slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Apport de l’IRM dans l’encéphalopathie de Gayet-Wernicke PowerPoint Presentation
Download Presentation
Apport de l’IRM dans l’encéphalopathie de Gayet-Wernicke

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 25

Apport de l’IRM dans l’encéphalopathie de Gayet-Wernicke - PowerPoint PPT Presentation


  • 452 Views
  • Uploaded on

Apport de l’IRM dans l’encéphalopathie de Gayet-Wernicke. STR 2011 . ©. D Houssein, N Saddoud, S Essghaier, A Baccar, CH Chammakhi-Jemli, MH Daghfous. Service d’imagerie médicale, hôpital Habib- Thameur , 1008, montfleury,Tunis , Tunisie. Introduction.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Apport de l’IRM dans l’encéphalopathie de Gayet-Wernicke' - jamar


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
slide1

Apport de l’IRM dans l’encéphalopathie de Gayet-Wernicke

STR 2011

©

D Houssein, N Saddoud, S Essghaier, A Baccar, CH Chammakhi-Jemli, MH Daghfous

Service d’imagerie médicale, hôpital Habib-Thameur, 1008, montfleury,Tunis, Tunisie

slide2

Introduction

  • L’encéphalopathie de Gayet-Wernicke (EGW) est un trouble neurologique sévère secondaire à une carence aigue en thiamine (Vitamine B1).
  • Nous rapportons chez une patiente une cause rare de l’EGW
slide3

Matériels et méthodes

  • Une fille âgée de 18 ans est victime d’un traumatisme abdominal suite à un accident de la voie publique.
  • Elle présente 3 semaines plus tard des vomissements, puis développe 6 semaines après le traumatisme une confusion, des troubles oculo-moteurs à type de nystagmus, et des convulsions.
  • Elle est explorée par 2 examens TDM abdominales (J1 et J20), une IRM abdominale (J20) et une IRM cérébrale (J43)
slide4

Résultats

A

B

Coupes axiales scannographiques (A) et IRM en pondération T2 (B), montrant un volumineux kyste intra-peritonéal rétro-gastrique comprimant l’estomac.

slide5

Résultats

IRM

A

B

C

Coupes axiales T2 montrant un hypersignal périaqueducal (A) et de la partie postéro-médiale des thalamie (B et C)

slide6

Résultats

IRM

A

B

Coupes axiales Flair montrant un hypersignal périaqueducal (A), de part et d’autre du V3 (A,B) et de la partie postéro-médiale des thalamie

C

slide7

Discussion

Épidémiologie

  • Touche le plus souvent les hommes que les femme
  • Survient entre 30 ans et 70 ans
  • Plus fréquente chez les éthyliques

(Lenz et al., 2001)

slide8

Discussion

Clinique: Triade

Troubles psychiques:

- Syndrome confusionnel

- Apathie

- Bradypsychie

- Hypersomnie

- Coma

Troubles oculomoteur:

- Nystagmus horizontal ou multiple

- paralysie oculo-motrice par atteinte du III et du VI

Troubles de l’équilibre:

- Syndrome vestibulaire central

- Syndrome cérébelleux

Triade complète que dans 30% des cas

(Lenz al., 2001)

slide9

Discussion

Physiopatologie

  • EGW est secondaire à une carence aigue et massive en thiamine (Vit B1) par diminution de son apport, diminution de son absorption ou de sa mauvaise utilisation.
  • La thiamine est indispensable au neurones sérotoniergiques comme en témoigne la régression rapide de la confusion.
  • La vit B1 est un cofacteur de la transcétolase. Sa diminution, entraine une réduction de l’activité de cette enzyme.
  • incapacité de maintien du gradient osmotique
  • œdème extracellulaire et intracellulaire.
slide10

Discussion

Etiologie

  • Alcoolisme
  • Alimentation parentérale
  • Anorexie mentale
  • Malnutrition
  • Jeûne prolongé ( grève de la faim)
  • Vomissements chroniques (grossesse, chimio etc…)
slide11

Discussion

Siège des lésions anatomiques

  • Région périventriculaires autour du 3ème et 4ème ventricule
  • Autour de l’aqueduc de sylvius
  • Au niveau des tubercules mammaires
  • Au niveau des versants postéro-médians des noyaux thalamiques
slide12

Discussion

Histologie

Macroscopie: hémorragies ptéchiales

Microscopie:

phase initiale: œdème, nécrose, démyélinisation, perte neuronale,

dilatations artério-capillaires prédominant au niveau

des corps mamillaires

phase ultérieure: présence de macrophage chargés de lipides ou

d’hémosiderine en périvasculaire

phase séquellaire: atrophie et gliose témoignant de la perte neuronale

atrophie des corps mamillaire et vermienne souvent

slide13

Discussion

Imagerie

  • Rôle: confirmer le diagnostic quand la triade
  • est incomplète: selon les séries autopsiques,
  • (Harper et al.,1986), le diagnostique clinique
  • n’est évoqué que dans 20% des cas.
  • TDM: sensibilité très faible (13%)
  • IRM: examen de choix
  • sensibilité = 53% (Antunes et al.,1998)
  • spécificité: 93%
slide14

Discussion

IRM

  • Localisations typiques:
    • hypersignaux T2, Flair et Diffusion symétriques
    • des thalami postéro-médiaux
    • de part et d’autre du V3
    • de la substance grise périaqueducale
    • des corps mamillaires
  • Localisations atypiques:
  • tête du noyaux caudé
  • noyaux lenticulaire
  • noyaux rouge et noyaux du nerf facial
  • noyau du IV
  • noyaux vestibulaire
  • cortex central et précentral

Prise de contraste ou pas de ces lésions après injection de Gadolinium

slide15

Discussion

IRM

A

B

Coupes axiales Flair: hypersignal intense périaqueducal(A), de part et d’autre du 3ème ventricule, des corps mamillaires(B) et des noyaux médiaux des thalami (C)

C

Gabaudan C et al. Rev Neurol 2008

slide16

Discussion

IRM

A

B

Coupes axiale et coronale T1 après injection de Gadolinium: prise de contraste des tubercules mammaires

Lenz et al.J Neuroradiol 2002

slide17

Discussion

IRM de diffusion

  • Hypersignal élevé au niveau des mêmes sites en hyperT2 et
  • Flair
  • Sensibilité supérieure que les séquences T2 et Flair (Chung et al., 2003; Halavaara et al., 2003)
  • ADC VARIABLE peut être:
  • - élevé en rapport avec un œdème
  • vasogénique ( extracellulaire)
  • - bas en rapport avec un œdème
  • cytotoxique (intracellulaire)
  • Un ADC élevé serait corrélé à un meilleur pronostic (Yo-Tsen et al., 2006)
slide18

Discussion

IRM de diffusion

A

B

C

Coupes axiales diffusion: hypersignal périaqueducal et des noyaux postéro-médiaux des thalami.

ADC élevé

Gabaudan C et al. Rev Neurol 2008

slide19

Discussion

Traitement

  • Doit être impérativement instauré en urgence pour éviter
  • les complications
  • Thiamine par voie parentérale à la dose de 500 mg/24h en
  • 3 prise pendant 7 jours (Sechi et serra., 2007).
  • Relai per os à une dose de 250mg/ 24h jusqu’à la guérison
  • 100 à 150mg/j de thiamine en prévention dans les vomissements
  • Itératifs (chirurgie bariatrique, vomissements gravidiques, ou tout
  • autre mécanisme analogue comme dans notre cas)
  • (Jiang et al., 2006)
slide20

Discussion

Evolution

Après un traitement rapide et bien conduit, l’IRM de contrôle montre une disparition des lésions alors qu’il existe presque toujours des séquelles cliniques.

Il n’existe donc aucune corrélation entre la disparition des lésions sur l’imagerie et l’évolution clinique

( White et al.,2005)

slide21

Discussion

Complications

  • Syndrome de Korsakoff (80% des cas):
  • serait due à la réduction de la perfusion des lobes frontaux causé
  • par un diaschisis thalamo-cortical secondaire à l’atteinte des thalami.
  • Amnésie souvent antérograde mais pouvant être également rétrograde
  • Désorientation temporo-spatiale
  • Confabulations
  • Anosognosie
  • polynévrite
  • Polynévrite isolé
slide22

Discussion

DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL

  • Maladie démyélinisante infectieuse ou inflammatoire
  • Maladie de Behçet
  • Myélinolyse centro ou extrapontine
  • Infractus bitalamique
  • Variante de la maladie de Creutzfeldt-Jacob
  • Syndrome de Miller-Fisher
  • Lymphome cérébral
slide23

Conclusion

  • L’EGW est une complication neurologique grave nécessitant un traitement médical en urgence.
  • Cette complication doit systématiquement être recherchée devant tout vomissement s’associant à des troubles neurologiques par la réalisation d’une IRM cérébrale.
slide24

Bibliographie (1,2)

1- Antunez E, Estruch R, Cardinal C, Nicolas JM, Fernandez-Sola J, UrbanoMarquez A.

Usefulness of CT and MR imaging in the diagnosis of acute Wermicke’s encephalopathy.

Am J Roentgenol 1998; 171:1131-7

2- Chung TI, Kim JS, Park JS, Yang DW.

Diffusion weighted MR imaging of acute Wernicke’s encephalopathy.

Eur J Radiol 2003;45:256-8.

3- Doherty MJ, Waston NF, Uchino K, Hallan DK, Cramer SC. Diffusion abnormalities in patients with Wernicke encephalopathy.

Neurology 2002;58:655-7

4- Gabaudan C, La-Folie T, Sagui T, Soulier B, Dion A.-M, Richez P, Brosset C.

Encephalopathie de Gayet-Wernicke après gastrectomie partiellepour obesité morbide.

Rev Neurol 2008 ; 164 (5) 463-467

5- Halavaara J, Brander A, Lytinen J, Setala K, Kallela M. Wernicke’s encephalopathy is diffusion –weighted MRI useful ?

Neuroradiology 2003;45:519-23.

slide25

Bibliographie (2,2)

6- Harper CG, Giles M, Finlay-Jones R. Clinical signs in the Wernicke-Korsakoff complex: a Retrospective analysis of 131 cases diagnosed at necropsy. Jneurol neurosurg psychiatry 1986;49:341-5.

7-Jiang W, Gagliardi JP, Raj YP, et al. Acute pschotic disorder after beriatric bypass

Surgery. Am J Psychiatry 2006;163:15-9.

8- Lenz V, Vargas MI, Bin JF, Bogorin A, Grebici-Guessoum M, Jacques C MARIN H, Zöllner G, Dietemann J.-L, . Aspect IRM de l’encephalopathie de Gayet-Wernicke

J Neuroradiology 2002;29:153-3

9- Sechi GP, Serra A. Wernicke ‘s encephalopathy: new clinical settings and recent advances in diagnosis and management.

Lancet Neurol 2007;6:442-55.

10- White LM, Zhang Y, Andrew LG, Hadley WL, MR imaging with diffusion weighted imagingin acute and chronic Wernicke encephalopathy.

Am J Neuroradiol 2005;26:2306-10.

11- Yo-Tsen L, Jong-Ling F, Jiing-Feng L, Anna Fen YL, Donald Ming TH, Shuu-Jiun W.

Correlation of magnetic resonance images with neuropathology in acute Wernicke’s

Encephalopathy.

Clin Neurosurg 2006;108:682-7