slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
LA GEOTHERMIE PowerPoint Presentation
Download Presentation
LA GEOTHERMIE

Loading in 2 Seconds...

  share
play fullscreen
1 / 21
cole-obrien

LA GEOTHERMIE - PowerPoint PPT Presentation

150 Views
Download Presentation
LA GEOTHERMIE
An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author. While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Bureau de la CLERéunion du 15 mars 2010DEVELOPPEMENT DE LA GEOTHERMIE PROFONDE(GEOTHERMIE DE BASSE ENERGIE)

  2. LA GEOTHERMIE On distingue différents types de géothermie en fonction de la température de la source : • très basse énergie t°<30°C • basse énergie 30°C<t°<90°C • moyenne énergie 90°C<t°<150°C • haute énergie t°>150°C Les domaines d'utilisation dépendent de cette température de la source.

  3. GIRONDE LA GEOTHERMIE Illustration extraite de http://www.geothermie-perspectives.fr

  4. LA GEOTHERMIEDE TRES BASSE ENERGIE Les ressources de très basse énergie sont mobilisables : • capteurs horizontaux à faible profondeur ; • par des sondes géothermiques (profondeur max 100 m) ; • lorsque qu'existe une nappe par extraction d'eau et rejet en surface ou réinjection. En Gironde, possible sur nappes du Plio-Quaternaire, du Miocène, de l'Oligocène et de l'Eocène. Illustration extraite de http://www.geothermie-perspectives.fr

  5. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIE Les ressources de basse énergie (30°C<t°<90°C) sont mobilisables par extraction d'eau d'une nappe et réinjection dans le réservoir d'origine. Sur et dans les environs de l'agglomération bordelaise : • 1 forage au Campano-Maastrichtien (700 m – 35°C) exploité , • 6 forages au Turono-Cénomanien (950 à 1150 m – 44 à 54 °C) dont 4 exploités (les autorisations arrivent à terme). Pour des raisons de coût (1 000 000 € par forage) et compte tenu de la qualité des eaux, il n'y a pas de réinjection et les eaux sont rejetées en surface. L'énergie thermique récupérée estimée à 2000 TEP mais valorisée en dessous du potentiel compte tenu des t° de rejet.

  6. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES OUVRAGES EXISTANTS Forage au Campano-Maastrichtien de Pessac Stadium Dans le SAGE, l'intitulé Crétacé correspond au seul Campano-Maastrichtien VMPO Crétacé centre : 2,5 Mm3/an Prélevé : 2,6 Mm3/an

  7. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES OUVRAGES EXISTANTS Question de la valorisation des eaux exhaurées : Forage de Pessac Stadium : - usage piscine 100 000 m3/an - préchauffage eau chaude sanitaire 25 000 m3/an - préchauffage air 5 000 m3/an A terme, optimisation du fonctionnement du point de vue énergétique. Pas de débouché évident pour une valorisation secondaire.

  8. à terme LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES OUVRAGES EXISTANTS Les 4 forages au Turono-Cénomanien

  9. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES OUVRAGES EXISTANTS Question de la valorisation des eaux exhaurées : Forage de Mériadeck : chauffage urbain 250 000 m3/an A terme, 165 000 m3/an : - chauffage urbain 125 000 m3/an (avec plus de clients) - piscine Judaïque 40 000 m3/an (gain sur AEP) Valorisation secondaire partielle pour usages de nettoiement (10 000 m3/an). Énergie : 450 TEP/an (soit +35 TEP/an pour -85 000 m3/an)

  10. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES OUVRAGES EXISTANTS Question de la valorisation des eaux exhaurées : La Benauge : préchauffage piscine Galin 50 000 m3/an A terme 150 000 m3/an : - préchauffage piscine Galin : 40 000 m3/an - chauffage urbain : 70 000 m3/an - piscine Galin : 40 000 m3/an (gain sur AEP) Pas de piste évidente pour une valorisation secondaire. Énergie : 250 TEP/an (soit +200 TEP pour +100 000 m3/an)

  11. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES OUVRAGES EXISTANTS Question de la valorisation des eaux exhaurées : SAIGE (Domofrance) chauffage urbain 650 000 m3/an Depuis 2005, 400 000 m3/an Pas de piste évidente pour une valorisation secondaire. Énergie : 800 TEP/an (soit +50 TEP)

  12. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES OUVRAGES EXISTANTS Question de la valorisation des eaux exhaurées : BA106 : chauffage urbain 700 000 à 1 200 000 m3/an A terme 70 000 m3/an Valorisation étudiée pour AEP de la base. Énergie : 260 TEP/an (avec baisse des prélèvements > 600 000 m3/an)

  13. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES OUVRAGES EXISTANTS A terme, pour le Turono-Cénomanien : - réduction des volumes prélevés à 750 000 m3/an ; - près de 100 000 m3/an valorisés ; • rejets ramenés de 2 000 000 à 650 000 m3/an ; • réduction des prélèvements AEP de 100 000 m3/an ; • augmentation de l'énergie récupérée (+ 300 TEP) ; • de nouvelles possibilités de valorisation.

  14. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES OUVRAGES EXISTANTS Proposition d'avis de principe relatif aux ouvrages existants : • compte tenu des progrès enregistrés ; • et sous réserve que : • la filière géothermale soit optimisée (température de rejet proche de 10°C) ; • les choix en matière de valorisation des eaux soient étayés par une étude technico économique (il pourrait être admis que toute l'eau ne soit pas valorisée) ; • les autorisations soient révisées conformément aux principes définis dans le SAGE ; considérer le renouvellement des autorisations d'exploitation comme compatibles avec le SAGE Nappes profondes de Gironde.

  15. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES PROJETS A VENIR Plusieurs projets en gestation : • mise en service forage de Grand Parc (Gaz de Bordeaux) : 70 000 m3/an pour chauffage urbain (200 TEP/an) ; • mise en service du forage de Lormont Génicart ; • projet Domofrance 1230 log. à Pessac (Châtaigneraie-Arago) : 250 000 m3/an pour chauffage urbain (900 TEP/an) ; • étude pour 2 450 logements à Mérignac : 425 000 m3/an pour chauffage urbain (1 800 TEP/an).

  16. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES PROJETS A VENIR Pour les nouveaux projets, deux possibilités : • circuit fermé avec réinjection dans la nappe d'origine ; • circuit ouvert avec valorisation de l'eau (pour un usage ou en réinjection dans un réservoir différent de celui d'origine) ;

  17. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES PROJETS A VENIR Circuit fermé avec réinjection dans la nappe d'origine : • bilan quantitatif neutre pour la ressource concernée ; • problème de la bulle froide ; • des outils de simulations thermiques nécessaires. Illustrations extraites de http://www.geothermie-perspectives.fr

  18. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES PROJETS A VENIR Circuit ouvert avec valorisation de l'eau (pour un usage ou par réinjection dans un réservoir différent de celui d'origine) : • pour le prélèvement, nécessite des outils et règles de gestion de la ressource (modèle opérationnel et VMPO) ; • pour la valorisation, doit permettre de soulager (indirectement ou directement) une ressource visée par le SAGE et classée déficitaire.

  19. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES PROJETS A VENIR Proposition d'avis de principe relatif aux futurs projets (1/3) : Le développement de la géothermie basse énergie sur les réservoirs du Crétacé peut être jugée compatible avec le SAGE Nappes profondes sous réserve que : • les projets soient systématiquement étudiés avec une réinjection dans le réservoir d'origine en solution de base ; …/…

  20. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES PROJETS A VENIR Proposition d'avis de principe relatif aux futurs projets (2/3) : • les choix en matière de valorisation des eaux soient étayés par une étude technico économique démontrant l'intérêt du projet pour les ressources concernées par le SAGE et quantifiant les impacts sur l'environnement. …/…

  21. LA GEOTHERMIEDE BASSE ENERGIELES PROJETS A VENIR Proposition d'avis de principe relatif aux futurs projets (3/3) : La version du SAGE révisée devra préciser des VMPO pour les unités de gestions du Turono-Cénomanien. Dans l'attente, la limite peut être fixée au volume annuel déjà prélevé pour la géothermie par le passé, à savoir 2 millions de mètres cube par an. Il est nécessaire que soient définis les outils de simulation thermique existants ou à créer et nécessaires à l'étude de la durabilité des projets (cette question incontournable ne relevant pas du SAGE).