slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine PowerPoint Presentation
Download Presentation
Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 46

Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine - PowerPoint PPT Presentation


  • 123 Views
  • Updated on

Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine. L’ANRU en 3 questions. PLAN. Amélioration de l'accès au système de santé. Réduction du chômage. Développement économique. Accompagnement social. Renforcement des services publics. Amélioration de l'habitat & Diversification.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    Presentation Transcript
    1. Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine

    2. L’ANRU en 3 questions PLAN

    3. Amélioration de l'accès au système de santé Réduction du chômage Développement économique Accompagnement social Renforcement des services publics Amélioration de l'habitat & Diversification Rétablissement de la tranquillité et de la sécurité publiques Restructuration et Aménagement des espaces publics et des équipements Amélioration du système d'éducation/formation La loi du 1er août 2003 1- missions et moyens de l’ANRU Article 1 • En vue de réduire les inégalités sociales et les écarts de développement entre les territoires, l'Etat, les collectivités territoriales et leurs établissements publics respectifs élaborent et mettent en œuvre, par décisions concertées ou par voie de conventions, des programmes d'action dans les zones urbaines sensibles. • Ces programmes d'action fixent, pour chaque zone et sur une période de cinq ans, des objectifs de résultats chiffrés relatifs à:

    4. La loi du 1er août 2003 1- missions et moyens de l’ANRU Article 10 • Il est créé un EPIC dénommé « Agence nationale pour la rénovation urbaine », qui a pour mission de contribuer, dans un objectif de mixité sociale et de développement durable, à la réalisation du PNRU dans les quartiers en accordant des concours financiers (…) L’ANRU, c’est le guichet uniqueauquel s’adressent les maires porteurs de projet de rénovation urbaine en ZUS

    5. I.1 Le B-a Ba Un dispositif innovant • Concertation et Partenariat: • Local (maires, maîtres d’ouvrages, Collectivités locales et territoriales…) • National (partenariat financier et partenariat dans la décision) • Une révolution : S’ENGAGER de manière PLURI-ANNUELLE • au centre du dispositif la conclusion d'une convention pluri-annuelle • Cette convention est un contrat dans lequel se retrouvent 3 conditions juridiques : • Un objet déterminé et certain • Une date certaine • Des contractants signataires (ANRU et Maître d’Ouvrage) • Elle mentionne toutes les opérations de l’ANRU  les 12 familles • Elle fixe une subvention de l’ANRU = assiette x taux en fonction de l’opération • La convention est assortie de sanctions en cas de non-respect des engagements • Une intervention massive et globale pour être un levier efficace

    6. Une concentration des moyens sur des quartiers prioritaires 1- missions et moyens de l’ANRU Les quartiers éligibles au Programme National pour la Rénovation Urbaine : 34 ZUS dans les DOM TOM 73 21 25 12 38 751 quartiers classés en ZUS 31 157 19 20 20 29 30 23 22 Parmi eux, ~200 quartiers prioritaires : les plus importants et les plus touchés 14 3 17 64 Par dérogation, certains quartiers présentant des caractéristiques similaires et non classés en ZUS (en particulier certains GPV et ORU): quartiers « articles 6 » 24 14 48 28 5

    7. I.2. Les moyensUn mode d’intervention en complément et non en substitution • Les partenaires financiers doivent se mobiliser même s’ils ne sont pas signataires de la convention « L’intervention de l’Agence, traduction de la solidarité nationale à l’égard des territoires urbains en difficulté, doit être justifiée par la mobilisation exceptionnelle des acteurs et financeurs locaux sur les projets de rénovation urbaine qui y sont menés. L’Agence apporte son concours financier aux projets qui font l’objet d’un soutien des collectivités locales, en particulier des Départements et Régions. » (Règlement Général ANRU) • NB : en cas de défaillance, l’ANRU ne se substituera pas à l’un des partenaires • Règlement général, circulaires, décret de majoration… une souplesse d’intervention de l’ANRU avec une capacité à majorer les taux du droit commun • Possibilité pour l’ANRU d’apporter des subventions majorées pour tenir compte des difficultés spécifiques d’équilibre d’une opération, pour des raisons techniques, sociales, architecturales… • Ces majorations ne servent pas à compenser la non participation de co-financeurs traditionnels ou remplacer les fonds propres des maîtres d’ouvrage

    8. I.2. Les moyensUne logique de projet global Maintenir une logique de projet global dans tous les cas 1er cas :cas général • Un projet contractualisé par une convention • 400 quartiers et 90% de l’enveloppe financière de l’ANRU 2ème cas • Sur les opérations déconcentrées (isolées) • 10% maximum des crédits de l’Agence distribués sur une base annuelle et gérés de manière déconcentrée

    9. I.3. Les incontournables d’un dossier ANRUEléments de recevabilité d’un Projet avec convention • 1- Présentation du contexte • un diagnostic partagé par les partenaires et la cohérence du projet avec tous les autres dispositifs (aménagement du territoire, PLH, PLU, PDU, SCOT, PCS, politique de la ville…), • 2- Projet d’ensemble • stratégie pour répondre aux dysfonctionnements urbains et révélés par la phase de diagnostic • 3- Présentation détaillée • Cartographie d’évolution du maillage et du foncier • Bilan de la reconstitution de l’offre locative sociale et de la diversification de l’habitat • Description des actions nécessaires à la réussite du projet (y compris hors domaine d’intervention ANRU) • Un planning détaillé, réaliste et cohérent • Présentation des éléments nécessaires à l’appréciation des projets, afin de mesurer le degré de complexité du PRU, et le niveau d’implication attendu de l’ANRU • 4- Opérateurs, maîtrise d’ouvrage et conduite du projet • 5- Présentation financière: • tableau financier + bilans d’opération • Il est nécessaire de justifier toutes les modulations dans l’instruction des aides de l’ANRU : majorations de taux de subvention, déplafonnement d’assiette, surcharge foncière, taux dérogatoire… • 6- Avis des représentants locaux (Etat, ARHLM, DR CDC)

    10. Qualité du relogement – parcours résidentiel positifs Développement durable Reconstitution de l’offre de logements sociaux- 1 pour 1 Diversification des formes urbaines Diversification de l’offre de logements Diversification des fonctions urbaines Cohérence avec le PLH, PLU, PDU… Amélioration de la GUP Concertation Développement économique Désenclavement – Intégration du quartier avec le reste de la ville Contreparties AFL Qualité du pilotage et de la coordination des MO Intégration des personnes en situation de fragilité ou d’exclusion Insertion par l’économique I.3. Les incontournables d’un dossier ANRUDes principes clés, pour des situations particulières à chaque site

    11. Qualité du relogement – parcours résidentiel positifs Développement durable Reconstitution de l’offre de logements sociaux- 1 pour 1 Diversification des formes urbaines Diversification de l’offre de logements Diversification des fonctions urbaines Cohérence avec le PLH, PLU, PDU… Amélioration de la GUP Concertation Développement économique Désenclavement – Intégration du quartier avec le reste de la ville Contreparties AFL Qualité du pilotage et de la coordination des MO Intégration des personnes en situation de fragilité ou d’exclusion Insertion par l’économique I.3. Les incontournables d’un dossier ANRUDes principes clés, pour des situations particulières à chaque site • Des zooms spécifiques sur quelques principes relatifs aux PRU • Zoom sur la complémentarité avec le Plan de Cohésion Sociale • Zoom sur le développement durable – énergie et environnement • Zoom sur la concertation et la gouvernance • Zoom sur le développement économique

    12. VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS? MODULEQUALITE I.3. Les incontournables d’un dossier ANRUZoom sur la concertation et la gouvernance Un principe de base : tout « projet » de rénovation urbaine est au service de la population Un impératif : la mise en place d’une stratégie de concertation La concertation permet : • D’enrichir le contenu du projet RU • De faciliter son appropriation et donc sa mise en œuvre • D’assurer une plus grande durabilité du projet en le faisant correspondre aux attente de la population. La concertation doit : • Accompagner les différentes étapes du projet (de la conception à l’évaluation) • Être particulièrement forte dans le processus de relogement (Cf. obligations règlementaires) La concertation : un critère important d’appréciation des projets (RGAtitre III) Le porteur de projet est le premier responsable mais l’ANRU conformément à son RGA doit veiller à la mise en place d’une stratégie de concertation. La concertation : une obligation contractuelle inscrite dans la convention pluriannuelle (Art. 3) L’ANRU propose : Un nouveau pôle de ressources sur les problématiques de la conduite de la concertation (audits, médiation, préconisations, assistance, échange, bonnes pratiques) Le pôle de ressources s’appuiera sur les délégués territoriaux de l’ANRU qui seront saisis pour avis en cas de difficulté de mise en œuvre de la concertation.

    13. I.3. Les incontournables d’un dossier ANRUZoom sur le développement durable – énergie et environnement Aspects énergétiques • Energie = confort et charges des locataires (« second loyer ») • Contexte général de réduction des émission de gaz à effet de serre • Réflexion globale sur les choix et les performances énergétiques des projets et des opérations (ex: certifications Qualitel et normes HPE et THPE pour LLS) • Une attention particulière pour les réseaux de chaleur, que les projets de RU impactent lourdement • diagnostic de l’état actuel du réseau (technique, économique, contractuel) • impact du PRU • stratégie à adopter, et objectifs en matière d’offre de chauffage pour les locataires Déplacements, transports en commun • Mobilité = vecteur de mixité, développement économique, insertion • Importance des analyses de mobilité domicile travail et de l’offre de transport Des quartiers souvent peu denses, à densifier Déchets et ressources L’ANRU peut apporter des aides (investissements, études) pour encourager les bonnes pratiques. Les choix restent la responsabilité du porteur de projet et des MO. Intégrer ces thèmes en amont. Impliquer l’ADEME !

    14. I.3. Les incontournables d’un dossier ANRUZoom sur le développement durable – accessibilité • La question de l’accessibilité dans les quartiers restructurés (logements, aménagements, transports…) est essentielle. • Loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, a renforcé la nécessaire prise en compte de l’accessibilité des personnes :  inscription plus claire dans le PLH par exemple. • Les projets de RU doivent intégrer dans toutes les phases (diagnostic, concertation, conception détaillée…) les questionnements de l’accessibilité, au-delà de simples normes qui ne sont pas toujours significatives. • Importance d’envisager des logements adaptés, notamment pour anticiper un vieillissement de la population Le sujet en général fait consensus. Les maîtres d’ouvrage ne savent pas toujours comment l’aborder en pratique pour aller au-delà des intentions.

    15. I.3. Les incontournables d’un dossier ANRUZoom sur le développement économique • Les ZUS sont caractérisées par • la présence de grands ensembles ou de quartiers d'habitat dégradé • un déséquilibre accentué entre l'habitat et l'emploi (loi du 4 février 1995 d'orientation pour l'aménagement et le développement du territoire) • L’emploi est le facteur majeur de la fracture territoriale qui a conduit à créer les ZUS et le Programme de Rénovation Urbaine. • Il n’y a pas de projet de rénovation urbaine sans projet de développement économique. • Deux volets du développement économique : • Faire du quartier un territoire attractif pour les entreprises : • La revitalisation des commerces • La création d’hôtels d’activité, pépinières d’entreprises • Faire que le volume d’activité généré par le projet profite au quartier : • Le plan d’application local de la charte d’insertion • L’implication des habitants dans le projet (concertation, GUP, …)

    16. VOUS VOULEZ EN SAVOIR PLUS? MODULECONDUITE DE PROJET La charte d’insertion mise sur une forte implication des maîtres d’ouvrage 3 principes ont régi l’élaboration de la charte nationale d’insertion : • Ambition : • par une obligation des collectivités aidées par l’ANRU de se doter d’objectifs clairs et quantifiables en matière d’insertion professionnelle des habitants des quartiers concernés • Souplesse : • par la grande marge de manœuvre laissée aux collectivités dans la réalisation de ces objectifs, en établissant un plan local d’application de la charte mobilisant tous les acteurs • Transparence : • par le souci d’informer les habitants du dispositif mis en place  et d’en effectuer un suivi précis (moyens mis en œuvre et public aidé) tout au long du projet Les conditions du succès du plan d’application local de la charte • Désigner d’un maître d’œuvre du dispositif, interlocuteur unique des maîtres d’ouvrage • S’appuyer sur les dispositifs existants en les territorialisant

    17. I.3. Les incontournables d’un dossier ANRUZoom sur la complémentarité avec la Politique de la Ville Un projet urbain au service d’un projet social • Les événements de novembre 2005 ont souligné à nouveau l'impérieuse nécessité de la complémentarité des interventions sur les aspects urbains et humains, qui ont des calendriers différents • Les actions programmées dans le cadre des conventions ANRU doivent s’articuler avec les autres dispositifs de développement et d’animation de politique de la ville • Impact sur les acteurs: les changements prévus • Préfets à l’Egalité des Chances • Agence Nationale pour la Cohésion Sociale • Chargés de mission à la DIV, en parallèle des CMT ANRU  Impact sur la nature du partenariat local et son animation Elargir et renforcer les partenariats

    18. Une action inscrite dans les politiques de la ville et du logement 1- missions et moyens de l’ANRU • La complémentarité des projets avec les dispositifs de la politique de la ville (notamment en fonctionnement : actions sociales, sécurité,…) • La volonté d’agir sur l’insertion par l’économique à travers les projets (charte d’insertion de l’ANRU) • Le développement économique dans les quartiers (notamment accompagnement des Zones Franches Urbaines) • La cohérence avec les PLH développés au plan local • L’adéquation avec l’objectif d’augmentation du parc de logement social au niveau national Politique de la ville Politique du logement Une coordination indispensable entre la rénovation urbaine, les autres aspects de la politique de la ville et les objectifs de la politique du logement

    19. Les moyens financiers de l’Agence : un budget global de plus de 9 Milliards d’Euros sur 8 ans 1- missions et moyens de l’ANRU • Crédits Ville (GPV / ORU) • Crédits Logement (ZUS) Etat 4 milliards € sur 8 ans (2004-2011) (loi) UESL À hauteur des crédits de l’Etat (convention) UESL : Union d’Economie Sociale du Logement ANRU USH : Union Sociale pour l’Habitat Caisse des Dépôts et Consignations (convention) USH / CGLLS : contribution sur cotisations CGLLS : Caisse de Garantie du Logement Locatif Social Un financement partenarial rassemblé au sein d’un « guichet unique »

    20. Les instances de l’Agence 1- missions et moyens de l’ANRU Le Conseil d’Administration Le Comité d’Engagement Le Comité d’Évaluation et de Suivi • 12 représentants de l’État • 5 représentants organismes intervenant dans la politique du logement social • 4 représentants des collectivités locales • 3 personnalités qualifiées Sous la présidence du DG de l’ANRU : • 4 représentants de l’État • 4 représentants des organismes partenaires financiers de l’Agence Auprès de Président du Conseil d’Administration • 14 personnalités diverses issues du monde associatif et caritatif, de la presse, de l’architecture, des partenaires sociaux et du monde économique • Approuve les conventions ou délègue cette compétence au Directeur Général • Examine tous les projets soumis à convention • Rend un avis sur les projets examinés • Apporte un regard complémentaire et concret sur la reconquête économique, urbaine et sociale des quartiers

    21. Des projets globaux contractualisés par convention 2- aides octroyées par l’ANRU Une logique de projet global • Un projet global sur 5 ans, issu de la concertation de l’ensemble des maîtres d’ouvrage et des financeurs, est préparé et porté par le maire de la Commune. Contractualisation par convention • Dans le cas général, une convention pluriannuelle • Signée par les maîtres d’ouvrage et l’Agence • Assortie de sanctions en cas de non respect des engagements • Sous un certain seuil, projet hors convention

    22. Un ensemble d’opérations combinées pour agir en profondeur sur les quartiers 2- aides octroyées par l’ANRU Réinsérer les quartiers dans la ville • Agir sur le désenclavement physique (forme urbaine, voiries, transports) • Réaliser la mixité sociale par la diversification de l’habitat • Réaliser la mixité urbaine par la diversification des fonctions (commerces, activités économiques, culturelles et de loisir) Une stratégie d’ensemble Sont susceptibles de bénéficier des financements de l’Agence des opérations sur le logement, l’aménagement, les équipements publics ou commerciaux ainsi que l’ingénierie et la concertation nécessaires au projet, ou toute autre opération concourant à la rénovation urbaine des quartiers

    23. Titre II- opérations subventionnées Règlement général Type d’opérations Définition des aides Majorations possibles * opérations non subventionnées dans les DOM

    24. Titre IV- octroi des aides de l’Agence Règlement général Communication des documents et informations et contrôle • communication de toute information nécessaire à l’instruction, le paiement et l’évaluation • l’Agence peut procéder ou faire procéder à tout contrôle sur pièce ou sur place Octroi et paiement de la subvention • mise en œuvre par le DT et l’Agent comptable de l’Agence • procédures décrites dans le règlement financier et comptable de l’Agence Non-respect des engagements • La réduction du taux de subvention ou du montant plafond des subventions ; • le remboursement partiel ou total des subventions prévues dans la décision d’octroi ou dans la convention pluriannuelle ; • la re-discussion de la convention et la signature éventuelle d’un avenant ; • la suspension, voire la résiliation de la convention pluriannuelle

    25. Le projet s’apprécie suivant une grille multi-critères 2- aides octroyées par l’ANRU • Cohérence interne du projet urbain durable • Cohérence avec la politique de la ville • Diversification de l’offre de logements dans les sites d’intervention • Reconstitution de l’offre de logements sociaux • Implication financière des partenaires locaux • Dimension sociale du projet • Caractère opérationnel du projet La capacité du projet urbain à garantir des transformations pérennes est la première condition à son approbation

    26. Des aides analysées au cas par cas 2- aides octroyées par l’ANRU Selon le type d’opération, il est possible de faire varier l’assiette, le taux pivot de subvention ou une modulation (hausse ou baisse), afin d’aider au mieux son financement: Richesse des collectivités Utilité de l’opération pour la rénovation urbaine du quartier Difficultés techniques Richesse des maîtres d’ouvrage Intérêt patrimonial des bâtiments Implication financière des autres financeurs Difficultés sociales

    27. Titre III- critères d’appréciation Règlement général Situation financière des collectivités locales Analyse sur les trois derniers exercices budgétaires • données fiscales (potentiel fiscal, effort fiscal) • données de l’équilibre budgétaire (recettes de fonctionnement rapportées à la population, épargne nette rapportée à la population) • capacité de financement de l’investissement (besoin d’emprunt rapporté aux dépenses d’équipement brut, endettement rapporté aux recettes réelles de fonctionnement, capacité de désendettement) • effort d’investissement sur le site Situation financière normale Situation financière fragile Graves difficultés financières

    28. Titre III- critères d’appréciation Règlement général Situation financière des bailleurs sociaux Analyse de ratios sur la structure financière sur les 3 dernières années les plus récentes • fonds de roulement net global en mois de dépenses et le potentiel financier ; • autofinancement net rapporté au chiffre d’affaires ; • annuités locatives rapportées aux loyers ; • dépenses de gros entretien et grosses réparations rapportées aux loyers ; • taux de vacance de plus de 3 mois ; • créances des locataires rapportées aux loyers et charges récupérées. Situation financière normale Situation financière fragile Graves difficultés financières Les ratios seront adaptés pour les autres maîtres d’ouvrage

    29. Le processus d’instruction des dossiers 2- aides octroyées par l’ANRU La responsabilisation des acteurs locaux Une structure nationale légère (35 collaborateurs) • Le Maire ou président d’agglomération, porteur du projet • Le Préfet • Le Délégué Territorial • (+ adjoint) • Suivi des projets • Coordination du programme • Pôle financier • Secrétariat général • Relations externes et communication

    30. Projet: Tableau Financier Projet: TOF 1 Opération: FAT (prévisionnelle) DAS Les différentes phases d’un projet / d’une opération 2- aides octroyées par l’ANRU Phase Réservation de Crédit d’Engagement Certification Ordonnance- ment Attribution de subvention Visa et paiement Clôture Elaboration Examen CONVENTION 1 2 3 4 5 6 7 8 Convention pluriannuelle Projet Opération FAT (clôture) FAT (décisionnelle) Fiche navette

    31. 163 projets ont été examinés par le Comité d’Engagement 1- missions et myens de l’ANRU Avancement du PNRU 3 DOM 1,8 millions d’habitants concernés par des opérations d’amélioration de leur environnement 21 2 7 3 5 7 45 2 Portant sur 288 quartiers. 124 quartiers identifiés dans la liste des 188 prioritaires, représentant près de 1.4 millions d’habitants 20 3 5 7 4 5 3 3 14 • 19 milliards d’euros de travaux prévus sur les prochaines années dans ces sites • dont 6 milliards d’euros apportés par l’ANRU 7 3 7 6 1

    32. Des interventions recouvrant tous les aspects de la rénovation urbaine 2- État d’avancement du Programme Avancement du PNRU Des actions de désenclavement et d’amélioration des espaces publics • Près de 1.7 Milliards d’euros, soit 10% du coût des projets • Plus de 200 opérations sur des écoles (reconstructions, restructuration…) • Plus de 240 équipements sportifset culturels rénovés ou créés • De nombreux équipements sociaux • Une participation de l’ANRU en fonction de la situation financière des collectivités locales, avec une moyenne de 34% • 2,6 Milliards d’euros, soit 14% du coût des projets • Une participation de l’ANRU en fonction de la situation financière des collectivités locales, avec une moyenne de 40% Des équipements publics construits ou rénovés Des équipements commerciaux et artisanaux construits ou rénovés • Près de 300 Millions d’euros d’investissement • Une intervention de l’ANRU sous forme de subvention d’équilibre qui permet de sécuriser des opérations risquées

    33. Des interventions recouvrant tous les aspects de la rénovation urbaine 2- État d’avancement du Programme Avancement du PNRU Près de 11 milliards d’euros consacrés au logement social • 73 000 démolitions de logements vétustes ou inadaptés au fonctionnement urbain ou à une bonne intégration du quartier dans la ville • 70 000 constructions de logements sociaux • 144 000 réhabilitations de logements (dontun nombre important remis sur le marché car précédemment vacants) • 148 000 résidentialisations de logements

    34. Conventions signées Avancement du PNRU Maubeuge, Hem Roubaix, Douchy les Mines, Pecquencourt, Arras, Boulogne, Le Portel, Lens, Avion Canteleu Saint-Benoît 3 Fort de France Val de Reuil Pointe à Pitre Saint Etienne du Rouvray Le Havre Antony, Arcueil, Argenteuil, Aulnay sous Bois, Cergy, Chanteloup, Clichy Montfermeil, Corbeil-Essonnes, Epinay sur Seine, Garges-Lès-Gonesse, Gonesse, Mantes, Meaux, Montereau, Montgeron & Vigneux, Orly, Pierrefite, Rueil, Sainte-Geneviève des Bois, Sevran, Trappes Nogent sur Oise Elbeuf Charleville Mézières, Epernay, Reims, Saint-Dizier, Sedan, Vitry le François, Amiens Rouen 9 Evreux 2 Hérouville Epinal, Fameck, Saint Dié, Metz, Woippy 7 6 5 1 21 1 Strasbourg - Neuhof 2 20 4 Agglo de Montbéliard, Besançon Brest 6 2 Lorient 3 Nantes Dijon, Auxerre, Le Creusot Montceau Bourges Angers Blois Cholet Moulins Yzeure 2 Châteauroux Montluçon Trélazé Tours Romans 2 9 Dreux Vernouillet Saint-Étienne Orléans Lyon- Duchère, Rilleux, Vénissieux, Vaulx-en-Velin, Rochefort Reconstitution Agglo. lyonnaise Bordeaux, Cenon, Bassens, Lormont, Bègles, Pau Angoulême Chambéry 6 5 Roanne 3 4 Toulouse Béziers Avignon, Nice, Marseille Flamands, Marseille – Plan d’Aou, La Seyne Tarbes Perpignan Montauban Nîmes Montpelier – Petit Bard

    35. Des interventions recouvrant tous les aspects de la rénovation urbaine 2- État d’avancement du Programme 3- Avancement du PNRU Répartition des investissements par type d’opération sur les projets passés en Comité d’Engagement

    36. Un financement global et partagé 3- Avancement du PNRU Répartition par types de financeurs sur les projets passés en Comité d’Engagement

    37. LE PROJET EUROPE / BREST Un exemple de diversification BREST METROPOLE OCEANE LE PROJET EUROPE Site de Pontanézen – Etat actuel

    38. LE PROJET EUROPE / BREST Un exemple de diversification BREST METROPOLE OCEANE LE PROJET EUROPE Site de Pontanézen – Etat futur

    39. LE PROJET EUROPE / BREST Un exemple de diversification BREST METROPOLE OCEANE LE PROJET EUROPE Site de Pontanézen – Etat futur

    40. RECONSTITUTION ET DIVERSIFICATION DE L’OFFRE DE LOGEMENTS DANS LA VILLE DE BREST Un exemple de diversification Yves Giloux Quartier Europe Secteur de Pontanézen Bd Pompidou Désiré Lucas Pen Hèlen Menguen Bonne Nouvelle Berger-Moreau Dupuy de Lôme Kérourien Jean Macé Fontaine Margot Docteur Roux Merle Blanc Cosmao Pretot Coteaux de Kervazé Galliéni Pouléder n°12 François Rivière 367 logements Kérastel Kervichen

    41. Un exemple de diversification BRESTRue Berger Moreau19 logements

    42. Diversification des opérateurs • Diversification des statuts d’occupation Un exemple de diversification

    43. Un exemple de projet urbain

    44. Un exemple de projet urbain

    45. Un exemple de projet urbain

    46. Un exemple de projet urbain