Pour un observatoire de la neige au Liban l'eau face au changement climatique - PowerPoint PPT Presentation

pour un observatoire de la neige au liban l eau face au changement climatique n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Pour un observatoire de la neige au Liban l'eau face au changement climatique PowerPoint Presentation
Download Presentation
Pour un observatoire de la neige au Liban l'eau face au changement climatique

play fullscreen
1 / 20
Pour un observatoire de la neige au Liban l'eau face au changement climatique
192 Views
Download Presentation
dara
Download Presentation

Pour un observatoire de la neige au Liban l'eau face au changement climatique

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Institut français du Proche-Orient Observatoire urbain Amin Shaban (CNRSL) Janine Somma (Université Saint-Joseph)Laurent Drapeau (IRD) Pour un observatoire de la neige au Libanl'eau face au changementclimatique 7 Mars 2013 L'eau face au changement climatique

  2. Plan 1) Introduction et contexte 2) Des outils et méthodes • Une préoccupation planétaire : l’eau • La Méditerranée, hot spot du changement climatique • Vers un épuisement des ressources en eau ? • Le Liban, un château d’eau • Observer la neige pourquoi ? • Les précipitations (pluies et neiges) • Les mesures de terrains • Les mesures satellites • L’équivalent en eau de la neige • Quelques caractéristiques de la neige 3) Evaluations de réserves 4) L’apport des satellites • Les névés résiduels • Les débits des sources • La variabilité de la fonte • Modélisation informatique des volumes • Vers une extrapolation aux quantités d’eau • Quelques éléments de télédétection • Les calculs de l’enneigement • Comparaisons entre massifs • Liens climatiques • Vers un observatoire pérenne …

  3. Un observatoire Spatial de l’Enneigementau Liban (Méditerranée) • Une interopérabilité • Institutionnelle • Scientifique • Technologique

  4. Une préoccupation planétaire : l’eau Elle représente 71% de notre planète Aucune espèce ne peut vivre sans eau Elle modifie la surface terrestre, et modère le climat … 97.4%) 2,6%) 0.014% 1 360 000 000 km3 190 400 km3 Eaux douces (calottes glacières, glaciers, eaux continentales) Eaux salées (Océans, lacs salés) Eaux accessibles (lacs, Rivières biotopes, sols)

  5. Une préoccupation planétaire : l’eau Temps de séjour moyen de l’eau Océans : centaines de milliers d’années Sols : 2 semaines à 1 an Atmosphère : 1 semaine Glaciers et calottes polaires : 8 000 ans Lacs :10 ans Cours d’eau : 2 semaines Eaux souterraines : 2 semaines à 10 000 ans

  6. Quelques éléments sur le changement climatiques Variations de la température et du niveau de la mer à l’échelle du globe et de la couverture neigeuse dans l’hémisphère Nord Rapport du GIEC(Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) Organisme intergouvernemental, ouvert à tous les pays membres de l'ONU.

  7. Une préoccupation planétaire : l’eau Une ressource indispensable, irremplaçable, mal répartie Afrique du Nord, Moyen-Orient, les régions les plus menacée. La surface des territoires représente la proportion de toute l’eau fraiche disponible De sévères contraintes naturelles (faiblesse des précipitations, températures, aridité, écoulements difficilement maîtrisables

  8. Quelques éléments sur le changement climatiques Stress sur les bassins fluviaux mondiaux

  9. La Méditerranée, hot spot du changement climatique Température de l’air (°C): 2070-2099 vs. 1961-1990 • La région devrait connaître des hausses de température à toutes les saisonsà des taux > moyenne mondiale (tous les scénarios). • Réchauffement particulièrement prononcé en été. Pourrait être > 5°C d’ici la fin du 21è s. (d’après les scénarios d’augmentation élevée des émissions de GES). •  fréquence, durée et intensité des canicules Hiver Été (Somot et al., 2007)

  10. La Méditerranée, hot spot du changement climatique Précipitations (mm/d): 2070-2099 vs. 1961-1990 • En hiver : hausse des précipitations dans les pays du Nord Méd. (ex.: Alpes) et diminution au Sud. • En été : diminution généralisée des précipitations (jusqu’à –30% dans les scénarios de hausse élevée des émissions GES). • Diminution des précipitations au printemps et en automne. •  fréquence des précipitationsextrêmes Hiver Été (Somot et al., 2007)

  11. La Méditerranée, hot spot du changement climatique Un bassin versant est une aire à l'intérieur de laquelle toutes les eaux alimentent un même exutoire A l’échelle des bassins versants méditerranéens 2000 2025 11

  12. 290 millions de Méditerranéens concernés Situation de pénurie d’eau (< 500 m3/hab/an) : 60 millions en 2005, 258 millions en 2050 (sans CC) ou 292 millions en 2050(cc)

  13. Vers un épuisement des ressources en eau Evolutions entre 1950 et 2050 des ressources en eau naturelles renouvelables par habitant dans les sous régions et l’ensemble des pays méditerranéens - 4% au Nord, - 35% au Sud et à l’Est 13

  14. La Méditerranée, hot spot du changement climatique Exemples d’incidences associées à la variation de la température Baisses de rendement des cultures d’hiver, ex. céréales : Maroc : -10% (année normale), -50% (année sèche) d’ici 2020 Algérie : -6% à -14% fréquence événements extrêmes,  productivité des cultures d’été

  15. De très nombreuses études …

  16. Observatoire spatial régional Tensift South West 2003 Remote sensing Agro Meteo 2011 Snow Irrigation 2008 Merguellil Liban 2002

  17. Le Liban, un château d’eau Reliefs calcaires (réservoirs) parallèles au littoral, perpendiculaire aux dépressions d'ouest • Un espace de transition entre : • Zone tropicale et subtropicale (présence constante de hautes pressions dynamiques très stables. • Zone méditerranéenne (circulation ouest est de dépressions cycloniques). • Le front polaire (limite les deux domaines) remonte en été, descend en hiver jusqu'au nord de l'Afrique (passage des dépressions) Les précipitations hivernales sous la forme de neige (stockage des eaux: plus de 1000 mm sur les reliefs , 1 500 sur le Mont Liban). En Syrie et en Jordanie les pluies diminuent très rapidement (300 mm et moins).

  18. Le Liban , un château d’eau Au Nord (Syrie) : le JbelAnsarié (1 583 m) et le JbelZawiyé enserrent le fossé du Ghab dans lequel coule l'Oronte vers le nord (570 km). Au Liban : le mont Liban et Anti Liban enserrent la plaine de la Bekaa dans lequel coule le Litani (170km) (vers le Sud). Le Jourdain (360 km) s'écoule du nord au sud. Il prend naissance sur le mont Hermon et se dirige vers la mer Morte. Les nappes souterraines jouent également un grand rôle et parfois leur exploitation est source d'intenses rivalités.

  19. Le Liban, un château d’eau Le Liban est, de loin, le pays le mieux doté avec la Syrie. Des ressources en eau douce estimées à 4,8 milliards de m3 soit 1 230 m3/an/personne, ce qui est une norme haute. 80 % des eaux consommées sont destinées à l'irrigation. Le Liban est donc doté d'importantes réserves, il peut apparaître un peu comme un château d'eau dans ce Levant où beaucoup d'États souffrent de pénurie.

  20. Observer l’enneigement, pourquoi ? Au Moyen-Orient et en Méditerranée, les manteaux neigeux jouent un rôle primordial de réservoirs (hiver) et d’approvisionnent des cours d’eau (printemps, été). Ils représentent la principale source d’alimentation des nappes (40% en moyenne au Liban). Objectif : Système de suivi de la disponibilité de la ressource en eau reposant sur l’imagerie satellitaire pour des bassins à forte variabilité climatique où le réseau de mesures au sol est peu dense et/ou déficient