bact ries d origine animale ou transmises par les arthropodes n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Bactéries d’origine animale ou transmises par les arthropodes PowerPoint Presentation
Download Presentation
Bactéries d’origine animale ou transmises par les arthropodes

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 46

Bactéries d’origine animale ou transmises par les arthropodes - PowerPoint PPT Presentation


  • 93 Views
  • Uploaded on

Bactéries d’origine animale ou transmises par les arthropodes. Pr. A. PHILIPPON Service de Bactériologie, Hôpital Cochin Paris - France. Saint-Roch le pestiféré et son bubon suite à une piqure de puce. Maladies en relation avec un réservoir animal. maladie des dompteurs

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Bactéries d’origine animale ou transmises par les arthropodes' - marnin


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
bact ries d origine animale ou transmises par les arthropodes

Bactéries d’origine animale ou transmises par les arthropodes

Pr. A. PHILIPPON

Service de Bactériologie, Hôpital Cochin

Paris - France

Saint-Roch le pestiféré

et son bubon

suite à une piqure de puce

maladies en relation avec un r servoir animal
Maladies en relation avec un réservoir animal

maladie des dompteurs

maladie des porchers

maladie des griffes du chat

maladie des animaliers

maladie des lainiers

maladie des tanneurs

maladie des dockers

maladie des femmes de chasseurs ........... 

Anthropozoonose

Hôte accidentel

habitat contamination
HABITAT CONTAMINATION

CONTACT DIRECT

animal domestiqueléchage, soins

griffade, morsure

animal sauvagemorsure, choc........

simple contact (mort)

CONTACT INDIRECT

Aliment contaminé, eau ingestion, baignade......

Objets, surfaces contaminés travaux

Air

Vecteurs tiques, puces.............

Très nombreuses situations épidémiologiques différentes Interrogatoire approfondi du malade dont la profession......

slide4

* Réservoirs très variés, donc transfert spécifique

* Pathogènes stricts (laborantins)

* Maladies avec tableaux + caractéristiques

DIAGNOSTIC ESSENTIEL

1/Traitement spécifique:Pénicilline, aminoglycosides, tétracyclines, FQ.......

2/ Maladie à déclaration obligatoire (MDO)

3/ Précocité du diagnostic : passage éventuel à la chronicité ....

4/ Aspect épidémique : le pire, une forme pulmonaire

5/ Agents éventuels du bioterrorisme: menace importante (CNR)

AGENT BIOLOGIQUE CLASSE 3

slide5

Bacillus anthracis, Brucella, Chlamydia,

Francisella, Yersinia pestis

maladies d inoculation
MALADIES D’INOCULATION

Pasteurelloses

Bartonellose (maladie des griffes du chat)

Haverhillose

slide7

PASTEURELLA Pasteurelloses

  • Pourquoi ?
  • Réservoir:Carnivores avec portage rhino-pharyngé, donc salive ++++
  • Clinique :morsure ou griffade très inflammatoire

* France > 9 millions chiens, 8 millions chats.

* Contexte clinique : consultation de chirurgie, centres antirabiques

* Plaie très inflammatoire de type phlegmon ou panaris avec notion d'une violente douleur apparue qq heures après morsure.

500.000 plaintes annuelles pour morsure

Le chien est un produit de consommation

vendu sans mode d’emploi (Pr. Bourdin)

slide8

Diverses espèces de Pasteurella

dont P. multocida

P. aerogenes

Histoire du promeneur en forêt

renversé en juillet...........

slide9

Diagnostic clinique/ épidémiologique +++++

  • Diagnostic bactériologique :
  • Fait en routine 24 - 48 h, plaie avec sérosité
  • * Aspect morphologique
  • coccobacille G -
  • * D. biochimique
  • Antibiogramme: Très sensible, peu de résistance acquise:
  • ß- lactamines, FQ, Tétracyclines
slide10

BARTONELLA Maladie des griffes du chat......

Bartonelloses

  • Réservoir:variable
  • Clinique :variable dont adénopathie +++++

Epidémiologie

slide11

D. clinique/ épidémiologique +++++

adénopathie, sida, SDF.......

D. anatomopathologique :intérêt historique

D. bactériologique :long, peu utile en pratique

D. moléculaire:PCR

Diagnostic sérologique:++++

Antibiogramme:????

A pénétration intracellulaire

slide13

BRUCELLA BRUCELLOSES...

POURQUOI ?David Bruce à l’Ile de Malte

RESERVOIR:animaux domestiques +++ ou sauvages

B.abortus Bovins

B.melitensis Caprins,Ovins

B.suis Porcins

B.canis Chiens

B.»marines» Dauphin.....

Maladie de la reproduction : Avortement

CONTAMINATION: Directe (mains, conjonctive) ou indirecte (lait......) et

Diffusion (voie lymphatique)

CLINIQUE:fièvre ondulante, fièvre méditerranéenne.........

slide14

Diminution du nombre de cas

en France grâce à la prophylaxie

< 100 cas

slide15

DIAGNOSTIC (Agent classe 3)

D. clinique/ épidémiologique +++++

maladie professionnelle (MDO)

Commémoratifs: ++++++

D. bactériologique :sang, LCR, pus.....

5 jours à 37°C CO2 + (biovars)

souvent 3 -5 jours CNR

B. melitensis, B. abortus, B. suis..........

Intérêt épidémique

D. moléculaire:PCR +

Diagnostic sérologique:+++

Nombreuses techniques:

Wright, Rose Bengale, FC, IFI..............

Antibiogramme:R.acquise très rare

mais à pénétration intracellulaire

TET, SM, RIF, SXT...........................

francisella tularensis tularemie
FRANCISELLA TULARENSIS TULAREMIE

POURQUOI ? Comté deTulare(1911)

Francis: homme et lapins (1919)

RESERVOIR:animaux domestiques, sauvages

(rongeurs....)

CONTAMINATION: Directe (mains, conjonctive) ou indirecte (tiques) et

diffusion (voie lymphatique)

CLINIQUE:Maladie des femmes de chasseur, 6 formes .........

lagomorphes

Lièvres infectés

France - 2004

slide17

DIAGNOSTIC (Agent classe 3)

D. clinique/ épidémiologique +++++

contexte (MDO), adénopathie, chasseur...

Commémoratifs:+++

Laboratoire ++ (hasard+++)

D. bactériologique :sang, ganglion, pus.....

Gélose chocolat en 3-4 jours à 37°C

fin coccobacille à Gram -

aérobie et exigeant en cystéine/cystine.

Diagnostic sérologique:+++

Agglutination, Wright.................

Antibiogramme:

SM, G, TET, DOX, FQ...................

-

CNR : Intérêt épidémiologique

F. tularensis subsp. tularensis (USA)

F. tularensis subsp.holarctica (Europe)

F. tularensis subsp.mediasiatica (Asie)

slide18

LE ROUGET DU PORC : Maladie animale rare (vaccin) 

Germe tellurique, parasite des mammifères, des oiseaux,

des poissons et d’autres animaux aquatiques.

amygdales ou dans les nœuds lymphatiques

ou au niveau de la valvule iléo-caecale

slide19

Maladie humaine devenue maintenant très rare en France

transmission directe (porc) ou non (piqure d'arête de poissons, crustacés)

Incubation 12-48h: lésion locale (main) d'érysipèle (Rosenbach-Baker)

Complications: arthrites, endocardites

Maladie professionnelle

Diagnostic clinique (bouchers, éleveurs, pécheurs),

slide20

Prélèvements: cutané, liquide d’arthrite, hémoculture

Diagnostic bactériologique : Erysipelothrix insidiosa

fin bacille à Gram + cultivant facilement sur la gélose au sang (24 h)

slide21

Bacille Gram + fin pouvant présenter des filaments (thrix),

non sporulé, immobile, aéro-anaérobie, catalase -, oxydase - .

Cultive entre 5 et 44°C à pH neutre en atmosphère enrichie en CO2. Ses exigences métaboliques sont limitées. Aéro-anaérobie facultatif. Pousse sur divers milieux alpha-hémolytique

Gélose au sang cuit

Mueller-Hinton

Bactérie rare à distinguer de Listeria et streptocoques

slide22

Caractères négatifs : catalase, oxydase, nitrate réductase, production d'indole, hydrolyse de l'esculine, acidification de l'arabinose, du dulcitol, du glycérol, de l'inuline, du mannitol, du raffinose, du rhamnose, du sorbitol, du tréhalose et du xylose.

Caractères positifs : production d'hydrogène sulfuré (TSI ou Kligler), acidification du galactose, du glucose, du lactose et du lévulose.

SH2 +

API 32 Strepto

http://www.bacterio.cict.fr/bacdico/ee/terysiplethrixbis.htm

slide23

Traitement : Très sensible aux antibiotiques

dont la pénicilline G (10-20 MU) ou amoxicilline

FQ (si allergie) - Traitement de 7 J

Antibiogramme sur MH au sang frais

slide24

MALADIES A BACTERIES SPIRALÉES

Borreliose de Lyme

Leptospiroses

Haverhillose

slide25

Définition

Les Spirochètes définissent une famille de bactéries comprenant

trois genres différents (Borrelia, Leptospira, Treponema)

comprenant diverses espèces en leur sein dont certaines sont commensales, d'autres pathogènes.

Morphologie caractéristique de forme hélicoïdale/spiralée

Mise en évidence au plan diagnostique différente

*Examen à fonds noir (Treponema pallidum)(A)

*Coloration par imprégnation argentique (Leptospira)(B)

*Coloration cytologique (May-Grunewald-Giemsa)(B.recurrentis)(C)

slide26

Habitat - Pouvoir pathogène

Leur habitat est très variable en raison de la multiplicité des réservoirs et

des vecteurs possibles, l'homme pouvant être un hôte accidentel

Espèce Réservoir Vecteur Maladies

B. recurrentis Homme Poux Fièvres récurrentes

B. burgdorferi Mammifères Maladie

B. garinii sauvages Tiques de

B. afzelii domestiques Lyme

Leptospira Mammifères

sauvages Leptospiroses

domestiques

Treponema Homme Syphilis, bejel, pian...

slide27

B. BURGDORFERI MALADIE DE LYME

W. Burgdorfer (1980) découvrit des spirochètes

dans tube digestif de tiques = maladie de Old Lyme

HABITAT - EPIDEMIOLOGIE

Morsure de tiques: Ixodes ricinus,

Petit acarien de taille variable

Répartition limitée < 1000 m.

Foyers endémiques: Alsace, Sarthe

Jardiniers, campeurs, marcheurs....

Rôle de la forêt broussailleuse

Mammifères : rongeurs, cervidés,

canidés, homme.

slide28

DIAGNOSTIC

Diagnostic clinique +++

Evoqué chez un patient mordu par une tique en région

d'endémie en été ou en automme

avec érythème chronique migrant, signes neurologiques,

troubles de la conduction cardiaque.

Diagnostic bactériologique: Très rare

Diagnostic sérologique: Très spécialisé

. Immunofluorescence indirecte (IFI)

. ELISA. MAIS spécificité médiocre (phase initiale).

Western-blot++++

réponse anticorps (OspC, flagelline....)

de taille différente: 18 à 93 kDa (IgM, IgG).

Technique plus sensible et spécifique

donc indiquée lors d'un faux-négatif,

ou pour confirmer un positif.

Pas d’antibiogramme

slide29

LEPTOSPIRA LEPTOSPIROSES

*Diversité extrême des réservoirs :

- domestiques: bovins, porcins, chiens

- sauvages: cervidés, rongeurs (+++)

Plus de 230 sérovars, 23 sérogroupes (homme)

*Hôtes préférentiels pour certains sérovars

= faciès épidémiologique

- rats : icterohaemorrhagiae

- campagnol : grippotyphosa

- chien : canicola

- porcs, suidés sauvages et bovins : pomona.

Professions particulièrement exposées (maladie professionnelle)

Maladie des égoutiers

Maladie des porchers.......

slide30

EPIDEMIOLOGIE

Survie dans l’environnement jusqu’à 6 mois dans l'eau, les sols boueux

Modes de transmission à l’homme

Pénétration par les muqueuses intactes (conjonctives, muqueuse naso-pharyngée, poumons en cas d’inhalation d’eau) et par des plaies cutanées.

Contact direct

Avec le germe (personnel de laboratoire), ou avec des animaux infectés ou leurs organes (éleveurs, vétérinaires, employés d'abattoir, bouchers, employés de tanneries...)

Morsure de rat

slide31

* Contact indirect (le plus fréquent)

  • Travail en environnement contaminé par l'urine d’animaux infectés (égoutiers, agents de voirie, éboueurs, dératiseurs, agents de stations d'épuration, d'entreprises de travaux publics, agriculteurs travaillant en terrain humide ou en rizières, forestiers, ...)
  • Pratique de loisirs aquatiques (baignades, planche à voile, canoë-kayak), de la chasse et de la pêche en eau douce.

PLUSIEURS CAS GROUPES

slide32

Leptospirose en France métropolitaine Été 2003

Enquête sur augmentation des leptospiroses en France (InVS, Ddass, CNR) du 1.6 au 31.8.

39 cas investigués.

Premiers signes (maladie) : début juin - fin août , 50 % entre 11 - 24 août.

37 hospitalisés et 2 décès

5 sérogroupes identifiés, majoritairement Icterrohaemorrhagiae (62%).

Cas groupés (Aube, Ardennes, Dordogne)

Lieux de baignades communs ++++

Mesures de contrôle (interdiction de baignade) prises.

Pas de recrudescence de la leptospirose au cours de l’été 2003.

slide33

DIAGNOSTIC

Difficile au début, car polymorphisme clinique.

En zone tempérée, contexte épidémiologique et bilan biologique non spécifique pour exclure une hypothèse virale.

Recherche spécialisée, demande selon la chronologie suivante: culture, PCR, sérologie (> J8)

*Hémoculture (J1-J10)

*LCR (J7-J14)

*Urocultures > J14

ED : bactérie spiralée

Culture: milieux particuliers à 30°C à l'obscurité durant 2 mois.

Identification précise: espèce, sérogroupe et sérovar

intérêt épidémiologique.

PCR +++

Diagnostic sérologique++++

Réservé J8-10 à 3-6 mois, cinétique indispensable (2 fois à 2 S)

Pas d’antibiogramme : doxycycline, pénicilline G

slide34

Morsures de rat: Sodoku, Haverhillose,

Streptobacillose, Fièvre spirillaire

Contexte clinique simple: morsure de rat  qui se complique dans les 10 jours mais sécrétions nasales ou urines

fièvre +++ , frissons, céphalées, myalgies, arthralgies (syndrome grippal) + rash

slide35

Diagnostic clinique +++++++ (animaliers, égoutiers......)

Diagnostic bactérioscopique: sang, mais bactéries de culture difficile (Spirillum minus, Streptobacillus moniliformis)

Traitement simple: plaie et pénicilline G

slide36

Maladies du passé..........................

Saint-Roch, le pestiféré avec son bubon

La pesteLe charbon

ou d’avenir................... bioterrorisme

slide38

Yersinia pestis Famille des Entérobactéries Y.enterocolitica (Inf. digestives)

Yersin Alexandre

20 juin 1894 à Hong-Kong,

isola le bacille de la peste des rongeurs

slide39

A quelques heures

d'avion

de Paris......

Bateau - rat

diagnostic

D. clinique : bubon

Commémoratifs +++

D. bactériologique: = entérobactérie 24-72 h

DIAGNOSTIC

Cliché CDC

Cliché CDC

DO Classe biologique 3

Mesures

Antibiogramme: S, G, T

bacillus anthracis charbon anthrax
BACILLUS ANTHRACIS CHARBON (« ANTHRAX »)

Bacille à Gram + sporulé

cf Clostridium

Maladie animale rare en France, car vaccin ++

sol (champs maudits)

peaux

laine

eau

guerre bactériologique

bovin, ovin........

slide43

Situation en France

200 cas humains en 20 ans

Maladie professionnelle

MDO

Historiquement

maladie des lainiers

maladie des tanneurs

maladie des dockers....

slide44

DIAGNOSTIC

Diagnostic clinique ++ (Forme cutanée)

Forme pulmonaire: hémoculture, ecbc......

Diagnostic bactériologique: +++ 48-72 h

BG + avec aspect en tige de bambou colonies R identification biochimique

Diagnostic moléculaire: PCR

Diagnostic sérologique: sans intérêt

Antibiogramme:résistance acquise +

(bioterrorisme) Péni G, FQ

chlamydia rickettia coxiella
Chlamydia, Rickettia, Coxiella

Bactéries intracellulaires

Culture: cf virologie

Diagnostic bactériologique?

Diagnostic moléculaire

Diagnostic sérologique +++

Chlamydophila

Psittacose-ornithose