Éléments d’analyse du commerce international Afin de comprendre les intérêts et les limites - PowerPoint PPT Presentation

gina
slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Éléments d’analyse du commerce international Afin de comprendre les intérêts et les limites PowerPoint Presentation
Download Presentation
Éléments d’analyse du commerce international Afin de comprendre les intérêts et les limites

play fullscreen
1 / 46
Download Presentation
Éléments d’analyse du commerce international Afin de comprendre les intérêts et les limites
201 Views
Download Presentation

Éléments d’analyse du commerce international Afin de comprendre les intérêts et les limites

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Éléments d’analyse du commerce international Afin de comprendre les intérêts et les limites de l’intégration commerciale en Europe

  2. La pensée préclassique Au cours des 16ème et 17ème siècles, 2 doctrines se sont formées : le courant physiocrate et le courant mercantiliste. En France, ce dernier est associé au colbertisme. L’idée, c’est que la richesse de la nation est celle du prince, et que le commerce international est un jeu à somme nulle : ce qui est gagné par les uns est perdu par les autres. En conséquence, il convient de stimuler les exportations, freiner les importations, développer les manufactures royales (celle des Gobelins par exemple). Le commerce international y est perçu comme un jeu à somme nulle : les gains pour un pays correspondent forcément à des pertes pour un autre.

  3. Les théories traditionnelles : • Les théories traditionnelles sont celles ayant montré que le commerce international était un jeu à somme positive sous quelques conditions. • Elles ont la particularité de vouloir expliquer le commerce entre nations sur la base de différences de productivité, de quantité de travail et/ou capital sur un territoire national, et plus récemment des différences technologiques.

  4. Le théorie des avantages absolus Adam Smith : Il est préférable d’acheter ailleurs ce qui peut être produit à un coût inférieur, et donc acheté à un prix plus faible. Un pays doit se spécialiser dans la production des biens pour lesquels il est internationalement le plus efficace, c'est-à-dire ceux qu’il produit au coût le plus faible. Comme Smith raisonne avec la théorie de la valeur travail, il exprime les coûts de production en heures de travail. La valeur d’échange des biens est déterminée par le rapport des quantités de travail nécessaires à la production des biens. Par exemple, s’il faut 150 heures pour produire une automobile A et 225 pour une automobile B, alors le modèle B se vendra 1.5 fois plus cher que le modèle B, soit 50 % de plus.

  5. Ricardo prolonge et conteste la théorie de Smith pour avancer que même sans avantage absolu, un pays peut avoir intérêt à échanger dès lors qu’il est différent. Contrairement à la position admise préalablement à ces travaux, le commerce international est un jeu à somme positive Les pays sont de taille identique, les facteurs de production sont internationalement immobiles mais parfaitement mobiles à l’intérieur du pays, les techniques de production (et donc les productivités) sont différentes d’un pays à l’autre. Les rendements d’échelle sont constants.

  6. Le coût relatif d’un bien est le rapport entre le coût absolu de ce bien et le coût absolu d’un autre bien. Il exprime un coût d’opportunité, c'est-à-dire ce à quoi l’on renonce lorsque l’on produit une unité d’un bien, en terme d’autres biens. En produisant une unité de vin, le Portugal pourra obtenir en échange 120/100=1.2 unités de drap anglais, contre 90/80=0.88 s’il le produisait lui-même. Le Portugal produira donc du vin et l’Angleterre du drap. En effet, contre une unité de vin, le Portugal pourra se procurer une quantité de drap anglais plus grande, jusqu’à 1.125, que s’il la produisait lui-même, 0.83 unités. Ce sont donc les différences de productivité relative qui justifient le commerce international. Éléments tirés de Fabien Corchete

  7. D. Ricardo n’a pas évoqué la répartition des gains à l’échange, ce que fera JS Mill. Afin de savoir qui profitera le plus de la spécialisation internationale, il introduit le rôle de la demande. Le pays qui gagnera le plus sera celui qui se spécialise dans les marchandises les plus fortement demandées car ce sont celles dont le prix sera le plus proche de celui pratiqué en autarcie par le pays qui avait l’avantage comparatif le plus faible. En d’autres termes, le grand gagnant sera celui qui vendra ses marchandises le plus cher possible, sachant qu’il ne pourra imposer un prix supérieur à celui pratiqué en autarcie par le pays importateur.

  8. Les dotations factorielles du modèle HOS : En 1919, Eli Heckscher développe un modèle complété en 1933 par un de ses élèves, Bertil Ohlin. En 1941, P.A. Samuelson Stolper le prolongeront en le mathématisant, sous le nom de théorème de Stolper-Smauelson. Ces contributions donneront naissance au modèle HOS. «Dans une situation de libre échange, chaque pays se spécialise dans la production du bien intensive dans le facteur dont il est relativement mieux pourvu, et se déspécialise dans le bien intensif en facteur dont il est relativement peu pourvu. » • Théorème HO 1934

  9. Contrairement à Ricardo, les pays peuvent être dotés des mêmes techniques de production, c’est à dire avoir les mêmes niveaux de productivité, mais ils sont alors caractérisés par desdotations factorielles différentes, c'est-à-dire par un rapport entre quantité de travail A et quantité de capital B disponible inégal ( ). Les pays se spécialisent dans la production des biens nécessitant le plus intensivement du facteur de production dont ils sont relativement le mieux dotés.

  10. Le raisonnement se fonde en partie sur la théorie de la valeur-rareté. Plus un bien est rare, plus élevé sera son prix. Appliquée aux facteurs de production, ceci signifie que les coûts de production des biens utilisant le facteur rare seront plus élevés que chez les partenaires en disposant comparativement plus. Ainsi, les pays disposant d’un fort réservoir de main d’œuvre présentent des coûts du travail faibles. Ils produiront des biens nécessitant du travail, et les mettront sur le marché à des prix compétitifs: pays de l’Europe de l’Est, à la Chine, l’Inde, …

  11. Cependant, une étude empirique fort célèbre a malmené le modèle HO. Il s’agit du « paradoxe de Leontiev ». En étudiant le commerce américain, cet auteur met en évidence que les exportations américaines sont plus riches en travail que leurs importations, ce qui semble infirmer le théorème HOS. Cependant, l’auteur explique lui-même ce paradoxe : les travailleurs américains étant mieux formés, ils sont plus productifs (selon lui 3 fois plus productifs que les autres pays).

  12. Les Etats-Unis sont riches en travail, il est donc normal qu’ils exportent des biens en nécessitant une forte quantité. Par une « pirouette », il conclue que HOS est vérifié. Sur la base du modèle HO, le théorème de Stolper-Samuelson vient préciser les conséquences du commerce international sur le prix des facteurs de production, notamment le travail. Doit-on craindre la concurrence des pays à bas salaire ?

  13. L’idée réside dans le fait que la spécialisation augmente la demande du facteur de production fortement utilisé. Par voie de conséquence, son prix augmente, puisqu’il devient plus rare. Résultat, dans l’exemple d’un pays fortement doté en facteur travail, le taux de salaire tendra à augmenter, rejoignant le niveau de celui des pays riches. Inversement, la spécialisation conduira à baisser le prix du facteur rare, puisque moins demandé, prix qui tendra vers le niveau de celui des pays riches (où il est abondant).

  14. L’idée réside dans le fait que la spécialisation augmente la demande du facteur de production fortement utilisé. Par voie de conséquence, son prix augmente, puisqu’il devient plus rare. Résultat, dans l’exemple d’un pays fortement doté en facteur travail, le taux de salaire tendra à augmenter, rejoignant le niveau de celui des pays riches. Inversement, la spécialisation conduira à baisser le prix du facteur rare, puisque moins demandé, prix qui tendra vers le niveau de celui des pays riches (où il est abondant).

  15. Ce résultat est également connu sous le nom de théorème de l’égalisation du prix des facteurs. Finalement, si vous craigniez la concurrence des roumains ou des polonais, dîtes-vous que le coût du travail dans ces pays risque d’augmenter, réduisant du même coup l’attractivité de ces territoires… Le théorème de Rybcsinsky donne une vision dynamique au modèle HOS. Il montre que les avantages comparatifs peuvent évoluer suite à des chocs exogènes comme un boom démographique, ou bien suite à une politique d’accumulation du capital.

  16. Les avantages comparatifs ne sont donc pas donnés une fois pour toutes. Ceci permet d’expliquer dans le cadre de HOS pourquoi certains pays ont vu leur situation se modifier dans l’espace de la division internationale du travail. L’exemple du Japon est éloquent : spécialisé dans le textile dans les années 60, il développa son industrie automobile dans les années 70 et 80, pour finalement aujourd’hui se centrer sur les composantes électroniques entre autres.

  17. Les nouvelles théories : Ni la logique de Ricardo, ni la logique de HOS ne permet d’expliquer les échanges croisés de produits similaires : le commerce intra branche. Les approches traditionnelles cherchaient à expliquer le commerce intra branche par des avantages particuliers (1ertype) Les nouvelles théories mobilisent les outils théoriques de la concurrence imparfaite dans au moins 3 directions : remise en cause 1 de l’atomicité des marchés, 2 de l’homogénéité des produits, 3 de la loi des rendements d’échelle constants.

  18. 1° / Les nouvelles théories cherchant à prolonger les avantages comparatifs : Les 2 premières approches ont en comment d’être néo technologiques : ce sont les écarts de développement et de maîtrise technologique qui expliquent le commerce international. Elles font suite aux travaux pionniers de Posner (1961) selon lesquels le progrès technique expliquerait les avantages comparatifs. Un laboratoire d’études internationales français, le CEPII, a, dans cet ordre d’idées, développé un concept largement médiatisé : le pôle de compétitivité. I l désigne un ensemble d’activités liées entre elles par des relations de complémentarité, ce qui créé des effets de réseaux et d’entraînement. G. Laffay explique ainsi la spécialisation japonaise dans l’électronique. Les progrès réalisés dans ce domaine se sont particulièrement répercutés en amont et en aval de cette filière. Enfin, notons que le chef de file de la Nouvelle Economie Internationale, P. Krugman lui-même, qui a largement contribué à populariser les analyses oligopolistiques, s’est déjà exprimé sur cette question. La différence porte sur le fait qu’il incombe la maîtrise des technologies aux firmes et non aux Etats.

  19. Les nouvelles théories cherchant à prolonger les avantages comparatifs : Les 2 premières approches ont en comment d’être néo technologiques : ce sont les écarts de développement et de maîtrise technologique qui expliquent le commerce international. Elles font suite aux travaux pionniers de Posner (1961) selon lesquels le progrès technique expliquerait les avantages comparatifs. Notion de pôle de compétitivité, district industriel SiliconValley

  20. La théorie du cycle de vie du produit, où comment intégrer la mobilité des facteurs dans le cadre d’avantages comparatifs technologiques : l’analyse néo technologique de Vernon  On notera que cette théorie est en même temps de 2ème type dans la mesure où le commerce international s’explique par le monopole d’innovation, c'est-à-dire une structure de marché non atomistique. Mais elle conclue que le commerce international s’explique par des avantages comparatifs technologiques. Elle correspond également au 1ertype. La stratégie des firmes multinationales révèle une grande mobilité du capital et de la technologie 

  21. celle du travail s'observe chaque jour dans les migrations, y compris les départs de techniciens des pays industrialisés envoyés en mission vers les régions en voie de développement par les grandes entreprises qui les emploient. Cette réalité conduit à examiner le processus de spécialisation sous un jour plus dynamique. L’hypothèse « relâchée » ici est l’immobilité des facteurs de production. L'Américain Raymond Vernon observe les phases successives du "cycle de vie du produit . Après son introduction puis sa diffusion sur le marché des États-Unis, il y est progressivement remplacé par une innovation 

  22. l'entreprise exporte ensuite le bien vers l'Europe pour prolonger son succès et, afin de réduire ses coûts en main-d'œuvre, elle finit par le confectionner sur place. Lorsque son avantage sur le vieux continent disparaît, elle renouvelle l'opération à destination des pays du tiers-monde (vente puis production). Le pays innovateur finit par importer le produit qu’il a lui-même commencé à exporter !

  23. Cette approche faire penser à Schumpeter chez qui l’innovation génère un monopole Les imitateurs entrent sur le marché, et poussent donc les innovateurs à renouveler leurs produits ou procédés. Une nouvelle phase de commerce international commence alors… En s’inspirant de cette théorie, KanameAkamatsu a envisager que les pays en voie de développement pourraient s'insérer dans le commerce international à la manière du Japon au début de son développement. Pour cet auteur japonais, cinq étapes balisent le passage de la situation d'économie sous-développée à celle de système industrialisé :

  24. La théorie de l’envol des oies sauvages de K. Akamatsu Souvent, cette théorie est mobilisée pour traiter des relations entre commerce international et développement. La corrélation ouverture développent serait positive. Mais pour Rodrik (2000) les études ne montrent pas de relation convaincante. Cependant, cette approche est originale car, inspirée des exemples asiatiques, elle montre comment se combinent les stratégies de spécialisation, dans un climat de concurrence technologique. (Etat dev) Les 5 étapes

  25. - exportation de matières premières pour acheter des produits manufacturés (exemple de certains pays de l'Afrique noire actuelle) ; - fabrication de biens de consommation à l'aide d'équipements importés (Afrique du Nord, une partie de l'Amérique latine) ; - vente de ces productions locales vers des régions moins développées et achat de marchandises primaires (Inde) ; - élaboration de biens d'investissement à usage local (Argentine, Europe du Sud) ; - exportation de ces équipements aux contrées se trouvant encore à une étape moins avancée (Corée du Sud, Brésil).

  26. Le développement en vol d’oies sauvages

  27. Les stratégies de substitution d’importations visent à réduire la dépendance à l’extérieur en produisant soi-même ce que l’on importe Elles s’inscrivent le plus souvent dans une dynamique de remontée de filière. Les produits qu’on importe possèdent habituellement une plus grande valeur ajoutée que celle contenue dans les produits nationaux (PTK, qualité) Au final, les stratégie d’industrialisation par substitution aux importations (ISI) visent à accroitre les exportations en général, et les exportations de biens de production en particulier. Il s’agit de se spécialiser dans des « industries industrialisantes ». Les industries motrices du développement économique.

  28. Le commerce intra branche peut s’expliquer par une chaîne d’avantage comparatifs En 1979, J.L. Mucchielli soumet l’idée finalement simple que dans le cas d’un modèle à plus de 2 pays, il est possible de connaître une chaîne d’avantages comparatifs. Si un pays A détient un avantage comparatif sur un pays B qui lui-même détient un avantage sur un pays C, alors le pays B importera des biens du premier et exportera vers le 3ème. Le pays B sera caractérisé par une forme particulière de commerce intra branche : il exporte et importe des produits similaires, mais avec des partenaires commerciaux différents.

  29. Les nouvelles théories cherchant à raisonner dans le cadre d’une concurrence imparfaite : La remise en cause des rendements constants et les structures oligopolistiques des marchés Lorsque les coûts fixes sont très importants, il est souvent préférable qu’une seule entreprise desserve seule le marché. Comme les rendements d’échelle sont croissants, le coût de production et donc le prix de vente proposé par une entreprise sera d’autant plus faible que les quantités qu’elle produit sont importantes. Cette idée a été remobilisée par P. Krugman 1993 => Risque de divergences

  30. Si les rendements d’échelle sont croissants, c'est-à-dire en cas d’économie d’échelle, il est préférable qu’un seul pays se spécialise dans un bien particulier. Comme le coût de production baisse avec les quantités produites, le prix de vente baisse également. Cela augmente donc la consommation mondiale. Chaque pays peut consommer une quantité supplémentaire de chaque bien.

  31. Le jeu est clairement à somme positive, il est préférable de rentrer dans la spécialisation internationale. C’est cette base qui est reprise. Au début des années 80, B. Spencer et J. Brander constatent que les oligopoles sont la structure de marché dominante. Par exemple, la construction aéronautique est dominée par 2 géants mondiaux, Being et Airbus. Cependant, si le consortium européen n’avait pas été largement stimulé par les politiques publiques, Boeing n’aurait jamais pu être contesté dans sa situation de monopole.

  32. Ainsi, c’est grâce aux politiques commerciales stratégiques que les barrières pour entrer sur ce marché ont été levées par Airbus. L’exemple du ministère japonais du commerce et de l’industrie, le MITI, est également souvent pris en exemple pour expliquer la réussite commerciale de ce pays. La question du comportement des duopoles est largement reliée aux politiques commerciales stratégiques. Comme certains marchés ne sont pas contestables, il revient aux Etats de mettre en place des politiques de subvention permettant de briser les barrières à l’entrée, comme la prise en charge de lourds coûts fixes.

  33. La mise en place de politiques commerciales stratégiques peut être assimilée à une forme de néo-protectionnisme. Il peut cependant n’être qu’éducateur.(List vs Ricardo) Le degré de concurrence ne dépend pas tant de l’atomicité que de la libre entrée et libre sortie des offreurs sur ces marchés. Si les politiques publiques assurent la contestabilité du marché, alors le monopoleur se conduira comme en situation concurrentielle.

  34. En effet, la crainte de voir arriver des concurrents attirés par des profits élevés l’amènera à tarifer au coût marginal, c'est-à-dire le plus faible possible. Si P. Krugman reprend le modèle de Brander et Spencer, il en conteste les conclusions. Les PCS représentent un coût. De plus, chaque pays risque de prendre des mesures de rétorsion, ce qui freinera les échanges. Il est inutile de favoriser une entreprise nationale puisque … les autres feront la même chose.

  35. Il est inutile de favoriser une entreprise nationale puisque … les autres feront la même chose. La remise en cause de l’hypothèse d’homogénéité par des stratégies de différenciation des produits : les théories de la demande de variété et de la demande représentative Dans cette optique, on recense au moins 2 logiques : la première consiste à considérer que les entreprises cherchent à répondre à une demande de variété (c’est l’optique de Bernard Lassudrie-Dûchesne et de E. Chamberlin).

  36. Les consommateurs désirent se différencier car cet acte économique mais également social est un moyen d’exprimer son statut. La consommation peut même être ostentatoire, c’est dire effectuée pour ce qu’elle représente aux yeux des autres. Augmenter les versions d’un même modèle de pull-over par les couleurs par exemple (cas de Benetton) permet de décider des acheteurs potentiels à effectuer l’acte de consommation qu’ils n’auraient pas réalisé autrement. On retrouve les thèses des théories de la concurrence monopolistique (Chamberlin) qui stipulent que les produits d’une même branche ne sont pas considérés comme identiques par tous les consommateurs.

  37. En ce sens, la différenciation des produits stimule les échanges, y compris internationaux. Ainsi, la France importe des Mercedes et Volkswagen, mais elle exporte des Citroën à Berlin … La seconde considère que les entreprises étrangères cherchent à s’approcher d’une demande représentative, assimilée à un idéal caractéristique de chaque consommateur (c’est l’optique de S.B. Linder et Lancaster). Chaque consommateur a sa propre conception du bien idéal, et la multiplicité des goûts engendre une grande diversité de produits au sein d’une même gamme.

  38. En schématisant, c’est vouloir consommer plusieurs produits différenciés en plus petite quantité pour chacun (Giffen, Veblen). Dans tous les cas, ce sont les caractéristiques de la demande qui explique le commerce international intra branche. Les arguments protectionnistes : Le protectionnisme désigne l’ensemble des mesures visant à freiner les importations, en règle générale pour réduire un déficit commercial ou bien accentuer un excédent.

  39. Il prend la forme de barrières tarifaires (BT) et non tarifaire (BNT). Les BT visent à dégrader la compétitivité prix des produits étrangers. Elles prennent souvent la forme de droits de douane. Les BNT sont des limitations quantitatives. Par exemple, les quotas déterminent un volume d’importation maximum pour une catégorie de marchandise donnée. Mais les BNT les plus difficiles à appréhender sont les impositions légales quant aux caractéristiques obligatoires des produits.

  40. Ainsi, certains produits alimentaires doivent mentionner leur composition sur l’emballage, des jouets pour enfants ne doivent pas comporter de pièces susceptibles d’être avalées, Le protectionnisme peut être justifié dans au moins 2 cas : F. List développe l’argument des industries naissantes : un pays peut protéger son marché dans la mesure où ses entreprises ne sont pas encore compétitives car trop récemment insérées dans un secteur, et souvent trop petites, c'est-à-dire n’ayant pas une taille critique optimale lui permettant l’insertion dans les échanges. Lorsque cette industrie arrive à maturation, les barrières sont alors levées. Il s’agit de la thèse du protectionnisme éducateur

  41. N. Kaldor développe l’argument des industries vieillissantes: lorsque les industries produisent des biens en fin de vie, elles doivent assurer une reconversion vers d’autres productions. Le temps d’assurer cette transition, un certain protectionnisme peut être toléré. Dans cette optique, le protectionnisme permet de faciliter la destruction et la réorientation du tissu productif.

  42. Les pays sous développés peuvent souffrir du commerce international Les pays peuvent subir une détérioration des termes de l’échange : la spécialisation appauvrissante de J Bhagwati: Dans un contexte d’internationalisation des échanges et de spécialisation internationale, ce concept forgé par J BHAGWATI désigne un processus aboutissant pour un pays à une baisse de son revenu par tête. La cause principale est la détérioration des termes de l’échange. Un pays se spécialisant dans un bien donné peut voir le prix de ce bien baisser si l’offre excède la demande En conséquence, on observe une augmentation des quantités exportées, mais une baisse des recettes d’exportation ou une moindre augmentation. C’est un mécanisme touchant plus particulièrement les pays spécialisés dans des produits primaires, matières premières.

  43. Les termes de l’échange sont mesurés par le rapport de l’indice des prix des exportations sur l’indice des prix des importations. Un pays peut connaître une détérioration des termes de l’échange si le prix des produits qu’il exporte augmente moins rapidement que le prix des produits qu’il importe. Dans un tel cas, ses ressources d’exportations ne sont plus suffisantes pour couvrir les dépenses en importation. • Le commerce international l’appauvrit.

  44. La théorie de l’échange inégal de A Emmanuel : le contenu en travail dans un milliard d’exportations des pays pauvres serait supérieur à celui des pays riches : Reprenant les thèses d’obédience marxiste, A. Emmanuel (1911-2001) pense que l’échange international entre pays développés et pays sous-développés est inégal, en faveur des plus riches. Son idée réside dans le fait que les exportations des pays riches contiennent moins de travail que celles des pays pauvres.

  45. En schématisant, la France échangerait des biens ayant nécessité peu d’heures de travail contre des biens en provenance des pays pauvres en ayant nécessité plus. C’est reconnaître que le travail des pays pauvres est « bradé ». Les échanges de marchandises avec les pays riches sont discriminatoires pour le travailleur pauvre. Les Etats-Unis importent du textile chinois, pour un montant de 1 milliard. Cette quantité de marchandises est le fruit de 10 000 heures de travail. Les chinois importent des véhicules américains, pour un montant de 1 milliard également. Ces automobiles ont été produites par 6 000 heures de travail américain. On voit qu’une heure de travail américain s’échange contre 1.66 heures de travail chinois.

  46. L’intégration financière européenne