Ce n’est pas Adam qui fut séduit,
Download
1 / 54

Adam et Ève chassés du paradis, Chagall - PowerPoint PPT Presentation


  • 102 Views
  • Uploaded on

Ce n’est pas Adam qui fut séduit, mais c’est la femme qui, séduite, tomba dans la transgression. Paul, Épître à Timothée (2-12). Discours masculinistes antiféministes : un frein à l’égalité des sexes par Francine Descarries Professeure

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about ' Adam et Ève chassés du paradis, Chagall' - darin


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

Ce n’est pas Adam qui fut séduit, mais c’est la femme qui, séduite, tomba dans la transgression. Paul, Épître à Timothée (2-12)

Discours masculinistes antiféministes :

un frein à l’égalité des sexes

par Francine Descarries

Professeure

Département de sociologie

Institut d’études et de recherches féministes

UQAM

Conseil fédéral régulier – FSSS/CSN

25 novembre 2009, La Malbaie

Adam et Ève chassés du paradis, Chagall


Objectifs

  • Situer le contexte socioculturel et politique dans lequel s’expriment l’antiféminisme et les campagnes masculinistes

    antiféministes.

  • Cerner les principaux arguments et tactiques qui s’y déploient.

    Favoriser une réflexion sur les façons de contrer l’efficacité de la mouvance antiféministe et de lui riposter.


DEUX UNIVERS QUI SE RENCONTRENT

  • L’antiféminisme ordinaire

    • Comment le définir ?

    • Quelles en sont les principales caractéristiques ?

    • Quelles en sont les assises ?

  • Les masculinistes antiféministes

    • Qui sont-ils ?

    • Que disent-ils ?

    • Que font-ils ?

    • Que sous-tend leur discours ?


  • L antif minisme ordinaire comment le d finir
    L’antiféminisme ordinaire : comment le définir ?

    Réaction/ressac face aux projets du féminisme,

    l’antiféminisme ordinaire constitue :

    • la mise en œuvre et l'expression sociopolitique du sexisme

      • s’exprime à travers un éventail de discours et de pratiques qui visent à contrer les avancées des femmes dans les différents domaines de la vie sociale


    L antif minisme ordinaire comment le d finir1
    L’antiféminisme ordinaire : comment le définir ?

    Réaction/ressac face aux projets du féminisme,

    l’antiféminisme ordinaire constitue :

    • une mouvance politique qui s’oppose au féminisme

      • pose les hommes comme les victimes de l’évolution des rapports sociaux de sexe :

        ils seraient fragilisées, dépouillés de leur virilité (entendons ici pouvoir) par une société dans laquelle ils n’auraient plus de rôle significatif à jouer.

        l’antiféminisme ordinaire entretient :

    • l’idée que les changements provoqués par les luttes du mouvement des femmes constituent une menace pour l’ordre et l’équilibre social.


    Depuis des mill naires l antif minisme a t sc naris et re sc naris des milliers d exemplaires
    Depuis des millénaires, l’antiféminisme a été scénarisé et re-scénarisé à des milliers d’exemplaires

    Quelles en sont les principales caractéristiques ?

    • Constance de l’argument à travers l’histoire

    • Utilise l’argument de la « Nature », d’une différence naturelle (et non socialement construite) entre les sexes pour justifier l’inégalité

    • Se porte à la défense d’une « masculinité » supposément menacée

    «Elles [les femmes ]ont changé les codes de la vie et de la séduction. Chemin faisant, elles ont semé des victimes partout sur leur passage. On se retrouve donc avec un nombre effarant d'éclopés de l'entrejambe, de pauvres gars qui ne savent plus comment agir parce qu'ils vivent sous la dictature de la vergeture. On leur en demande trop».

    Marie Plourde, «Génération tampon», Le Journal de Montréal , 8 mars 2004, p. 48.


    Depuis des mill naires l antif minisme a t sc naris et re sc naris des milliers d exemplaires1
    Depuis des millénaires, l’antiféminisme a été scénarisé et re-scénarisé à des milliers d’exemplaires

    Quelles qu’en soient la forme et l’expression, quelle que soit l’époque considérée, l’antiféminisme s’alimente aux mêmes préjugés, aux mêmes peurs dont :

    • l’inquiétude de ne plus correspondre à l’archétype de la virilité

    • la crainte de voir disparaître des espaces, droits, prérogatives et privilèges traditionnellement masculins

    • la peur du changement, souvent présente chez les femmes comme chez les hommes

    La réalité est que le mâle moderne est trop souvent un « gars rose », un pisse-assis, un nègre mâle domestiqué par sa femme féministe

    Gérard Lévesque http://masculinisme.blog-citycom/grard_levesque_2.htm


    L antif minisme et la com die humaine qui le met en sc ne
    L’antiféminisme et la comédie humaine qui le met en scène

    • Maquille et dénature l’expérience des femmes à travers l’histoire

    • Travestit leur présence et leurs revendications

    • Ne montre pas la réalité des femmes ni celle des rapports de sexe

    • Gomme, invente ou fantasme les femmes autour de quatre ou cinq grands archétypes qui, encore aujourd’hui :

      • constituent la trame de fond de l’antiféminisme;

      • alimentent une certaine hantise contemporaine non tant de l’égalité, mais de ses conséquences.

    Quels sont ces archétypes ?


    La femme diabolique
    la femme diabolique

    • Chargée du poids de la chute de l’humanité:

      les nombreuses interprétations du mythe d‘Ève alimentent les grands discours religieux monothéistes.

    • Séductrice ou sorcière « toute puissante », la femme est dépeinte comme « complice du diable ».

    • Démonisée, elle est une force du mal face à laquelle les hommes deviennent serviles et sans moyen de résistance :

      la diabolisation de son corps et de sa sexualité en font une indécente, une séductrice qu’il faut isoler, contrôler, cacher.


    La m re nourrici re
    la mère nourricière

    • La femme réduite à sa fonction maternelle : ses capacités de reproduction sont sa définition essentielle et son unique justification sociale

    • Mère terre, mère nature, d’Ève à Marie, vierge et mère, elle est l’antidote à la représentation de la femme diabolique

    • Naturalisation du féminin/maternel – de l’instinct maternel

      Encore aujourd’hui dans plusieurs sociétés, on la tient à l’écart de la vie civile pour s’approprier sa sexualité, son corps et son travail de production et de reproduction


    la femme objet,

    la femme chosifiée

    • La femme

      • réduite à sa dimension esthétique

      • contrainte au devoir de beauté

      • soumise au regard et à l’approbation de l’Autre

      • dont le corps sexué – remodelé constamment en fonction des époques et des modes - devient la principale référence identitaire

    • La principale fonction de cette femme est d’être entièrement tournée vers la séduction et la satisfaction du désir-plaisir de l’Autre, en l’occurrence l’homme.


    La femme faible et soumise
    la femme faible et soumise

    • L’éternelle mineure, incapable de raison et d’actions rationnelles que Sigmund Freud a décrit comme :

      « un vase faible… dont la névrose ne pourra être guérie que par une totale acceptation de son destin passif »

    • La femme « enfant » condamnée par la culture patriarcale à vivre en marge detoute vie sociale et politique en raison d’une soi-disant infériorité physique, mais surtout intellectuelle par rapport aux hommes.

      Représentations stéréotypées joyeusement véhiculés par les « jokes » de blondes


    La femme faible et soumise1
    la femme faible et soumise

    • archétype qui continue de venir au secours du contrôle social exercé sur les femmes dans les rapports de couple

    la représentation culturelle de la femme comme un être faible et soumis, plus ou moins destiné à subir au moins psychologiquement de la violence, a si profondément pénétré la psychologie de certaines femmes que celles-ci se sentent effectivement faibles et soumises 

    Maryse Rinfret-Raynor et Solange Cantin, La violence conjugale, p. 147


    La femme rivale
    la femme rivale

    Possiblement la représentation sociale qui de nos jours alimente le plus les discours et attitudes antiféministes.

    • C’est la différence, mais surtout les forces et les qualités insoupçonnées de cette « femme rivale » qui entretiennent la peur.

    • À l’origine du stéréotype, le refus :

      • des hommes de partager des territoires qu’ils occupaient en exclusivité dans le passé ;

      • des changements introduits par la mixité sociale, la mutation des mentalités, des habitudes, des comportements, et plus largement des modes relationnels, des modes d’être ensemble.


    L antif minisme aujourd hui
    L’antiféminisme aujourd’hui

    • Malgré un consensus de plus en plus grand au sein de la société québécoise quant à l’acceptation du principe d’égalité entre les hommes et les femmes; il est au « goût du jour »dans certains milieux (et les médias s’empressent de relayer ces messages), de :

    • dénoncer les soi-disant « abus » du féminisme

    • glorifier des expériences du passé pourtant construites dans une totale inégalité entre les sexes et sur l’exclusion des femmes de leur rôle de citoyennes;

    • rendre les féministes responsables de la disparition des « vrais hommes », de leurs échecs scolaires, de leur mal de vivre, ou encore de la reconduction de la violence conjugale.


    L antif minisme ordinaire s appuie sur l illusion de l galit d j l
    L’antiféminisme ordinaire s’appuie sur l’illusion de l’égalité déjà là

    • Souvent entretenue à partir d’une comparaison avec la situation des femmes dans des sociétés où leurs droits sont totalementnt bafoués ou niés, cette illusion :

      • en amène plusieurs à préconiser qu’il est temps de passer à autre chose ou de faire autrement

      • entraîne la réduction de l’indignation à l’égard du sexisme

      • provoque, par effet de retour, l’affaiblissement de la vigilance et du pouvoir d’attraction du féminisme

      • génère une forte réticence à l’égard de toute radicalité dans le discours et l’action féministes, surtout de la part des plus jeunes

      • incite à abandonner le procès du patriarcat en termes de rapports de pouvoir, de discrimination systémique et de division sociale des sexes


    L’antiféminisme ordinaire postule une hypothétique symétrie des inégalités, voire féminisation de la société

    • présente tant les femmes que hommes comme «victimes» des changements sociaux induits par le féminisme

    • opère un retournement du principe d’égalité des sexes enassociant les problèmes des hommes à des problèmes de discrimination sexuelle ou systémique

    • entretient une surenchère à la victimisation suite aux « excès » du féminisme

    • conteste les « privilèges » et les ressources accordées aux femmes, prétextant « que la société en aurait trop fait pour elles  et qu’il serait temps de s’occuper des hommes discriminés par les politiques mises en place en faveur des femmes fait du chemin. (Roux, Patricia, Nouvelles questions féministes)»

    • rend illégitime le caractère subversif du féminisme


    L antif minisme ordinaire soutient l hypersexualisation des rapports sociaux et de l espace public
    L’antiféminisme ordinaire soutient l’hypersexualisation des rapports sociaux et de l’espace public

    • Sexualisation à outrance des rapports sociaux et du rapport au corps - en particulier à de celui des toutes jeunes filles - ce qui risque d’accroître leur vulnérabilité » et de les maintenir dans une situation de « dominées » 

    • Participation des femmes à leur propre objectivisation (phénomène Madona : … plus mince, plus sexy, plus jeune que jamais ), sous prétexte d’affirmation, alors que leur pouvoir se limite largement, dans tel cas, à l’image qu’elles projettent

    • Recrudescence de la publicité sexiste et de diktats de féminité irréalistes


    La publicit sexiste participe de l antif minisme ordinaire
    La publicité sexiste participe de l’antiféminisme ordinaire

    La publicité sexiste véhicule des stéréotypes qui font référence à la division sexuelle des rôles et des attitudes.

    Également, propagande commerciale qui utilise les stéréotypes sexuels, la nudité et la sexualité sans rapport avec le produit dans le seul but d’en accroître les ventes.


    La publicit sexiste participe de l antif minisme ordinaire1
    La publicité sexiste participe de l’antiféminisme ordinaire

    Tendance dominante qui :

    • impose une image fictive du corps féminin

    • construit explicitement le corps des femmes en objet de jouissance offert à tous les regards

    • hypersexualise n’importe quelle situation de la vie quotidienne

    • limite les femmes à une sexualité réduite à l’idée que les publicitaires et leurs clients s’en font

    • cantonne les femmes au paraître


    Ce mode d’enfermement dans la beauté plastique, dans le corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminisme


    • Autre forme d’antiféminisme corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminisme

      Le contexte néo-libéral et le conservatisme politique

    • Renforce l’exclusion ou la vulnérabilité d’importantes catégories de femmes

    • Met en péril

      • certains des acquis obtenus de haute lutte

      • l’existence d’organismes et de programmes gouvernementaux qui constituent des rouages essentiels en soutien à la lutte des femmes et au maintien des groupes de femmes.

    • S’inscrit a contrario de la volonté du mouvement des femmes de lutter contre les différents types de discrimination, de violence et d’injustice.

    • Suscite l’émergence d’une compétition entre les femmes et les hommes et entre les femmes elles-mêmes pour accéder aux rares ressources disponibles pour lutter contre les inégalités.

    • relâchement du rôle politique de l’État

    • effritement du filet social

    • réduction du soutien aux familles

    • ratés dans l’application de la Loi sur l’équité salariale

    • précarité du mode de financement des groupes de femmes

    • préconise une approche intégrée de l’égalité


    Les masculinistes antif ministes
    Les masculinistes antiféministes corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminisme

    • Qui sont les masculinistes ?

    • Que disent-ils

    • Que font-ils ?

    • Que sous-tend leur discours ?


    Les masculinistes qui sont ils
    Les masculinistes : qui sont-ils ?* corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminisme

    • groupes conservateurs politiques ou religieux :

      • s’opposent aux revendications des femmes;

      • valorisent les rapports sociaux traditionnels

      • s’associent aux revendications des groupes « Pro-vie », etc.

  • groupes de thérapie de la masculinité :

    • centrent leur analyse sur la souffrance individuelle des hommes en rapport avec une masculinité questionnée sans prendre en compte les rapports de pouvoir entre hommes et femmes

  • groupes de défense des droits des hommes/pères :

    • postulent la symétrie des inégalités

    • s’opposent, souvent de manière virulente, au féminisme

  • Le féminisme ...

    est un crime contre l’humanité

    • Extrait d’entrevue

      Source : http://cybersolidaires.typepad.com/ameriques/2009/10/la-domination-masculine.html

    * Sources : Lingard, B et P. Douglas (1999). Men Engaging Feminisms. Pro-feminism, Backlashes and Schooling, pen University Press : Bouchard, Pierrette (2003). La stratégie masculiniste, une offensive contre le féminisme ; Coalition anti-masculiniste, Plate-forme de la Coalition ; Arte, « Masculinisme »  : petit historique


    Les masculinistes antif ministes qui sont ils
    Les masculinistes antiféministes : corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminismequi sont-ils ?

    • Le terme antiféministes désignent divers individus ou regroupements masculinistes qui participent d’une mouvance de droite

    • L’appellation masculinisme suggère une analogie trompeuse avec le féminisme puisque dans le premier cas :

      • l’enjeu n’est pas la lutte pour l’égalité entre les sexes

      • l’appellation désigne l’action de divers groupes d’hommes (groupes de pression) qui s’opposent au changement social

    • Parler de crise de la masculinité n’est pas nouveau : ce thème revient de façon récurrentedans l’histoire

    Aux moments charnières du mouvement des femmes correspondaient une histoire des temps forts de l’opposition des hommes à l’émancipation des femmes. Virginia Woolf (1929)


    Les masculinistes antif ministes que disent ils
    Les masculinistes antiféministes : corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminismeque disent-ils ?

    Marc Lépine blogspot

    L’après-rupture

    Father 4 Justice

    Papa t’aime

    Content d’être un gars

    Paroles d’hommes

    Mouvement égalitariste

    Comment ça va les hommes ?

    La planète des hommes

    À divers titres et sur différentes tribunes :

    • S’opposent au projet de changement social porté par le féminisme

    • Nient que les femmes vivent encore des inégalités sociales causées par la reconduction de rapports de pouvoir et d’effets systémiques qui favorisent encore les hommes au détriment des femmes

    • Imputent les problèmes vécus par les hommes aux féministes, voire aux femmes.

    • Mettent de l’avant une vision du « masculin  » axée sur la virilité, le contrôle, l’autorité parentale, voire le machisme

    • Défendent un modèle traditionnel et rigide de la famille, de la place des hommes dans la société et des rapports entre les sexes


    Les masculinistes antif ministes que disent ils1
    Les masculinistes antiféministes : corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminismeque disent-ils ?

    • On va enseigner des arts martiaux ...on va former des vrais hommes !

    • Extrait d’entrevue

    • http://cybersolidaires.typepad.com/ameriques/2009/10/la-domination-masculine.html


    Les masculinistes antif ministes que disent ils2
    Les masculinistes antiféministes : corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminismeque disent-ils ?

    • Utilisent le décrochage scolaire, le taux de suicide chez les garçons et la situation parentale de certains pères divorcés comme « catalyseurs » de leur discours

    • Prétendent que le féminisme a créé un « apartheid sexiste anti-mâle » qui détruit la « masculinité » :

    L’idéologie féministe ... est une idéologie de mort ...

    Extrait d’entrevue

    Source : http://cybersolidaires.typepad.com/ameriques/2009/10/la-domination-masculine.html


    Les masculinistes antif ministes que disent ils3
    Les masculinistes antiféministes : corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminismeque disent-ils ?

    • Déclarent parler au nom des droits des pères, sinon au nom de tous les hommes

    • Les plus radicaux, se prononcent pour le droit du fœtus, contre l’homosexualité, l’immigration, les PAÉ, l’équité salariale, les mesures sociales qui accordent des droits aux femmes :

      • L’équité salariales et autres dérives et dommages collatéraux du féminisme au Québec (André Gélinas)


    Les masculinistes antif ministes que disent ils4
    Les masculinistes antiféministes : corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminismeque disent-ils ?

    • Minimisent le phénomène de la violence à l’égard des femmes

    • Contestent les statistiques et mettent de l’avant l’argument des fausses déclarations

    • Réfutent la définition de la violence : la réduisent aux crimes les plus violents

    La culpabilisation de l’homme québécois par toutes sortes de campagnes, de slogans, de marches, de déclarations ayant pour thème la supposée violence masculine, violence jamais démontrée sérieusement par aucune enquête scientifique rigoureuse, a fortement contribué à détériorer les relations hommes-femmes. Ainsi en est-il de l’utilisation scandaleuse annuelle, fortement médiatisée de la tuerie de polytechnique par certains groupes de femmes

    Extrait du mémoire présenté à la commission parlementaire sur l’égalité entre les hommes et les femmes, 15 décembre, 2005, par l’Après-rupture


    Les masculinistes antif ministes que disent ils5
    Les masculinistes antiféministes : corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminismeque disent-ils ?

    • Présentent les violences masculine et féminine comme s’il s’agissait de problèmes symétriques

    • Rendent les femmes co-responsables du phénomène de la violence conjugale dont sont victimes les femmes

      Pour moi et pour la majorité des intervenants, toute violence conjugale, sauf celle mettant en jeu des psychopathes ou des sociopathes (2 à 3 % de la société) est la conséquence d’une schismogenèse complémentaire.

      La schismogenèse complémentaire (Brodeur, 2003) signifie qu’à l’action de l’un correspond une réaction inadaptée de l’autre. Par exemple, il est démontré que l’homme réagit de façon physiologique à une situation de confrontation beaucoup plus rapidement que la femme. (Yvon Dallaire, La violence faite aux hommes)


    Les masculinistes antif ministes que font ils
    Les masculinistes antiféministes : corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminismeque font-ils ?

    • Occupent une large place de l’espace médiatique consacré aux rapports entres les hommes et les femmes

    • Cherchent à gagner la sympathie des femmes par une surenchère à la victimisation et sèment le doute chez plusieurs par rapport au bien-fondé de leurs revendications

    • Jouent sur les insécurités des femmes dans leurs relations avec les hommes

    • Amènent plus de femmes à se taire, plutôt qu’à les confronter ou à être l’objet de leurs invectives


    Les masculinistes antif ministes que font ils1
    Les masculinistes antiféministes : corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminisme que font-ils ?

    • Exercent des pressions sur l’État pour modifier son approche de l’égalité entre les sexes

    • Dénoncent le financement à « coup de millions » accordés aux CSF et organismes féminins

    • Propagent une fausse vision du féminisme, de ses batailles et de ses gains

    • Engendrent une méconnaissance du mouvement, surtout auprès des jeunes générations

    • Forcent le mouvement des femmes à être sur la défensive, à développer un contre argumentaire plutôt que de faire valoir ses positions et son propre agenda

    • Harcèlent le mouvement des femmes par des poursuites judiciaires et autres moyens de pression …


    La nostalgie

    Les masculinistes : que sous-tend leur discours ? corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminisme

    la nostalgie

    Les antiféministes n’hésitent pas à :

    • tracer un portrait idyllique du passé et des rapports de sexe traditionnels ; « du temps où les femmes étaient des vraies femmes et des vraies mères »

    • affirmer que l’humanité se porterait mieux si les femmes acceptaient de reprendre leur place et de se comporter comme de « vraies femmes ».


    La distorsion
    la distorsion corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminisme

    À l’origine du travail de leur travail de désinformation, les antiféministes tentent de faire croire, que :

    • les hommes sont discriminés sur la base de leur sexe

    • les programmes d’accès à l’égalité, la loi sur l’équité salariale et autres mesures du même ordre représentent une injustice à l’égard des hommes

    • le Québec serait un « matriarcat »

    Le Québec est un matriarcat psychologique, où l'homme doit encore trop souvent s'excuser d'être un homme […]

    Le matriarcat psychologique a mis au monde trop d'hommes de 30 et 40 ans, adolescents attardés qui répondent aux injonctions féminines en ne parlant plus que de leurs émotions et de leurs états d'âme. Ils laissent leurs blondes, brunes ou noires définir pour eux ce qu'ils sont, ce qu'ils désirent, ce qu'ils espèrent et ce qu'ils croient, de peur d'être excommuniés pour cause de machisme.

    • « Matriarcat »,Denise Bombardier, L'actualité, 15 décembre 2005


    La distorsion1
    la distorsion corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminisme

    • non seulement l’égalité entre les sexes serait atteinte, mais de surcroît « les valeurs féminines seraient au premier plan » dans la société québécoise actuelle

    • « l’imposition » des valeurs féminines réprimerait la masculinité sous prétexte de réprimer la violence  

    • la validité des statistiques est contestée

    • Dans Le Québec sur le divan (2008), le Dr. Pierre Mailloux écrit, rapporte Stéphane Baillargeon Le Devoir, ler avril 2008 : B8), que la Comission Bouchard-Taylor était

      • « balisée d’une grande frilosité de discours  [attribuée à] la collectivité matriarcale québécoise [qui a incorporé] beaucoup de valeurs féminines [dont il fournit la liste ] la censure, la répression, le contrôle, l’uniformisation, la soumission, l’hupocrisie, l’utilisation de moyens détournés, le non-dit, la susceptibilité maladive » ...


    La d sinformation
    la désinformation corps, dans le sexe est une technique d’infériorisation des femmes et participe du sexisme et de l’antiféminisme

    La prétention que les hommes sont discriminés sur la base de leur sexe par le système judiciaire, le système de la santé et des services sociaux et le système scolaire n’est pas étayée par les faits.

    • La garde des enfants est attribuée par les juges au parent responsable », alors que l’on observe un préjugé favorable à l’égard de la garde partagée

    Au Québec 35% des cas de rupture font l’objet d’un jugement devant les tribunaux

    Maman a la garde

    75,8 des cas en 1988

    49,5 des cas en 2002

    Source : L’actualité, 15 juin 2006


    Veuillez noter que nous ne sommes pas en mesure d'aider ceux qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats.

    • Fathers-4-Justice.ca - F4J Québec


    La d sinformation1
    la désinformation qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats.

    • Les médecins et professionnels de la santé de sexe masculin sont en surnombre

    • Aucun mécanisme n’empêche les hommes d’être enseignants, de se scolariser, de consulter, de se faire soigner, de prendre soin de leurs enfants, etc.

    • La majorité des garçons réussissent à l’école; l’abandon scolaire était pire il y a 20 ans; il faut tenir compte des autres variables


    Depuis 1979, la qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats. situation est toujours en faveur des filles, mais ...

    les garçons décrochent en moins grande proportion aujourd’hui qu’à la fin des années 1970, période où l’on ne pouvait certainement pas taxée l’école d’être envahie par les « valeurs féminines ».


    L ambivalence face l galit
    L’ambivalence face à l’égalité qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats.

    • La transformation du rapport de pouvoir et le partage des droits et des privilèges qui accompagnent l’égalité font peur.

    • La libération des femmes renvoie à la crainte d’une prétendue « puissance féminine » qui serait à l’origine d’une dévirilisation d’autant plus menaçante que :

      • les revendications féministes demandent aux hommes de s’inscrire dans le domestique;

      • les femmes occupent de plus en plus l’espace public;

      • les femmes ont gagné le contrôle de leur corps et de leur fécondité.

      • l’imaginaire des rapports hommes/femmes est bâtie sur la « différence »


    La mauvaise foi
    la mauvaise foi qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats.

    • Poser les femmes comme victimes du féminisme dans :

      • leur vie familiale

      • leur capacité de séduction

      • leur vie amoureuse

      • leur quête identitaire

  • Faire croire que des événements de violence sont des événements isolés, et reliés aux seules situations personnelles

  • Affirmer que seules les voix de femmes sont entendues dans les institutions


  • La mauvaise foi1
    la mauvaise foi qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats.

    • Prétendre que le mouvement des femmes a été construit sur un agenda anti-mâle, plutôt que sur une quête d’égalité

    • Accuser le mouvement des femmes d’être une force politique dédiée à la promotion des droits des femmes de façon isolée et aux dépens de la société en général et surtout des relations de couple et de la famille

    • Le féminisme a créé le patriarcat pour avoir un ennemi contre lequel se battre (Yvon Dallaire)

    • ...qu’on l’appelle du féminisme ... que ce soit du fascisme, ça prend toujours quelque chose pour manipuler le peuple.

    • Extraits d’entrevue : http://cybersolidaires.typepad.com/ameriques/ 2009/10/la-domination-masculine.html


    Le n gativisme
    le négativisme qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats.

    • Négation du contrôle social exercé par la violence

    • Évacuation de l’analyse en termes de rapports de sexe

    • Dépolitisation des revendications du mouvement féministe

    • Déresponsabilisation des hommes face aux problèmes rencontrés par les femmes

    Nous rejetons absolument cette prémisse voulant que les femmes en Occident aient été soumises à une discrimination séculaire de la part des hommes.

    Gilbert Claes lors de la consultation parlementaire sur l’Avis du conseil du Statut de la femme, Vers un nouveau contrat social pour l’égalité entre les hommes et les femmes


    La culpabilisation
    la culpabilisation qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats.

    • C’est la faute des féministes !!!

      • Confusion des genres, déclin de l’amour, déroute des sexes, rupture familiale, dénatalité, crise d’identité, problèmes scolaires des garçons, suicide, violence conjugale ...

        sont imputés à la quête d’autonomie des femmes que certains, voire certaines, ne se gênent pas pour qualifier de démesurées ou de castratrices.

    • À toutes fins pratiques, voici la version contemporaine d’un message répété depuis des millénaires : c’est la faute des femmes!


    La culpabilisation1
    la culpabilisation qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats.

    • Le recours aux stéréotypes « d’ennemies des hommes » et de « guerre des sexes », la déformation de l’expression « féminisme radical » contribuent à :

      • rendre les femmes frileuses à se reconnaître féministes;

      • revendiquer l’égalité de fait

      • caricaturer les véritables enjeux de la lutte des femmes.


    La surench re la victimisation
    la surenchère à la victimisation qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats.

    • Les hommes en tant que « victimes » de leur position de dominants dans les rapports de sexe.

    • Réinterpréter des réalités historiques pour faire jouer aux hommes le rôle de victime et aux femmes le rôle d’oppresseure.

    • Ou pis encore, accuser l’éthique de la non-violence associée au féminisme d’émasculer les hommes québécois ou de les priver de leur identité fondamentale (la valse des testostérones).

      • Exemple de surenchère et de mauvaise foi, ces propos d’un psychologue publiés dans un magazine féminin québécois :

        • La violence sexuelle faite aux jeunes garçons est pire que celle faite aux femmes, parce que les premiers ne s’y attendent pas  


    L approche caricaturale
    l’approche caricaturale qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats.

    Utilise des stratégies de langage caricaturales pour :

    • insulter les femmes

    • éviter d’entretenir un discours raisonné

    • s’en prendre directement aux féministes et à leur cause, voire à leur intelligence pour les discréditer. Qui n’a pas entendu :

      Les féministes sont moches, grosses, frustrées, agressives … mal baisées !

      ou encore, dans les dernières années :

      fémininazies, féministes intégristes, vaginocrates, ayatollettes des délirants départements d'études féministes, terroristes familiales, Commissaires du POLITBURO féministe


    L approche caricaturale et les attaques directes
    l’approche caricaturale – qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats. et les attaques directes

    Source : www.garscontent.com/ 507 _Juillet/14/. 26 septembre 2008


    L approche caricaturale et les attaques directes1
    l’approche caricaturale – qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats. et les attaques directes

    Faut-il se surprendre si face à de telles insultes, tant de jeunes femmes soient amenées à déclarer… je suis féministe … mais ?

    ou encore préfèrent évoquer les réalisations du mouvement des femmes plutôt que de parler de féminisme.


    L antif minisme sous toutes ses formes
    L’antiféminisme sous toutes ses formes qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats.

    • Quel est son impact ?

  • Attaque la crédibilité des féministes dans leur quête pour mettre fin aux inégalités induites par la division/hiérarchie sociopolitique des sexes (autrement dit par le patriarcat)

  • Minimise, banalise, voire nie les effets de la discrimination systémique et les différents types de violence et d’injustice que subissent les femmes en tant que femmes

  • Contribue à diviser les femmes entre elles

  • Constitue un frein à leur participation active et égalitaire tant dans la sphère privée que dans la sphère publique


  • L antif minisme sous toutes ses formes1
    L’antiféminisme sous toutes ses formes qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats.

    • Détourne le sens des revendications féministes et les présente comme obsolètes

    • Place lemouvement des femmes sur la défensive et monopolise ses énergies

    • Renforce la misogynie, le machisme et le ressentiment des hommes à l’égard des femmes

    • Alimente et étaye les préjugés et l’argumentaire antiféministes « ordinaires »


    • L qui se font broyer par l'appareil judiciaire comme nous l'avons fait pendant quelques années. Sachez toutefois que vous n'êtes pas seul, des milliers comme vous subissent depuis 20 ans le biais évident des cours familiales, de la DPJ, des fausses accusation de violence conjugales et de l'avidité des avocats. a recrudescence d’un discours antiféministe ordinaire qui reçoit l’écoute des médias et de certaines officines gouvernementales est à l’origine de l’insidieuse question trop souvent entendue …

    Est-ce que le féminisme ne serait pas allé trop loin ?


    Riposter ou r sister dans les circonstances
    Riposter ou résister dans les circonstances ?

    • Les réponses doivent être adaptées aux circonstances, mais on doit pour le moins s’assurer qu’elles :

      • ne donnent pas aux masculinistes la visibilité additionnelle recherchée

      • nous mettent en situation de nous justifier

      • prennent l’essentiel de nos énergies

      • deviennent un enjeu central de nos luttes


    ad