slide1 n.
Download
Skip this Video
Download Presentation
Oncogériatrie Marie-Hélène Rodde-Dunet, MD Gilles Albrand, MD Wonca le 19 Octobre 2007 Marc Frarier Séminaire K et p

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 15

Oncogériatrie Marie-Hélène Rodde-Dunet, MD Gilles Albrand, MD Wonca le 19 Octobre 2007 Marc Frarier Séminaire K et p - PowerPoint PPT Presentation


  • 145 Views
  • Uploaded on

Oncogériatrie Marie-Hélène Rodde-Dunet, MD Gilles Albrand, MD Wonca le 19 Octobre 2007 Marc Frarier Séminaire K et personnes âgées Réseau Paris Nord le 11 avril 2008. CONTEXTE. Patients âgés de 75 ans et plus atteints de cancer : Incidence : 82 800 nouveaux cas en 2003

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Oncogériatrie Marie-Hélène Rodde-Dunet, MD Gilles Albrand, MD Wonca le 19 Octobre 2007 Marc Frarier Séminaire K et p' - karan


Download Now An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

Oncogériatrie

Marie-Hélène Rodde-Dunet, MD

Gilles Albrand, MD

Wonca le 19 Octobre 2007

Marc Frarier

Séminaire K et personnes âgées

Réseau Paris Nord le 11 avril 2008

contexte
CONTEXTE

Patients âgés de 75 ans et plus atteints de cancer :

  • Incidence : 82 800 nouveaux cas en 2003
  • Mortalité : 70 824 décès en 2003
contexte1
CONTEXTE

Après 75 ans c’est une population très hétérogène

  • On observe un retard à la prise en charge aussi bien au niveau du dépistage du diagnostic que du traitement d’où un pronostic plus sombre
  • Les personnes âgées sont sous représentées dans les essais thérapeutiques, pas d'essais spécifiques
  • Dissociation entre le désir du patient de bénéficier des meilleurs soins et sa prise en charge réelle

SEPTEMBRE 2005

7

priorit du plan cancer
Priorité du Plan Cancer

Mesure 38

«Mieux adapter les modes de prise en charge et les traitements aux spécificités des personnes âgées.

  • Identifier au sein de l’Institut National du Cancer une mission d’oncogériatrie chargée de la promotion et de la coordination de travaux en épidémiologie, prévention, adaptation des traitements et essais cliniques sur la population âgée.
  • La spécificité des problèmes posés par la prise en charge des personnes âgées fera l’objet de référentiels particuliers. »

Nécessité de développer une politique active de soins spécialisés

pour les patients âgés atteints de cancer

SEPTEMBRE 2005

8

questions en oncog riatrie
Questions en oncogériatrie
  • Quels sont les freins au dépistage ?
  • Quels sont les freins ou obstacles au diagnostic précoce ?
  • Quels sont les freins ou obstacles au traitement ?
questions en oncog riatrie1
Questions en oncogériatrie
  • Quels sont les freins au dépistage ? Essentiellement psychologiques et stratégiques ?
    • le dépistage organisé n’est plus justifié en raison de l’hétérogénéicité de la population âgée, ce qui peut conduire à un désengagement concomitant du dépistage individuel.
    • tendance à ne pas être interventionniste chez le sujet âgé (« on va le laisser tranquille »).
    • tendance à adopter une stratégie commune « chez les personnes âgées » en négligeant le dépistage des sujets conservant une bonne espérance de vie.
    • existe-t-il des difficultés pratiques de dépistage du cancer propres aux sujets âgés ? (mobilisation moins facile ?)
questions en oncog riatrie2
Questions en oncogériatrie
  • Quels sont les freins ou obstacles au diagnostic précoce ?
    • tendance à la banalisation de la symptomatologie chez le sujet âgé (altération de l’état général, troubles du transit…) rendant les signes d’appel moins spécifiques que chez les sujets jeunes.
    • manque de confiance dans les perspectives thérapeutiques dans cette catégorie d’âge entrainant un manque d’empressement diagnostique.
questions en oncog riatrie3
Questions en oncogériatrie
  • Quels sont les freins ou obstacles au traitement ?
    • Qu’est-il nécessaire de savoir du cancer du patient pour le traiter ?
    • Qu’est-il nécessaire de savoir sur le patient pour pouvoir traiter son cancer ?
    • Le patient va-t-il mourir de son cancer ou avec son cancer ?
    • Le traitement va-t-il apporter plus de bénéfices que de souffrances (rapport bénéfice/risque) ?
    • Actuellement, il n’est pas possible sur les données de la littérature de définir avec précision les modalités de réponse à ces questions chez les sujets âgés.
mission oncog riatrie
Mission oncogériatrie

Mise en place dès 2005 pour créer une synergie entre l’ensemble des acteurs pour améliorer et optimiser la prise en charge des personnes âgées atteintes de cancer, la mission oncogériatrie s’est appuyée sur :

  • Un board d’experts : avis scientifiques ou méthodologiques sur les stratégies d’oncogériatrie
  • 2 appels à projets lancés en 2005 et 2006 pour faire émerger des unités pilotes de coordination en oncogériatrie (UPCOG)

Principaux objectifs

  • Contribuer à la connaissance des pratiques en oncogériatrie
  • Proposer des outils et des démarches innovantes
  • Mutualiser et partager les informations entre les acteurs