Un diagnostic sur la sant des jeunes 16 25 ans en r gion languedoc roussillon
Download
1 / 12

Un diagnostic sur la santé des jeunes 16-25 ans en région Languedoc-Roussillon - PowerPoint PPT Presentation


  • 94 Views
  • Uploaded on

Un diagnostic sur la santé des jeunes 16-25 ans en région Languedoc-Roussillon. DESMARTIN-BELARBI Valérie (1) , ROUGY Béatrice (2) , LEDESERT Bernard (1) (1) ORS ( Observatoire régional de la santé) du Languedoc-Roussillon

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Un diagnostic sur la santé des jeunes 16-25 ans en région Languedoc-Roussillon' - echo-hobbs


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
Un diagnostic sur la sant des jeunes 16 25 ans en r gion languedoc roussillon
Un diagnostic sur la santé des jeunes 16-25 ansen régionLanguedoc-Roussillon

DESMARTIN-BELARBI Valérie(1), ROUGY Béatrice(2), LEDESERT Bernard (1)

(1) ORS (Observatoirerégional de la santé) du Languedoc-Roussillon

(2) Direction de la santé, Conseilrégional du Languedoc-Roussillon

Etude financée par le Conseil régional

du Languedoc-Roussillon


Disposer d’indicateurs socio épidémiologiquessur lasanté des jeunes 16-25 ans en région.

 Afind’orienter les actions et programmes visant lesjeunes(programme CR, PRSP adolescents/jeunes, CharteSanté du Conseil national des ML, Service de médecinepréventiveuniversitaire, Mutuellesétudiantes...).

 Faire évoluer les attitudes et comportementsafin delimiter les risques.

 Mieux identifier les déterminants socio-économiquesde santé chez les jeunes.

 Luttercontre les inégalitéssociales de santé.

LES OBJECTIFS DU DIAGNOSTIC


LA METHODE

  • 17 MLI (mission locale d’insertion), 28 CFA (centre de formation des apprentis) et 5 universités impliqués :

    un échantillon représentatif au niveau régional pour les étudiants, les apprentis et les jeunes en insertion et

    4 échantillons départementaux représentatifs des jeunes en insertion selon l’âge, le sexe et le niveau de qualification.

    Un questionnaire auto-administré (accompagné en MLI).

  • Près de 3 700 jeunes de 16 à 25 ans intégrés dans l’analyse

    1 557 jeunes en insertion, 900 apprentis, 1 200 étudiants



APPRENTIS

  • moyenne :38,5 (±14,8)

    44,0 % des apprentis retenus comme précaires

JEUNES EN INSERTION

  • moyenne régionale : 51,5 (±17,5)

  • de 49,3 dans l’Aude à 55,7 dans le Gard

    74,6 % des jeunes

    sont précaires

(selon le seuil de précarité établi à 40,2)

LE SCORE EPICES

de 0 (absence de précarité) à 100 (précarité élevée)


RENONCEMENT AUX SOINS

  • Apprentis : 16,2 % ont déjà renoncé à consulter pourleur santé : dans 7 cassurdix, pour des raisons financières.

  • 11,8 % n’ont pas de complémentaire santé.

  • Jeunes en insertion : 28,2 % ont déjà renoncé à consulter pour leur santé : dans 9 cassurdix, pour des raisons financières.

  • 31,7 % n’ont pas de complémentaire santé.

  • Cerenoncement aux soinsestintervenu au cours de l’annéeécoulée pour 8 jeunessur 10.



ESTIME DE SOI

APPRENTIS

  • 25,6 % jugentleurscapacités à faire face aux difficultéspassables à plutôtmauvaises ;

  • 9,0 %ontpensé au suicide au cours de l’année ;

  • 9,3 %ont déjà fait unetentative au cours de leur vie

  • ~ dont32,2 % au cours de l’annéeécoulée.

JEUNES EN INSERTION

  • 36,2 % jugentleurscapacités à faire face aux difficultéspassables à plutôtmauvaises ;

  • 12,4 %ontpensé au suicide au cours de l’année ;

  • 12,9 %ont déjà fait unetentative au cours de leur vie

    ~ dont28,2 % au cours de l’annéeécoulée.


1ers ENSEIGNEMENTS DU DIAGNOSTIC EN MISSION LOCALE

  • Fragilité sociale et accès aux soins des plus précaires

  • N’ont pas consulté pour leur santé au cours du derniersemestre : 25,7 % vs 18,4 % (p<0,01)

  • Ontrenoncé aux soins au cours du derniersemestre : 35,2 % vs 12,4 % (p<0,0001)

  • Renoncement pour motif économique : 90,0 % vs 71,8 % (p=0,05)

  • Se déclarentporteur de handicap : 12,3 % vs 5,4 % (p<0,0001)

  • Fragilité sociale et mal-être

  • A pensé au suicide sur 12 mois : 14,5 % vs 6,3 % (p<0,0001)

  • A fait une TS dans sa vie : 9,7 % vs 3,9 % (p<0,0001)

  • A fait plusieurs TS : 5,8 % vs 2,1 % (p<0,0001)

  • A peu de capacités à faire face : 28,8 % vs 24,9 % (p<0,0001)


  • 36,4 % des jeunes en MLI

  • plus masculin : 54,7 % vs 42,4 %

  • plus précaires : 80,8 % vs 71,5 %

  • avec une mère sans qualification : 38,4 % vs 27,5 %


POUR QUE L’ACCES AUX SOINS

ET A LA PREVENTION SOIENT UN LEVIER

A L’INSERTION SOCIALE ET PROFESSIONNELLE

  • Promouvoir la santé des jeunes en situation de vulnérabilité sociale (précarité pluri dimensionnelle) avec un repérage par territoires pour les jeunes suivis en MLI(problématique rural/urbain).

  • Affiner la connaissance sur les phases de fragilisation du parcours de vie (durée du parcours d’insertion, insatisfaction sur l’orientation, risque suicidaire, …).

  • Former les professionnels de l’insertion au repérage et à l’orientation des jeunes en situation de fragilité sociale et de mal être.


Merci de votre attention.

Courriel : [email protected]

Site : www.ors-lr.org


ad