slide1 l.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Fonctionnement d ’un cluster sous AIX grâce à HACMP : High Availability Cluster Multi-Processing PowerPoint Presentation
Download Presentation
Fonctionnement d ’un cluster sous AIX grâce à HACMP : High Availability Cluster Multi-Processing

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 22

Fonctionnement d ’un cluster sous AIX grâce à HACMP : High Availability Cluster Multi-Processing - PowerPoint PPT Presentation


  • 244 Views
  • Uploaded on

Fonctionnement d ’un cluster sous AIX grâce à HACMP : High Availability Cluster Multi-Processing . Raphaël Bosc, IR5. Qu’est ce qu’un cluster ? Pourquoi mettre en place un cluster ? disponibilité évolutivité : verticale, horizontale. Qu’est ce qu’un groupe de ressources ?

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

Fonctionnement d ’un cluster sous AIX grâce à HACMP : High Availability Cluster Multi-Processing


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    Presentation Transcript
    1. Fonctionnement d ’un cluster sous AIX grâce à HACMP : High Availability Cluster Multi-Processing Raphaël Bosc, IR5

    2. Qu’est ce qu’un cluster ? • Pourquoi mettre en place un cluster ? • disponibilité • évolutivité : • verticale, • horizontale.

    3. Qu’est ce qu’un groupe de ressources ? • c ’est un ensemble : • de volumes logiques, • d ’adresses réseaux, • d ’applications serveurs.

    4. Deux types de réseaux : • public : pour interconnecter les clients avec le cluster. • privé : pour permettre au cluster d ’envoyer et de recevoir des « keep-alive ».

    5. Un exemple de cluster

    6. Couche applicative : applications dont la disponibilité est critique Couche HACMP : fournit les services de haute disponibilité à la couche applicative Couche AIX : système d ’exploitation Couche LVM : s’occupe des disques durs au niveau logique Couche réseau : s’occupe des communications au niveau logique • Présentation en couche de l ’architecture d ’un noeud :

    7. Le principal élément de HACMP : le cluster manager. • Il se découpe comme suit :

    8. Dans quel cas bascule t’on d ’un nœud à un autre ? • crash d’un ou plusieurs éléments physiques du nœud. • maintenance.

    9. Quelques définitions pour comprendre les relations entre les nœuds : • priorité, • takeover, fallover, • reintegration, • fallback.

    10. 1) Cascading sans fallback (nouveauté 4.4):

    11. 2) Cascading avec fallback :

    12. 3) Rotating : • Sensiblement similaire au cascading avec fallback. • 4) Concurrent (jusqu’à 8 nœuds): • Pas de prise de contrôle du groupe de ressources. • L ’accès concurrent au groupe de ressources implique un mécanisme de verrous de fichiers sur la base.

    13. Mêmes fonctionnements (cascading, rotating, concurrent), mais du point de vue des cartes réseaux :

    14. 1) Cascading : avant takeover

    15. 2) Cascading : après takeover

    16. 3) Rotating : • Il n ’y a pas conservation des deux applications. • Le rotating tend à disparaître. • 4) Concurrent : • A priori fonctionne de la même façon que le cascading.

    17. Reconfiguration dynamique d ’un cluster lors de l'ajout d ’un nouveau nœud : • 3 étapes : • connexion physique du nœud au cluster (services inactifs), • ajout du nœud dans la topologie du cluster, • synchronisation de la topologie du cluster.

    18. Comment ça marche : • Chaque nœud comporte un ODM. • Il comporte aussi un emplacement provisoire et un emplacement actif.

    19. Au démarrage du nœud :

    20. Reconfiguration : • Modifier la configuration du cluster (ODM) stockée dans le répertoire par défaut (DCD) en utilisant un outil de configuration. • Mise à jour de l ’ODM en le plaçant dans l ’ACD (la ou se trouve la configuration active). • En fait : l ’ODM transit du DCD au SCD puis au ACD.

    21. Bilan • Un cluster assure une continuité de service en utilisant toutes les ressources de calculs disponibles.