do fundamentals or emotions drive the stock market n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Do fundamentals – or emotions – drive the stock market ? PowerPoint Presentation
Download Presentation
Do fundamentals – or emotions – drive the stock market ?

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 13

Do fundamentals – or emotions – drive the stock market ? - PowerPoint PPT Presentation


  • 63 Views
  • Uploaded on

Do fundamentals – or emotions – drive the stock market ?. Article écrit par Marc Goedhart , timothy koller & david wessels Présentation de l’équipe 3: Marie- michelle guay Catherine labrecque - andersen. Stratégies & Politiques financières – GSF-6025 .

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Do fundamentals – or emotions – drive the stock market ?' - emelda


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
do fundamentals or emotions drive the stock market

Do fundamentals – or emotions – drive the stock market?

Article écrit par Marc Goedhart, timothykoller & davidwessels

Présentation de l’équipe 3:

Marie-michelleguay

Catherine labrecque-andersen

Stratégies & Politiques financières – GSF-6025

do fundamentals or emotions drive the stock market1
Do fundamentals – or emotions – drive the stock market?

Depuis les 40 dernières années, la théorie académique quant au fait que les marchés financiers reflétaient la vraie valeur intrinsèque d’un titre était inattaquable.

Par contre, les récents évènements sur les marchés financiers, ex. la bulle technologique et la crise financière vers la fin des années 1990, remettent en doute le débat sur l’efficience et la rationalité des marchés financiers.

Est-ce que les marchés sont efficients et rationnels? Est-ce que se sont les émotions ou les fondements qui dictent le marché?

do fundamentals or emotions drive the stock market2
Do fundamentals – or emotions – drive the stock market?

Plan de la présentation :

1-Rappel des concepts présentés

2-Conditions (3) pour que les anomalies des marchés soient à la fois signifiantes et persistantes

3-Exemples (4) classiques dans le débat de la finance comportementale versus fondamentale pour expliquer l’écart entre la valeur intrinsèque et la valeur marchande

-Effet «momentum» & de réversion;

-«Carve-outs» & «Dual-listed compagnies»

4-Études empiriques des auteurs appuyant la théorie fondamentale

5-Comment profiter des écarts entre la valeur intrinsèque et la valeur marchande?

6-Conclusion

do fundamentals or emotions drive the stock market3
Do fundamentals – or emotions – drive the stock market?

1-Rappel des concepts présentés:

  • Efficacité des marchés:
    • Les prix reflètent rapidement et correctement toute l’information disponible jusqu’à ce que les coûts marginaux d’acquisition d’information et de transactions soient égaux aux bénéfices marginaux d’exploiter une inefficacité.
  • Rationalité des marchés:
    • Les prix reflètent correctement toute l’information disponible et ceux-ci équivalent aux valeurs fondamentales ou intrinsèques.
  • Finance comportementale:
    • Théorie s’opposant à l’efficience des marchés (EMH). Elle explique les anomalies de marché par la réaction sous- ou surévaluée des investisseurs.
do fundamentals or emotions drive the stock market4
Do fundamentals – or emotions – drive the stock market?

2-Conditions pour que les anomalies des marchés soient à la fois

signifiantes et persistantes selon la théorie comportementale:

  • Comportement irrationnel:
    • Les investisseurs sont irrationnels lorsqu’ils n’incorporent pas toute l’information disponible afin de formuler leurs attentes quant à la performance future d’une titre. Ce dernier dévie alors de sa valeur intrinsèque.
    • Exemples: Attacher trop d’importance aux événements récents, sous-estimer les titres qui se rattachent à des nouvelles positives.
  • Biais comportementaux:
    • Réfère à des biais systématiques pour un large groupe d’individus qui, selon diverses situations, créent des anomalies persistantes et significatives sur le marché.
    • Exemples: Sur-confiance, représentativité, humeur & émotion, dissonance cognitive.
  • Limites de l’arbitrage:
    • S’il est possible pour une investisseur de profiter des anomalies sur le marchés, il y a alors possibilité d’arbitrage. Toutefois, s’il lui est impossible, les anomalies persistent.
    • Exemples: Les limites à l’arbitrage sont le coût élevé (fonds limités), la complexité, les risques, les frais de transactions.
do fundamentals or emotions drive the stock market5
Do fundamentals – or emotions – drive the stock market?

3-Exemples pour expliquer l’écart entre la valeur intrinsèque et marchande:

  • Effet «momentum»:
    • Survient lorsque les rendements positifs à court terme se poursuivent dans les mois qui suivent.
    • La finance comportementale suggère que cette tendance provient d’une sous-réaction systématique. Les investisseurs sous-estiment les impacts des bonnes et mauvaises nouvelles et celles-ci ne sont pas incorporé rapidement aux titres.
  • Effet de réversion:
    • Survient lorsque les rendements positifs à long terme deviennent négatifs dans les années qui suivent (vice-versa).
    • La finance comportementale suggère que cette tendance provient d’une sur-réaction de la part des investisseurs. Ceci explique aussi les faibles rendements après un appel d’offre public (IPO’s), entres autres.
do fundamentals or emotions drive the stock market6
Do fundamentals – or emotions – drive the stock market?

3-Exemples pour expliquer l’écart entre la valeur intrinsèque & marchande:

  • Selon les fondamentales, les investisseurs irrationnels ne peuvent être les seuls à blâmer pour l’effet de réversion à long terme et de «momentum» à court terme.
    • Effet de réversion: Résulte d’une prime de risque mal mesurée, parce que les investisseurs ne connaissent pas le risque de liquidité et de détresse associée aux effets de taille et de BE/ME.
    • Effet de «momentum»: À court terme, les profits après les frais de transactions sont parfois limités, donc de petits biais causés par le «momentum» peuvent existés, mais par nécessairement parce que les investisseurs irrationnels existent. Ça ne veut pas dire que les marchés sont inefficients, mais que le coût d’exploiter une anomalie surpasse le bénéfice à très court terme.
    • Sur- ou sous-réaction: La finance comportementale n’explique pas pourquoi les investisseurs irrationnels sur- ou sous-réagissent systématiquement sous certaines conditions (ex. IPO’s).
do fundamentals or emotions drive the stock market7
Do fundamentals – or emotions – drive the stock market?

3-Exemples pour expliquer l’écart entre la valeur intrinsèque et marchande:

  • «Carve-outs» ou «Spin-Off»:
    • Contraire de fusion-acquisition. Survient lorsque qu’une entreprise (3Com) crée une autre compagnie indépendante (Palm – 95% à 3Com) à partir des parts actuelles de cette entreprise en vendant ou en distribuant de nouvelles actions.
    • Cas de 3Com et Palm. Après spin-off, Palm avait une capitalisation boursière supérieure à 3Com!! Pourquoi les investisseurs n’ont pas vendue Palm et acheté 3Com considérant l’anomalie après des mois d’anomalies? Contraire à EMH.
    • Toutefois, après l’acception du statut de «carve-out’stax-free» quelques mois après, l’incertitude du spin-off a été éliminée et la correction a été effectuée.
    • Tendance semblable pour toutes les autres «carve-out’s». Anomalie persiste jusqu’à ce que le spin-off ait été accepté.
do fundamentals or emotions drive the stock market8
Do fundamentals – or emotions – drive the stock market?

3-Exemples pour expliquer l’écart entre la valeur intrinsèque et marchande:

  • «Dual-listed»:
    • Disparité entre le prix d’une même compagnie transigés sur deux différents marchés.
    • Cas Royal Dutch/Shell (Amsterdam – 60% & Londres – 40%).
    • Pourquoi est-ce que le prix de leur action ne demeure pas constant selon leur pourcentage de dividende de Royal Dutch/Shell? Contraire EMH.
    • L’anomalie peut persister, car un large groupe d’investisseurs préfèrent une action plus que sa jumelle et que le profit d’arbitrage est imprévisible et coûteux.
    • Pourtant, avec les années, divers «dual-listed» compagnies ont vu leur écart de prix sur les marchés se rétrécir et disparaître. C’est donc pas un phénomène qui perdure (contraire finance comportementale) ou qui est significatif à long terme, mais plutôt des cas spéciaux.
do fundamentals or emotions drive the stock market9
Do fundamentals – or emotions – drive the stock market?

4-Études empiriques des auteurs appuyant la théorie fondamentale

  • Est-que les marchés reflètent vraiment la pensée économique fondamentale?
    • Les auteurs croient que OUI. Pourquoi?
  • En estimant les ratios intrinsèques P/E des compagnies sur les marchés US & UK et en les comparant aux P/E actuels, trois conclusions appuyant la théorie fondamentale ont été dénichées:
    • (1) En général, les titres sur les marchés US & UK ont été évalués correctement (P/E intrinsèque ≈ P/E actuel). P/E se chiffre à ±15, sauf pour fin 1970 et début 1980 où il se situe à ±10 (période de grande inflation).
    • (2) Les seules périodes de déviations (anomalies) significatives se sont retrouvées en fin 1970 (taux d’inflation court terme très élevé, marché sous-évalué, P/E aurait dû être ≥ 10) et en fin 1990 alors que les P/E était d’environ 30 (aurait dû être d’env. 15).
    • (3) Lors de déviations que en (2), la convergence entre P/E intrinsèques et actuels est apparue après 3 ans.
  • Conclusion: Même s’il y a des anomalies, les valeurs sur les marchés reviennent toujours aux principes économiques fondamentales (EMH).
do fundamentals or emotions drive the stock market10
Do fundamentals – or emotions – drive the stock market?

Tableau résumant l’étude des auteurs quant à l’évaluation des P/E.

do fundamentals or emotions drive the stock market11
Do fundamentals – or emotions – drive the stock market?

5-Comment profiter des écarts entre la valeur intrinsèque et marchande?

  • Même si les marchés sont efficients, il peut y avoir des écarts entre la valeur intrinsèque et marchande, mais ses anomalies ne sont pas SIGNIFICATIVES & PERSISTANTES à long terme.
  • Voici comment un gestionnaires devrait en profiter:
    • Émettre des actions additionnelles lorsque les marchés attachent une valeur trop importante au titre comparativement à la valeur intrinsèque.
    • Racheter des actions lorsque le marché les sous-évaluent comparativement à la valeur intrinsèque.
    • Procéder à des acquisitions avec des actions contrairement à de l’encaisse lorsque le marché les surévaluent.
do fundamentals or emotions drive the stock market12
Do fundamentals – or emotions – drive the stock market?

6-Conclusion:

  • À long terme, le cours d’une action converge inévitablement vers sa valeur intrinsèque, ce qui supporte la pensée économique de l’EHM.
  • Un gestionnaire profite donc d’utiliser une approche de «discounted cash-flow» pour ces décisions stratégiques.
  • Par exemple: l’EVA!