La crise de la sidérurgie européenne, due à la récession, se prolongerait malgré la reprise - PowerPoint PPT Presentation

colman
la crise de la sid rurgie europ enne due la r cession se prolongerait malgr la reprise n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
La crise de la sidérurgie européenne, due à la récession, se prolongerait malgré la reprise PowerPoint Presentation
Download Presentation
La crise de la sidérurgie européenne, due à la récession, se prolongerait malgré la reprise

play fullscreen
1 / 47
Download Presentation
La crise de la sidérurgie européenne, due à la récession, se prolongerait malgré la reprise
226 Views
Download Presentation

La crise de la sidérurgie européenne, due à la récession, se prolongerait malgré la reprise

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Chapitre 1 La crise de la sidérurgie européenne, due à la récession, se prolongerait malgré la reprise

  2. Croissance de la demande apparente de produits finis en 2013, sauf en Europe où la reprise attendrait 2014 Estimation de la demande apparente d’aciers finis au niveau mondial

  3. En 2013, la production mondiale d’aciers bruts, toujours plus haut… • Le monde n’a jamais produit autant d’aciers qu’en ce début d’année, avec : • une production cumulée à fin juillet de 920 Mt (+2% par rapport à la même période de 2012, 901 Mt) ; • en moyenne, 131 Mt produites par mois (129 Mt l’an dernier).

  4. … grâce à la Chine, qui compte pour environ la moitié de la production sur les sept premiers mois de 2013 • La croissance chinoise rebondit en 2013, avec un rythme de croissance annuelle de 8%. • Entre fin juillet 2008 et fin juillet 2013, la Chine a augmenté sa production de 48% ! • Le monde hors Chine a subi une baisse de 3% de sa production sur les sept premiers mois de 2013 par rapport à 2012… • … et une contraction de 7% par rapport à 2008.

  5. Après 2009, la Chine est redevenue exportateur net, avec un excédent de 37 Mt en 2012 • L’excédent commercial a atteint 37 Mt en 2012. Au 1er semestre 2013, l’excédent commercial est de 21 Mt, comparable à celui de 2012. • L’an dernier, la Chine avait exporté 51 Mt d’aciers (semis, produits longs, plats et tubes), soit une hausse de 15% en un an. • Les autorités chinoises ont annoncé, en juin 2013 , essayer de ramener la production d’aciers aux besoins du pays. • La profitabilité de la sidérurgie chinoise est très faible et 40% des entreprises sont en perte.

  6. Dans les autres pays, seuls le Japon et l’Inde ont augmenté leurs productions sur les sept premiers mois de 2013

  7. Croissance molle pour certains et baisse aux États-Unis, en Europe et en Corée du Sud • Entre 2012 et 2013, l’évolution dans les pays émergents est mitigée : • seule l’Inde a connu une croissance des productions ; • la Corée du Sud et la Turquie ont produit moins d’acier cette année. • Entre 2008 et 2013 : • le poids des pays industrialisés, et plus particulièrement des pays de l’UE, a décru ; • parmi les pays émergents, l’Inde a connu un essor de près de 50%.

  8. Les prévisions de consommation apparente en Europe demeurent pessimistes pour 2013

  9. L’enjeu de l’autosuffisance en acier des économies européennes • Selon les prévisions d’Eurofer, la consommation apparente en 2013 devrait rester inférieure à celle de 2012, de 3,5%. • Avec une consommation prévue à 137 Mt d’aciers en 2013, elle est inférieure de 26% à la moyenne des années 2004-2008. • Une reprise devrait se manifester au dernier trimestre 2013, soutenue par un redémarrage de la consommation réelle. • La consommation apparente devrait ensuite croître plus sensiblement dès 2014. • Considérant les années 2012 et 2013 comme un point bas dans la consommation d’aciers, le retour à une consommation de 180 Mt nous parait plausible en raison des besoins en équipements et en infrastructures, notamment en Europe de l’Est. • Ce niveau est comparable à la consommation moyenne d’aciers en Europe avant la crise (185 Mt sur la période 2004-2008). • En deçà, l’UE deviendra importatrice d’acier de manière structurelle.

  10. La balance commerciale européenne difficilement à l’équilibre dans les plats… Cours mensuel moyen de l’euro vs dollars

  11. … mais des excédents croissants dans les produits longs

  12. Soldes commerciaux plats/longs

  13. Une production européenne plus faible en 2013

  14. Seuls deux pays européens ont augmenté leurs productions en 2013 : le Royaume-Uni (effet Teeside) et l’Autriche (Voest Alpine)

  15. A l’ouest de l’Europe, forte baisse des productions en Italie et au Luxembourg (environ -14% sur sept mois) La production française s’est contractée de 5%, tandis que la production allemande résiste mieux (-2%)

  16. A l’est de l’Europe, recul substantiel de la production polonaise

  17. La question des capacités de production : l’OCDE brouille les cartes Nouvelles additions de capacités annoncées par les sidérurgistes (Mt) Excédent de capacités (Mt) • L’OCDE estime que, en 2012, l’excédent de capacités de production d’aciers s’élevait à environ 542 Mt, dont 200 Mt en Chine et 220 Mt dans les pays de l’OCDE. • Cependant: • il est difficile d’avoir des informations précises sur les capacités, notamment en Chine ; • le raisonnement est limité à la capacité nominale des installations ; • le taux d’utilisation prend difficilement en compte le nombre d’équipes, la productivité, etc. • Ces chiffres avancés par OCDE ont été contestés en juillet 2013, surtout par les Européens. • De nouvelles augmentations de capacités sont annoncées dans les années à venir.

  18. Les capacités de production arrêtées en Europe début 2013 Équilibre offre / demande dans l'UE27 (Mt) Distribution des capacités de production d'acier – Arrêts définitifs( et temporaires Mt) Actualisation des capacités de production en Europe (estimations)

  19. Ajustement à la demande d’aciers par les arrêts de capacités définitifs et temporaires • La production européenne d’acier atteint 169,4 Mt en 2012, après 177,7 Mt l’année précédente. • Pour rappel, les productions annuelles atteignaient, en moyenne, 203 Mt entre 2004 et 2008. • Depuis la crise financière de la fin 2008, les capacités de production d’acier dans les pays de l’UE ont déjà été réduites de près de 42 Mt. Les réductions annoncées comme définitives représentent 24,3 Mt. • Cette baisse spectaculaire des capacités de production européennes constitue le principal facteur d’ajustement de l’offre et de la demande d’aciers sur les marchés européens. • Entre fin 2012 et le premier trimestre 2013, 6 Mt de capacités avaient été remises en marche pour répondre au rebond de la demande en début d’année. • Pour l’essentiel, il s’agit des hauts-fourneaux arrêtés pour réfection ou maintenance en 2012 et dont les arrêts ont été parfois prolongés au-delà. • Parallèlement, d’autres unités sont arrêtées définitivement après plusieurs mois de fermetures annoncées comme temporaires (AM à Florange, Duferco à La Louvière, Alfonso Gallardo à Azpeitia). • Ce processus rend compte de l’abandon des compétences et savoir-faire du personnel et concrétise l’absence d’horizon pour la reprise économique en Europe, début 2013. • Avec une capacité de production théorique de 178 Mt hors réfection et ralentissements de production, l’UE ne pourrait faire face au redressement de la demande d’aciers si les arrêts aujourd’hui temporaires devenaient définitifs. • Ces fermetures entraîneront des pertes supplémentaires de parts de marché pour les producteurs européens.

  20. Un taux d’utilisation des capacités de production réelles d’acier de 84% en 2013 • Pour affiner l’approche et prendre en compte le fait que la fermeture d’une unité de production signifie une meilleure charge pour celles qui subsistent, toutes choses égales par ailleurs, nous avons calculé le taux d’utilisation des capacités encore en activité. • Il en résulte une vision plus exacte de la sidérurgie européenne : • le taux d’utilisation des capacités de production en exploitation est en moyenne de 84% ; • les écarts entre les pays sont importants, les technologies n'offrant pas la même flexibilité (sidérurgie intégrée versus aciers électriques) ; • certains pays affichent des taux supérieurs à 100% par la prise en compte des gains de productivité réalisés pendant la crise en raison, aussi, des fermetures d’unités sœurs ou concurrentes.

  21. Une approche de l’utilisation réelle des capacités de production • Ces chiffres rendent aussi compte des transferts de production entre unités au sein d’un même pays comme entre pays européens. • Ils suggèrent que les 6 Mt de gains de productivité pour un rythme de production annuelle de 166 Mt du premier trimestre 2013 peuvent être considérés comme bas. Même les baisses de production et la faiblesse des investissements rendent cette estimation crédible. • Les restructurations s’étendent désormais à la transformation à froid. Ainsi, ArcelorMittal annonce la fermeture définitive de plusieurs lignes à Liège et ThyssenKrupp la cession ou la fermeture d’installations en Europe. • Galmed a fermé à Sagunto et les tôles électriques à Isbergues sont à vendre.

  22. Les prix des aciers plats ont augmenté légèrement au 1er trimestre 2013 pour se replier par la suite

  23. Dans les produits longs, à l’exception des ronds à béton, les prix des aciers ont continué de diminuer en 2013

  24. En 2013, des prix inférieurs à 2012 pour l’ensemble de produits, dans une fourchette allant de -13% à -8%

  25. Après un redressement en début d’année, les prix des matières premières pour le fer neuf se replient

  26. Prix du minerai de fer selon la teneur en fer

  27. Quelles perspectives pour le prix de minerai de fer à court et moyen termes ? 2 Mmt de capacités de production de minerai de fer supplémentaires entre 2013 et 2017 Une offre supérieure à la demande au moins jusqu’en 2015 Prix du minerai de fer ($/t) –perspective 2013

  28. Une situation différente pour le charbon à coke Une augmentation du prix de 30 US$ la tonne en moyenne est prévue en 2014. Une offre supérieure à la demande au moins jusqu’en 2014 Capacités additionnelles de charbon à coke (Mt)

  29. La remontée du prix des ferrailles en début d’année a été de courte durée, mais la ferraille demeure encore onéreuse

  30. Une marge sur matières pour les coils à chaud peu rémunératrice en 2013

  31. Malgré une remontée depuis mai 2013, la marge sur matières pour les ronds à béton se contracte plus vite que celle des coils

  32. Chapitre xx Les résultats comparés des groupes sidérurgistes européens : une nouvelle convergence ?

  33. A l’exception de Voestalpine (produits de niche) et de Dillinger (tôles fortes), les sidérurgistes européens petits et grands ont vu leur profitabilité baisser en 2012 Profitabilité (EBITDA/Chiffre d’affaires) – Petits producteurs européens Profitabilité (EBITDA/Chiffre d’affaires) – Grands producteurs européens

  34. Au 1er semestre 2013, amélioration de la profitabilité pour la plupart des sidérurgistes européens

  35. La plupart des concurrents a investit er renouvelé davantage les outils industriels Taux de renouvellement des outils – Petits producteurs européens Taux de renouvellement des outils – Grands producteurs européens

  36. Un accroissement de la part d’EBITDA octroyée aux investissements notamment chez les groupes nordiques Investissements/EBITDA– Petits producteurs européens Investissements/EBITDA– Grands producteurs européens 2009 n’est pas pris en compte à cause d’EBITDA négatifs

  37. La plupart des groupes allemands ont privilégié les investissements au dividendes Dividendes/ Total dividendes+investissements

  38. Peu de réductions d’effectifs chez les petits producteurs européens Effectifs – Petits producteurs européens

  39. Chez les grands sidérurgistes, les effectifs se sont réduits via réorganisations chez AM et Tata SteelEurope et via cessions chez TK Steel Europe Effectifs – Grands producteurs européens

  40. Au 1er semestre 2013, la plupart des concurrents ont maintenu voire augmenté leurs effectifs, à l’exception de SSAB EMEA et TK Steel Europe Effectifs trimestriels TK Steel Europe: baisse de 2% des effectifs

  41. La question des matières premières en Europe L’industrie sidérurgique comme industrie de transformation de matières premières

  42. L’importance de l’industrie sidérurgique pour certaines matières premières

  43. Le prix des ferrailles est stable quelle que soit la conjoncture

  44. L’approche par les risques : une question de coûts mais aussi de politique industrielle

  45. Le déficit mondial en ferrailles

  46. Le commerce extérieur de ferrailles