pers v rance ou d crochage que deviennent des l ves de maternelle 12 ans plus tard l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Persévérance ou décrochage : que deviennent des élèves de maternelle 12 ans plus tard? PowerPoint Presentation
Download Presentation
Persévérance ou décrochage : que deviennent des élèves de maternelle 12 ans plus tard?

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 40

Persévérance ou décrochage : que deviennent des élèves de maternelle 12 ans plus tard? - PowerPoint PPT Presentation


  • 113 Views
  • Uploaded on

Persévérance ou décrochage : que deviennent des élèves de maternelle 12 ans plus tard?. Pierre Potvin Ph.D., Danielle Leclerc Ph.D., Line Massé Ph.D. Département de psychoéducation Université du Québec à Trois-Rivières CRIRES – Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Persévérance ou décrochage : que deviennent des élèves de maternelle 12 ans plus tard?' - kalonice


Download Now An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
pers v rance ou d crochage que deviennent des l ves de maternelle 12 ans plus tard

Persévérance ou décrochage : que deviennent des élèves de maternelle 12 ans plus tard?

Pierre Potvin Ph.D., Danielle Leclerc Ph.D., Line Massé Ph.D.

Département de psychoéducation

Université du Québec à Trois-Rivières

CRIRES – Centre de recherche et d’intervention sur la réussite scolaire

GRIAPS – Groupe de recherche et d’intervention sur l’adaptation psychosociale et scolaire

slide2

Introduction

Quelques statistiques :en 2006-2007

(MELS, Indicateurs de l’éducation, 2008)

69,0 % : des jeunes ou moins de 20 ans chez les

adultes ont diplômé;

19,4 % : accès au secteur des adultes en formation

générale (après interruption des études ou en

continuité);

19,0 % : des personnes de 19 ans n’avaient pas obtenu

leur diplôme d’études secondaires et n’étaient

pas inscrites dans une école.

slide3

Décrochage scolaire

Décrochage réel : n’a pas diplômé et n’est pas inscrit dans un programme de formation.

Risque de décrocher : est encore à l’école (ex., 1re année du secondaire) et l’on mesure son risque de décrocher à partir de variables reconnues en lien avec le décrochage réel (implication parentale, attitudes de l’adolescent envers l’école, perception de l’adolescent de ses rendements scolaires, supervision parentale, aspirations scolaires de l’adolescent).

slide4

Prédire le risque de décrocher

Augmentent le risque de décrocher….

(Fortin, Royer, Potvin, Marcotte et Yergeau, 2004)

  • Sentiments dépressifs.
  • Manque d’organisation et de cohésion familiale.
  • Attitudes négatives des enseignants.
  • Manque d’engagement des élèves dans leurs activités scolaires.
  • Faible niveau de rendement en mathématiques et en français.

(Gélinas, Potvin, Marcotte, Fortin, Royer et Leclerc, 2000).

  • Faibles habiletés scolaires.
  • Faible utilisation de stratégies de résolution de problèmes.
  • Faibles rendements scolaires.
slide5

Prédire le risque de décrocher

Réduisent le risque de décrocher…

(Doré-Côté, 2007)

  • Relations enseignant-élève (bienveillance et style de communication).

(Potvin, Deslandes, Beaulieu, Marcotte, Fortin, Royer et Leclerc, 1999)

  • Soutien affectif, engagement et encadrement parentaux de même que bonne communication avec les enseignants.
slide6

Prédire le risque de décrocher

  • Les expériences scolaires négatives sont un fort prédicteur de la décision de décrocher au secondaire :
    • Mauvais rendement scolaires
    • Comportements dérangeants
    • Manque d’assistance ou d’aide
    • Attitudes négatives envers l’école
    • Échecs scolaires précoces
    • Redoublement

(Barrington et Hendricks, 1989)

slide7

Constatations

La plupart des études transversales ou longitudinales portent sur des échantillons d’élèves du secondaire et cherchent à identifier les variables associées ou qui permettent de prédire la diplomation ou le décrochage,

à la fin du secondaire.

Tout en reconnaissant de plus en plus les effets précoces de différentes variables sur le décrochage scolaire, peu de chercheurs examinent de manière systématique les facteurs du primaire susceptibles d’influencer la diplomation ou le décrochage,

à la fin du secondaire.

slide8

Facteurs du primaire influençant la fin du secondaire

  • L’adversité sociofamiliale.

La structure familiale, le niveau d’éducation des parents (mère), le niveau de pauvreté de la famille (en première année), les évènements de vie familiale stressants, le changement d’école durant la première année(Alexander et al., 1997; Garnier et al. 1997; Ensminger et Slusarcick, 1992;

Vitaro et al., 2001).

  • Les performances scolaires (Alexander et al., 1997; Ensminger et

Slusarcick, 1992; Vitaro et al., 2001).

    • Les performances scolaires en 1re année affectent les probabilités de diplomation au secondaire (Ensminger et Slusarcick, 1992)
    • Les garçons qui ont un bon rendement scolaire en 1re année ont deux fois plus de chance de graduer que ceux qui ont eu un faible rendement (Ensminger et Slusarcick, 1992)
    • Un faible rendement scolaire au primaire (1re et 6e années) et une faible motivation sont associés à une forte probabilité de décrochage scolaire (Garnier et al., 1997).
slide9

Facteurs du primaire influençant la fin du secondaire

  • Les comportements agressifs
    • Les élèves qui présentent de l’agressivité durant la 1re année sont plus à risque de décrocher 12 ans plus tard. (Ensminger et Slusarcick, 1992).
    • Un haut niveau d’agressivité, un bas degré de rendement scolaire et une identification par les enseignants comme étant un élève agressif augmente le risque de décrochage(Cairns, Cairns et Neckerman, 1989).
    • La présence de comportements perturbateurs (hyperactivité, agressivité, troubles oppositionnels) identifiée par les enseignants chez des élèves du primaire (6 – 10 ans) prédit le décrochage scolaire (Vitaro et al., 2001).
slide10

But

Combler le manque de connaissances concernant les variables du primaire associées ou qui permettent de prédire la persévérance ou le décrochage à la fin du secondaire.

slide11

Objectifs

Vérifier le lien entre les perceptions des éducatrices (types d’élèves, cheminement anticipé, attitudes) d’élèves de la maternelle et la persévérance ou le décrochage scolaire à la fin du secondaire.

Examiner la relation entre des perceptions répétées des éducatrices et des enseignantes d’élèves du premier cycle du primaire et la persévérance ou le décrochage scolaire à la fin du secondaire.

slide12

Méthode - Participants

Échantillon Potvin et Paradis (2000) : 990 élèves

Échantillon MELS (2004) : 976 élèves

Échantillon étudié

816 élèves maternelle à fin secondaire

102 Décrocheurs : 64,7 % G – 35,3 % F

203 En retard : 63,0 % G – 36,9 % F

511 Diplômés : 44,6 % G – 55,4 % F

13 %

25 %

62 %

slide13
Types des élèves :

Attachant, préoccupant, indifférent, rejeté

Potvin et Rousseau , 1991, adaptation des travaux de

Silberman et de Brophy et Good –années 70-80.

Instruments de mesure - Éducatrices

slide14

Types de l’élève

Attachant + - 60 % (G = 53 % F = 70 %) : il attire l’attention de l’enseignant. C’est le « bon élève ». Il performe bien au niveau intellectuel. Il se conforme généralement bien en classe. Il sert souvent de modèle.

Question : « Si vous pouvez garder un ou des élèves une année de plus, pour simple plaisir de le faire, lequel ou lesquels choisiriez-vous? »

Indifférent + - 10 % (G = F) : Cet élève est celui qui a peu d’interaction avec l’enseignant et qui évite même son contact. Il initie peu d’interaction et répond peu aux questions adressées au groupe de classe. C’est l’élève que l’enseignant a tendance à oublier.

Question : « Si un ou des parents se présentaient à vous sans être attendu(s), pour quel(s) élève(s) auriez-vous peu de chose à dire? »

slide15

Types de l’élève

Préoccupant + - 20 % (G = 22 % F = 15 %): : Cet élève est celui qui a des aptitudes intellectuelles limitées, des acquis scolaires déficients et qui compose difficilement avec les demandes de l’école. Il a besoin de soutien de l’enseignant pour progresser. Cet élève est dépendant de l’enseignant. Son attitude reste positive à l’égard de l’école et de l’enseignant.

Question : « Si vous pouviez vous consacrer entièrement à un ou des élèves qui vous préoccupe(nt) beaucoup, lequel ou lesquels choisiriez-vous? »

Rejeté + - 10 % (G = 15 % F = 5 %): : Cet élève est celui qui présente des problèmes de comportement et manifeste de l’hostilité envers l’enseignant. Il se comporte de façon inadéquate en classe, est insolent et insultant. Il ne respecte pas les règlements.

Question : « Si votre classe devait être réduite d’un ou de quelques élèves lequel ou lesquels accepteriez-vous de retirer à cause des problèmes qu’il(s) présente(nt)? »

slide16

Instruments de mesure - Éducatrices

Attitude de l’éducatrice envers l’élève :

Échelle sémantique différentielle : 18 adjectifs bipolaires (- 54 à + 54)

Potvin et Rousseau (1991)

slide17

Échelle sémantique différentielle (incomplète)

Comment décriviez-vous cet élève?

Agréable - - - - - - - Désagréable

Agité - - - - - - - Calme

Immature - - - - - - - Mature

Sérieux - - - - - - - Étourdi

Performant - - - - - - - Non Performant

Malheureux - - - - - - - Heureux

Tenace - - - - - - - Instable

slide18

Instruments de mesure - Éducatrices

Cheminement anticipé :

Sans difficulté ou avec difficultés

Potvin et Paradis (2000)

slide19

Anticipation du cheminement scolaire

Sans difficulté :

1- (Aucune difficulté) D’après moi cet enfant poursuivra sa scolarité sans embûche. Ce cheminement signifie que l’enfant poursuivra sa scolarité sans difficulté particulière, qu’il n’aura besoin d’aucune aide spécifique, vous n’avez aucun doute quant à son cheminement.

2- (Difficulté légère) Je crois qu’il pourra éprouver certaines difficultés, mais qu’il s’en sortira sans une intervention spéciale. Ce cheminement signifie que l’enfant est susceptible d’inquiéter son enseignant à l’occasion. Vous avez toutefois l’impression qu’avec une attention particulière, il poursuivra normalement sa scolarité. Il n’aura pas besoin d’aide en dehors de celle de son enseignant en classe.

(+ - 85 % des élèves de maternelle)

slide20

Anticipation du cheminement scolaire

Avec difficultés :

3- (Difficultés assez importantes) Je crois qu’il pourra éprouver des difficultés assez importantes et qu’il aura besoin d’une intervention spéciale, au-delà de ce que son enseignant pourra faire pour lui en classe. Ce cheminement signifie que l’enfant aura besoin d’une aide pédagogique ou autre, en dehors de la classe comme telle.

4- (Difficultés très importantes) Je prévois des difficultés très importantes pour cet enfant. Ce cheminement signifie que l’enfant sera possiblement référé en classe spéciale ou qu’il devra doubler son année.

(+ - 15 % des élèves de maternelle)

slide21

Instruments de mesure - Éducatrices

Types des élèves :

Attachant, préoccupant, indifférent, rejeté

Potvin et Rousseau , 1991, adaptation des travaux de

Silberman et de Brophy et Good –années 70-80.

Attitude de l’éducatrice envers l’élève :

Échelle sémantique différentielle : 18 adjectifs bipolaires (- 54 à + 54)

Potvin et Rousseau (1991)

Cheminement anticipé :

Sans difficulté ou avec difficultés

Potvin et Paradis (2000)

objectif 1 r sultats

OBJECTIF 1 : résultats

Vérifier le lien entre les perceptions des éducatrices (types d’élèves, cheminement anticipé, attitudes) d’élèves de la maternelle et la persévérance ou le décrochage scolaire à la fin du secondaire.

slide23

TYPES D’ÉLÈVES 12 ans plus tard

443 (54,3 %)

Attachants

76,5 % DIPLÔMÉS16,0 % EN RETARD

7,4 % DÉCROCHEURS

23,4 %

65,9 % DIPLÔMÉS24,6 % EN RETARD

9,5 % DÉCROCHEURS

126 (15,4 %)

Indifférents

34,1 %

slide24

TYPES D’ÉLÈVES 12 ans plus tard

158 (19,4 %)

Préoccupants

34,2 % DIPLÔMÉS43,7 % EN RETARD

22,2 % DÉCROCHEURS

65,9 %

39,3 % DIPLÔMÉS36,0 % EN RETARD

24,7 % DÉCROCHEURS

89 (10,9 %)

Rejetés

60,7 %

slide25

TYPES D’ÉLÈVES 12 ans plus tard

569(69,7 %)

Attachants

Indifférents

74,2 % DIPLÔMÉS17,9 % EN RETARD

7,9 % DÉCROCHEURS

25,8 %

36,0 % DIPLÔMÉS40,9 % EN RETARD

23,1 % DÉCROCHEURS

247 (30,3 %)

Préoccupants

Rejetés

64,0 %

slide26

Cheminement anticipé

à la maternelle12 ans plus tard

640 (78,4 %)

SANS difficulté

73,5 % DIPLÔMÉS18,4 % EN RETARD

8,3 % DÉCROCHEURS

26,7 %

23,3 % DIPLÔMÉS48,9 % EN RETARD

27,8 % DÉCROCHEURS

176 (21,6 %)

AVEC difficultés

76,7 %

slide28

MATERNELLE

TYPES

D’ÉLÈVES

CHEMINEMENT ANTICIPÉ

ATTITUDES

ENVERS ÉLÈVES

12 ANS PLUS TARD

569

Attachants

Indifférents

80,1 % DIPLÔMÉS13,9 % EN RETARD

5,9 % DÉCROCHEURS

542

Sans

difficulté

438

Attitudes

moyennes

supérieures

19,8 % en retard ou décrocheurs

12 ans plus tard

23,1 % DIPLÔMÉS47,1 % EN RETARD

29,8 %DÉCROCHEURS

247

Préoccupants

Rejetés

149

Avec

difficultés

121

Attitudes

inférieures

à la moyenne

76,9 % en retard ou décrocheurs

12 ans plus tard

slide29

MATERNELLE

12 ANS PLUS TARD

TYPES D’ÉLÈVES

DIPLÔMÉSEN RETARD /

DÉCROCHEURS

CHEMINEMENT

ANTICIPÉ

***

***

ATTITUDES

ÉDUCATRICES

Pseudo R2 corrigé = 0,27

73,9 %classés correctement

84,3 % diplômés

56,4 % en retard ou décrocheurs

objectif 2 r sultats

OBJECTIF 2 : résultats

Examiner la relation entre les perceptions répétées des éducatrices et des enseignantes d’élèves du premier cycle du primaire et la persévérance ou le décrochage scolaire à la fin du secondaire.

slide31

TYPES D’ÉLÈVES –

A LA MATERNELLE, PREMIÈRE ET DEUXIÈME ANNÉES

slide32

TYPES D’ÉLÈVES –

À LA MATERNELLE, PREMIÈRE ET DEUXIÈME ANNÉES

slide33

CHEMINEMENT ANTICIPÉ –

À LA MATERNELLE, PREMIÈRE ET DEUXIÈME ANNÉES

slide34

ATTITUDES DE L’ENSEIGNANTE ENVERS L’ÉLÈVE –

A LA MATERNELLE, PREMIÈRE ET DEUXIÈME ANNÉES

Diplômés > en retard, décrocheurs

Temps X Statut : p < 0,05

slide35

Conclusion

  • La présente étude fait clairement ressortir le lien entre la connaissance expérientielle des éducatrices de maternelle ainsi que celle des enseignantes du 1er cycle du primaire avec la diplomation ou le décrochage, à la fin du secondaire.
  • Les éducatrices semblent être de bonnes sources d’information pour le dépistage des élèves à risque.
  • Toutefois, il se peut aussi qu’il y ait également un effet Pygmalion et que les croyances des enseignants influencent le devenir des élèves.
slide36

Conclusion

  • Concernant l’intervention préventive, les résultats de l’étude suggèrent deux orientations possibles :

1re orientation

Développer un outil de dépistage des élèves à risque dont l’utilisation serait très peu coûteuse.

  • Attitudes de l’enseignante ou de l’enseignant.
slide37

Conclusion

2e orientation

Utiliser les résultats de deux instruments :

    • attitude de l’enseignante envers ses élèves,
    • quatre types d’élèves.
  • Comme deux outils d’information pour l’enseignante sur sa représentation de l’élève et ses attitudes.
  • Comme outil d’aide à l’amélioration de la relation maître-élève.
slide38

Conclusion

Le décrochage scolaire est la dernière étape d’un long processus de désengagement scolaire ou de retrait de l’école qui débute tôt dans la scolarisation de l’élève.

Dans ce processus, au niveau des 3 variables identifiées, les garçons sont globalement plus en difficulté que les filles :

  • Cheminement avec difficulté G > F
  • Types préoccupant et rejeté G > F
  • Attitudes moins positives des éducatrices et des enseignantes G > F
slide39

Conclusion

Enfin, pour avoir des actions préventives efficaces, il est important…

  • que le personnel scolaire puisse identifier très tôt (préscolaire, début du primaire) les élèves à risque,
  • qu’une attention particulière leur soit apportée tout au long de leur scolarisation au primaire.