valuation de la d nutrition malnutrition prot ino nerg tique n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Évaluation de la dénutrition (malnutrition protéino-énergétique) PowerPoint Presentation
Download Presentation
Évaluation de la dénutrition (malnutrition protéino-énergétique)

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 22

Évaluation de la dénutrition (malnutrition protéino-énergétique) - PowerPoint PPT Presentation


  • 334 Views
  • Uploaded on

Évaluation de la dénutrition (malnutrition protéino-énergétique). Dr Eva Blanc-Bernard Nourdine 18 mai 2006 CH Roanne. Pourquoi?. « Le pronostic est à l’état nutritionnel ».

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Évaluation de la dénutrition (malnutrition protéino-énergétique)' - candy


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
valuation de la d nutrition malnutrition prot ino nerg tique

Évaluation de la dénutrition(malnutrition protéino-énergétique)

Dr Eva Blanc-Bernard Nourdine

18 mai 2006

CH Roanne

le pronostic est l tat nutritionnel
« Le pronostic est à l’état nutritionnel »
  • Conséquences dramatiques en ambulatoire: fonte musculaire (sarcopénie), chutes, fractures, escarres, infections, diminution des capacités fonctionnelles et institutionnalisation.
  • En institution: Facteur pronostic indépendant d’aggravation des maladies
  • Retard de cicatrisation
  • Immunodépression
  • Augmentation de la mortalité péri opératoire et hospitalière
  • Allongement de la durée moyenne d’hospitalisation
  • Augmentation de la fréquence des infections nosocomiales.

 Augmentation des dépenses de santé

Répercussion sur la qualité de vie

  • Dénutrition  mortalité intra hospitalière X 3
pid miologie dans les pays industrialis s
Épidémiologie dans les pays industrialisés

Population à haut risque: personnes âgées (> 70 ans)

  • A domicile: 3% (10% après 80 ans)
  • Institutionnalisées: 20 à 60% (55%)

MPE: 40% des patients hospitalisés,

12% de façon grave

la d nutrition peut tre multifactorielle
La dénutrition peut être multifactorielle
  • Première cause: carence d’apports

= Dénutrition exogène:

Apports diminués/besoins normaux.

  • Dénutrition endogène: hypercatabolisme

Apports normaux/besoins augmentés

  • Dénutrition mixte:

Apports diminués/besoins augmentés.

Les apports nutritionnels doivent être adaptés à l’état de santé du sujet.

situations risque
Situations à risque
  • Age (modification du goût, altération de la sphère bucco-dentaire)
  • Maladie chronique (agression + régime!)
  • Atteintes neuro-psychiatriques (troubles de déglutition, démence…)
  • Polymédication
  • Douleur
  • Isolement social
  • Maladie aiguë intercurrente (hypercatabolisme)
  • Chirurgie : dépister et prendre en charge avant l’intervention !
croyances
Croyances
  • Les besoins nutritionnels varient peu avec l’age:
  • Sujet âgé sain: 2000kcal/j pour l’homme,

1800 kcal/j pour la femme.

  • Glucides: 50 à 60%
  • Lipides: 30 à 40%
  • Protéines: 12 à 15% (1 à 1,2g/kg/j)
  • Besoins énergétiques = jeunes adultes.
  • Besoins protéiques: légèrement > l’adulte jeune
  • Sujet âgé hospitalisé: X 1,5 à 2 la ration
diagnostic
Diagnostic
  • Trouble métabolique dont le diagnostic repose sur un quadripode:
  • Anamnèse
  • Examen clinique
  • Paramètres physiques
  • Examens de laboratoire
signes d appel
Signes d’appel
  • Anamnèse:

Diminution non volontaire récente du poids

Incapacité à s’alimenter seul

Environnement social défavorisé

Tractus digestif altéré

  • Interrogatoire:
  • Variation du poids
  • Modification du comportement alimentaire lié au modifications des capacité physiques, des conditions de vie, des troubles des fonctions supérieures, trouble du goût et de l’odorat
  • Perte d’appétit
slide11
Enquête alimentaire
  • Auto questionnaire de Brocker et coll (nombre de repas, nature et quantités des aliments, dégoût ou perte d’appétit, alcool…)
  • Les différents repas des dernières 24h
  • Examen clinique

Pâleur, cheveux fins, cassants, mauvaise dentition, gengivite, parodontopathie, perlèche, perte de graisse sous-cutanée brachiale ou abdominale, fonte musculaire, lésions ou marques de friction aux points d’appui…

le poids
Le poids
  • Bon indicateur de l’état nutritionnel
  • signe d’alerte: -2 kg en 1 mois ou - 4 kg en six mois
  • Calcul de l’IMC: Poids (kg)/Taille2 (m2)
  • Hauteur Talon-genou: stable. Règles de conversion.
  • IMC < 21 kg/m2: dénutrition chez le sujet âgé
  • Limites: évaluation globale.
    • Répartition masse maigre (muscles) / masse grasse?
    • Déshydratation / oedèmes
slide14

MNA

(Mini Nutritional Assessment)

signes biologiques
Signes biologiques
  • Albuminémie
  • Intérêt: demi-vie 21 j, témoin d’un état nutritionnel installé. Rôle prédictif de l’apparition de complications d’une maladie.
  • Limites: taux variable selon déshydratation, infection, hépatopathie.
  • Valeur normale: 40 à 45 g/l

Dénutrition modérée: Albumine < 35g/l

Dénutrition grave: Albumine < 30 g/l

signes biologiques1
Signes biologiques
  • Préalbumine:

Demi-vie courte: 48 h.

Reflet précoce de la détérioration de l’état nutritionnel et/ou des effets de la prise en charge nutritionnelle.

Diminue dans les états cataboliques aigus, hyperthyroïdie, maladie hépatique, après intervention chirurgicale.

Surestimée dans l’insuffisance rénale.

  • CRP: demi-vie 12h. marqueur de l’inflammation.

Signe une augmentation des besoins par hypercatabolisme (dénutrition endogène)

autres marqueurs
Autres marqueurs
  • Transferrine: demi-vie 9 jours. Utile pour dépister la MPE au début.

Augmente si carence en fer, diminue dans maladies hépatiques, syndromes néphrotiques, anémies hémolytiques, stress de l’organisme.

  • Numération lymphocytaire: peu sensible, peu spécifique.
crit res de d nutrition
Critères de dénutrition
  • ANAES (sept 2003)
  • Perte de poids > 10%en 6 mois ou > 5%

en 1 mois

  • IMC < 20

Indice de masse corporelle= poids (kg)/ taille (m2).

  • MNA <11
  • Albuminémie < 30g/l
  • Préalbumine < 110mg/l
  • Dénutrition sévère
  • Albumine < 25g/l
  • Préalbumine < 50mg/l
crit res de d nutrition1
Critères de dénutrition
  • Nutrition clinique et métabolisme,

A. Raynaud-Simon et al, juin 2004 : guide de prescription nutritionnelle et diététique.

  • Critères de dénutrition
  • Perte de poids > 5% depuis 3 mois
  • IMC < 22
  • MNA < 11 ou score total < 23,5
  • Albumine < 35g/l
algorithmes du clan

Algorithmes du CLAN

Validés le 23mars 2006

slide22

NRI (Index de Buzby):

Marqueur du risque nutritionnel.

NRI = 1,519 x albuminémie (g/l)

+0,417 x Poids actuel %

Poids habituel

GNRI: Pour le sujet âgé, le poids habituel est parfois difficile à obtenir. Il est possible de le remplacer par le poids idéal (PI), calculé grâce à la Formule de Lorentz:

Homme: PI = T-100-(T-150/4) Femme: PI = T-100-(T-150/2,5)

GNRI < 82: Risque majeur 82< GNRI < 92: Risque modéré92  GNRI  98: Risque basGNRI  98: Pas de risque