analg sie dans la prise en charge des douleurs abdominales l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
PowerPoint Presentation
Download Presentation

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 15

- PowerPoint PPT Presentation


  • 260 Views
  • Uploaded on

Analgésie dans la prise en charge des douleurs abdominales. Douleur abdominale aiguë (DAA). - Motif de recours fréquent et complexe aux services d’urgences. (Fréquence estimée entre 4 et 8% des passages d’adultes aux urgences)

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about '' - liam


Download Now An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
douleur abdominale aigu daa

Douleur abdominale aiguë (DAA)

- Motif de recours fréquent et complexe aux services d’urgences.

(Fréquence estimée entre 4 et 8% des passages d’adultes aux urgences)

Sa complexité est représentée par une proportion importante de diagnostic final de douleur abdominale non spécifique dans le DDA chez l’adulte (34 à 50%).

DAA très intense pourra finalement être une simple gastro entérite, alors qu’une présentation abdominale peu parlante sera à terme une catastrophe chirurgicale.

l urgentiste va donc s appuyer sur

L’urgentiste va donc s’appuyer sur :

Un examen clinique structuré autour des signes de gravité , interrogatoire, examen physique rigoureux et une approche topographique du symptôme douloureux.

Des examens complémentaires.

Mais ces examens

doivent-ils être réalisés

sur un patient algique ou analgesié ?

physiopathologie de la douleur

Physiopathologie de la douleur

Définition :

Expérience sensorielle et émotionnelle désagréable liée à une lésion tissulaire existante ou potentielle.

Douleur viscérale différente de la douleur d’autres tissus (peau, os)

° localisation plus vague

° intrication complexe entre le système sensitif et autonome.

slide6

Système autonome :

Complexe…

Constitué de :

* Fibres afférentes provenant des structures viscérales (fibres non myélinisées) conduit par :

° N pneumogastrique

° N splanchnique

° N d’origine pelvienne

* Pas de centre spécifique et exclusif au niveau du SNC

slide7

Premier niveau d’intégration central se situe sur la moelle épinière Réflexes médullaires

  • (sudation, variations de la PA)
  • Les autres niveaux d’intégration : TC, hypothalamus et cortex.
      • ° Le versant efférent : Les stimuli douloureux peuvent être véhiculés par le syst sympathique ou para sympathique.
      • ° La mise en action de ces 2 syst entraîne des modifs a-spécifiques de la douleur : pleurs, N cardiaque et resp, iléus, vaso-constriction.
corr lation clinique

Corrélation clinique

La connaissance de cette physiopathologie permet de comprendre un certain nombre de signes cliniques.

Ex : ° défense Mac Burney, Murphy

° S de Mondor

L’irritation péritonéale met en action le syst nociceptif et autonome; l’activation de ce dernier entraîne un iléus réflexe lui-même douloureux cercle vicieux douloureux.

importance de l analyse s miologique

Importance de l’analyse sémiologique

de 10% en moyenne la performance décisionnelle. Cette analyse consiste :

° Interrogatoire

° Etude du contexte (diabète, vasculaire, AVK, multi-opéré…)

° Type de la douleur, évolution dans le temps, intensité, irradiations.

° Retentissement hémodynamique, neuro, resp, métabolique.

° TR

° Réitérer l’examen.

L’analyse sémio doit aussi prendre en compte les facteurs psychologiques.

est il licite d assurer une analg sie aux urgences pour une daa

Est-il licite d’assurer une analgésie aux urgences pour une DAA ?

Obscurcie-t-elle le diagnostic ?

Mythe ou réalité ?

La composante douleur est d’actualité

depuis des années !

Sa PEC rentre dans les critères d’évaluation des services d’urgences.

les donn es

Les données :

Cope, dans le célèbre ouvrage

« Early diagnosis of the acute abdomen » ed 1926,

affirme que l’analgésie masque les symptômes,

retarde le diagnostic et participe à l’augmentation

de la mortalité et de la morbidité.

La dernière version ed 1996,

mentionne qu’il faut prendre en compte la douleur

(ne pas le faire est une pratique cruelle !)

cependant, l’analgésie doit être administrée

après l’examen par un chirurgien.

pratique courante

Pratique courante

L’examen est rarement réalisé

en première intention par un chirurgien,

La prescription antalgique de même.

Une enquête réalisée en 1999

auprès de 182 chirurgiens générale à Iowa montre :

* 7% des patients reçoivent une prescription antalgique avant d’être examinés par le même chirurgien.

* 67% pensent que l’analgésie interfère avec la réalisation du diagnostic

* Cette attitude rejaillit sur les urgentistes :

22% des patients avaient reçu un traitement antalgique.

slide13

4 études viennent répondre à ces interrogations.

Elles ont des points en commun :

Randomisées en double aveugle, groupe placébo et opiacé, évaluation de l’intensité de la douleur avant et après administration des produits, comparaison de l’exactitude du diagnostic et du traitement entre les 2 groupes.

conclusion des 4 tudes

Conclusion des 4 études

Supériorité groupe opioïde face groupe placébo sur l’intensité DAA

Absence d’erreur diagnostic chez les patients sous opioïde versus groupe placébo

Abscence d’évolution péjorative dans le groupe opioïde

Une analyse medline de 1965 à 1999 (acute abdomen, drug treatment, opiates) ne montre aucune erreur diagnostic attribuée à l’administration antalgique.

Le traitement de la douleur permet même une amélioration de la performance diagnostic et une meilleur qualité des examens complémentaires.

comment assurer l analg sie aux urgences

Comment assurer l’analgésie aux urgences ?

Conférence de consensus SFMU 1993

Conférence de consensus SFMU 1999 spécifique à la CN

° Analgésie type balancé

° Recours direct aux chlorhydrates de morphine dans les douleurs d’emblée intenses

° Attention aux AINS si suspicion de pb infectieux.

° Paracétamol :*largement utilisé

* seul si douleur d’intensité faible

* intéressante en association

* Effet anti pyrétique, à intégrer

dans le raisonnement clinique.