slide1 n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
La ligne Maginot PowerPoint Presentation
Download Presentation
La ligne Maginot

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 96

La ligne Maginot - PowerPoint PPT Presentation


  • 152 Views
  • Uploaded on

La ligne Maginot. La muraille de France. 1918 La France est victorieuse. Le retour de Strasbourg à la France. L’accueil des libérateurs. Mais le bilan est lourd. Tout le tissu économique des régions occupées par les Allemands entre 1914/18 est ruiné par la guerre.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

La ligne Maginot


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    Presentation Transcript
    1. La ligne Maginot La muraille de France

    2. 1918 La France est victorieuse

    3. Le retour de Strasbourg à la France

    4. L’accueil des libérateurs

    5. Mais le bilan est lourd Tout le tissu économique des régions occupées par les Allemands entre 1914/18 est ruiné par la guerre

    6. De nombreuses localités sont entièrement détruites

    7. 10 % de la population active masculine est morte sur les champs de bataille

    8. L’Allemagne est vaincue

    9. A Strasbourg, sur le pont qui franchit le Rhin, le coq gaulois remplace l’aigle impérial, désormais brisé

    10. Place de la République, la statue équestre de l’empereur Guillaume 1er est abattue, tout un symbole…

    11. 1919 Préparer l’avenir

    12. L’Allemagne est vaincue, mais n’a pas été dévastée par la guerre qui s’est déroulée hors de ses frontières. Contrairement à celle de la France, son économie a peu souffert. Son armée a été vaincue, mais ses pertes sont moins significatives qu’en France car la population de l’Allemagne est plus nombreuse. Constat : il faudra à la France 15 ans pour se relever. D’autant plus que, humiliés par le traité de Versailles, les Allemands vont très vite relever la tête. Solution : reconsidérer au plus vite la défense des frontières de l’Est.

    13. Le maréchal Pétain fait le constat que les nouvelles frontières de l’Est sont quasiment dépourvues de fortifications et que la ligne fortifiée Verdun-Belfort, construite vers 1880, est maintenant inadaptée. Il faut donc édifier de nouvelles fortifications en Alsace et en Lorraine

    14. 1920 Etude des futurs champs de bataille

    15. 1922 Le comité de défense du territoire Général Guillaumat

    16. 1922 est l’année de la création du comité de défense du territoire (CDT), sous la présidence du général Joffre. Mais c’est bientôt le général Guillaumat qui lui succède. Elle a pour mission de collecter les différents points de vue et d’établir un rapport sur les principes de l’organisation défensive du territoire. Mais les points de vue des membres de la commission, qui sont tous d’éminentes personnalités qui se sont distinguées durant la Première Guerre mondiale, sont très divergents. De ce fait, la situation n’évolue guère.

    17. 1925 La commission de défense des frontières Au centre, Paul Painlevé

    18. Fin 1925, est créée la commission de défense des frontières (CDF), qui sera présidée par le ministre de la guerre Paul Painlevé. Celle-ci définit les voies d’invasion traditionnelles, les zones ou régions à fortifier, l’aménagement des champs de bataille, la conservation des anciennes places fortes, les formes techniques de la fortification moderne, les coûts. Dans son rapport est aussi définie la défense du front des Alpes. Ce document servira de base de travail aux ingénieurs et militaires pour réaliser la ligne de fortifications qui deviendra plus tard la ligne Maginot

    19. 1926 Le projet de la CDF pour le nord-est

    20. et pour le sud-est

    21. 1927 La commission d’organisation Général Fillonneau des régions fortifiées

    22. Créée en 1927, la commission d’organisation des régions fortifiées (CORF) remplace la commission de défense des frontières. Elle est présidée par le général Fillonneau. Celle-ci définira les formes techniques de la fortification ainsi que sa mise en œuvre. Mais très vite, des antagonismes apparurent entre les différents membres où chacun voulut imposer ses propres vues. En 1929 le général Belhague, nouveau président de la CORF, va orienter les études pour en arriver à la forme définitive connue aujourd’hui. C’est donc lui qui est le père virtuel de la ligne Maginot, tandis que Paul Painlevé en sera le fondateur du principe.

    23. 1929 Du concret, enfin ! Le général Belhague

    24. 1929 - 1930 Le ministre André Maginot fait voter une loi

    25. Une loi pour le financement de la ligne fortifiée La loi-programme de 1929 est votée sous l’impulsion du nouveau ministre de la guerre, André Maginot. Cette loi ouvre les crédits pour l’organisation défensive des frontières, et par conséquent des fortifications. Les sommes définies dans la loi seront immédiatement disponibles et des avances seront consenties aux entreprises pour leur permettre de s’équiper. Déjà, les premiers chantiers sont organisés.

    26. André Maginot Homme politique natif de la Meuse, engagé volontaire alors qu’il était jeune député, héros de la Première Guerre mondiale. Grièvement blessé, ses compagnons le sauvèrent au péril de leur vie.

    27. MINISTRE DES PENSIONS Il fut à l’origine de : La retraite du combattant L’office national des anciens combattants Les emplois réservés Le soldat inconnu André Maginot

    28. 1930 Les travaux démarrent

    29. Premiers coups de pioche en 1930

    30. D’immenses trous sont creusés, d’où émergeront les superstructures des ouvrages souterrains

    31. 1932 – décès d’André Maginot La ligne de fortifications en construction fut, à ce moment, appelée « ligne Maginot »

    32. Poursuite des travaux Le percement des galeries souterraines

    33. Travaux de maçonnerie de la galerie principale d’un ouvrage important

    34. Plate-forme de bétonnage d’un bloc de combat

    35. Coffrage d’une casemate en construction. Le béton est versé dans le coffrage depuis la plate-forme, à l’aide de goulottes

    36. Damage du béton armé. L’armée exige une qualité de béton irréprochable

    37. Les ouvriers travaillent au milieu d’une forêt de fers à béton

    38. Le gros œuvre de l’entrée des munitions du fort du Hochwald est achevé.

    39. Un bloc des Alpes, avant la pose des cloches

    40. Installation d’une coupole ou cloche cuirassée d’un poids de 10 tonnes. Notez les moyens rudimentaires de levage

    41. Vue aérienne des blocs de combat d’un ouvrage d’artillerie à l’achèvement du gros oeuvre

    42. Le béton de ce bloc d’artillerie à 3 canons est tout neuf. Il s’agit là d’un élément d’un fort important, qui comporte plusieurs blocs de combat

    43. Ouvrage d’infanterie ou fort de petite taille

    44. Achèvement de la construction d’une casemate

    45. Casemate de berge de la ligne de défense du Rhin

    46. Fin 1935 La ligne Maginot est terminée

    47. 1934 Une nouvelle loi pour un second cycle des extensions appelées « Nouveaux fronts »