les sch mas de situation comme structure fonctionnelle de la m moire s mantique l.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Les schémas de situation comme structure fonctionnelle de la mémoire sémantique PowerPoint Presentation
Download Presentation
Les schémas de situation comme structure fonctionnelle de la mémoire sémantique

play fullscreen
1 / 14
Download Presentation

Les schémas de situation comme structure fonctionnelle de la mémoire sémantique - PowerPoint PPT Presentation

chiquita
172 Views
Download Presentation

Les schémas de situation comme structure fonctionnelle de la mémoire sémantique

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Les schémas de situation comme structure fonctionnelle de la mémoire sémantique • Participants • LIMSI-CNRS Université Paris XI • Psychologues • Informaticiens • CRISCO UMR Université de Caen • Linguistes • LAMCO UMR Université de Poitiers • Psychologues

  2. But du projet Concevoir et simuler un modèle de la mémoire sémantique qui soit valide psychologiquement

  3. Démarche • La notion de situation: revue de question • Recueil de données empiriques centrées sur les verbes • Validation expérimentale • Modélisation

  4. Rappels sur l’approche psychologique de la mémoire sémantique • Deux approches principales mais parallèles • Les réseaux sémantiques types Collins et Quillian, centrés sur les lexèmes. • Les théories des schèmes, schémas, scripts, scénarios, MOP…

  5. Hypothèse de base • Les individus possèdent en mémoire des schémas de situation ou situations cognitives de référence qui permettent d’interpréter rapidement les situations perçues ou décrites verbalement. • Ces SCR reflèteraient les relations causales entre éléments de l’environnement

  6. Données bibliographiques en faveur des SCR • Approche développementale • Dés 9 mois, les enfants utilisent des schémas d’action liés à l’accomplissement d’un but. Ils réservent les fonctions d’agents et de patients à des catégories d’objets Mandler & col. 1998, Rakinson 2004 • Ils élaborent des représentations causales des événements qui sont contraintes par les propriétés des objets (Baillargeaon & al., 2003) • Les événements partageants des caractéristiques sont regroupés (Rehder & Hastie, 2004) • Etudes sur l’adulte • Regroupement spontané des événements ayant des caractéristiques communes (même agent, patient…) Lancaster & Barsalou, 1997. • Les bons exemplaires des catégories ont les caractéristiques idéales pour accomplir les opérations représentatives de leurs catégories (Rehder & Hastie, 2004, 2006; Lynch & col., 2000) • La production des inférences est contrainte par les schémas de situations

  7. Données empiriques (1) • Système SVETLAN : • Extraction automatique de triplets Verbe-relation-classe de noms par une analyse distributionnelle appliquée en contexte • Définition des contextes : ensemble d’Unités Thématiques Structurées (UTS) relatives à une même thématique • Exemples avec la relation sujet • Télévision - Diffuser • Balle – Tuer • Cheval - Tirer

  8. Données empiriques (2) • Dictionnaire électronique des synonymes • Choix d’une trentaine de verbes-vedette polysémiques • Choix de synonymes sans recouvrement sémantique

  9. Méthodologie expérimentale les expériences de priming • But tester le contenu de la mémoire sémantique • La présentation d’un stimulus (mot ou texte) active tous les signifiés qui lui sont associés • Paradigme expérimental très précis permettant de s’assurer que les activations sont automatiques et non stratégiques

  10. Validations expérimentales (1) • Existence d’un consensus sur les verbes associés à des paires de noms désignant l’agent et le patient de l’action • La présentation d’un des lexèmes décrivant la situation (agent, action ou patient) active les autres éléments • Les liens spécifiques verbe/patient ont été mis en évidence par des expériences de priming: la présentation du verbe active le patient • Les données précédentes sur la relation verbe/patient métaphoriques ont été généralisées sur d’autres verbes (causatifs, résultatifs)

  11. Validations expérimentales (2) • Etudes de la polysémie: • Constitution d’une banque de données • Corrélation forte entre d’une part les acceptions dominantes et secondaires et la production des patients • Mise en évidence de la distinction entre signification principale et signification secondaire • Les deux acceptions (principale et secondaire) d’un même verbe sont amorcées de façon similaire pour un SOA de 500 ms. mais seule l’acception principale est activée pour un SOA de 300 ms.

  12. Modélisation • Modélisation connexionniste des liens unissant les objets constitutifs d’une même situation • Modèle à trois couches comportant des cartes compétitives • Apprentissage de différentes catégories de relations

  13. Production • Quatre Ouvrages • Cordier, F. & Gaonac’h, D. (2004). Apprentissage et mémorisation. Armand Colin. • François, J. (à paraître). Pour une ca’rtographie de la polysémie verbale. Louvain: Peeters • Le Ny, J-F. (2005). Comment l’esprit produit du sens. Odile Jacob • Rossi, J.P. (2005). Psychologie de la mémoire. De Boeck Université

  14. Production (suite) • Onze chapitres d’ouvrages et actes de colloques • Seize communications • Deux sites internets • Quatre thèses