slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Le noyau terrestre: Images données par la sismologie, Relations avec la dynamique terrestre Annie Souriau CNRS, Dynamiqu PowerPoint Presentation
Download Presentation
Le noyau terrestre: Images données par la sismologie, Relations avec la dynamique terrestre Annie Souriau CNRS, Dynamiqu

Loading in 2 Seconds...

  share
play fullscreen
1 / 40
Download Presentation

Le noyau terrestre: Images données par la sismologie, Relations avec la dynamique terrestre Annie Souriau CNRS, Dynamiqu - PowerPoint PPT Presentation

lotus
170 Views
Download Presentation

Le noyau terrestre: Images données par la sismologie, Relations avec la dynamique terrestre Annie Souriau CNRS, Dynamiqu

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Le noyau terrestre: Images données par la sismologie, Relations avec la dynamique terrestre Annie Souriau CNRS, Dynamique Terrestre et Planétaire Observatoire Midi-Pyrénées, Toulouse, France ______________ EOST Strasbourg, 17 février 2009

  2. Plan: Les outils de la sismologie L’anisotropie de la graine Anisotropie de vitesse Anisotropie d’atténuation La texture de la partie externe de la graine Quelles interprétations possibles? La rotation de la graine Observations Difficultés Perspectives

  3. Les outils de la sismologie: • Les ondes de volume •  Temps de propagation absolus et relatifs • Amplitudes • Formes d’ondes Attention!  Pas d’onde S dans les liquides  un rai géométrique est une approximation à fréquence infinie Shearer, 1999 Onde à T=2s D=150° Calvet, 2002

  4. =PKIKP AB DF BC Intérêt des temps différentiels PKPbc = phase de référence Garcia et al., 2006

  5. Modes toroidaux Modes sphéroidaux • Les vibrations propres de la terre: • périodes de résonance  modèle moyen de vitesses et d’atténuation • accès à la vitesse des ondes S et à la densité • sensibilité nulle au centre de la terre Manteau VP VS densité Noyau liquide Noyau interne Laske 2006

  6. Autres outils pour l’étude du noyau:  La dynamique terrestre (rotation de la Terre) Densités, forme (anomalie d’ellipticité), état solide/fluide, viscosité  Le champ magnétique (convection d’un liquide à forte conductibilité électrique→ effet dynamo) - Observations: Mouvement des fluides sous la discontinuité noyau-manteau - Modélisation analogique et numérique Champ radial moyen en 1990 (Satellites Oersted + Magsat) Contours tous les 100 microteslas Hulot et al., 2002 • La physique des matériaux • • Expériences à hautes T, hautes P • (cellules à enclumes de diamant) • • Modèles atomistiques (dynamique moléculaire)

  7. PREM (Dziewonski and Anderson, 1981) Vibrations propres + ondes de volume Surface: 6371 km  Croûte et manteau - Saut de densité (>0) à la CMB - Saut de Vp (<0) à la CMB - Faible contraste Vs/Vp à la CMB - Contraste densité à l’ ICB - Faible saut de Vp (>0) à l’ICB - Profil Vs dans IC mal contraint densité CMB: 3480 km  Couche D" densité Noyau liquide ICB: 1220 km  Noyau interne, ou graine Centre de la terre 0 km

  8. R (km) T (°K) P (Gpa) g (m/s2) 9.81 6371 300 0 Manteau supérieur Silicates de Fe, Mg Manteau inférieur 3480 3500 -3700 140 10.7 Couche D Fe + éléments légers (S, O, …) Noyau liquide 4.2 1220 4000 - 6000 330 Fer quasi-pur Noyau interne (graine) 5000 - 8000 360 0 0 Energie disponible pour la géodynamo  Cristallisation  chaleur latente  Eléments légers  énergie gravitationnelle

  9. CMB P4KP P7KP Le noyau liquide Novaya Zemlya 19730912 D=68.9° to Jamestown (CA) P7KP: u~10-9m •  Confirme l’absence de forte topographie de la surface du noyau • Prouve l’homogénéité latérale du noyau liquide • Prouve l’absence de forte atténuation dans le noyau liquide  La convection dans le noyau liquide est responsable du champ magnétique Bolt, 1982

  10. Le noyau liquide • Deux questions: • Y a-t-il une stratification? • Ecart à la stratification neutre non • Couche sous la CMB (éléments légers) non? • ou au dessus de l’ICB oui • Y a-t-il une structure? • Structure ou anisotropie liée à la rotation non

  11. Axe rapide 1204 s // axe de rotation • axe de rotation Axe lent 1210 s Anomalie de vitesse % lent rapide Angle du rai par rapport au plan équatorial (degrés) La graine: une structure anisotrope 1- Mise en évidence par les ondes de volume Anisotropie à symétrie cylindrique 3% d’anisotropie dans la graine Song and Helmberger, 1993

  12. 13S2 • • 2- Mise en évidence par les vibrations propres ___ observé ---- prédit sans anisotropie VP VS densité "splitting function du mode 13S2 Woodhouse et al., 1986

  13. Axe rapide 1204 s Axe lent 1210 s • Explications possibles: • Orientation préférentielle de cristaux anisotropes • (Fe e ?) (Stixrude and Brown, 1998) • 0rientation préférentielle d’inclusions fluides elliptiques (Singh et al., 2000) • Distribution de petits objets diffractants anisotropes • (Cormier and Li, 2002) • Mécanismes: • Convection dans la graine • (Jeanloz & Wenk, 1988; Weber & Machetel, 1992) • Orientation par le champ magnétique • (Karato, 1993, 1999) • Acquisition de l’anisotropie pendant la solidification • (Bergman, 1997) • Croissance anisotrope • (Yoshida et al., 1996)

  14. g-fcc e-hcp b-dhcp (double-layer hcp) Diagramme de phase du fer Saxena et al., 1995; Saxena and Dubrovinsky, 1998, Andrault et al., 1997, 2000

  15. Variations de l’anisotropie avec la profondeur La partie supérieure de la graine est une couche isotrope Souriau et al, 2002 Song and Helmberger, 1995 Su and Dziewonski, 1995

  16. Anomalie de temps de propagation Rais intermédiaires Rais profonds pol eq pol eq Angle du rai sismique par rapport à l’axe de rotation de la terre 2% 2% 2% 4% ~0% -2% La partie centrale: une graine dans la graine? 1- ondes PKP 3 modèles qui expliquent également bien les données Ishii et Dziewonski 2003, Calvet et al., 2005 Autre forme d’anisotropie? Ou autre orientation de la même forme de fer?

  17. g b(S) a (P) La partie centrale 2- Résultats à partir des modes normaux Model of progressively tilted hcp P: fast axis // ERA P: fast axis // equatorial plane S: moves faster along ERA than along eq. plane Anisotropy  hcp Beghein and Trampert, 2003

  18. W E La couche isotrope n’a pas la même épaisseur sous les deux hémisphères Désorientation progressive des cristaux dans l’hémisphère Est  La couche isotrope fait 100 km d’épaisseur  La couche isotrope fait 400 km d’épaisseur a b c Variation avec la longitude W E E W E W Tanaka and Hamaguchi, 1997; Creager, 2000; Garcia & Souriau, 2000, Garcia, 2002

  19. polaire équatorial Des observations similaires pour l’atténuation: 1- Anisotropie d’atténuation T=3s Les ondes des trajets polaires sont plus rapides, mais aussi plus atténuées, que celles des trajets équatoriaux  Corrélation contraire à celle observée dans le manteau  Les rapports d’amplitude DF/BC varient d’un ordre de grandeur (Souriau et Romanowicz, 1996)

  20. Equatorial path ( = 73°) Polar path ( = 23°) DF*10 Influence de la fréquence sur l’ anisotropie d’atténuation Atténuation des hautes fréquences extrêmement forte pour les trajets polaires Dispersion associée: Les hautes fréquences arrivent avant les basses fréquences 2 mécanismes pour expliquer l’apparente anisotropie d’atténuation: 1- visco-élasticité (dissipation d’énergie mécanique en chaleur) 2- Effet de texture (diffraction / diffusion) Souriau, 2009

  21. rapide E W atténuant c d 2- une dissymétrie hémisphérique est aussi observée pour l’atténuation entre 30 et 85 km sous la surface de la graine Temps PKiKP-PKIKP Hémisphère Est plus rapide et plus atténuant que l’hémisphère ouest Corrélation contraire à celle observée dans le manteau Facteur de qualité Cao et Romanowicz, 2004

  22. Quelle structure et quels mécanismes à l’ICB = comment la graine croit-elle? Présence d’objets diffractants à l’ICB (mush) Coda de l’onde réfléchie à La surface de la graine ( 2 endroits différents, même distance) Stein and Wysession, 2005; Vidale and Earle, 2000; Poupinet and Kennett, 2004

  23. Rotation axis __ 100 km  400 km Dissymétrie hémisphérique Hémisphère Est (partie supérieure): couche isotrope plus épaisse (ou désorientation des cristaux), plus rapide, plus atténuante, + Objets diffractants Anisotropie: propag. rapide forte atténuation pour rais // axe rotation

  24. 1- Expliquer l’anisotropie de vitesse et d’atténuation •Texture ou distribution d’objets diffractants (scatterers) Modélisation numérique (Cormier et Li, 2002; Cormier, 2007; Calvet et Margerin, 2008; …) Formation de dendrites dans la direction du flux de chaleur (Bergman, 1997) Croissance équatoriale de la graine (Yoshida et al., 1996)

  25. W E 2- Expliquer la dissymétrie hémisphérique Convection thermique avec une hétérogénéité thermique à la CMB Modélisation analogique (Sumita et Olson, 1999) Anomalie de flux (vitesse de cristallisation) à l’ICB. Modèle numérique de convection thermo-chimique forçé par un flux de chaleur hétérogène à la CMB. (Aubert et al., 2008)

  26. Texture attendue à la surface de la graine Flow ICB Flow Cormier, 2007

  27. DAG ARU KEV FDF Tester la texture à la surface de la graine • Choisir au départ une forme d’onde très simple • Même séisme, trajets pour l’onde réfléchie Séisme profond (Tonga) Trajet antipodal équatorial Résultats très complexes (travail en cours)

  28. Rotation plus lente Rotation plus rapide que le manteau Noyau liquide Recherche d’une rotation différentielle de la graine Motivation: une super-rotation est prédite par la plupart des modèles de géodynamo Aurnou et al., 1996; Glatzmaier and Roberts, 1995, 1996

  29. station séisme Méthode: Détecter dans la graine une ou des hétérogénéités qui se déplacent avec le temps • - Une hétérogénéité qui défile sous le trajet de rai inchangé au cours du temps • Un objet diffractant qui fait changer la figure de diffraction (modification de la coda) • L’ensemble des hétérogénéités de la graine vues par les vibrations propres • Difficultés: • Il est préférable d’avoir des trajets polaires • il est difficile d’avoir des gros séismes reproductibles sur de longs intervalles de temps • les vieilles données sont souvent de qualité médiocre (données analogiques, mesure du temps médiocre)

  30. NZ COL DRV SSI Trajet Iles Sandwich Sud Alaska Trajet compliqué (2 zones de subduction)Vieilles Données anciennes peu fiables Localisation des foyers douteuse Résultats: = 1.1 °/an plus rapide = 0.05 °/an si l’influence de la zone de subduction est corrigée Trajet Nouvelle-Zemble  Antarctique Pas de zone de subduction Seulement 2 sites pour les explosions Résultats:  ~0.0 °/an Song et Richards, 1996; Creager, 1997; Souriau, 1998

  31. =PKIKP Séparer les effets de la rotation de ceux d’une mauvaise localisation: utilisation des doublets (Poupinet et al., 2000) • Erreur de localisation: • dilatation de tout l’enregistrement (1) • Rotation: • perturbation de la seule phase DF (2) South Sandwich Island to Alaska (Zhang et al., 2006)

  32. Chile-Agentina to PSI, Sumatera BC AB pDF,BC,AB DF

  33. NovayaZemlya LASA (Montana, USA) Amplitude Changement du temps d’arrivée (s) 1971-1974 Changement au cours du temps de l’image produite par des objets diffractants 2-Détecter une rotation différentielle 1- Identifier des objets diffractants dans la graine PKP observé Slowness (s/km) Calcul pour une rotation de 0,45° Vidale, Dodge and Earle, 2000

  34. Dans le manteau manteau PKPbc PKPdf Les variations de temps de propagation simulent une rotation différentielle Calvet et Chevrot, 2005

  35. graine Rotation différentielle à partir des oscillations libres "splitting function″ du mode 13S2 (corrigée du manteau) • Les "splitting functions″ n’ont pas tourné • Pas d’évidence de rotation • Pour l’ensemble des modes:  =0.13  0.11 °/an Laske and Masters, 2003

  36. graine position d’équilibre Le problème géodynamique: La graine est solidaire du manteau à cause de la gravité Forces gravitationnelles -> topographie de 100 m à la surface de la graine Rotation synchrone du manteau et de la graine La graine doit se déformer pour suivre le champ de gravité du manteau OU Buffett, 1997

  37. graine position d’équilibre • Première incohérence: • Structure attendue: degré 2 • Structure observée: degré 1 (hémisphérique) • Deuxième incohérence (paradoxe): • Brassage permanent de la graine, donc impossible de développer des hétérogénéités • (donc impossible d’observer la rotation de la graine) • Autre difficulté liée à la croissance hémisphérique forcée par le manteau • Stabilité des structures du manteau inférieur  stabilité de la croissance de la graine • La structure hémisphérique est au même endroit depuis longtemps

  38. Résuméetperspectives Noyau liquide - homogène, isotrope, avec peu de topographie (< 4 km) - Faible gradient de vitesse à sa base Noyau interne - Anisotropie à symétrie cylindrique de ~3% Axe rapide avec forte atténuation parallèle à l’axe de rotation - isotropie dans les 100 km les plus externes de la graine, variations hémisphériques de cette couche, plus épaisse sous l’hémisphère Est ou désorientation progressive des cristaux dans l’hémisphère Est - anisotropie différente au centre de la graine (à préciser) - présence d’objets diffractants dans la graine et à sa surface(à préciser) Texture et variations hémisphériques probablement liées à un forçage du manteau - rotation différentielle: nulle ou  0.2 °/an plus rapide que le manteau Phases du fer (+ éléments légers) aux conditions du noyau Texture de la graine Processus de cristallisation, acquisition de l’anisotropie et de la texture Bilan thermique et différentiation de la terre Pour les études sismologiques: deux difficultés récurrentes - Les hétérogénéités dues à la couche D“ - Le manque de trajets polaires

  39. Melchior, 1986

  40. Trajet N-S Trajet E-W à l’équateur