Download
slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
INDICES DE BIODIVERSITE DOMINANCE SPECTRES DE TAILLES PROFILS SPECIFIQUES CONCLUSIONS PowerPoint Presentation
Download Presentation
INDICES DE BIODIVERSITE DOMINANCE SPECTRES DE TAILLES PROFILS SPECIFIQUES CONCLUSIONS

INDICES DE BIODIVERSITE DOMINANCE SPECTRES DE TAILLES PROFILS SPECIFIQUES CONCLUSIONS

90 Views Download Presentation
Download Presentation

INDICES DE BIODIVERSITE DOMINANCE SPECTRES DE TAILLES PROFILS SPECIFIQUES CONCLUSIONS

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. SYNTHESE SUR LES APPROCHES MULTISPECIFIQUES APPLIQUEES AUX COMMUNAUTES DEMERSALES DES PAYS DE LA CSRP INDICES DE BIODIVERSITE DOMINANCE SPECTRES DE TAILLES PROFILS SPECIFIQUES CONCLUSIONS D. THIAM et al

  2. Sénégal: Zone Nord

  3. Guinée: strate de 10 à 15 mètres

  4. Évolution des courbes K-dominance 92 87 94 95 86 Sénégal: Zone Nord

  5. Courbes abondance - biomasse au Sénégal 100 80 60 Distribution cumulée % Distribution cumulée % W = - 0,105 1986 40 20 0 1 10 100 Rang des espèces Rang des espèces 100 80 60 W = - 0,064 Distribution cumulée % Distribution cumulée % 40 1992 20 0 1 10 100 Rang des espèces Rang des espèces Sénégal : Courbe abondance biomasse

  6. Analyse par Spectres de Tailles • Baseé sur les campagnes effectuées au Cap-Vert, en Gambie, Guinée, Guinée-Bissau etSénégal. L’information relative aux nombres d’individus et aux poids a été compilée et standardizée pour chaque station. Un modèle de croissance isométrique validé a été appliqué pour l’estimation des distributions de taille par strate de profondeur, zone et strate temporelle. Une comparaison entre les pays n’a pas été effectuée dans le soucis d’éviter une confusion due à l’effet bateau.

  7. Analyse par Spectres de Tailles Les facteurs temps et profondeurs présentent des effets significatifs sur les spectres de tailles de la Guinée, de la Guinée-Bissau et de la Sénégambie mais non au Cap-Vert. Cela se traduit par une nette tendance décroissante de l’abondance globale sur la série temporelle de la Guinée (1985-1995) et la Sénégambie (1986-1992). Un léger accroissement est cependant noté pour les dernières années au niveau des séries temporelles les plus longues (Sénégal et Guinée). Un effet année n’a pu être significativement détecté sur les pentes de régression des spectres de tailles afin de confirmer l’effet de la pêche. Le fort effet de la profondeur était attendu du fait des différences d’assemblages et d’habitats suivant le gradiant de profondeur. L’effet zone ne présente de significativité que dans la zone Sénégambie.

  8. Analyse par Spectres de Tailles • D’autres analyses statistiques sont nécessaires dans le but de conclure si la méthode est appropriée pour l’étude des impacts de la pêche, particulièrement dans notre zone d’étude tropicale. Considérant que les résultats semblent révéler un impact du à l’environnement, une corrélation avec les paramétres environnementaux (température, etc...) devrait permettre une meilleure clarification des figures observées.

  9. CAMPAGNES SENEGAL : SPECTRE DE TAILLE

  10. Senegal: zone Nord (0-40m)

  11. Sénégal et Gambie =zone centre (0-40m)

  12. CAMPAGNES GUINEE : SPECTRE DE TAILLE

  13. Diagramme de Bianchi et al (2000)

  14. CAP-VERT La structure des assemblages de poissons démersaux au Cap-Vert a été étudiée en utilisant un MDS basé sur les donnée de 185 stations de chalutage conduites en 1981, 85, 88 et 94. Les données ont été standardizées du fait des différences entre les navires et les engins. Les résultats indiquent d’importants changements durant la période d’étude, mais ne révèlent pas de tendance consistante avec l’effet année. Certaines variations seraient à relier aux effets combinés bateau et méthodologie d’échantillonnage. Pour 1988 et 1994 qui ont vu l’utilisation du meme navire et méthode d’échantillonnage, une dominance croissante des espèces non commerciale est observée au détriment d’espèces d’intêret commecial.

  15. Profil Spécifique pour le Sénégal Brachydeuterus

  16. Sénégal-Zone Nord: ACP sur les dominances PTEROSCION PELI 6 4 PS SENEGALENSIS 2 BRACHYDEUTERUS CYN FEROX GALEOIDES DECADACTYLUS 0 DENTEX SPP RAJA SPP DREPANE AFRICANA SELENE DORSALIS ILISHA AFRICANA -2 ARIUS SPP TRACHURUS SPP PAGELLUS SPP -12 -8 -4 0 Facteur 2 - 20.01 % 15.0 91 94 7.5 87 89 0 92 86 93 -7.5 88 95 90 Facteur 1 - 48.11 % -20 -10 0 10 20

  17. Profil Spécifique pour la Guinée ilisha chloroscombrus

  18. Guinée-10 à 15 m: ACP sur les dominances CHLOROSCOMBRUS ILISHA AFRICANA 0.0004 PTEROSCION PELI 0 PAGRUS SPP EPHIPPION GUTTIFER SEICHES POLYDACTYLUS QUADRIFILIS PENTANEMUS QUINQUARIUS BRACHYDEUTERUS -0.0004 DASYATIS SPP PS TYPUS GALEOIDES DECADACTYLUS PS ELONGATUS POMADASYS JUBELINI PS BRACHYGNATHUS EUCINOSTOMUS MELANOPTERUS ARIUS SPP 0 0.0005 0.0010 0.0015 0.0020 Facteur 2 - 14.63 % 95 0.0045 0.0030 87 0.0015 85 0 89 86 90 88 92 -0.0015 91 -0.0075 -0.0050 -0.0025 0 0.0025 Facteur 1 - 42.07 %

  19. AFC Mauritanie : Evolution temporelle globale 1998 1986 1999 1988 Figure 1 Mauritanie AFC globale Plan 1-2 (28 campagnes) Figure 2 Plan 1-2 (les 50 taxons + fréquents)

  20. Structuration Spatiale : MAURITANIE AFC 3camp. Plan 1-2 Individus-strates Sur sélection 3 campagnes Bien espacées dans le temps 1990-1995-1999 3 4 2 5 1 1: 0 à 15m 2: ]15m, 30m] 3: ]30m, 50m] 4: ]50m, 80m] 5: ]80m, et plus]

  21. POINTS SAILLANTS • - Homogénéité des résultats dans le sens d’une forte structuration spatiale à l’echelle de la zone d’étude • Au niveau temporel les évolutions sont plus difficiles à mettre en évidences sur les profils néanmoins il semble ressortir assez clairement que l’impact de la pêche se traduit par une plus grande instabilité des profils avec le temps et peut-etre une tendance à la divergence des structures des faunes de pays voisins

  22. COMPARAISON récent M99 M95 Mauritanie M90 ancien M84 ancien S86 S90 Sénégal S95 récent STATIS Projection des coefficients RV dans le plan 1-2 du compromis

  23. Merçi de votre attention