quatrieme n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
QUATRIEME PowerPoint Presentation
Download Presentation
QUATRIEME

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 93

QUATRIEME - PowerPoint PPT Presentation


  • 133 Views
  • Updated on

QUATRIEME. Programme d’histoire…. Une présentation en trois points: 1. Le thème transversal « histoire des Arts » 2. Un rappel de l’esprit et de la démarche « histoire collège »… …à partir du thème 1.1. 3. Un parcours de quelques thèmes du programme. QUATRIEME. Programme d’histoire….

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

QUATRIEME


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    Presentation Transcript
    1. QUATRIEME Programme d’histoire… J.LIMOUZIN - Février 2011

    2. Une présentation en trois points: 1. Le thème transversal « histoire des Arts » 2. Un rappel de l’esprit et de la démarche « histoire collège »… …à partir du thème 1.1. 3. Un parcours de quelques thèmes du programme QUATRIEME Programme d’histoire… J.LIMOUZIN - Février 2011

    3. Histoire des arts « LES ARTS, TÉMOINS DE L’HISTOIRE des XVIIIe et XIXe s »… …COMME THÈME TRANSVERSAL AU PROGRAMME D’HISTOIRE J.LIMOUZIN - Février 2011

    4. THÈME TRANSVERSAL AU PROGRAMME D’HISTOIRE : LES ARTS, TÉMOINS DE L’HISTOIRE DES XVIIIe ET XIXe SIÈCLES Ce thème ne fait pas l’objet d’un enseignement isolé ; le professeur choisit un itinéraire composé d’au moins une œuvre et/ou un artiste significatif pour chacune des parties du programme. Les dimensions sensible, technique et esthétique, impliquent un travail conjoint avec les professeurs des autres disciplines concernées. J.LIMOUZIN - Février 2011

    5. THÈME TRANSVERSAL AU PROGRAMME D’HISTOIRE : LES ARTS, TÉMOINS DE L’HISTOIRE DES XVIIIe ET XIXe SIÈCLES Ce thème ne fait pas l’objet d’un enseignement isolé ; le professeur choisit un itinéraire composé d’au moins une œuvre et/ou un artiste significatif pour chacune des parties du programme. Les dimensions sensible, technique et esthétique, impliquent un travail conjoint avec les professeurs des autres disciplines concernées. EXEMPLES D’OEUVRES OU D’ARTISTES (la liste n’est ni impérative, ni limitative) Des tableaux de Canaletto, Vernet, Vigée-Lebrun, Goya, David, Delacroix, Ingres, Monet, Meyssonnier (Siège de Paris), des portraits des rois de France… Des sculptures de Puget, Pigalle, Carpeaux, Bartholdi, Rodin, Camille Claudel… Des photos et les premiers films de Nadar, des Frères Lumière… Des œuvres d’architecture et d’urbanisme : Le Petit Trianon à Versailles, la Place de la Concorde de Ange-Jacques Gabriel, l’Opéra Garnier à Paris, le Paris d’Haussmann, le Vittorianoà Rome, le quartier wilhelmien de Strasbourg ou Metz, l’œuvre de Gustave Eiffel… Des extraits d’œuvres littéraires de Beaumarchais, Goethe, Germaine de Staël, Balzac, George Sand, Flaubert, Zola… Des extraits d’œuvres de compositeurs : Vivaldi, Mozart, Beethoven, Schubert, Verdi, Wagner… J.LIMOUZIN - Février 2011

    6. Une approche historique THÈME TRANSVERSAL AU PROGRAMME D’HISTOIRE : LES ARTS, TÉMOINS DE L’HISTOIRE DES XVIIIe ET XIXe SIÈCLES Ce thème ne fait pas l’objet d’un enseignement isolé ; le professeur choisit un itinéraire composé d’au moins une œuvre et/ou un artiste significatif pour chacune des parties du programme. Les dimensions sensible, technique et esthétique, impliquent un travail conjoint avec les professeurs des autres disciplines concernées. EXEMPLES D’OEUVRES OU D’ARTISTES (la liste n’est ni impérative, ni limitative) Des tableaux de Canaletto, Vernet, Vigée-Lebrun, Goya, David, Delacroix, Ingres, Monet, Meyssonnier (Siège de Paris), des portraits des rois de France… Des sculptures de Puget, Pigalle, Carpeaux, Bartholdi, Rodin, Camille Claudel… Des photos et les premiers films de Nadar, des Frères Lumière… Des œuvres d’architecture et d’urbanisme : Le Petit Trianon à Versailles, la Place de la Concorde de Ange-Jacques Gabriel, l’Opéra Garnier à Paris, le Paris d’Haussmann, le Vittorianoà Rome, le quartier wilhelmien de Strasbourg ou Metz, l’œuvre de Gustave Eiffel… Des extraits d’œuvres littéraires de Beaumarchais, Goethe, Germaine de Staël, Balzac, George Sand, Flaubert, Zola… Des extraits d’œuvres de compositeurs : Vivaldi, Mozart, Beethoven, Schubert, Verdi, Wagner… CAPACITÉS - identifier la nature de l’œuvre - situerl’œuvre dans le temps et dans son contexte et en expliquer l’intérêt historique - décrirel’œuvre et en expliquer le sens - distinguerles dimensions artistiques et historiques de l’œuvre d’art J.LIMOUZIN - Février 2011

    7. 1. Une approche historique LES DEUX DIMENSIONS DE L’HISTOIRE DES ARTS: LES ARTS, TÉMOINS DE L’HISTOIRE DES XVIIIe ET XIXe SIÈCLES Ce thème ne fait pas l’objet d’un enseignement isolé ; le professeur choisit un itinéraire composé d’au moins une œuvre et/ou un artiste significatif pour chacune des parties du programme. Les dimensions sensible, technique et esthétique, impliquent un travail conjoint avec les professeurs des autres disciplines concernées. 2. Une approche pluridisciplinaire, autour d’un projet commun à plusieurs disciplines. Dans ce cadre, la découverte successive des œuvres doit construire une culture fondée sur la convergence et la confrontation des regards que chaque discipline porte sur elles. Les professeurs doivent : • organiser cette convergence • identifier clairement la contribution spécifique que chacune leur discipline apporte à la compréhension du sens et de la signification des œuvres. CAPACITÉS - identifier la nature de l’œuvre - situerl’œuvre dans le temps et dans son contexte et en expliquer l’intérêt historique - décrirel’œuvre et en expliquer le sens - distinguerles dimensions artistiques et historiques de l’œuvre d’art J.LIMOUZIN - Février 2011

    8. LES ARTS, TÉMOINS DE L’HISTOIRE DES XVIIIe ET XIXe S CAPACITÉS - identifier la nature de l’œuvre - situerl’œuvre dans le temps et dans son contexte et en expliquer l’intérêt historique - décrirel’œuvre et en expliquer le sens - distinguerles dimensions artistiques et historiques de l’œuvre d’art J.LIMOUZIN - Février 2011

    9. LES ARTS, TÉMOINS DE L’HISTOIRE DES XVIIIe ET XIXe S CAPACITÉS - identifier la nature de l’œuvre L’identification de la nature de l’œuvre a une dimension culturelle, celle du recensement des différentes formes de l’expression artistique. Au-delà, et comme pour tout document d’histoire, elle ne présente d’intérêt que si elle est en relation avec la compréhension de l’œuvre. Ses dimensions, sa matière, sa réalisation technique, son lieu initial puis les lieux successifs de son exposition peuvent éclairer sa signification. Ainsi, la nature de la statue métallique de la Liberté d’Auguste BARTHOLDI (fer et cuivre), conçue avec l’aide de Gustave EIFFEL pour l’infrastructure des poutrelles qui soutiennent le colosse, lentement montée dans son atelier parisien, puis démontée pour être transportée par mer à New York est un support de compréhension de l’âge industriel. J.LIMOUZIN - Février 2011

    10. Au XIX è, un art témoin des conceptions du siècle Fréderic Auguste BARTHOLDI La statue de la Liberté de Bartholdi à New York, 1886 Jacques LIMOUZIN, novembre 2010

    11. Au XIX è, un art témoin des conceptions du siècle Plans de la statue (fragment). Eugène Viollet le Duc et Gustave Eifel La statue de la Liberté de Bartholdi dans les ateliers Gaget-Gauthier, rue de Chazelles, par Victor DARGAUD, XIX° siècle, musée Carnavalet, Paris. Jacques LIMOUZIN, novembre 2010

    12. LES ARTS, TÉMOINS DE L’HISTOIRE DES XVIIIe ET XIXe S CAPACITÉS - situerl’œuvre dans le temps et dans son contexte et en expliquer l’intérêt historique S’il ne s’agit que d’accoler une date à une œuvre, la situation dans le temps se limite à un repérage dénué de sens. A l’inverse, la situation dans le contexte est riche de signification. Elle revient à trier, dans tous les faits historiques qui constituent le contexte de l’œuvre • d’une part ceux dont l’œuvre témoigne, • d’autre part ceux qui ont plus ou moins déterminée cette œuvre. C’est la mise en relation de l’œuvre avec tels ou tels éléments du contexte historique qui est éclairante. Ex: les quartiers wilhelmiens de Strasbourg (le Palais du Rhin) ou de Metz (la gare) sont en relation avec des événements du temps court (la défaite de la France en 1871 et l’annexion de l’Alsace-Lorraine) et de temps de plus longue durée (le pangermanisme, le sentiment national, l’État-nation) qui permettent de comprendre leur intentionnalité et leur symbolique. J.LIMOUZIN - Février 2011

    13. Les quartiers wilhelmiens de Strasbourg (le Palais du Rhin) ou de Metz (la gare) sont en relation avec : • des événements du temps court (la défaite de la France en 1871 et l’annexion de l’Alsace-Lorraine) • des temps de plus longue durée (le sentiment national, le pangermanisme , l’État-nation) . • ►Compréhension de leur intentionnalitéet de leur symbolique. Exemple :l’art wilhelmien J.LIMOUZIN - Février 2011

    14. Les quartiers wilhelmiens de Strasbourg (le Palais du Rhin) ou de Metz (la gare) sont en relation avec : • des événements du temps court (la défaite de la France en 1871 et l’annexion de l’Alsace-Lorraine) • des temps de plus longue durée (le sentiment national, le pangermanisme , l’État-nation) . • ►Compréhension de leur intentionnalitéet de leur symbolique. Exemple :l’art wilhelmien J.LIMOUZIN - Février 2011

    15. Les quartiers wilhelmiens de Strasbourg (le Palais du Rhin) ou de Metz (la gare) sont en relation avec : • des événements du temps court (la défaite de la France en 1871 et l’annexion de l’Alsace-Lorraine) • des temps de plus longue durée (le sentiment national, le pangermanisme , l’État-nation) . • ►Compréhension de leur intentionnalitéet de leur symbolique. Exemple :l’art wilhelmien STRASBOURG. Le Palais du Rhin J.LIMOUZIN - Février 2011

    16. LES ARTS, TÉMOINS DE L’HISTOIRE DES XVIIIe ET XIXe S CAPACITÉS - décrirel’œuvre et en expliquer le sens La description de l’œuvre n’a guère d’intérêt pour la réflexion historique si elle ne concoure pas à la mise en évidence de sens et de significations. Il ne sert à rien de lire les « lignes de force » d’une peinture si l’on n’en fait pas quelque chose, si l’on n’en tire pas un raisonnement permettant de comprendre son intention ou sa signification pour son auteur, son commanditaire ou le public à qui elle est destinée… J.LIMOUZIN - Février 2011

    17. LES ARTS, TÉMOINS DE L’HISTOIRE DES XVIIIe ET XIXe S CAPACITÉS - décrirel’œuvre et en expliquer le sens La description de l’œuvre n’a d’intérêt pour la réflexion historique que si elle concoure à la mise en évidence de sens et de significations. Il ne sert à rien de lire les « lignes de force » d’une peinture si l’on n’en fait pas quelque chose, si l’on n’en tire pas un raisonnement permettant de comprendre son intention ou sa signification pour son auteur, son commanditaire ou le public à qui elle est destinée… Le Tres de mayo de Francisco GOYA (1814), est organisé par une structure symétrique. Au centre du tableau ; elle place les baïonnettes, l’expression du désespoir et une église. elle confronte la ligne rigide et géométrique du peloton d’exécution au groupe désordonné des victimes en opposant ici les couleurs froides et grises, les têtes baissées sur les crosses, les visages invisibles et là, la lumière des couleurs chaudes, la volonté d’expression des bras plus ouverts que levés et des visages expressifs et tendus. Mais cette description n’aide que si elle ouvre sur une interprétation qui oppose l’humanité à la violence, la liberté à l’oppression et la lumière à la nuit. Rien de nationaliste dans cette œuvre du début du siècle des nations qui ne montre aucun symbole national, mais plutôt le message humaniste des Lumières auquel Goya adhérait. C’est d’ailleurs ce sentiment qui le fit d’abord plutôt pencher du côté de la modernité incarnée par Napoléon et Joseph en 1808, avant que ne l’en sépare l’horreur du conflit (Les désastres de la guerre, 1810) et que la réaction engagée par Ferdinand VII ne l’oblige à se dédouaner habilement de la possible accusation d’avoir été un afrancesado, six ans plus tard, par le Dos et le Tres de Mayo. J.LIMOUZIN - Février 2011

    18. LES ARTS, TÉMOINS DE L’HISTOIRE DES XVIIIe ET XIXe S CAPACITÉS - distinguerles dimensions artistiques et historiques de l’œuvre d’art 1. Les œuvres d’art ne sont pas seulement « d’époque ». Conçues dans un contexte précis qui a engendré leur intention initiale, elles poursuivent leur histoire tant qu’elles ont un public. Or les contextes dans lesquels elles sont reçues par ces publics successifs changent. La presque totalité des œuvres des musées n’ont pas été conçues pour la fonction culturelle de masse qui est devenu leur sort contemporain. Les contextes culturels successifs de leur réception, notamment esthétiques, idéologiques, politiques, philosophiques et éthiques ont changé selon les rythmes de l’histoire. A titre d’exemple, des textes de Voltaire parmi les plus critiques pour les mythes fondateurs des trois monothéismes ont triomphé au théâtre dans les années quatre-vingt du siècle dernier tant ils étaient reçus par le public comme l’expression d’un esprit libre. Ils seraient aujourd’hui pourvu d’un « sens » bien différent par d’autres publics, par les militants de tel ou tel engagement spirituel ou politique et par les représentants d’institutions soumises aux contrainte du « politiquement correct ». 2. Ce « sens » n’est pas dans l’œuvre, ni celui de l’œuvre. Il est attribué à l’œuvre par ceux qui la rencontrent. Ce pourquoi il est changeant, relatif aux personnes, à leur culture et au contexte dans lequel elles vivent. Construit par le sujet spectateur de l’œuvre, il est fondamentalement marqué par une subjectivité que l’on mesure mieux si l’on observe que ce n’est certainement pas le sort des Hellènes qui émeut en premier les adolescents découvrant La Grèce expirant sur les ruines de Missolonghi de Eugène Delacroix (1826, Bordeaux, musée des Beaux-arts). Un projet pédagogique d’histoire des arts, même s’il tire opportunément de la subjectivité du sens la force d’un puissant levier pour faire entrer des enfants en relation avec les œuvres d’art, ne saurait en rester là. Car, même pourvue de multiples sens par la diversité des publics et des siècles, l’œuvre d’art n’en a pas moins une signification objective, dans son temps et de par les intentions de ses auteurs et commanditaires. Passer du sens à la signification est au fondement du projet de l’enseignement de l’histoire. A titre d’exemple, on songera à la Place de la Concorde qui, de sa conception initiale pour comme place royale pour Louis XV et par Ange-Jacques GABRIEL (1754-1763) jusqu’à la célébration du bicentenaire de la Révolution en 1989 illustre cette durée des œuvres dans les mutations des sens et des significations induites par la succession des contextes historiques. J.LIMOUZIN - Février 2011

    19. LES ARTS, TÉMOINS DE L’HISTOIRE DES XVIIIe ET XIXe S CAPACITÉS - distinguerles dimensions artistiques et historiques de l’œuvre d’art 1. Les œuvres d’artne sont pas seulement « d’époque ». Conçues dans un contexte précis qui a engendré leur intention initiale, elles poursuivent leur histoire tant qu’elles ont un public. Or les contextes dans lesquels elles sont reçues par ces publics successifs changent. La presque totalité des œuvres des musées n’ont pas été conçues pour la fonction culturelle de masse qui est devenu leur sort contemporain. Les contextes culturels successifs de leur réception, notamment esthétiques, idéologiques, politiques, philosophiques et éthiques ont changé selon les rythmes de l’histoire. A titre d’exemple, des textes de Voltaire parmi les plus critiques pour les mythes fondateurs des trois monothéismes ont triomphé au théâtre dans les années quatre-vingt du siècle dernier tant ils étaient reçus par le public comme l’expression d’un esprit libre. Ils seraient aujourd’hui pourvu d’un « sens » bien différent par d’autres publics, par les militants de tel ou tel engagement spirituel ou politique et par les représentants d’institutions soumises aux contrainte du « politiquement correct ». 2. Ce « sens » n’est pas dans l’œuvre, ni celui de l’œuvre. Il est attribué à l’œuvre par ceux qui la rencontrent. Ce pourquoi il est changeant, relatif aux personnes, à leur culture et au contexte dans lequel elles vivent. Construit par le sujet spectateur de l’œuvre, il est fondamentalement marqué par une subjectivité que l’on mesure mieux si l’on observe que ce n’est certainement pas le sort des Hellènes qui émeut en premier les adolescents découvrant La Grèce expirant sur les ruines de Missolonghi de Eugène Delacroix (1826, Bordeaux, musée des Beaux-arts). Un projet pédagogique d’histoire des arts, même s’il tire opportunément de la subjectivité du sens la force d’un puissant levier pour faire entrer des enfants en relation avec les œuvres d’art, ne saurait en rester là. Car, même pourvue de multiples sens par la diversité des publics et des siècles, l’œuvre d’art n’en a pas moins une signification objective, dans son temps et de par les intentions de ses auteurs et commanditaires. Passer du sens à la signification est au fondement du projet de l’enseignement de l’histoire. A titre d’exemple, on songera à la Place de la Concorde qui, de sa conception initiale pour comme place royale pour Louis XV et par Ange-Jacques GABRIEL (1754-1763) jusqu’à la célébration du bicentenaire de la Révolution en 1989 illustre cette durée des œuvres dans les mutations des sens et des significations induites par la succession des contextes historiques. J.LIMOUZIN - Février 2011

    20. LES ARTS, TÉMOINS DE L’HISTOIRE DES XVIIIe ET XIXe S CAPACITÉS - distinguerles dimensions artistiques et historiques de l’œuvre d’art 3. Le professeur d’histoire doit aussi prendre en charge la dimension sensible et esthétique des œuvres et la construction du goût des élèves. Cette dimension est complexe parce qu’elle relève de la relation intime du sujet et de l’œuvre. Elle fait partie du domaine du sens, celui du ressenti et des émotions qui, entre le déferlement de l’exaltation et la plénitude de l’apaisement, font naître le sentiment du beau ou qui, entre l’indignation et l’adhésion, font naître le sentiment d’implication. Cette relation ne va pas de soi, notamment quand la distance culturelle entre l’œuvre et son public est forte au point de ne susciter ici ou là que la désinvolture ou l’hébétude. Elle doit alors être construite par un acte pédagogique et notamment par la verbalisation qui amène les élèves à exprimer ce qu’ils ressentent, à chercher pourquoi ils ressentent cela et à mesurer en quoi la construction de la signification a pu enrichir leur relation sensible à l’œuvre d’art. C’est dans ce dévoilement que va se réaliser la découverte du talent de l’artiste et, parfois, de son génie. J.LIMOUZIN - Février 2011

    21. 2. L’esprit et la démarche « histoire collège »… …à partir du thème 1.1. L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE J.LIMOUZIN - Février 2011

    22. Partie 1 : I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes J.LIMOUZIN - Février 2011

    23. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes RAPPEL: Trois dimensions… J.LIMOUZIN - Février 2011 23

    24. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Comment lire ces programmes ? 1. Identifier les objectifs définis par les trois dimensions… J.LIMOUZIN - Février 2011 24

    25. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiauxau début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Comment lire ces programmes ? 1. Ici, des objectifs définis dans deux des trois dimensions… 3objectifs de contenus - Pour ¼ (il y a 4 thèmes dans la partie 1.) - …de 25% du temps annuel (partie 1.) → soit 2 à 3 H, évaluation comprise… Proposition provisoire : 2H - 1H pour identifier les grandes puissances européennes. - 1H pour percevoir les relations de l’Europe avec des empires coloniaux, par des courants d’échanges et des routes maritimes. J.LIMOUZIN - Février 2011 25

    26. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Comment lire ces programmes ? 1. Des objectifs définis dans deux des trois dimensions… 2. Des démarches sous forme « d’entrées dans la question » ou de supports ici, 2supports … J.LIMOUZIN - Février 2011 26

    27. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Comment lire ces programmes ? 1. Des objectifs définis dans deux des trois dimensions… 2. Des démarches sous forme « d’entrées dans la question » ou de supports ici, 2supports … RAPPEL : le sens de cette démarche J.LIMOUZIN - Février 2011 27

    28. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiauxau début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes OBJECTIFS ET PROGRAMMATION? 1. Des objectifs définis dans deux des trois dimensions… 3objectifs de contenus Pour ¼ de 25% du temps, soit 2 à 3 H, évaluation comprise… Hypothèse : 2H - 1H grandes puissances - 1H courants d’échanges, routes et empires coloniaux ….??? J.LIMOUZIN - Février 2011 28

    29. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Première partie : quatre sous thèmes pour 9 H Programmation algébrique Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE (2H) Puissances, empires, échanges et routes Thème 2 - L’EUROPE DES LUMIÈRES (2H) Thème 3 - LES TRAITES NÉGRIÈRES ET L’ESCLAVAGE (2H) Thème 4 - LES DIFFICULTÉS DE LA MONARCHIE SOUS LOUIS XVI (2H) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiauxau début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Comment lire ces programmes ? 1. Des objectifs définis dans deux des trois dimensions… 3objectifs de contenus Pour ¼ de 25% du temps, soit 2 à 3 H, évaluation comprise… Hypothèse : 3H - 1H grandes puissances - 1H courants d’échanges et routes - 1H empires coloniaux ….??? J.LIMOUZIN - Février 2011 29

    30. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Première partie : quatre sous thèmes pour 9 H Programmation pédagogique… Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE (2H) Puissances, empires, échanges et routes Thème 2 - L’EUROPE DES LUMIÈRES (2H) Thème 3 - LES TRAITES NÉGRIÈRES ET L’ESCLAVAGE (2H) Thème 4 - LES DIFFICULTÉS DE LA MONARCHIE SOUS LOUIS XVI (2H) …observer des correspondances… Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiauxau début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Comment lire ces programmes ? 1. Des objectifs définis dans deux des trois dimensions… 3objectifs de contenus Pour ¼ de 25% du temps, soit 2 à 3 H, évaluation comprise… Hypothèse : 3H - 1H grandes puissances - 1H courants d’échanges et routes - 1H empires coloniaux J.LIMOUZIN - Février 2011 30

    31. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Première partie : quatre sous thèmes pour 9 H … et envisager de regrouper Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE (3H) Puissances, empires, échanges et routes Thème 3 : Traites négrières et esclavage Thème 2 - L’EUROPE DES LUMIÈRES (2H) Thème 4 - LES DIFFICULTÉS DE LA MONARCHIE SOUS LOUIS XVI (2H) + 2h évaluation pour cette partie Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiauxau début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Comment lire ces programmes ? 1. Des objectifs définis dans deux des trois dimensions… 3objectifs de contenus Pour ¼ de 25% du temps, soit 2 à 3 H, évaluation comprise… Hypothèse : 3H - 1H grandes puissances - 1H courants d’échanges et routes - 1H empires coloniaux J.LIMOUZIN - Février 2011 31

    32. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Première partie : quatre sous thèmes pour 9 H UN CALENDRIER Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE (3H) Puissances, empires, échanges et routes Thème 3 : Traites négrières et esclavage Samedi 1er octobre Thème 2 - L’EUROPE DES LUMIÈRES (2H) +1H de grâce Samedi 22 octobre. Toussaint (23-10/04-11). Thème 4 - LES DIFFICULTÉS DE LA MONARCHIE SOUS LOUIS XVI (2H) + 2h évaluation pour cette première partie Samedi 19 novembre Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiauxau début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Comment lire ces programmes ? 1. Des objectifs définis dans deux des trois dimensions… 3objectifs de contenus Pour ¼ de 25% du temps, soit 2 à 3 H, évaluation comprise… Hypothèse : 3H - 1H grandes puissances - 1H courants d’échanges et routes - 1H empires coloniaux ….??? J.LIMOUZIN - Février 2011 32

    33. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Deuxième partie : trois sous-thèmes pour 9 H Thème 2.1 – Les temps forts de la révolution (3H) Samedi 17 décembre. Noel (17-12/02-01) Thème 2.2 – Les fondation d’une France nouvelle (3H) Thème 2.3 – L’Europe en 1815 (1H) + 2H évaluation pour cette seconde partie Samedi 12 février. Vacances d’hiver (12-02/26-02) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiauxau début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Comment lire ces programmes ? 1. Des objectifs définis dans deux des trois dimensions… 3objectifs de contenus Pour ¼ de 25% du temps, soit 2 à 3 H, évaluation comprise… Hypothèse : 3H - 1H grandes puissances - 1H courants d’échanges et routes - 1H empires coloniaux ….??? J.LIMOUZIN - Février 2011 33

    34. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Troisième partie : cinq sous thèmes pour 18 H Thème 3.1 - L’AGE INDUSTRIEL (3H) Samedi 24 mars Thème 3.2 - L’EVOLUTION POLITIQUE DE LA FRANCE (1815-1914) (3H) + 2H évaluation Samedi 7 avril. Vacances de printemps (07-04/22-04) Thème 3.3 – L’AFFIRMATION DES NATIONALISMES (3H) Samedi 15 mai Thème 3.4 – LES COLONIES (3H) Samedi 5 juin Thème 3.5 – L’EUROPE EN 1914 (2H) + 2H évaluation + 2 H de grâce Vacances d’été : 05 juillet Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiauxau début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Comment lire ces programmes ? 1. Des objectifs définis dans deux des trois dimensions… 3objectifs de contenus Pour ¼ de 25% du temps, soit 2 à 3 H, évaluation comprise… Hypothèse : 3H - 1H grandes puissances - 1H courants d’échanges et routes - 1H empires coloniaux ….??? J.LIMOUZIN - Février 2011 34

    35. Une programmation annuelle • Première partie : quatre sous thèmes pour 9 H • Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE (3H) Samedi 1er octobre. • Thème 2 - L’EUROPE DES LUMIÈRES (2H) +1H de grâce = Samedi 22 octobre. Toussaint. • Thème 4 - LES DIFFICULTÉS DE LA MONARCHIE SOUS LOUIS XVI (2H) + 2h évaluation = Samedi 19 novembre. • Deuxième partie : trois sous-thèmes pour 9 H • Thème 2.1 – Les temps forts de la révolution (3H) Samedi 17 décembre. Noel. • Thème 2.2 – Les fondation d’une France nouvelle (3H) • Thème 2.3 – L’Europe en 1815 (1H) + 2H évaluation = Vendredi 12 février. Vacances d’hiver. • Troisième partie : cinq sous thèmes pour 18 H • Thème 3.1 - L’AGE INDUSTRIEL (3H) Samedi 24mars. • Thème 3.2 - L’EVOLUTION POLITIQUE DE LA FRANCE (1815-1914) (3H) Samedi 7 avril. • Thème 3.3 – L’AFFIRMATION DES NATIONALISMES (3H) Samedi 15 mai. • Thème 3.4 – LES COLONIES (3H) Samedi 5 juin. • Thème 3.5 – L’EUROPE EN 1914 (2H) + 4H évaluation pour cette troisième partie J.LIMOUZIN - Février 2011 35

    36. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Comment mettre en œuvre la démarche de ces programmes ? Des objectifs définis dans deux des trois dimensions… 2. Des démarches sous forme « d’entrées dans la question » ou de supports support « cartes »… support « tableaux »… J.LIMOUZIN - Février 2011 36

    37. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes De l’ennui et de la vacuité (possibles) des cartes…. Problématique pédagogique : - comment s’intéresser à cela… - comment retenir cela… ….à 14 ou 15 ans ? J.LIMOUZIN - Février 2011

    38. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes De l’ennui et de la vacuité (possibles) des cartes…. … suffit-il de changer de carte…. ? J.LIMOUZIN - Février 2011

    39. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Contre l’ennui et de la vacuité des cartes…. La « Grande ambassade », mars1697, septembre 1698 Idée pédagogique: Pour concrétiserla carte de l’Europe au début du XVIII è siècle, utiliserle support de la personnalité et de l’action de Pierre le Grand, sa passion de la modernité européenne, ses voyages en Europe (1697-1698 et 1717) et son action politique extérieure (la Guerre du Nord). A partir d’un récit (donné aux élèves ou construit par eux), faire parcourir l’Europe avec Pierre le grand pour associer une image mentale à chaque puissance. J.LIMOUZIN - Février 2011

    40. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Saint Petersburg (fondation) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Contre l’ennui et de la vacuité des cartes…. La « Guerre du Nord », contre Charles XII de Suède, 1700-1721 La guerre russo-turque 1710-1711 Les guerres J.LIMOUZIN - Février 2011

    41. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Contre l’ennui et de la vacuité des cartes…. Le voyage en France, 1717 J.LIMOUZIN - Février 2011

    42. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes Contre l’ennui et de la vacuité des cartes…. …construire des images mentales pour donner sens aux tâches de couleur et faciliter la mémorisation : • de la localisation, • de la nomenclature. Quels tableaux et comment ? J.LIMOUZIN - Février 2011

    43. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire)  Livret du Salon de 1763 :     « Par M. Vernet, Académicien.    Ces deux Tableaux [avec le Port de Rochefort] appartiennent au Roi, & sont de la Suite des Ports de France, exécutée sous les ordres de M. le Marquis de Marigny. »    Extraordinaire du Mercure de France, sept 63, p. 41 :     « Nous n’avons point d’expressions, & il serait difficile d’en trouver pour rendre toute l’admiration qu’on a donnée aux Ouvrages exposés par M. Vernet, & pour en célébrer le rare mérite. Ils consistent, 1°. En deux grands Tableaux, l’un représentant le Port de Rochefort, & l’autre celui de la Rochelle. Dans l’un & dans l’autre se trouve réuni tout ce qu’a jamais produit & tout ce que pourra produire le prestige de la Peinture. L’ingratitude des Fabriques répétées & pour ainsi dire rimées, qui se trouvent dans ces Ports, est si ingénieusement sauvée par l’artificieux emploi des lumières, qu’elles deviennent des beautés auxquelles on ne peut se refuser, & d’où les regards ont peine à s’arracher. Chaque objet particulier est d’une si exacte vérité, que ce n’est point l’imitation, mais la nature même qui nous y attache : & l’ensemble de ces objets est si artistement fondu, si bien lié par l’art du Peintre, que rien ne heurte la vue, & que tout satisfait également celle du Connaisseur comme celle du Vulgaire. Le spectateur distingue chaque partie de ces admirables compositions ; il marche dans les chemins qui y sont tracés ; il est prêt d’aller à bord avec les Matelots ; il parcourt les Ateliers, voit les différentes manœuvres, il converse avec les personnages dont les Figures, ingénieusement groupées, donnent de la vie & du mouvement à ces chefs-d’œuvre de l’Art. »         Mathon de La Cour, lettre II :     « La vue du Port de la Rochelle est prise de la petite rive. M. Vernet y a peint des Rochelloises, des Poitevines, des [44] Saintongeoises & des Ollonnoises ; cela jette dans l’habillement des figures, une variété fort agréable. La mer est haut, & l’heure du jour est au coucher du soleil. M. Vernet est asservi dans ces sortes d’ouvrages comme on l’est dans les Portraits, pour rendre fidèlement ses modèles. Cependant l’effet de cet esclavage ne se fait point sentir. Il choisit si adroitement ses points de vue, qu’on prendroit ses Tableaux pour des chefs-d'œuvre de l’imagination la plus heureuse. Son coloris est vrai & brillant, ses figures sont dessinées avec esprit, toutes ses attitudes sont expressives ; on retrouve partout la nature. Il paraît que cet Artiste en a fait une étude singulière. Il se plaît à en exprimer les beaux effets. Ses ciels sont admirables. Dans le Tableau du Port de Rochefort, une vapeur légère annonce que le soleil n’est pas bien avancé dans sa carrière. On croit sentir la fraîcheur du [45] matin. Dans la vue de la Rochelle, l’Auteur a exprimé d’une manière plus piquante encore, & qui lui est plus particulière, le moment où le soleil en se couchant dore le Ciel de ses rayons. La magie de la perspective, l’action & le mouvement des figures, l’accord qui se trouve entre les différents groupes, l’unité & l’harmonie de l’ensemble, la précision des détails, toutes ces parties se trouvent réunies chez M. Vernet. » J.LIMOUZIN - Février 2011

    44. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes « Vue du Port de Rochefort ; prise du Magasin des Colonies. Le Bâtiment à droite, sur le devant du Tableau est la Corderie : ceux du fond à l’autre extrémité du Port sont les Magasins. On y voit un Vaisseau qu’on chauffe pour le caréner, un Vaisseau sur le chantier, & un autre dans un bassin pour y être radoubé. Le premier plan du Tableau étant près du Magasin des Colonies, on y a peint des approvisionnements destinés pour ces Colonies. On débarque & l’on transporte du chanvre pour la Corderie, d’où sortent des cordages pour être embarqués. C’est le moment du départ d’une Escadre. La marée est haute, & l’heure est le matin. »  Notice de Claude Joseph VERNET J.LIMOUZIN - Février 2011

    45. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Les activités portuaires Magasins et entrepôts Chantiers: Carénage Construction navale Radoub Exportations (approvisionnements) Importations de matière première (le chanvre) Manufacture: la Corderie royale Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes « Vue du Port de Rochefort ; prise du Magasin des Colonies. Le Bâtiment à droite, sur le devant du Tableau est la Corderie : ceux du fond à l’autre extrémité du Port sont les Magasins. On y voit un Vaisseau qu’on chauffe pour le caréner, un Vaisseau sur le chantier, & un autre dans un bassin pour y être radoubé. Le premier plan du Tableau étant près du Magasin des Colonies, on y a peint des approvisionnements destinés pour ces Colonies. On débarque & l’on transporte du chanvre pour la Corderie, d’où sortent des cordages pour être embarqués. C’est le moment du départ d’une Escadre. La marée est haute, & l’heure est le matin. »  Notice de Claude Joseph VERNET J.LIMOUZIN - Février 2011

    46. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Les activités portuaires Magasins et entrepôts Chantiers: Carénage Construction navale Radoub Exportations (approvisionnements) Importations de matière première (le chanvre) Manufacture: la Corderie royale Thème 1 - L’EUROPE DANS LE MONDE AU DÉBUT DU XVIIIe SIÈCLE CONNAISSANCES Les grandes puissances européennes et leurs domaines coloniaux, les grands courants d’échanges mondiaux au début du XVIIIe siècle. DÉMARCHES L’étude s’appuie sur des cartes et des tableaux au choix représentant une ville ou un port. CAPACITÉS Connaître et utiliser les repères suivants - Les grandes puissances politiques en Europe sur une carte de l’Europe au début du XVIIIe siècle - Leurs empires coloniaux sur une carte du monde au début du XVIIIe siècle - Quelques grandes routes maritimes « Vue du Port de Rochefort ; prise du Magasin des Colonies. Le Bâtiment à droite, sur le devant du Tableau est la Corderie : ceux du fond à l’autre extrémité du Port sont les Magasins. On y voit un Vaisseau qu’on chauffe pour le caréner, un Vaisseau sur le chantier, & un autre dans un bassin pour y être radoubé. Le premier plan du Tableau étant près du Magasin des Colonies, on y a peint des approvisionnements destinés pour ces Colonies. On débarque & l’on transporte du chanvre pour la Corderie, d’où sortent des cordages pour être embarqués. C’est le moment du départ d’une Escadre. La marée est haute, & l’heure est le matin. »  Notice de Claude Joseph VERNET J.LIMOUZIN - Février 2011

    47. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Les activités portuaires Magasins et entrepôts Chantiers: Carénage Construction navale Radoub Exportations (approvisionnements) Importations de matière première (le chanvre) Manufacture: la Corderie royale La reconstruction de la frégate Hermione (fin du XVIII è siècle), à Rochefort « Vue du Port de Rochefort ; prise du Magasin des Colonies. Le Bâtiment à droite, sur le devant du Tableau est la Corderie : ceux du fond à l’autre extrémité du Port sont les Magasins. On y voit un Vaisseau qu’on chauffe pour le caréner, un Vaisseau sur le chantier, & un autre dans un bassin pour y être radoubé. Le premier plan du Tableau étant près du Magasin des Colonies, on y a peint des approvisionnements destinés pour ces Colonies. On débarque & l’on transporte du chanvre pour la Corderie, d’où sortent des cordages pour être embarqués. C’est le moment du départ d’une Escadre. La marée est haute, & l’heure est le matin. »  Notice de Claude Joseph VERNET J.LIMOUZIN - Février 2011

    48. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Les activités portuaires Magasins et entrepôts Chantiers: Carénage Construction navale Radoub Exportations (approvisionnements) Importations de matière première (le chanvre) Manufacture: la Corderieroyale Le gréement du Batavia, navire hollandais (reconstitué) de la Compagnie des Indes, (XVII e siècle) « Vue du Port de Rochefort ; prise du Magasin des Colonies. Le Bâtiment à droite, sur le devant du Tableau est la Corderie : ceux du fond à l’autre extrémité du Port sont les Magasins. On y voit un Vaisseau qu’on chauffe pour le caréner, un Vaisseau sur le chantier, & un autre dans un bassin pour y être radoubé. Le premier plan du Tableau étant près du Magasin des Colonies, on y a peint des approvisionnements destinés pour ces Colonies. On débarque & l’on transporte du chanvre pour la Corderie, d’où sortent des cordages pour être embarqués. C’est le moment du départ d’une Escadre. La marée est haute, & l’heure est le matin. »  Notice de Claude Joseph VERNET J.LIMOUZIN - Février 2011

    49. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) Les activités portuaires Magasins et entrepôts Chantiers: Carénage Construction navale Radoub Exportations (approvisionnements) Importations de matière première (le chanvre) Manufacture: la Corderieroyale Le gréement du Victory (reconstitué), navire de l’amiral anglais Nelson, (fin XVIII e siècle) « Vue du Port de Rochefort ; prise du Magasin des Colonies. Le Bâtiment à droite, sur le devant du Tableau est la Corderie : ceux du fond à l’autre extrémité du Port sont les Magasins. On y voit un Vaisseau qu’on chauffe pour le caréner, un Vaisseau sur le chantier, & un autre dans un bassin pour y être radoubé. Le premier plan du Tableau étant près du Magasin des Colonies, on y a peint des approvisionnements destinés pour ces Colonies. On débarque & l’on transporte du chanvre pour la Corderie, d’où sortent des cordages pour être embarqués. C’est le moment du départ d’une Escadre. La marée est haute, & l’heure est le matin. »  Notice de Claude Joseph VERNET J.LIMOUZIN - Février 2011

    50. I - L’EUROPE ET LE MONDE AU XVIIIe SIÈCLE (environ 25% du temps consacré à l’histoire) L’œuvre d’art témoin de l’histoire : ambigüités et précautions Entre utilisation documentaire par le professeur… …et dimension artistique donnée par l’artiste (Le port de Sète, 1757). « La vue du Port de Cette en Languedoc. Cette vûe est prise du côté de la Mer, derrière la Jettée isolée ; comme ce Port est au fond du Golfe de Lyon, & que la mer y est souvent agitée, surtout par le Vent du Sud, on y a représenté un temps orageux, avec des Bâtimens qui font une manœuvre extraordinaire, mais convenable pour l’entrée de ce Port, & au vent par lequel ils entrent. Sur le devant un Brigantin Maltois surpris par le vent dans ces Parages, & n’ayant pû gagner ce Port ni doubler la pointe de la Jettée isolée, prend le parti d’aller échouer sur le sable, & fait une manœuvre en conséquence. L’heure est vers les dix heures du matin. » J.LIMOUZIN - Février 2011