enjeux et strat gies li s la baladodiffusion et aux usages nomades pour la compr hension de l oral n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Pratique de l’oral en Langues Vivantes : le r ôle des TICE 24 - 25 novembre 2009 PowerPoint Presentation
Download Presentation
Pratique de l’oral en Langues Vivantes : le r ôle des TICE 24 - 25 novembre 2009

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 27

Pratique de l’oral en Langues Vivantes : le r ôle des TICE 24 - 25 novembre 2009 - PowerPoint PPT Presentation


  • 93 Views
  • Uploaded on

Enjeux et stratégies liés à la baladodiffusion et aux usages nomades pour la compréhension de l’oral. André Tricot et Stéphanie Roussel Université Toulouse 2 - Université Bordeaux 4. Pratique de l’oral en Langues Vivantes : le r ôle des TICE 24 - 25 novembre 2009. Introduction.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Pratique de l’oral en Langues Vivantes : le r ôle des TICE 24 - 25 novembre 2009' - dieter-morin


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
enjeux et strat gies li s la baladodiffusion et aux usages nomades pour la compr hension de l oral

Enjeux et stratégies liés à la baladodiffusion et aux usages nomades pour la compréhension de l’oral

André Tricot et Stéphanie RousselUniversité Toulouse 2 - Université Bordeaux 4

Pratique de l’oral en Langues Vivantes : le rôle des TICE

24 - 25 novembre 2009

introduction
Introduction
  • Les avantages supposésde la baladodiffusion : augmentation du temps d’exposition à la langue cible, possibilité d’enregistrer des productions orales individuelles, pédagogie différenciée
  • On s’aperçoit, comme avec tous les outils TICE, quela baladodiffusion maintient le fossé entre les élèves selon leur niveau initial
  • Pour utiliser efficacement la baladodiffusion à des fins d’apprentissage, le concept incontournable est celui de « stratégies »
  • L’intérêt est d’abord méthodologique : analyse des stratégies, de la compréhension et les liens entre les deux
probl matique
Problématique
  • Stratégies/ Autorégulation très étudiée en lecture. Oral ?
  • Observation et analyse du comportement des apprenants pendant la tâche d’écoute.
  • Quels sont les facteurs qui influencent la réécoute et la compréhension? (niveau initial, type de document sonore, stratégies, difficultés linguistiques) Quels sont les liens entre ces facteurs ?
  • L’autorégulation améliore-t-elle la compréhension pour tous les apprenants ?
  • Quelles sont les implications pédagogiques de cette étude ?
cadre th orique
Cadre Théorique
  • Contexte
  • Les meilleurs auditeurs seraient aussi les meilleurs régulateurs de l'écoute, parce qu’ils utiliseraient « plus de stratégies métacognitives » (Vandergrift, 2003)
  • Contrairement à la situation en L1, en L2, l’automatisation des processus de bas niveau est insuffisante => saturation de la mémoire de travail => déficit de la compréhension en L2 (Gaonac’h, 2003 ; Paradis, 2004)
  • Stratégies d’écoute
    • Comportement délibéré adopté dans un but précis (Rost, 1990) pour surmonter une difficulté linguistique ou mémorielle
    • Nous nous situons en premier lieu dans l’observation de comportements effectifs et non dans une analyse de l’activité déclarée
les processus de compr hension
Les processus de compréhension
  • Bas niveau
    • par exemple : reconnaissance des mots, analyse syntaxique
  • Haut niveau
    • par exemple : les inférences
  • Lorsque ces processus de bas niveau sont automatiques, le sujet dispose de davantage de ressources pour des processus de haut niveau
  • Et réciproquement !
les difficult s de compr hension goh 2000
Les difficultés de compréhension(Goh, 2000)
  • Phase de perception (segmenter et reconnaître les phonèmes)
    • les apprenants disent ne pas reconnaître les mots, négliger ce qui suit à cause de la rapidité du débit, ne pas arriver à découper le flux continu de la parole, manquer le début du discours et avoir des problèmes de concentration.
  • Phase d'analyse syntaxique (segmentation des mots et construction du sens)
    • les apprenants disent oublier rapidement ce qu'ils viennent d'entendre, être incapables de former une représentation mentale des mots entendus et ne pas comprendre d'importantes parties du discours à cause de ce qu'ils ont manqué juste avant.
  • Phase d’utilisation (interpréter le sens)
    • les apprenants affirment comprendre le mot mais pas le message et faire des confusions à cause des incohérences qui leur semblent présentes dans le discours.
les strat gies d coute
Les stratégies d’écoute
  • L'auditeur utiliserait des stratégies pour atteindre le but qu'il poursuit en écoutant un discours particulier (Rost, 1990)
  • pour établir la cohérence locale ou globale d'un texte qu'il souhaite comprendre,
    • pour expliquer des actions, des événements ou des phénomènes du discours entendu.
      • établir des liens de cause à effet,
      • élucider les anaphores,
      • éclaircir le thème
      • éclaircir les rôles des différents acteurs dont il est question
deux niveaux de strat gies
Deux niveaux de stratégies
  • Les stratégies cognitives
    • manipulation directe ou une transformation du support d'apprentissage ;
    • pour stocker et rappeler les nouvelles informations (ex. inférer le sens de mots difficiles à partir du contexte)
    • des activités mentales de manipulation du langage pour accomplir une tâche (Vandergrift, 2003)
  • Les stratégies métacognitives
    • prise de conscience et contrôle par l’apprenant de son propre processus d'apprentissage
strat gies cognitives
Stratégies cognitives
  • L'inférence & l'élaboration
  • La prédiction
  • La contextualisation
  • La traduction
  • Fixation
  • Visualisation
  • Reconstruction
strat gies m tacognitives
Stratégies métacognitives
  • La préparation avant l'écoute
  • L'attention sélective
  • L'attention dirigée
  • L’autocontrôle de la compréhension
  • L'évaluation en temps réel
  • L'évaluation de la compréhension a posteriori
strat gies et apprentissages
Stratégies et apprentissages
  • Il est généralement admis que :
    • Les stratégies s’apprennent
    • Elles s’enseignent
    • Elles sont efficaces
    • Elles interagissent très fortement avec les autres connaissances
hypoth se g n rale
Hypothèse générale

Conditions d’écoute (Exp. 1, 2, 3)

& Caractéristiques linguistiques (Exp. 4, 5 )

permettent ou non

Stratégies d’écoute efficaces

facilitent

facilitent

Connaissances antérieures en L2

Bonne compréhension auditive

facilitent

traitement des donn es vid o
Traitement des données vidéo
  • Événement 1 : l’individu écoute un texte de 251’ du début jusqu’à la fin
    • E1 = {0 ; 251 ; 251}
  • Événement 2 : l’individu revient au début et écoute 6’ du texte
    • E2 = {0 ; 6 ; 6}
  • Événement 3 : l’individu fait une pause de 17’
    • E3 = {6 ; 6 ; 17}
  • Événement 4 : l’individu revient au début et fait une pause de 1’ 
    • E4 = {6 ; 0 ; 1}
exp rimentations 1 2 3 m thode
Expérimentations 1, 2, 3: méthode
  • 30 apprenants A2-B2 (CECR). Rappel en français du contenu du document sonore « dites tout ce que vous avez compris de ce texte » / analyse propositionnelle / analyse des vidéos par repérage des time codes
r sultats exp rimentations 1 2 3

1 fois 2 fois autorégulée

2 fois autorégulée

Groupe A Groupe B Groupe C

Résultats Expérimentations 1, 2, 3
slide16

Typologies des stratégies d’écoute pour les trois expérimentations :

Type 1: (m=33% ; E=22)

Type 2: (m=27% ; E=16)

Type 3: (m=25% ; E=16)

Type 4: (m=18% ; E=22)

exp rimentation 4 hypoth se
Expérimentation 4 : Hypothèse

Difficultés linguistiques

Statut des mots composés

Stratégies d’écoute

Connaissances antérieures en L2

Compréhension auditive

m thode
Méthode

- Matériel :

  • 1er discours : les mots composés ont un statut non saillant
  • Hypothèse : les apprenants mettront en œuvre des stratégies de type 1
  • 2ième discours : les mots composés ont un statut saillant
  • Hypothèse : les apprenants mettront en œuvre des stratégies de type 2
  • Carnet
  • Évaluation de la compréhension et la mémorisation (littérale)
  • Rappel en français du contenu du document sonore
  • questions ciblées sur les mots cibles,
  • analyse du modèle de situation,
  • reconnaissance.

- Participants : 40 apprenants A2-B2

- Protocole expérimental : écoute les deux discours en écoute autorégulée

- Analyse des données : fichiers vidéo de l’écoute des apprenants / analyse par repérages des time codes

r sultats
Résultats

Rappel

Modèle de situation

Mots cibles

Questions

Reconnaissance

analyse a posteriori
Analyse a posteriori
  • Hypothèses précédentes non-vérifiées MAIS
  • Stratégies ont bien une influence sur la compréhension (sous-type de stratégies à déterminer grâce aux nombres d’événements)
  • D1 : Plus il y a d’événements : moins le rappel est bon (r = -0,36), moins le modèle de situation est bon (r = -0,21)
  • D2 : plus il y a d’événements, plus le rappel est bon (r = 0,28), pas de corrélation avec le modèle de situation (r = 0,06)
  • Prise en compte de la durée des documents sonores
exemples de parcours d coute
Exemples de parcours d’écoute

D1: Jean stratégie minutieuse, s’arrête sur les mots cibles, Marion stratégie adaptée ne s’arrête pas, très bon score en compréhension

D2: Justine stratégie adaptée, s’arrête sur les mots cibles, Aurélien inadaptée ne s’arrête pas, score faible en compréhension

conclusion partielle
Conclusion partielle
  • Autorégulation permet d’améliorer la compréhension, mais le niveau initial garde un rôle fort (Expérimentation 1, 2, 3)
  • 4 grands types de stratégies:
    • Type 1 : planification efficace de la tâche d’écoute (niveau initial élevé)
    • Type 2 : réécoute dans la globalité après une écoute analytique
    • Type 3 : très bons ou très faibles, pas de mouvement d’autorégulation
    • Type 4 : très analytique mais correspond manifestement à une absence de planification, signe de saturation de la mémoire de travail
  • Statut de difficultés lexicales en L2  Saturation de la mémoire de travail/ nécessité d’une stratégie adaptée (Expérimentation 4)
  • Structure, nature et longueur du discours jouent un rôle dans l’utilisation des stratégies (pauses ou retour en arrière peuvent témoigner d’une reconnaissance de la structure) (d’où une 5ième manipulation)
exp rimentation 5 hypoth se
Expérimentation 5 : Hypothèse

Position finale du verbe dans

les subordonnées

Stratégies d’écoute

Connaissances antérieures en L2

Compréhension auditive

m thode et r sultat
Méthode et résultat
  • Matériel:
  • 2 documents sonores sens et lexique identique/ T1: aucune subordonnée structure parataxique/ T2: subordonnées: structures hypotaxique
      • T1: Das Bundesverfassungsgericht schützt die Verfassung. Es stehtüber allen Gerichten. Es entscheidet in manchen Fragen. Diese betreffen das Grundgesetz oder die Kompatibilität von Gesetzen mit den Grundrechten.
      • T2: Das Bundesverfassungsgericht, das über allen Gerichten steht, schützt die Verfassung. Es entscheidet in manchen Fragen, die das Grundgesetz oder die Kompatibilität von Gesetzen mit den Grundrechten betreffen.
  • Participants: 68 participants A2-B2
  • Protocole expérimental : écoute les deux discours en écoute autorégulée
  • Analyse des données : fichiers vidéo de l’écoute des apprenants / analyse par repérages des time codes
  • 1iers Résultats: aucun effet de la position finale du groupe sur la compréhension mais les apprenants repèrent la structure du texte nombreuses pause en fin d’unité de sens.
  • Ici, selon le modèle de Goh, l’autorégulation porterait plus sur la phase perceptive (phono et prosodie) que sur les phases d’analyse syntaxique et d’utilisation (sémantique et pragmatique)
port e et limites de ce travail
Portée et limites de ce travail
  • Une méthodologie d’analyse de l’activité d’écoute et de ses effets sur la compréhension

MAIS

  • Même groupe d’apprenants et même enseignant / Stratégie de type 1 identique à la pratique d’enseignement
  • Evaluation discutable de la compréhension (analyse propositionnelle)
  • Choix des documents sonores, contrôle des difficultés linguistiques, structures et longueurs des documents
  • Protocole expérimental ne permet pas véritablement de déterminer la cause de chaque mouvement d’autorégulation
ouverture scientifique
Ouverture scientifique
  • Etude de l’impact d’autres faits de langue sur l’activité d’écoute :
    • Intonation, Mots composés (adj, verbes…), Syntaxe
  • Étude de l’influence de l’autorégulation et du guidage sur la progression en compréhension de l’oral complétée par le questionnaire métacognitif (Vandergrif, 2006)
  • Étude de l’influence de l’élaboration préalable d’hypothèses sur la compréhension de l’oral
  • Parvenir à distinguer ce qui relève de la stratégie dans l’activité d’écoute d’une régulation non délibérée ou automatisée
  • Ouverture didactique
  • Nécessité d’enseigner l’écoute et d’aider les apprenants à réduire le coût cognitif lié à l’autorégulation
  • Enseignement de la méthodologie d’écoute permet d’acquérir des compétences transversales
merci pour votre attention stef roussel@gmail com andre tricot@toulouse iufm fr
Merci pour votre attention !stef.roussel@gmail.comandre.tricot@toulouse.iufm.fr