DANIEL KAPLAN fing - PowerPoint PPT Presentation

slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
DANIEL KAPLAN fing PowerPoint Presentation
Download Presentation
DANIEL KAPLAN fing

play fullscreen
1 / 31
DANIEL KAPLAN fing
103 Views
Download Presentation
linnea
Download Presentation

DANIEL KAPLAN fing

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. DANIEL KAPLAN www.fing.org

  2. LA FING EN 2012 "Produire et partagerdes idée neuves et actionnablespour anticiper les transformations numériques" Think Tank Pôle Prospective Do Tank Habita[n]ts connectés Numérique & habitat,nouvelles pistes Innovation monétaire et monnaiesde l'innovation ReFaire : aux frontièresdu Do-It-Yourself L'avenir de l'industrie ? Alléger la ville Le numérique pour réussirla "ville frugale" Internet ActuLe média de référence Questions numériques Et si on prenaitle temps d'anticiper ? Données publiquesouvertes Expérimenter, mutualiser MesInfos La révolution des donnéespersonnelles partagées Fab Labs Elargir l'accès à lafabrication numérique Innovation DemocraTIC Accélérateur de projetsdémocratiques Montre Verte/Citypulse … Labos d'innovation Citélabo L'atelier de l'innovationterritoriale et ouverte Carrefour des Possibles 150+ projets innovants/andans 12 régions

  3. CARTOGRAPHIE DES SCÉNARIOS DE RUPTURE En majuscules, les 7 ruptures développées par le groupe

  4. LA CRISE • Durable • Economique et écologique • Provoquera des changements irréversibles • Force à revisiter tous nos scénarios d'avenir

  5. UNE NOUVELLE EXIGENCEVIS-A-VIS DU NUMÉRIQUE • Le numérique n'a pas empêché la crise(l'a-t-il même approfondie) ? • Il n'a pas réduit notre empreinte écologique(l'a-t-il même augmentée ?) • A-t-il vraiment simplifié nos vies ? • Qu'a-t-il fait au travail ? Au lien social ?... • Embarras numériques, dépendance et résilience • Confinement du numérique ? Révoltes ? • Examen critique des prochaines innovations

  6. L'INNOVATION “INDIGNÉE” • La technologie pour transformer le cœur de nos modèles de développement • Partage, proximité, lien, contribution, dématérialisation… • Aller chercher la transformation plutôt que l'optimisation • La fin des "e"(-éducation, -santé, -administration…) • S'interroger sur les effets pervers • Le "smart" (city, grid…) en doute • Effets rebonds • Limites de la marchandisation

  7. L'EMPOWERMENT,PUISSANCE & FRAGILITE • Le numérique redistribue de l'information,donc du pouvoir • … Mais au profit de qui ? • L'empowerment des individus est une réalité,mais inégalement répartie et incomplète • Une asymétrie constante, voire croissante, entre l'outillage de la majorité des individus et celui des organisations • Vouloir l'empowerment, c'est quoi ? • Au-delà du numérique, ça veut dire quoi ?

  8. Devant "l'ampleur et la variété des dysfonctionnements" constatés dans leurs logiciels, l'UFC-Que Choisir porte plainte contre 4 éditeurs de jeux vidéo. L'UFC attaque cette fois 5 opérateurs du "cloud" suite à des disparitions accidentelles (ou non) de données de leurs clients. Nouvelle vague de suicides de cadres, la "pression numérique" est mise en accusation. Médiamétrie constate pour la 1e fois une réduction du temps personnel consacré aux usages numériques. 2011 2013 2014 2015 2012

  9. QU'EST-CE QUI CHANGE ? Le numérique interrogé au cœur même de sa "promesse" Rébellions numériques Les fournisseurs deviennent responsables des dysfonctionnements et des "dommages numériques" Nouvelles maladiesprofessionnelles Autonomieou flicage ? Exigence de portabilité,interopérabilité,pérennité, indépendance… Déconnexion Slow Résilience

  10. RÉALISTE ? • SIGNAUX FORTS • Dépendance croissante des individus et des organisations vis-à-vis du numérique • Explosion des volumes d'information • Stress et infobésité • RAISONS DE DOUTER • Pourquoi cesserions-nous d'accepter ce que nous admettons depuis 20 ans ? • La pression est un phénomène systémique, pas local • Les grandes entreprises du numérique sont trop puissantes, trop globales • La crainte du décrochage numérique empêche de s'interroger sur ses inconvénients • SIGNAUX FAIBLES • Procès intentés aux éditeurs de logiciels • Conflits sociaux sur l'informatisation • Entreprises "zéro mails"

  11. SOUHAITABLE ? OUI ! NON ! • À l'heure où tout est évalué, pourquoi les entreprises numériques seraient-elles seules à avoir le droit à l'irresponsabilité ? • Une force de travail stressée, désorientée, ne peut pas être productive. • L'imperfection du numérique est la rançon de ses bénéfices, de son innovation continue. • Nous apprendrons "l'écologie informationnelle" par essais-erreurs, pas autrement. • La concurrence, elle, ne s'arrêtera pas.

  12. COMMENT ANTICIPER ? • REPÉRER LES OPPORTUNITES • Se différencier en jouant la qualité et la responsabilité • Concilier réactivité et projection à long terme • Devenir plus attractif et plus fidélisant pour les collaborateurs • CONDITIONS DE RÉUSSITE • Ouvrir les processus de conception et production • Un courant d'innovation "slow" dans le numérique et ses pratiques • Négocier des chartes dans les entreprises • Une expérimentation continue des nouvelles organisations du travail, avec une très large part d'initiative des salariés • IDENTIFIER LES MENACES • Multiplication des conflits • Augmentation des coûts et des délais des projets/innovations numériques • Tension durable entre aspirations des salariés/pression des marchés

  13. QU'EST-CE QUI CHANGE ? Un retournement de la relationentre individus & organisations Des questions nouvelles à traiter Rompt avec 3 décennies de suréquipement unilatéral (CRM) Organisations : combien ça coûte, qui paye, quels sont les bénéfices, quels sont les risques?… "Empowerment" des consommateurs à l'aide de leurs données Individus : comment ça marche, qu’est-ce que ça m’apporte, combien ça me coûte? Et si ça ne m’intéresse pas?... Un "VRM" face au "CRM" L'émergence d'un nouveau marché : services personnels de données Société : quels nouveaux risques, comment éviter de nouveaux abus de pouvoir?... Récupérer, stocker, analyser, exploiter et échanger ses données, d’une manière aisée et sûre.

  14. RÉALISTE ? • SIGNAUX FORTS • Crise de la relation de confiance • Inquiétudes sur les données personnelles • Demande de maîtrise de sa vie • Les données comme actif-clé :"open data", "big data" • MiData (UK), "Smart Disclosure" (US)… • RAISONS DE DOUTER • L'entreprise sait ce qu'elle a à perdre, pas forcément ce qu'elle a à gagner. • Pourquoi créer de nouveaux risques de vol d'identité, ou de monopoles ? • Les consommateurs sont-ils vraiment demandeurs ? Sauront-ils que faire de leurs données ? • Agréger des données hétérogènes, faire dialoguer les S.I. consommateurs et entreprises… :on n'y arrivera jamais ! • SIGNAUX FAIBLES • Quantified Self • Réseaux de patients • Coffres-forts numériques • Data Portability

  15. SOUHAITABLE ? OUI ! NON ! • Une réponse pertinente à la crise de confiance, en créant une relation "adulte" entre individus et organisations • Rendra les marchés plus efficients • Fera émerger des connaissances nouvelles • Rendra les individus plus actifs sur leur propre protection • Une formidable opportunité de croissance : les services personnels de données • Met les entreprises en danger et leur fait céder le pouvoir à de nouveaux "datamédiaires" • Posera des problèmes de sécurité et de responsabilité insurmontables • Les individus s'en remettront à de nouveaux "tiers de confiance" qui produiront de nouveaux abus • Un truc pour CSP +, qui élargira la fracture sociale

  16. COMMENT ANTICIPER ? • REPÉRER LES OPPORTUNITES • Recréer de la confiance et de la fidélité • Améliorer la qualité des bases • Un marketing moins divinatoire (Intention economy) • Se positionner sur les nouveaux services de gestion de données • CONDITIONS DE RÉUSSITE • Prendre de l'avance • Explorer et tester les sources de valeur • Recenser les données et mesurer leur intérêt, le coût de leur ouverture, les risques • Nouer des partenariats avec des créateurs de services • Intégrer ce changement dès la conception des systèmes • Mobiliser d'autres entreprises détentrices de données • IDENTIFIER LES MENACES • Partager sans contrepartie évidente des informations de grande valeur, ouvrir la voie à de nouveaux intermédiaires • Dévoiler ses pratiques • Risques techniques & juridiques

  17. La crise fait émerger une économie locale de survie, appuyée sur le détournement de certains sites d'échange, de partage et de revente. Renault lance la Renault Share, conçue pour être partagée par son propriétaire, avec un modèle d'affaires fondé sur les revenus de location/covoiturage. 10 villes européenneset 15 entreprises lancent une expérimentationà grande échelle,"Share & Dematerialize". Les règlements d'urbanisme exigent la construction d'espaces partagés dans les logementset les bureaux. 2016-2017 2018-2019 2014-2015 2012-2013 2020

  18. QU'EST-CE QUI CHANGE ? Une véritable économie du partage et de la réutilisation… … Et nécessite de nouvelles "infrastructures" Partage d'équipements, d'espaces, de temps, de connaissances… Espaces collectifs : "coworking", fab labs, entrepôts partagés… Echange et compensation : "bourses", monnaies, ratings… Location, cloud, copropriété, achats et investissements groupés Ateliers flexibles, objets/services"open source", cloud local… Réparation, recyclage,récupération, revente … Qui entraîne d'autres transformations… Dans la production, la distribution, la finance… Nouveaux intermédiaires,locaux et globaux

  19. RÉALISTE ? • SIGNAUX FORTS • La crise économique et écologique • Le rôle des réseaux sociaux • Economie de fonctionnalité • Innovation sociale • RAISONS DE DOUTER • Face aux difficultés économiques, la révolte ou le repli apparaissent au moins aussi probables que la solidarité et la résilience. • La réponse aux grandes crises émerge plus généralement de chocs politiques. • SIGNAUX FAIBLES • Consommation collaborative • Espaces de travail partagés • Formes hybrides d'emploi • Monnaies alternatives

  20. SOUHAITABLE ? OUI ! NON ! • Une réponse pertinente à la crise économique et écologique, fondée sur l'énergie des gens et l'entrepreneuriat • Prend acte de l'échec des réponses "politiques" • Marie l'économique, le social et l'environnemental • Une économie-pollen reposant sur la circulation des connaissances et le partage • Fragilisera les entreprises établies sans produire d'alternative à la hauteur • Produira chômage, pauvreté, violence • Un scénario raisonnable, triste et reposant sur un fort contrôle social • La transformation des produits en services produira plus de dépendance, et non moins

  21. COMMENT ANTICIPER ? • REPÉRER LES OPPORTUNITES • Ouvrir : ses espaces, ses données, ses processus… • Mutualiser : R&D, logistique, achats, équipements, salariés... • Des gammes de produits conçus pour être partagés • Devenir plate-forme • CONDITIONS DE RÉUSSITE • Faciliter le partage, l'adaptation, la réparation, le recyclage de ses produits • Devenir agile : développer vite, co-concevoir, tester tout le temps, encourager les détournements • Ne pas innover pour les seuls "early adopters" • Travailler au sein d'écosystèmes • IDENTIFIER LES MENACES • Fragmentation des marchés • Fragilisation des marques,de la propriété intellectuelle… • Nouveaux concurrents,nouveaux oligopoles

  22. les «ressourceries», réseau de collecte et de recyclage d’objets, rencontrent les Fab Labs et lancent le projet «réparez tout!» dont l’objectif est de rallonger la durée de vie des objets de 3 à 4 ans. Apple/foxconn rachètent etSy et en font la «thingStore», un magasin en ligne d’objets à la demande, appuyé sur un réseau mondial d’ateliers flexibles et de fab labs. SEB y lance une gamme d’appareils ménagers personnalisés. Le site de vente d’objets artisanaux et en petite série etSy entre au naSDaq. Face au risque de monopole, le réseau indépendantde la fabrication numérique crée un «thingstore» ouvert. 2012 2014 2015 2016 2013

  23. QU'EST-CE QUI CHANGE ? L’obsolescence programmée devient trop coûteuse Des technologies pour des« séries de 1 » Conserver les bénéfices de la production industrialisée en dépassant ses limites Economie circulaire L’économie de la contribution se diffuse dans la production d’objets physiques Relocalisation par « niches » et sur certaines parties du cycle de vie des produits « Longue traîne » Plates-formes numériques de rencontre offre-demande Un écosystème du « Do It Yourself »

  24. RÉALISTE ? • SIGNAUX FORTS • Crise économique & écologique • Démocratisation de la conception-fabrication numérique • Extension au monde des objets de l’internet… et de ses pratiques contributives • RAISONS DE DOUTER • Comment atteindre les niveaux de productivité, efficience, qualité auxquels nous sommes habitués ? • Les consommateurs ont-ils envie de devenir producteurs ? • Le coût de la mutation est-il supportable ? • Qui des normes, labels, assurances… : sommes-nous prêts à assumer plus de risque ? • SIGNAUX FAIBLES • Emergence d’un écosystème duDo It Yourself et d’investissements associés • Objets à la demande, personnalisés • Les Shanzai chinois

  25. SOUHAITABLE ? OUI ! NON ! • Répond aux crises et à la recherche de « réindustrialisation » • Répond à l’aspiration des citoyens d’être les auteurs de leur vie et d’agir sur leur environnement • L’internet a transformé le monde de l’information, c’est maintenant au tour du monde des atomes ! • Cela va dégrader la qualité et le bilan environnemental des produits • C’est synonyme de pillage généralisé de la propriété intellectuelle, avec des effets dévastateurs sur l’innovation • On passera juste de certains monopoles à d’autres, en l’espèce, les grandes plates-formes du Net

  26. COMMENT ANTICIPER ? • REPÉRER LES OPPORTUNITES • Une production de plus en plus personnalisée et personnalisable • Tirer parti de la créativité de tous • Réduire l’empreinte écologique de ses produits • De nouvelles opportunités de différenciation • CONDITIONS DE RÉUSSITE • Etre agile, tester tôt pour corriger vite • Collaborer avec les nouveaux écosystèmes locaux et globaux • Identifier les produits, capacités, compétences, réseaux, actifs de marques… qui se prêtent le mieux à la « relocalisation » • IDENTIFIER LES MENACES • Effets écologiques incertains • Propriété industrielle • Incertitude sur les modèles économiques • Nouveaux concurrents, nouveaux pouvoirs de marché

  27. "QUESTIONS NUMERIQUES"EN 2013 • Janvier : le Cahier d'enjeux • Publication du Cahier d'Enjeux • Manifestation de lancement • 3e trimestre : ateliers de coproduction • France : Marseille (Lift France, septembre), Paris (octobre) • International : Amsterdam (PICNIC, septembre) • 1er trimestre : appropriation du Cahier d'enjeux • Séminaires internes partenaires • Manifestations dédiées • Ateliers : Genève (Lift) • En continu : • Communauté de travail en ligne • 2e trimestre :Identification des thèmes 2013 • Ateliers France / Europe • Echanges en ligne

  28. … ET EN 2012