Avant de te marier cher frère, chère soeur … … Quelques réflexions pour un bon départ … - PowerPoint PPT Presentation

slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Avant de te marier cher frère, chère soeur … … Quelques réflexions pour un bon départ … PowerPoint Presentation
Download Presentation
Avant de te marier cher frère, chère soeur … … Quelques réflexions pour un bon départ …

play fullscreen
1 / 108
Avant de te marier cher frère, chère soeur … … Quelques réflexions pour un bon départ …
198 Views
Download Presentation
lydie
Download Presentation

Avant de te marier cher frère, chère soeur … … Quelques réflexions pour un bon départ …

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Avant de te marier cher frère, chère soeur… … Quelques réflexions pour un bon départ …

  2. La raison première du mariage

  3. … Pourquoi le mariage ? … Dieu a crée les êtres humains en couple pour que l’homme et la femme soient un refuge l’un pour l’autre comme dans le verset 187 de la sourate 2 : « elles sont un vêtement pour vous et vous êtes un vêtement pour elles » ceci afin de s’aider ensemble à réussir le test de la vie avec tout ce que le terme « vêtement » revête comme sens : protection, prévention, chaleur, contact, parure et beauté

  4. S3 V103

  5. Ne pas confondre la fin et les moyens Il convient de faire la prière de consultation à Dieu avant de s’engager dans une relation car Dieu sait le bien ou le mal qui peut en résulter « Ya Allah, permet moi me marier (moyen) avec tel frère ou telle sœur si cela me permet de me rapprocher de Toi (but) » et non pas « Ya Allah, marie moi avec tel frère ou telle sœur (Dou’a utilisé comme moyen d’arriver au but : se marier avec tel ou telle)

  6. Savoirqui on est (se connaitre soi même avec ses exigences et ses limites) et où on va (objectifs de vie au cœur de notre foi engagée)

  7. La satisfaction de Dieu est le but ultime que tout croyant(e) recherche, mais c’est à lui(elle) qu’incombe de définir les actions qu’il (elle) veut mettre en œuvre pour l’obtenir

  8. Le musulman et la musulmane ont pour obligation de laisser des traces positives de leur passage sur Terre et ce, en fonction de leurs capacités personnelles Chacun peut établir un plan de ce qu’il veut faire de sa vie. Il est bon de définir ses projets de vie avant de se marier Je soussigné(e) Mr, Mme, Mlle ……… mort(e) aujourd’hui avoir fait pour Dieu tout au long de ma vie : ……………………………………….…………………………………………….…………………………………………............................................................ Et si j’étais mort(e), que pourrais-je écrire ? Telle une feuille de route à deux dimensions, ce plan, à la fois pratique et spirituel, aiderait les futurs mariés à bien se choisir, puis à construire ensemble une vie conjugale qui leur conviendrait à tous les deux

  9. Exemple de Projet de vie impliquant le couple citée par MmeLakhdar Clé de la réussite Adorer Dieu et Se rendre Utile sur Terre Abdallah s’était fixé pour but dans la vie de sillonner la planète, afin de propager la parole de Dieu auprès des populations reculées. Célibataire, il avait commencé à œuvrer dans ce sens. Quand il s’est marié, il n’a pas considéré son mode de vie dans le choix de son épouse : il ne s’est pas demandé comment sa femme envisageait ses propres projets de vie ; pire, il ne l’avait pas informé de ce qui l’attendait (absence pendant de très longues périodes, manquements dans ses responsabilités quotidiennes …) Or, sa femme n’était pas prête à assumer son projet de vie, d’où l’importance de choisir un conjoint qui rame dans la même direction Nous ne sommes pas sur terre seulement pour adorer Dieu (les anges le font déjà) Outre la mission de maitriser nos tensions, pensées et émotions vers ce qui plait à Dieu (adoration cachée) et de pratiquer les actes de culte (adoration visible), nous avons pour mission de bâtir la Terre et d’établir la justice (S51 v56 et S2 v30). Chacun doit assumer ses responsabilités et en fonction de ses capacités et de ses dispositions spécifiques se rendre utile à sa manière et dans son domaine de prédilection en commençant par soi puis sa famille et ainsi de suite en élargissant

  10. La véritable intimité personnelle permet de partager des rêves communs, ou du moins compatibles tandis que l’intimité commune s’installe après l’union grâce à la communication et au temps qu’on lui consacre … Ces moments de partage sont aussi nécessaires que le sont les points de rendez-vous dans les grandes gares et les aéroports. Omettre et négliger l’intimité commune, c’est risquer de vivre à deux … tout seul.

  11. Les relations de couple comme défini par Dieu dans le coran …

  12. Quelle relation entre l’homme et la femme ? S30 v21 Le terme arabe raHma = miséricordesouligne la tendance à supporter les défauts de l’autre Le verbe arabe mawaddâ = tendresse souligne ce par quoi il y a attirance l’un pour l’autre Elle est basée sur la tendresse et la miséricorde (capacité à être attentionné l’un envers l’autre)

  13. Dieu dit : « Et parmi ses signes, Il a crée de vous et pour vous -vous, ici le genre humain- des conjoint(e)s - azwâjan= pluriel de zawj, le(la) conjoint(e) ou la paire - afin que vous trouviez auprès du conjoint(e)la tranquillité et qu’il y ait entre vous tendresse -mawaddâ- et miséricorde -rahma- » (S30 v21)

  14. Remarque de Hani Ramadan à propos de ce verset 21 (S 30, les romains) « On remarquera que Dieu fait précéder la tendresse à la miséricorde, ce qui correspond aussi à l’évolution du couple : Lorsque les partenaires sont jeunes, c’est l’amour qui est le plus fort et qui affermit l’attirance qu’ont les conjoints l’un pour l’autre. Avec le temps cependant, chacun se dévoile davantage à l’autre qui entrevoit des faiblesses, des défauts inhérents à la nature de l’homme. Les problèmes de la vie, les difficultés, les disputes sont autant d’épreuves qui ne peuvent être surmontées sans la miséricorde, qui vient alors s’ajouter à la tendresse et à l’amour » (« la Miséricorde en Islam », p 78, éd tawhid)

  15. Les phases évolutives d’un couple …

  16. « Avant d’aller voir mes amis, je passe du temps avec ma femme et ma fille » Après une première phase fusionnelle suit une étape d’adaptation aux défauts de l’autre et de concession face aux attentes du conjoint dans le couple et de sa perception de la vie à deux, que chaque couple va traverser avec du dialogue et de la compréhension (toi/moi et la relation qu’il y a entre nous et avec le monde extérieur) et de cette étape clé dépend la pérennité du couple (rupture, résignation et tension ou engagement) Je Je le couple « Je ne vais pas voir mes amies tant que le repas et le ménage ne sont pas fait » Une fois passé cette étape de rencontre avec la réalité ou désillusion, peut toujours surgir une crise qui signe une rupture ou une mutation quand elles bousculent et menacent notre recherche de pérennité(maladie, stérilité) de stabilité (perte d’un travail, disparition d’un être cher), d’intimité (naissance d’un enfant, ménopause, vieillesse, installation de belle-maman), d’épanouissement (charge de travail trop importante)ou lorsque la représentation que l’on se fait de l’autre est malmené (perte de confiance, respect, considération ou mise à l’épreuve des faits, des anticipations croisées des conjoints, des systèmes de représentation tels valeurs, images, identités) …

  17. Le mariage n’est pas un état stable : « c’est une construction de chaque jour. Et la construction du couple est basée sur l’effort, la progression, la guérison de chacun. La croissance du bonheur conjugal résulte du chemin de croissance de chacun. Il faut beaucoup d’énergie pour se dire : « je vais grandir en autonomie à l’intérieur de mon couple » (Habib Affes, docteur en sciences de l’éducation dans « vivre à deux ou comment construire les bases de votre mariage » aux éditions JSF, p 116

  18. Les racines de la vie d’un couple se développent lorsque les amoureux traversent ensemble les obstacles de la relation. La relation amoureuse se solidifie lorsque les conjoints choisissent d’affronter à deux les difficultés plutôt que de les fuir. C’est alors que l’arbre symbolique de leur amour s’enracine petit à petit ce qui rend le couple de plus en plus résistant aux vicissitudes de son parcours vers la maturité. Autrement dit, ce sont les épreuves affrontées ensemble qui contribuent à développer l’amour véritable, lequel mène le couple au bonheur durable 4. L’amour redécouvert 3. L’adaptation et la rencontre avec la réalité Ensuite se produit ce que beaucoup pensent être une crise grave et qui n’est en réalité qu’une prise de conscience et une mise en vérité pour une meilleure croissance dans l’amour du couple 2. La désillusion ou l’étape des conflits Cette brève période du début de vie ensemble des conjoints est caractérisée par l’euphorie, l’idéalisation de l’avenir vécu comme une « éternisation » du présent et un désintérêt pour le monde extérieur ; l’autre est paré de toutes les qualités, les ressemblances sont accentuées, les différences minimisées. Chacun croit que son conjoint va lui donner tout ce qu’il attend de l’amour et qu’en retour, il sera la totalité de ce dont l’autre a besoin 1. L’amour passion ou la fusion enivrante

  19. Durant la deuxième étape (celle de la désillusion), les « Je t’aime » étaient souvent étouffés par « Je te déteste ». Le « Je t’aime » de la troisième phase n’a plus du tout la même signification. Ce « je t’aime » ne veut plus dire « je te mangerais » exprimant ainsi la passion fusionnelle du début, mais plutôt « je m’engage ». Il signifie : • « je connais maintenant tes défauts et tes qualités, tes forces et tes faiblesses, mais j’accepte de vivre avec eux. » • « tu n’es plus la belle princesse charmante à laquelle j’avais rêvé, tu n’es plus le prince charmant et fort de mes rêveries, ton corps a même subi l’épreuve du temps, mais je suis bien avec toi » • « Je connais un peu tes besoins et tes attentes face à « Nous » et je m’engage à tout faire pour les satisfaire ; nous savons très bien que je n’y parviendrai pas, mais je sais que tu vas apprécier mes efforts » • « Je ne veux plus te changer, je t’accepte tel(le) que tu es ». « Tu n’es pas le conjoint idéal, j’aurais pu vivre avec quelqu’un d’autre, mais je suis content(e) du chemin que « Nous » a parcouru et je veux continuer de vieillir près de ce [Nous] ». Le « je t’aime » de cette phrase veut dire « Je [nous] aime »

  20. Quand l’amour est mal placé …

  21. « … s’agissant des parents, Dieu dans le coran nous exhorte à « être gentil » avec eux (S17 v23). Les époux sont appelés à vivre dans « le respect et la miséricorde » (S30 v 21). L’argent et les enfants sont un « décor » (s18 v 46) ; en ce qui concerne les prophètes, il nous est demandé de les « suivre » ( S36 v 20) mais Dieu, il faut L’aimer, s’y attacher profondément (S3 v31) … ce faisant il nous est demandé de faire le bien pour l’amour de Dieu et ne n’adorer Nul autre que Lui »

  22. « La plus grande majorité de nos problèmes et de nos déceptions vient de ce mot : amour, tout simplement parce que, par ignorance, négligence ou faiblesse, nous ne savons pas où l’investir ni comment le placer. L’argent, l’épouse, le mari, les enfants, les parents, les amis, la santé, l’environnement … sont tous sujettes au changements, aux transformations, aux modifications et aux altérations. Nulle créature n’est parfaite ou constante, ni stable ou fidèle. Toute personne qui s’attache au changeant et au mortel, qui aime l’ondoyant et le divers, finira dans la plus grande déception »

  23. « L’amour a un pouvoir extraordinaire. Il est sacré, il est divin. Nous devons savoir le comprendre et le manifester. Dirigé vers le Haut, dans sa vraie direction et son vrai sens, il ne peut nous procurer que quiétude, joie, paix et bonheur. L’orienter vers le bas, du côté de la créature et du monde de la contingence, c’est indubitablement faire de lui un véritable brasier qui emporte celui qui aime comme celui qui est aimé. En se concentrant sur Dieu, l’homme traite l’homme en tant que sujet libre et indépendant. Il ne cherche plus à l’aliéner, à le considérer consciemment ou inconsciemment comme une possession » (M Souibgui, « les versets coraniques »)

  24. Au bout de 40 ans de mariage, mon père décida de vivre sa vie différemment à l’approche de la retraite Il quitta sa femme sans s’occuper de ses pleurs ni des suppliques de ses enfants et se trouva une autre compagne; la maman avoua plus tard que déjà elle leur avait caché plusieurs de ses frasques (infidélités). Après un délai d’un an sans le(s) visiter, les petits enfants rencontrèrent sa compagne et pour l’avoir apprécié s’y attachèrent mais une nouvelle désolante les attendait : il la quitta aussi au bout de 2 ans et avec une autre, le jour même s’installait Témoignage d’une convertie à l’Islam Avant de partir, il lui reprocha d’être « trop souvent malade » et de ne pas être « assez jeune et sportive »

  25. Aux petits enfants qui demandent pourquoi il est encore parti, il y a l’embarras du choix : « il ne l’aimait plus » , « il n’était pas heureux avec elle » ou « la passion folie a fait son pli ». Si l’une des deux premières raisons ou pire, la vrai est énoncée, les petits enfants vont grandir avec l’idée qu’un homme peut quitter sa femme si l’amour se refroidit ou qu’elle vieillit et que dans ses folles sorties, elle le ralentit ne convenant plus à ses désirs, celle d’une sosie parfaite, d’une esclave de ses désirs La vérité seule peut amener les enfants à avoir une vision saine du mariage sans crainte d’être un jour abandonné : éloigné de Dieu, de toute morale et de toute responsabilité, seuls son plaisir et ses caprices ont guidé ton grand père : il a troqué une compagne dévouée et douce pour une vie agitée et instable dans une recherche qui ne peut finir ni le contenter : celle de vains plaisirs. Le mariage, ce n’est pas cela : c’est la volonté de former un couple et non de posséder un partenaire soumis à ses caprices et dont on profite comme d’une couche jetable : une fois usée, on en change sans état d’âme aucun, avec égoïsme disant « rien ne m’arrêtera »

  26. Il faut savoir que l’amour est une émotionet à cet effet, obéit aux objectifs que l’on se donne ou qui nous habitent consciemmentou pas rappelle l’auteur canadienne Ekram Beschir Une personne choisit dans son subconscient l’émotion qui convient à son but

  27. Si une personne prends le prophète comme modèle, ses gouts et émotions se dirigeront vers tout ce qui lui est salutaire , cela s’applique également à ses gouts pour l’autre sexe Si elle met l’accent sur la gratification immédiate et le gain à court terme en tirant ses valeurs et principes d’Hollywood ses émotions la dirigeront vers la même attitude individualiste et le même style de vie égoïste et cela affectera aussi les gens qu’elle aime

  28. C’est le sens fondamental de la vie de chaque personne qui décide de ses émotions, parce qu’elle choisit de façon subconsciente les émotions qui sont appropriées pour maintenir et renforcer ses buts en général Cela est clair dans le hadith authentique du prophète et rapporté par Mouslim qui dit : Personne d’entre vous n’est un vrai croyant tant que ses désirs et ses goûts ne sont pas en accord avec ce que je vous ai apporté (enseignements islamiques)

  29. Pour une personne ayant un degré d’engagement élevé et de réputation morale, l’amour représente la plus grande contribution qu’une personne puisse offrir à un autre : elle souhaite donner tout ce qu’elle est et tout ce qu’elle possède. Cette personne aimera une autre personne pour son caractère et sa sincérité, souhaitera donner et partager plus que ce qu’elle prends. Le résultat d’une relation basée sur cette sorte d’amour en sera une de coopération, de respect mutuel et de réussite. L’amour sera une bénédiction qui aidera ce couple à atteindre son plus grand potentiel

  30. Cependant, chez une personne qui ne s’engage pas suffisamment etqui manque d’intérêt au bien être des autres, l’amour est un instrument d’hostilité, une façon d’utiliser une autre personne à ses propres fins et désirs, sans volonté de donner en retour ou de partager. Dans ce cas, cette personne en aimera une autre pour ce qu’elle peut offrir et donner que ce soit des biens matériels, sa beauté physique, sa jeunesse et vitalité, son prestige social ou autre chose , le résultat d’une relation basée sur cette forme d’amour destructeur sera l’antagonisme, le désaccord et la misère

  31. Il convient au musulman et à la musulmane • de ne pas se comporter comme l’incroyant(e) au cœur dur qui ne se consacre qu’à la poursuite de ce monde afin de combler le vide qui immanquablement l’envahi(e) lorsqu’il ou elle se retrouve seul à seul, le cœur privé de la lumière de la foi, errant dans un monde absurde et une recherche vaine de plaisirs sans jamais atteindre satiété ni paix • de se rapprocher de l’amour entre conjoint préconisée par Dieu dans le Coran, un amour de considération et de confort et non un amour de possession et de contrôle (et il ne nous appartient que de transmettre et non d’imposer telle ou telle conduite souhaitée) lequel amour est une « mawwadda = tendresse, respect» en même temps que « rahma = miséricorde), un amour fait d’engagement déterminé résoluement à fonder une famille et à la péréniser dans une atmosphère de miséricorde et de réconciliation, de joie et de savoir partagé, d’effort sur soi, d’ouverture au dialogue, d’empathie et de compréhension envers l’autre toujours à renouveller inlassablement

  32. N’idéalise pas cette vie ! le Paradis terrestre n’existe pas

  33. Pour être heureux(se) … Evite l’idéalisme (comme le préconise Adil FatHîabd-Allah dans « le traitement efficace du stress et de l’anxiété », éd Médina, p11) « Beaucoup de ceux qui tombent victimes de stress ou d’anxiété sont des gens idéalistes, des gens qui veulent que tout se passe parfaitement. Ils n’acceptent pas la moindre négligence et tout dérèglement les rend anxieux. Ils veulent des amis sans défauts, un(e) épou(x)se parfaite, des enfants dociles, des patrons conciliants, des médecins dévoués, etc. et toute situation malheureuse les afflige… En vérité, l’imperfection est une caractéristique de cette vie et la vie idéale dans ce monde n’existe que dans l’imaginaire des poètes et l’esprit de philosophes. »

  34. Ce qui est … Ne te laisse pas affecter psychologiquement parce que cet état d’esprit constitue une faiblesse morale. Il t’empêchera de jouir de la vie et te jettera dans l’abattement et la lassitude. Ainsi tu ne pourras pas accomplir parfaitement la mission qui t’incombe, et bien entendu tu ne pourras raisonner avec clarté et perspicacité pour corriger ce que tu juges erroné, mais tu agiras avec une émotion incontrôlée, une émotion où prédominent le ressentiment, le refoulement et l’envie de te révolter L’essentiel est de savoir que tes œuvres pies sont bien consignées et que tes efforts dans ce sens ne se perdront pas tant que tu cherches par là la satisfaction de Dieu … de ton ressort

  35. Lorsque qu’un Homme et une femme parviennent à faire de la satisfaction divine le centre de leurs ambitions conjugales loin des passions Eux et leur descendance seront bien guidés inchaAllah et leur relation en est assainie

  36. Dans cette vie, personne ne devrait chercher la perfection chez une autre personne. C’est la nature des êtres humains. Tant que les défauts et les erreurs ne sont pas majeurs et ne sont pas liés à des valeurs islamiques fondamentales ou à ce qui est permis et interdit en Islam, les choses finissent par s’arranger pour éliminer ces erreurs et aider l’autre à corriger ses défauts, et même en venir à bout, en s’améliorant et en se dépassant. La coopération des conjoints, leur aide et leur soutien sont des grandes valeurs pour corriger ces erreurs. Tout en y travaillant, l’acceptation est de la plus grande importance pour maintenir une bonne et sincère relation entre conjoints, ceci afin d’atteindre la confiance et la relation étroite requise entre époux

  37. Allah IeTres-Haut dit dans le Coran (S 4 v19) : « …et comportez-vous convenablement envers elles. Si vous avez de l'aversion envers elles durant la vie commune, il se peut que vous ayez de I'aversion pour une chose ou Allah a déposé un grand bien » Le Messager d’Allah a dit : « Le croyant ne doit pas détester sa femme, car si un comportement en elle lui déplaît, un autre lui plaira. » (Rapporté par Mouslim.)

  38. Pour aider l’autre conjoint à corriger ses défauts et à réduire ses erreurs, il peut être utile de s’éduquer soi-même à propos des conditions du repentir indiquées par les savants : • Cesser de commettre le péché ou l’erreur en question • Exprimer ses regrets d’avoir fait cette erreur • Faire de son mieux pour éviter de répéter cette erreur et s’engager envers Dieu avec l’intention sincère d’arrêter de le faire • Prendre la responsabilité de nos actes et essayer de réparer les dommages qu’ils ont causés

  39. Lorsque les conjoints pratiquent ces étapes après avoir fait une erreur, cela les aide à éviter de répéter la même erreur dans l’avenir et contribue au bien être de la relation conjugale. Cela donne un signal positif à votre conjoint que vous faîtes de votre mieux pour vous améliorer, ce qui augmentera le niveau d’acceptation entre les conjoints

  40. Sourate 3 V 133. Et concourez au pardon de votre Seigneur, et à un Jardin (paradis) large comme les cieux et la terre, préparé pour les pieux, V 134. qui dépensent dans l'aisance et dans l'adversité, qui dominent leur rage et pardonnent à autrui - car Allah aime les bienfaisants – V 135. et pour ceux qui, s'ils ont commis quelque turpitude ou causé quelque préjudice à leurs propres âmes (en désobéissant à Allah), se souviennent d'Allah et demandent pardon pour leur péchés - et qui est-ce qui pardonne les péchés sinon Allah? - et qui ne persistent pas sciemment dans le mal qu'ils ont fait. V 136. Ceux-là ont pour récompense le pardon de leur Seigneur, ainsi que les Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, pour y demeurer éternellement. Comme est beau le salaire de ceux qui font le bien http://islamfrance.free.fr/doc/coran/sourate/index.html

  41. L’audace de l’amour : le Pardon

  42. Pardonner revient à cesser de rendre l’autre responsable de ce que l’on éprouve … reprocher notre chagrin à notre conjoint nous interdit de nous en délivrer, à moins qu’il ou elle modifie son comportement ou son attitude » « Je suis furieux que tu ne me traites pas avec respect » est une affirmation exprimant une émotion traduisant le reproche d’être furieux d’en être malheureux Le pardon est primordial car lui seul délivre de la tentation de s’accrocher à sa souffrance (soit le fait de demeurer bouleversé tant que l’autre ne change pas d’attitude)

  43. Le pardon est la fine fleur de l’amour tel que révélé par Dieu dans le coran S30 v21 : « nous avons placé entre eux des liens de rahma et de mawadda » C’est une relation gratuite entre Dieu et la personne

  44. Le Pardon est le fruit d’un travail sur soi, sur notre âme (Djihad nafs) (tristesse, colère, rancune ou haine résultent de notre façon de voir et donc de prendre les évènements causés par quelque chose - simple instrument des tests ou dons divins ou par autrui - lequel utilise à bon ou mauvais escient son libre arbitre Travailler sur soi consiste à cultiver des pensées positives du fait que ces pensées alimentent l’âme, et à appliquer la spiritualité au quotidien dans la gestion de nos tensions, la façon de parler, d’agir … (Et cet effort de volonté sur soi est la condition sine quoi none pour gérer nos tensions et vivre en paix avec soi et les autres avant de retourner à Dieu avec un cœur sain Et comment gérer nos émotions ?? Péchés du cœur (haine, rancune) à extirper pour purifier notre foi

  45. Le prophète a dit : « la rancune et la haine sont dans le feu, elles ne se réunissent pas dans le cœur du musulman » (tabarani)

  46. « après quelques temps de bouderie, Samir profondément blessé par une parole de Naïma, sans attendre que Naïma s’excuse, prend l’initiative de pardonner à Naïma, après s’être d’abord pardonné à soi. En pardonnant, il fait à Naïma, son épouse, un don parfait. Même si pardonner, ce n’est pas oublier, même si cela a pris du temps, Samir dépasse le souvenir de l’injustice de l’injure en faisant le premier pas, en donnant un baiser à Naïma, tout en lui faisant comprendre la blessure qu’elle lui a faite Ce pardon permet à ce couple de refleurir à nouveau, de repartir avec un plus grand amour » (H Affes, « vivre à deux, comment construire les bases de votre mariage », p 120)

  47. En nous exprimant sans émettre de reproches, (soit à ne pas se poser comme victime) nous rendrons notre conjoint beaucoup plus réceptif à nos paroles Comme de dire « je me suis sentie blessée quand … » plutôt que « tu m’as blessé quand … » Même si nous choisissons mal nos mots, du moment que notre démarche exprime le pardon, notre conjoint sera capable d’entendre nos sentiments et de réagir de manière positive

  48. Il est normal de reconnaitre ce que nous ressentons face à ce que notre conjoint dit ou fait, et tout aussi naturel d’admettre qu’il ou elle nous bouleverse parfois, mais après cela, il faut veiller à se libérer de ces sentiments. Oser extérioriser ses émotions rend plus fort, tandis que se perdre en récriminations revient à se poser en victime et pousse l’autre à se défendre d’être responsable de notre état émotionnel ce qui le rendra moins disponible pour nous écouter

  49. Témoignage du parcours d’une sœur mariée avec elle-même : « Au début de mon mariage, je plongeais dans le bonheur d’aimer et de me savoir aimé mais petit à petit les désaccords sont apparus … je ne supportais pas les opinions de mon mari très éloignées des miennes ni ses réflexions dites d’un ton virulent de reproche pour des riens car je me sentais alors considérée comme une gamine et non comme sa femme et son égale : les relations intimes me devinrent indifférentes car je ne me sentais plus aimé comme je le désirais et même je les méprisais car je ne me voyais plus que comme un objet sexuel et en attente d’être divorcé (ne disait-il pas qu’il ne savait pas s’il allait rester avec moi car trop jalouse, susceptible et rancunière) : je sombrais petit à petit dans la désillusion et la rancœur tout en l’aimant profondément mais le sentant s’éloigner. Tant que j’avais cette disposition d’esprit, nos rapports empiraient et les disputes parfois nous rapprochaient mais inexorablementnous éloignaient chaque fois davantage »

  50. « Beaucoup de choses ont changé après une longue maladie : sa prévenance m’a touché et je reconnu qu’il m’aimait mais ne supportait pas mes défauts ou imperfections. Et moi, est-ce que je supportais les siens ? En réalité, je ne supportais pas ses éclats de voix car je les croyais dirigées vers moi et je les amalgamais aux sentiments qu’il me portait. Vint un jour, où je vins à réaliser qu’il tempêtait à cause de ses tensions intérieures et que je n’étais pas forcément responsable et cela changea beaucoup pour moi : je pouvais le lui dire et exprimer cette évidence au lieu de récriminer, de pleurer et le supplier de changer et vider la rancœur accumulée et venir à lui enfin le sourire au lèvre après un désaccord ou une dispute en lui exprimant mon amour malgré tout et son visage se déridait : j’étais libérée enfin par la grâce de Dieu de la victimisation et du défaitisme où je m’enfermais et qui m’empêchait d’assainir mon coeur : j’avais besoin de lui et pouvais supporter ses défauts en cessant de lier l’intensité de sa colère ou de ses reproches à celle de son amour pour moi et en cessant d’attendre qu’il change pour pouvoir lui pardonner »