Download
le tourisme de masse n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Le tourisme de masse PowerPoint Presentation
Download Presentation
Le tourisme de masse

Le tourisme de masse

531 Views Download Presentation
Download Presentation

Le tourisme de masse

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Le tourisme de masse F. de Grandpré

  2. Références : • Florence Deprest (1997), Enquête sur le tourisme de masse – L’écologie face au territoire, Éditions Belin – Mappemonde • Géographe (France) • Marc Boyer, L’histoire du tourisme de masse – Que sais-je ? PUF, 1999 • Historien – sociologue (France)

  3. Naissance du tourisme de masse • Tourisme de masse = défiguration des paysages et anéantissement des sociétés locales ? • 4 milliards de déplacements dont 400 millions à l’extérieur du pays de résidence. • Chiffres biaisés mais bon indicateur • Depuis 1950 • 1936 en France (Selon : Joffre Dumazedier, Marc Boyer, F. Cribier) Loi de 1936 sur les congés payés (Léo Lagrange) • Le tourisme nouveau Deprest (1997), p. 11

  4. Transition • Passage d’une pratique touristique liée à l’élite • « Bourgeoise » selon Dumazedier; « aristocratique » selon Boyer; « privilégiée » selon Cribier • À une pratique populaire • Et main mise de l’ «industrie » sur cette activité Deprest (1997), p. 17

  5. Divergence de perception « Certain conteste cette affirmation [que le tourisme de masse est le tourisme d’aujourd’hui] et distinguent dans la période contemporaine un tourisme de masse d’un tourisme d’élite. Ainsi le tourisme de masse serait celui pratiqué dans les lieux dédiés au tourisme et qui ne connaissent que saturation et entassement, tandis qu’existerait comme alternative le tourisme vert, l’écotourisme, le tourisme culturel, ou encore les formes marginales du tourisme d’aventure dans les régions encore relativement isolées et périphériques. » Deprest (1997), p. 18

  6. Tourisme de masse = tourisme contemporain ? Le tourisme est « de masse » parce que la société l’est aussi. • Le loisir moderne est défini par rapport au temps de travail • Ce sont les masses qui travaillent • Le tourisme est un loisir • Le tourisme est donc appelé à devenir « de masse » Deprest (1997), pp. 19, 24

  7. Le prix à payer « Le tourisme de masse, ce sont des plages et des pistes de ski surpeuplées, des littoraux et des montagnes bétonnés, des embouteillages d’automobiles et des files d’attente, des charters, des autocars et des multiples voitures individuelles, des shorts à fleurs, des peaux brûlées ou bronzées, et aussi des tiroirs-caisses qui résonnent » Deprest (1997), p. 23

  8. Impacts sociaux • Comment rester silencieux devant le spectacle de kilomètres de plages dévastées par le béton des chaînes multinationales ? Comment accepter que la culture de pays entiers se retrouve empaquetée sous cellophane dans les magasins duty free des aéroports ? Pourquoi faut-il qu’une armée d’employés en livrée, bouton d’or sur peau foncée dans le bon vieux style de l’exotisme colonial, soit occupée à jouer les serviteurs de l’homme blanc en vacances ? – Que de jeunes filles de Bangkok, de Manille, de Dakar, de Rio de Janeiro soient obligées de brader leur dignité humaine pour se disputer les miettes de la manne touristique occidentale ? P. Aisner et C. Plüss (1983), La ruée vers le soleil, p.13 tiré de Deprest (1997), p. 23

  9. Le tourisme de masse tue le tourisme

  10. En réaction au tourisme de masse • Capacité de charge • « Établir en termes mesurables le nombre de visiteurs et le degré de développement qui sont susceptibles de ne pas avoir de conséquences préjudiciables aux ressources » OMT • Le côté humain de l’équation rend le calcul impossible. • Agir sur le volume de la fréquentation • Gestion des flux touristiques • Le concept de tourisme durable • Origine : 1987, La Commission mondiale sur l’environnement et le développement (CMED, créature de l’ONU) Deprest (1997), pp. 43, 54, 65