire Facteur travail Importations Besoin supplémentaire de facteur travail Production supplémentaire + Demande supplémentaire de biens d’équipement et de CI Production supplémentaire de biens d’équipement et de CI Capital fixe et circulant La politique budgétaire comporte cependant des limites (des fuites dans le circuit) : l’épargne des ménages et les importations.

  9. Quelle partie de leurs revenus supplémentaires les salariés du chantier vont-ils dépenser? Sortie du circuit Epargne supplémentaire Dépend du taux d’épargne des revenus supplémentaires, ou propension marginale à épargner et de son complémentaire, la propension marginale à consommer. Facteur prépondérant : la confiance des ménages dans l’avenir. Revenus supplémentaires Sortie du circuit Quelle part de leur consommation sera composée de produits d’importation? Consommation supplémentaire Importations Dépendance à l’égard des importations. Facteurs prépondérants : degré d’ouverture et capacité des entreprises résidentes à répondre à la nouvelle demande (compétitivité et capacités de production)