Kinésithérapie et ostéopathie: - PowerPoint PPT Presentation

maeko
kin sith rapie et ost opathie n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Kinésithérapie et ostéopathie: PowerPoint Presentation
Download Presentation
Kinésithérapie et ostéopathie:

play fullscreen
1 / 27
Download Presentation
Kinésithérapie et ostéopathie:
186 Views
Download Presentation

Kinésithérapie et ostéopathie:

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. 26-01-12 Chapman Emily Pauchet Lucien Kinésithérapie et ostéopathie: Comparaison des objectifs et des moyens techniques Comparaison des statuts légaux actuels en France

  2. Introduction: • L’ostéopathie et la kinésithérapie: • 2 pratiques thérapeutiques souvent associées dont les limites sont parfois difficiles à cerner • lié au fait qu’en France, ce sont les kinésithérapeutes qui on fait connaître l’ostéopathie • Dans les années 80, les ostéopathes ont décidé de se séparer de la kinésithérapie • Concrétisé en 1985: création du Registre des Ostéopathes de France (ROF) dont un des critères d’admission est la production du justificatif de radiation de la liste préfectorale des kinésithérapeutes

  3. Aujourd’hui, beaucoup de kinésithérapeutes ont suivi une formation d’ostéopathie. • La majorité d’entre eux n’ont pas quitté leur profession d’origine et revendiquent l’exercice des deux professions.

  4. Plan: • I- Objectifs et moyens techniques: • Ostéopathie • Kinésithérapie • II- Statut légal actuel en France: • Ostéopathie • Kinésithérapie

  5. OSTEOPATHIE:

  6. I- Objectifs et moyens techniques: • Ostéopathie: • Définition: • « Concept thérapeutique, inventé par le pasteur américain Andrew Taylor Still (1828-1917) en 1874, selon lequel les restrictions de mobilité (ou dysfonctions) résultent d’un traumatisme primitif, et ont des conséquences sur l’ensemble de l’organisme par des jeux mécaniques, neurologiques et/ou fluidiques. Des techniques dites d’écoute tissulaire et de manipulation visent à stimuler les capacités d’autorégulation du système ostéo-locomoteur, aponévrotique et cutané, du système crânio-sacré et du système viscéral. » (Dufour & Gedda – Dictionnaire de kinésithérapie et réadaptation) • « L’ostéopathie consiste, dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer et traiter manuellement les dysfonctions de la mobilité des tissus du corps humain susceptibles d’en altérer l’état de santé. » (Référentiel Métier Ostéopathe® )

  7. I- Objectifs et moyens techniques: • Objectifs: • Ostéopathie: • thérapie uniquement manuelle • s'emploie à déterminer et à traiter toute restriction de mobilité des différentes structures composant le corps humain • traite la ou les causes pour faire disparaître les symptômes • vise donc à rétablir l’harmonie mécanique du corps

  8. L’ostéopathie s’appuie sur quatre principes fondamentaux : • La structure et la fonction sont intimement liées. • Le corps est une unité, toutes ses parties sont en inter relations, l’individu est donc appréhendé dans sa globalité physique et psychique. • L’organisme est capable de s’auto réguler (et ce, d’autant plus facilement que les relations structurelles sont équilibrées.) • Le rôle de l’artère est absolu; là où la circulation sanguine s’effectue normalement, la maladie ne peut se développer.

  9. Champ d’intervention: • très vaste puisqu’il traite toutes les dysfonctions somatiques • Principales indications: • les dysfonctions de la colonne vertébrale: sciatique, lumbago, cruralgie, torticolis • les problèmes liés à la croissance: scoliose, cyphose • les problèmes liés aux traumatismes: entorses, tendinites • les problèmes viscéraux : génitaux, intestinaux (colites) • les problèmes liés à la naissance: déformation du crâne, sommeil perturbé, régurgitations, nervosisme, otites, rhume, rhinopharyngites • le suivi du sportif: redonner de la mobilité articulaire et ajustement musculaire afin d’améliorer le geste sportif et prévenir la blessure • les femmes enceintes: préparation du bassin à l’accouchement, maux de dos pendant la grossesse • le stress et ses conséquences: sensation d’oppression, « nœud à l’estomac », fatigue, trouble du sommeil, irritabilité • les douleurs articulaires • les troubles digestifs: ballonnements, constipation, remontées acides • arthrose • syndrome du canal carpien • maux de têtes: céphalées de tension, migraines, céphalées d’Arnold • …

  10. Moyens techniques: • prend en compte les interdépendances des différents éléments et systèmes constitutifs du corps humain (anatomiques, physiologiques), mais aussi des facteurs environnementaux • Moyens d’action: • relation directe entre l’ostéopathe et le patient avec, comme seul moyen d’investigation, la main, véritable « promesse d’une parole-geste » • toucher-palpation, comme méthode d’examen et comme seule ressource thérapeutique • Il existe 5 catégories de manipulations: • Les manipulations fonctionnelles: permettent au thérapeute de mobiliser les tissus (muscles, articulations, liquides, membranes..) et d’induire un état de relâchement suffisant pour permettre l’auto-correction de la lésion. • Les manipulations structurelles (incluant les manipulations « non forcées » vertébrales et articulaires): demandent d’appliquer une certaine impulsion sur une structure tout en s’opposant à la lésion. Grâce à cette technique, l’ostéopathe libère les vertèbres qui ne bougent plus. Non douloureuse, elle peut provoquer un craquement. • Les manipulations articulaires: améliorent l’amplitude du mouvement et augmentent l’apport des éléments nutritifs dans l’articulation et les structures qui l’entourent. • Les manipulations viscérales (qui intéresse les organes): ont pour objet de redonner la mobilité maximale aux viscères tels que les intestins, le foie, la rate, les poumons.. Ceux-ci ont un lien avec certains troubles fonctionnels. • Les manipulations crâniennes: sont des techniques très douces utilisées pour identifier et corriger les tensions et limitations mécaniques du crâne et de ses articulations et plus largement dans tout le corps.

  11. Parmi ces grandes catégories de manipulations, il existe différentes techniques: • Les techniques de mobilisations articulaires passives lentes (technique générale ostéopathique, techniques fonctionnelles directes ou indirectes..) • Les techniques de mobilisations articulaires actives (technique de Mitchell..) • Les techniques de mobilisations articulaires mixtes (techniques de Sutherland..) • Les techniques réflexes (traitement réflexe du tissu conjonctif, points de Knap, points de Head, points triggers, traitements neuro-musculaires..) • Les techniques des mobilisation des structures molles et péri-osseuses (crânien, viscéral, facial..) • Les techniques liquidiennes, sans manipulation et concernant toutes les structures du corps • Les techniques psycho-cognitives (empathie, développement de la confiance en soi, positivisme..)

  12. KINESITHERAPIE:

  13. Kinésithérapie: • Définition: • «  Traitement de la gestuelle humaine par le mouvement. » (Dufour & Gedda – Dictionnaire de kinésithérapie et réadaptation) • C’est souvent plus un acte éducatif du mouvement (qualitatif) qu’une pratique de mouvements (quantitatif), ce qui fait dire à Dolto que la kinésithérapie est plus « le traitement du mouvement humain ». • Objectifs: • Le but de la kinésithérapie est de prévenir l’altération des capacités fonctionnelles, de concourir à leur maintien et, lorsqu’elles sont altérées, de les rétablir ou d’y suppléer. • La kinésithérapie travaille à optimiser la fonction motrice, en prenant en compte les buts, les ressources et l’environnement socio-familial de l’individu. • Soulager • Entretenir • Restaurer • Adapter la gestuelle  comprend la rééducation de presque toutes les pathologies médicales

  14. Moyens techniques: • Moyens d’action: • Les massages propres aux MK • La gymnastique médicale • Le drainage lymphatique manuel • La kinésithérapie respiratoire • Les postures et actes de mobilisation articulaire • La mobilisation manuelle de toutes les articulations • Le renforcement musculaire (sportif ou post-traumatique) • Les étirements musculo-tendineux • La réalisation et l’application de contentions souples, adhésives ou non, d'appareils temporaires de rééducation et d'appareils de postures • la rééducation sensorielle-motrice • la rééducation des troubles de l'équilibre • la relaxation neuromusculaire • La physiothérapie: électrothérapie, thermothérapie, cryothérapie • La balnéothérapie et hydrothérapie • La pressothérapie • la rééducation périnéo-vésico-sphinctérienne • Ces techniques, comme le rappelle M. Michel GEDDA, «s’articulent autour de trois préceptes essentiels : • La relation directe entre le thérapeute et le soigné, sans l’interposition de dispositif d’investigation (imagerie, biologie…) ou de traitement (pharmacologie, anesthésie…) • La palpation, comme principe d’examen et de ressource thérapeutique • La répétition comme procédé de transformation physique et d’intégration sensori-motrice »

  15. Interventions destinées à remédier à des troubles fonctionnels de nature: • Musculo-squelettique • Neurophysiologique • Respiratoire • Cardiovasculaire • Psychomotrice • Machines et outils utilisés: • Tables de massage • Appareils de mécanothérapie, de pouliethérapie • Appareils de physiothérapie : • Electrothérapie • Ultra sons • Laser • Appareils de thermothérapie (infra rouges) et de cryothérapie • Appareils de rééducation périnéale (électrostimulation et bio feed-back) • Matériels de gymnastique (tapis, ballons...)

  16. Certaines méthodes de kinésithérapie sont largement connues: • La méthode Mézières • La rééducation posturale globale • La méthode de Kabat • La fasciathérapie • La microkinésithérapie • La kinésithérapie analytique basée sur le concept Sohier

  17. II- Statuts légaux actuels en France: • Ostéopathie: • Ne bénéficiait jusqu’à très récemment d’aucun statut officiel contrairement aux autres pays européens • Article 75 de loi n°2002-303 du 4 Mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé  le titre d'ostéopathe est officiellement reconnu en France • Décrets d'application qui encadrent cette nouvelle profession parus le 25 Mars 2007 au JO:  définissent les actes ostéopathiques autorisés ainsi que la formation pédagogique minimum nécessaire à l'obtention du diplôme en ostéopathie (D.O.)  les ostéopathes pourront être consultés en première intention

  18. Décret n°2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d’exercice de l’ostépoathie (article 2): • Le praticien justifiant d’un titre d’ostéopathe ne peut effectuer les actes suivants: • Manipulations gynéco-obstétricales • Touchers pelviens • Les manipulations du rachis cervical et manipulations du crâne, de la face et du rachis chez le nourrisson de moins de 6 mois sont réservées aux titulaires d’un diplôme médical ou paramédical, ou nécessiteront un diagnostic établit par un médecin attestant l’absence de contre-indication médicale à l’ostéopathie. En pratique, cette attestation est loin d'être évidente à obtenir pour le patient.

  19. Ostéopathie admise en tant que médecine douce, mais ne doit pas se substituer au soin de pathologies nécessitant des interventions médicales poussées, notamment l’usage de médicaments ou l’intervention chirurgicale • Reconnue comme pratique médicale mais toujours pas pour autant remboursée par la Sécurité sociale puisqu’il s’agit ni d’un praticien médical, ni paramédical • Certaines assurances complémentaires remboursent les frais liés à la consultation d’un ostéopathe

  20. Les ostéopathes non-médecins sont des professionnels autonomes, indépendants de toute législative ou ordinale quant à leur pratique. • Le médecin ostéopathe est soumis au Code de la Santé Publique, au Code de Déontologie Médicale, au Code de la Sécurité Sociale et au Conseil National de l’Ordre des médecins.

  21. Kinésithérapie: • 4 textes régissent la profession de MK: • Code de la santé publique • Décret de compétences du 8 octobre 1996: relatif aux actes professionnels et à l’exercice de la profession du MK (modifié le 27/06/2000) • Arrêté du 4 octobre 2000 modifiant la Nomenclature générale des actes professionnels des médecines, des chirurgiens-dentistes, des sages-femmes et des auxiliaires médicaux • Code de Déontologie des MK (2008)

  22. Code de la santé publique: • Art. L. 4321-1 • « La profession de masseur-kinésithérapeute consiste à pratiquer habituellement le massage et la gymnastique médicale.  • La définition du massage et de la gymnastique médicale est précisée par un décret en Conseil d'Etat, après avis de l'Académie nationale de médecine.  • Lorsqu'ils agissent dans un but thérapeutique, les masseurs-kinésithérapeutes pratiquent leur art sur ordonnance médicale et peuvent prescrire, sauf indication contraire du médecin, les dispositifs médicaux nécessaires à l'exercice de leur profession. » • Le MK doit être titulaire du Diplôme d’Etat et il doit s’inscrire sur les listes départementales tenues par la préfecture du lieu d’exercice, ainsi qu’au Tableau de l’Ordre des MK.

  23. Les textes du Code de la Santé Publique s'appliquent à tous les kinésithérapeutes, quel que soit leur mode d'exercice, libéral ou salarié, et quelle que soit, pour les libéraux, leur situation vis à vis de la convention. • Remboursement des actes de soins par la Sécurité Sociale (entre  60% et 80 %)

  24. Décret de compétence: • Article R. 4321-1: • « La masso-kinésithérapie consiste en des actes réalisés de façon manuelle ou instrumentale, notamment à des fins de rééducation, qui ont pour but de prévenir l'altération des capacités fonctionnelles, de concourir à leur maintien et, lorsqu'elles sont altérées, de les rétablir ou d'y suppléer. Ils sont adaptés à l'évolution des sciences et des techniques. » • Il ajoute le concept de bilan kinésithérapique qui comprend un diagnostic et des objectifs de soin. Il définit également les deux moyens de traitement principaux du MK: le massage et la gymnastique médicale ainsi que tous les traitements de rééducation que le MK peut effectuer uniquement sous ordonnance (rééducation concernant un système ou un appareil, rééducation concernant des séquelles, rééducation d’une fonction particulière). Il énonce aussi les techniques et les méthodes employées par le MK.

  25. Tableau comparatif: Ostéopathie: Kinésithérapie: • Rétablit l’harmonie mécanique du corps • Non conventionnée • Non remboursée par la SS • Titre d’ostéopathie réglementé et reconnu • Soulage, entretient, restaure et adapte la gestuelle • Conventionnée • Remboursement des actes par la SS • Ordre des MK • Droit de prescription de certains dispositifs médicaux • Totalement reconnue et réglementée par 4 textes

  26. Conclusion: • La kinésithérapie et l’ostéopathie sont deux thérapies musculo squelettiques, avec la main comme médiateur, qui visent à redonner une mobilité et une fonctionnalité à un segment du corps (visée antalgique également) mais ces deux professions diffèrent entre elles par le raisonnement et les techniques utilisés.

  27. Bibliographie: • Dictionnaire de kinésithérapie et réadaptation (Dufour & Gedda) • http://www.ordremk.fr/ • http://snmkr.fr/ • http://www.ffmkr.com • http://www.osteopathie-france.net/ • http://www.osteopathie.org/ • http://afosteo.org/ • http://www.osteopathe-syndicat.fr