production d agneaux de bergerie n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Production d’agneaux de bergerie PowerPoint Presentation
Download Presentation
Production d’agneaux de bergerie

Loading in 2 Seconds...

  share
play fullscreen
1 / 17
Download Presentation

Production d’agneaux de bergerie - PowerPoint PPT Presentation

frieda
110 Views
Download Presentation

Production d’agneaux de bergerie

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Production d’agneaux de bergerie Licence professionnelle DVPE Promotion 2005/2006

  2. La production ovine en bref _ Une production répartie sur toute la France mais des bassins régionaux: Zone de culture du Nord, Zone de culture du Centre, Zone de polyculture-élevage de l’Ouest, Zone de polyculture-élevage du Centre-Ouest. Source: www.inst-elevage.asso.fr/html1/IMG/pdf/D318-1.pdf

  3. La production ovine en bref _ Un cheptel en baisse ( 12 969 000 en 1979 ; 8 898 000 en 2004). _ Un nombre d’exploitations qui diminue (en 1979: 197 200 ; en 2004: 78 800). _ Une consommation qui régresse (1990: 5,4 Kg/hab/an ; 2004: 3,4 Kg/hab/an). _ Des consommateurs ciblés (personnes âgées à revenus aisées). _ 70% de la viande ovine est distribuée en Grandes et Moyennes surfaces. _ Un taux d’approvisionnement de 49% en 2004 (55% en 1990). Politique d’installation dynamique et une production bénéficiant d’un soutien au prix. _ Une orientation de la production de viande ovine vers la qualité (12 CCP et 3 IGP) pour faire face à la concurrence extérieure ( surtout Nouvelle Zélande). Chiffres fournis par l’Agreste, OFIVAL

  4. Préparation à la lutte • Objectifs : Productivité numérique • Fertilité : 95 % • Prolificité : 190-200 • Mortalité des agneaux < 3 % • But : Avoir des lots d’agneaux homogènes • Impératifs physiologiques : • Mise à la repro à 7, 8 mois (40 kg) • Cycle de 17 jours : - Phase folliculaire 3 à 5 jours (chaleurs très courtes) • - Phase lutéale 11 à 14 jours • - Anoestrus de lactation • Durée de gestation de 5 mois

  5. Préparation des femelles Préparation 3 à 4 semaines avant repro • Tri des femelles fécondables • Génétique • Mamelle • Etat corporel • Interventions • Traitement antiparasitaire • 500 000 UI vitamine A, D3, E • Vaccination anti avortement si >5% • Stimulations • Flushing • Effet bélier • Mélatonine

  6. Préparation des béliers • Vérification de l’appareil génital : • Surveillance des orchites et épididymites • Eviter les températures élevées néfastes au spermatozoïdes (25% anormaux à 35°C) • Interventions similaires aux brebis avec en plus : • Amélioration de la nourriture progressive ( de 200 g de céréales à 800 g) • Surveiller l’état des onglons (piétin) • En contre-saison : • Utiliser les mâles les plus ardents • Utiliser les bélier les plus vieux • Saillies dites de purge préalable à la lutte • Utilisation d’avoine 2 mois avant la lutte jusqu’à la saillie (de 300 à 800 g) : + 20% fécondité • Traitement lumineux

  7. Production d’agneaux de bergerie • Races utilisées communément : • Races de bergerie IDF, berrichon du cher… • Races d’herbage lourdes • Races rustiques dessaisonnées Objectif : Vente des agneaux de décembre à avril avec des races dessaisonnant bien ou utilisation de la synchronisation • Poids de carcasse 16 à 19 kg (32 à 38 kg vifs) • Etat d’engraissement 2 à 3 • Tendreté : animaux jeunes à croissance rapide • Conformation E, U, R • Eviter les goûts de suint

  8. Objectifs de croissance Phase lactée Sevrage 220 g/j 280 g/j 340 g/j 18 % MAT 16 % MAT Finition Naissance 40 jours 60 jours 100 jours 18 kg 4 kg 34 kg

  9. Alimentation des brebis • Phase lactée : • Jusqu’à 6 semaines : IC des agneaux de 5 à 5.2 kg. Le lait couvre 85 % des besoins des agneaux en énergie. • Capacité d’ingestion des brebis limitée d’où : • notes d’état corporel de 3 à 4 indispensable. • Energie : déficit toléré = 0,85 x besoin d’entretien • Azote : apports = besoins • Exemple de ration des brebis en début de lactation

  10. Alimentation des brebis Possible avec un atelier grandes cultures et atelier ovins en complémentarité

  11. Alimentation des agneaux • Alimentation 40 – 60 jours :Aliment 1er âge 18 % MAT • Alimentation 60 – 100 jours : Aliment finition à 16 % MAT Aliments énergétiques : Tout sauf l’avoine, mélasse, EMPE, mélasse Aliments azotés : Tout les tourteaux, pois, féveroles, lupin, urée, foin de légumineuse CMV : 0.20 + 2 % CaCo3 Exemples de compostions de concentré fermiers :

  12. Bilan carcasses 17 kg • Rendement de carcasse de 50 % • Objectif :2/3 des agneaux classés U 3 • Eviter : • Les défauts de sur-engraissement • La mauvaise tenue des gras • Les défauts de couleur Source : institut de l’élevage

  13. Bilan carcasses 17 kg • Consommation en kg MS, agneau abattu à 35 kg vif. • Quantité de foin ou paille : 15 kg • Concentré fermier (20% soja 80 % céréales) • Avant sevrage 15 kg • Après sevrage 55 kg • Consommation en kg MS, brebis / an • Quantité de foin + paille consommé : 230 kg • Concentrés : • Tourteaux : 30 kg • Céréales : 100 kg • Divers : 11 kg Source : GIE Poitou charentes

  14. Pathologies spécifiques • Entérotoxémie : • Inflammation des intestins, production de toxines par des clostridium. • Assurer une bonne conduite alimentaire (transition), vaccination, déparasitage. • Lithiase urinaire : • Calculs urinaires (phosphates de Ca) au niveau du S pénien. • Ca/P trop faible. Utilisation de 2 % de NH4Cl • Ecthyma : • Ultravirus provoquant des lésions autour des lèvres, risque de surinfection bactérienne. • Eliminer les facteurs de risques : • Surface par brebis (1.5 m² / brebis) • Mouches • Agneaux « voleurs » • CMV • Arthrites: • Gonflement articulaire douloureux (genoux, grasset, jarret) • Lutte : • Hygiène : désinfection du cordon ombilical, lors des caudectomies, propreté des litières. • Vaccination contre le rouget • Curatif : Corticoïdes + antibiotiques

  15. Normes concernant la construction d’une bergerie

  16. Données économiques En système bergerie, la marge brute ovine est peu liée aux aides avec 16% du produit. Le système herbager est caractérisé par une plus forte proportion d’aides (environnementale) et des frais d’alimentations plus faibles. La diversité des structures ovines complique les comparaisons. On dénombre de plus en plus de systèmes semi-bergerie mixtes Source : GIE Poitou charentes

  17. Conclusion Malgré une consommation et une production en baisse, cette dernière reste dynamique: _ aides _ de nombreux signes de qualité