la charit sur loire formation novembre 2008 n.
Download
Skip this Video
Download Presentation
La Charité Sur Loire Formation novembre 2008

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 12

La Charité Sur Loire Formation novembre 2008 - PowerPoint PPT Presentation


  • 83 Views
  • Uploaded on

La Charité Sur Loire Formation novembre 2008. Image de la victime dans le discours de l’agresseur à travers un outil thérapeutique de groupe : «  Les lettres réparatrices  » Jean-Pierre VOUCHE Directeur clinique de la L.F.S.M, psychologue clinicien à l’A.F.T.V.S

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'La Charité Sur Loire Formation novembre 2008' - ince


Download Now An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
la charit sur loire formation novembre 2008
La Charité Sur Loire Formation novembre 2008
  • Image de la victime dans le discours de l’agresseur

à travers un outil thérapeutique de groupe :

« Les lettres réparatrices »

Jean-Pierre VOUCHEDirecteur clinique de la L.F.S.M, psychologue clinicien à l’A.F.T.V.S

Antenne de psychologie et de psychiatrie légales de La Garenne Colombes (92),

la charit sur loire formation novembre 20081
La Charité Sur Loire Formation novembre 2008

Nous appelons l’évaluation sous suivi psychothérapeutique des abuseurs, par la technique de la rédaction de lettres par les agresseurs sur enfants – adolescents hétérosexuels (groupe de 20).

Présentation du groupe et de la manière dont on travaille avec eux :

CONSIGNES DES TROIS LETTRES :

Ce travail fait partie du processus thérapeutique. « Les lettres réparatrices » :

- 1ère lettre : adressée à la victime, chaque élément du groupe thérapeutique doit écrire une lettre (fictive) à sa victime.

la charit sur loire formation novembre 20082
La Charité Sur Loire Formation novembre 2008
  • 2ème lettre: la réponse envisagée de la victime.
  • On demande à l’abuseur d’imaginer et de rédiger la réponse probable de la victime. Cette lettre peut également contenir le récit de ce que la victime a pu dire lors d’une confrontation réelle, soit au sein de la famille, soit devant des instances judiciaires ou policières. Elle doit refléter toutes les craintes en réponse à la 1ère lettre. L’abuseur doit se mettre à la place de la victime en répondant à sa propre lettre, sacré exercice ! Cette seconde lettre doit refléter ce que l’abuseur craint d’entendre.
  • Il y a un effet de décentration, de déségocentration où nous allons vérifier s’il est en mesure d’imaginer et de parler de la place de sa victime. L’abuseur connaît parfaitement le mode de fonctionnement de la victime et sait à l’avance ce qu’elle répondra.
la charit sur loire formation novembre 20083
La Charité Sur Loire Formation novembre 2008
  • - 3ème lettre: lettre qu’il aimerait avoir de la victime.

Au travers de ces lettres de victimes, nous allons analyser ses avancées, ses blocages autour d’axes thérapeutiques.

la charit sur loire formation novembre 20084
La Charité Sur Loire Formation novembre 2008

Suis-je coupable de ne pas avoir perçu la sensibilité de ma victime ?

« Pas seulement sa sensibilité, son existence même »

« Je suis coupable de ne pas avoir pu me contrôler »

« Je suis coupable d’avoir bénéficié de mon ascendant sur la victime »

« J’ai pris sa peur pour un consentement alors qu’il y avait de la détresse dans ses yeux (…) J’ai abusé de sa confiance en moi »

« Non car j’ai été sincère dans l’amour que je lui portais »

« Je suis coupable (…) mais c’était plus fort que moi » « Cela se faisait avec son accord non-dit (…) je manquais de la maturité et du recul nécessaire pour véritablement apprécier ma conduite et mon double-jeu »

« Je me sens coupable oui et non car moi-même j’ai été victime à plusieurs reprises par mon frère et Monsieur X »

la charit sur loire formation novembre 20085
La Charité Sur Loire Formation novembre 2008
  • A travers mon discours, mes écrits, quelle image j’ai de ma victime aujourd’hui, en cours de thérapie ?
  • « J’ai des regrets mais je pense qu’elle n’est pas malheureuse mais elle doit y penser encore car elle est suivie par un médecin. »
  • « J’ose espérer son pardon associé à une vie tout à fait normalisée (la notion de pardon est évoquée par d’autres personnes) Je rêve de savoir et d’être sûr qu’aucune conséquence de mes actes n’aient induit une gêne dans ses relations avec les garçons de son âge. » (le devenir sentimental a aussi été évoqué par un autre)
  • « Je pense que ma victime va bien et qu’elle a retrouvé la joie de vivre et qu’elle a oublié mon acte »
  • « Ma victime avait 6 ans à l’époque (…) aujourd’hui, je ne sais pas si elle peut me juger »
  • « Pour moi, elle a été le catalyseur de la somme de mes conflits »
la charit sur loire formation novembre 20086
La Charité Sur Loire Formation novembre 2008
  • Le décalage entre « une enfant qui a grandi jusqu’à 12 ans avec mes caresses (..) une vie commune joyeuse » et « une jeune fille de 14 ans pleine de haine »
  • « Il n’y a pas une victime mais 2 »
  • « J’ai l’image d’une jeune femme qui malgré les épreuves a su faire sa vie. Courageuse, elle a su passer outre des sentiments légitimes de rejet pour me pardonner et me permettre de revoir mes petits enfants »
  • « J’ai trahi la confiance qu’elle avait en moi. (…) J’ai honte de mon acte, je comprends la souffrance qu’elle a enduré et qu’elle doir endurer, mais aussi la souffrance que j’ai affligé à sa famille. »
  • « Je n’y pense pas seulement au cours de cette thérapie mais aussi dès les faits et pendant tout le temps qui s’est écoulé depuis ceux-ci. (…) J’ai plusieurs images : de ce qu’elle était au moment des faits, de ce qu’elle est et de ce qu’elle aurait pu être »
la charit sur loire formation novembre 20087
La Charité Sur Loire Formation novembre 2008

Suis-je coupable de ne pas avoir perçu la sensibilité de ma victime ?

« Pas seulement sa sensibilité, son existence même »

« Je suis coupable de ne pas avoir pu me contrôler »

« Je suis coupable d’avoir bénéficié de mon ascendant sur la victime »

« J’ai pris sa peur pour un consentement alors qu’il y avait de la détresse dans

ses yeux (…) J’ai abusé de sa confiance en moi »

« Non car j’ai été sincère dans l’amour que je lui portais »

« Je suis coupable (…) mais c’était plus fort que moi »

« Cela se faisait avec son accord non-dit (…) je manquais de la maturité et du recul nécessaire pour véritablement apprécier ma conduite et mon double-jeu »

« Je me sens coupable oui et non car moi-même j’ai été victime à plusieurs reprises par mon frère et Monsieur X »

la charit sur loire formation novembre 20088
La Charité Sur Loire Formation novembre 2008
  • Citez vos points de Culpabilité

«   On ne peut avoir un sentiment de culpabilité que si on est coupable. Voilà ce que des gens m’ont dit. Moi je pense qu’on peut se sentir coupable pour des choses dont on est pas responsable, ou même dont on n’a seulement connaissance (…) Je me sens coupable de ce que j’ai fais, de ma faiblesse. Se sentir coupable n’est pas une pensée complaisante et apaisante vis-à-vis de moi. Ce n’est pas un façon de me disculper, c’est plutôt une persécution pour moi. Cela me permet de ne pas oublier la victime. Cela ne me rend pas fier de moi. Cela m’empêche de vivre. Pourquoi je n’ai pas pu empêcher cela ? je réfléchis sur mes faiblesses. »

« J’ai un comportement égoïste »

« Mon point de culpabilité c’est d’avoir abusé d’elle sachant qu’elle ignorait que c’était mal »

« Je regrette de ne pas m’être fait soigné avant »

la charit sur loire formation novembre 20089
La Charité Sur Loire Formation novembre 2008

« J’ai abusé de sa jeunesse, de sa candeur »

« J’ai peur de la récidive » (exprimé également par une autre personne)

« Je me sens coupable d’un acte inévitable sans possibilité d’un retour en arrière (…) Coupable de n’avoir pas vu qu’il fallait s’arrêter et avouer »

« Avoir travesti ma fierté et mon honneur personnel (…) m’être conduit lâchement en espérant que les choses s’arrangent après la révélation .

la charit sur loire formation novembre 200810
La Charité Sur Loire Formation novembre 2008

A travers mon discours, mes écrits, quelle image j’ai de ma victime aujourd’hui, en cours de thérapie ?

« J’ai des regrets mais je pense qu’elle n’est pas malheureuse mais elle doit y penser encore car elle est suivie par un médecin. »

« J’ose espérer son pardon associé à une vie tout à fait normalisée (la notion de pardon est évoquée par d’autres personnes) Je rêve de savoir et d’être sûr qu’aucune conséquence de mes actes n’aient induit une gêne dans ses relations avec les garçons de son âge. » (le devenir sentimental a aussi été évoqué par un autre)

« Je pense que ma victime va bien et qu’elle a retrouvé la joie de vivre et qu’elle a oublié mon acte »

« Ma victime avait 6 ans à l’époque (…) aujourd’hui, je ne sais pas si elle peut me juger »

« Pour moi, elle a été le catalyseur de la somme de mes conflits »

« Je ne voie pas ma victime. Elle m’a dit qu’elle me tuerait lors du procès. Pour moi, la victime veut de l’argent »

Le décalage entre « une enfant qui a grandi jusqu’à 12 ans avec mes caresses (..) une vie commune joyeuse » et « une jeune fille de 14 ans pleine de haine ». « Il n’y a pas une victime mais 2 »

la charit sur loire formation novembre 200811
La Charité Sur Loire Formation novembre 2008

Suite : A travers mon discours, mes écrits, quelle image j’ai de ma victime aujourd’hui, en cours de thérapie ?

« J’ai l’image d’une jeune femme qui malgré les épreuves a su faire sa vie. Courageuse, elle a su passer outre des sentiments légitimes de rejet pour me pardonner et me permettre de revoir mes petits enfants »

« J’ai trahi la confiance qu’elle avait en moi. (…) J’ai honte de mon acte, je comprends la souffrance qu’elle a enduré et qu’elle doit endurer, mais aussi la souffrance que j’ai affligé à sa famille. »

« Je n’y pense pas seulement au cours de cette thérapie mais aussi dès les faits et pendant tout le temps qui s’est écoulé depuis ceux-ci. (…) J’ai plusieurs images : de ce qu’elle était au moment des faits, de ce qu’elle est et de ce qu’elle aurait pu être »