Dispositif pour enseigner le geste de l’écriture - PowerPoint PPT Presentation

dispositif pour enseigner le geste de l criture n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Dispositif pour enseigner le geste de l’écriture PowerPoint Presentation
Download Presentation
Dispositif pour enseigner le geste de l’écriture

play fullscreen
1 / 78
Dispositif pour enseigner le geste de l’écriture
122 Views
Download Presentation
calvin-chambers
Download Presentation

Dispositif pour enseigner le geste de l’écriture

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Dispositif pour enseigner le geste de l’écriture Une perspective culturelle

  2. Les instructions et objectifs, les aides Textes officiels • Programmes • Repères pour organiser la progressivité des apprentissages Les aides ÉduSCOL • Ressources pour faire la classe • Outils d’aide à l’évaluation • Banqoutil

  3. Les fonctions de l’écrit à explorer 1) Enseigner la graphie : la forme, les règles de fonctionnement, les conventions de l’acte d’écriture. 2) Initier les fonctions de communication et de mémorisation. 3) Faire découvrir le système alphabétique, la fonction symbolique, la fonction sémiotique. 4) Transmettre un objet historique et culturel.

  4. Les relations graphisme-écriture • Pas de filiation directe • Les points communs • Les processus perceptifs • Les habiletés motrices Sous conditions ...la pédagogie doit cibler ces processus plutôt que le résultat des actions.

  5. Comme tout domaine d’activité le graphisme s’enseigne Les exercices graphiques sont spécifiques à la pédagogie de l’école maternelle Ils occupent une place dans les emplois du temps, Ils font l’objet d’un projet d’enseignement, Ils suivent une programmation et une progression spécifiques, adaptées au public de chaque section.

  6. Les situations d’apprentissage Découvrir des formes, les observer, les décrire; Solliciter l’exercice moteur pour reproduire les formes retenues ; Analyser les productions : les réussites ou difficultés, les obstacles à surmonter ; Comparer les procédures de réalisation de chacun, choisir la plus pertinente ; Renouveler les essais en respectant la procédure choisie pour réguler ;

  7. Les situations d’entraînement, d’automatisation de consolidation Pour l’entraînement, diversifier les situations, les tâches, les supports, les outils, les consignes. Les élèves doivent pouvoir automatiser leurs gestes et réguler les tracés. Plus tard, à diverses reprises au cours des mois et sous différentes formes, proposer des exercices de consolidation : agrandir, réduire les motifs, modifier l’organisation spatiale, les transformer, construire des collections, etc. 

  8. Les réinvestissements, la systématisation Réinvestir dans des œuvres individuelles ou collectives : décorations, jeux graphiques ; Systématiser par des exercices à règle (selon la section) : symétrie, alternances, pavages … Insérer les motifs dans de « petites œuvres ».

  9. Dispositif privilégié pour enseigner le graphisme … … et l’écriture ! • Découvrir • Observer • Analyser • Décrire • Comparer • Organiser les données perceptives • Verbaliser les actions • Avoir une activité réflexive • Donner du sens

  10. L'activité perceptive Organiser les données visuelles pour dépasser le syncrétisme initial Pas de relation entre le tout et les parties qui le composent Juxtaposition des éléments, énumération Il faut … Conduire de façon systématisée l’analyse, la description, la comparaison, de lignes, de formes, de motifs graphiques du point de vue de leurs particularités (insister sur les ressemblances et les différences) ainsi que leur organisation.

  11. L’activité perceptive "La perception porte sur des unités successives et mutuellement indépendantes ou plutôt n’ayant entre elles d’autre lien que leur énumération même  … Ce sont des ensembles que l’enfant saisit mais des ensembles inorganisés ou fragmentaires » Wallon, 1938 - 1941

  12. Le modèle • Le modèle matériel à copier n’est pas appréhendé par l’enfant selon la conception adulte, pour qui le modèle est un objet de référence régulateur d’action. • Jusqu’à 5 ans, le modèle « n’est pas encore conçu comme objet de référence » • G. Sounalet (1976)

  13. L’action motrice * Le développement moteur (du centre vers la périphérie) * Etablir la relation entre le geste et la trace (prise de conscience) *Le développement grapho moteur (tenue, contrôle de la forme, des directions) *Le développement de la latéralité, le schéma corporel et la préférence manuelle

  14. L’action motrice et l’organisation cognitiveDistinguer la réussite de la maîtrise gestuelle et procédurale L’œil regarde ce que fait la main (L. Lurçat) Puis l’œil dirige la main (intention) Mais … « Le sujet prend acte du résultat, il y a décalage entre la réussite et la conceptualisation de l’action » « Réussir c’est comprendre en action. Comprendre c’est réussir en pensée » (Piaget « Des rapports tout à fait originaux apparaissent entre la pensée et l’action (…) la possibilité d’aller de la pensée à la situation, et non pas de la situation à la pensée » (Vygotski, 1935) "L’essentiel de l’éducation est donc d’assurer le développement de l’élève en lui procurant des outils, des techniques intérieures, des opérations intellectuelles"(Ivan Ivic,1989)

  15. Un outil : le langage Passer du « faire »  Centration sur l’action concrète  Au « Dire le faire » Organisation verbale de l’action Pour « Penser le faire » Organisation cognitive de l’action, anticipation

  16. Le processus d'apprentissage Trois niveaux à exploiter selon Bruner Il n’y a pas une progression de l’action au symbole. Ces 3 moyens de représenter le monde sont en interaction : - l’enaction(l’action) - la représentation iconique (l’image fait un récit de l’action), - la symbolisation (langage, écriture) Pour que l’apprentissage se déroule du mieux possible, il faut que deux de ces niveaux soient en interaction : • action-symbolisation (parler le faire, écrire), • action-iconographie (dessiner, schématiser, photographier le faire), • iconographie-symbolisation (dessin et langage, oral ou écrit).

  17. La question du rapport au savoir • Que signifie l’objet « langue écrite » pour des enfants de maternelle ? • Comment les aider à élaborer leur rapport au savoir ? À donner du sens à leur activité ? • Donner du sens, c'est donner de la valeur Qu’est-ce qui se joue lors de l’entrée dans l’écrit ?

  18. Des points de vue négligés « Les problèmes vraiment importants de l’accès à l’écrit ne se situent pas du côté des marques en tant que formes graphiques produites avec un certain instrument sur une certaine surface. Ce qui est vraiment difficile est de comprendre la nature de ces marques, leur forme d’organisation en tant qu’objets substituts […] Pourtant nous continuons à écouter des propos anxieux des enseignants (et des parents) relatifs à la main qui prend le crayon et à la façon de tenir cet instrument. Ce sont des propos d’un autre âge. » E. Ferreiro Intervention au 71e congrès AGIEM, Auch, 1998

  19. La langue écrite est un héritage historico-culturel Apprendre à écrire ne devrait pas être réduit à un conditionnement gestuel mais être vécu comme la découverte d’une histoire. Il faut donc tenter d'inscrire cet apprentissage dans l'histoire de la classe comme dans celle de l'humanité pour en faire une histoire individuelle. Pour reprendre une formule de Bruner : « l'homme est un être situé socialement, historiquement et culturellement »

  20. Les trois dimensions de la culture écrite à l’école • Sociale : s’appuyer sur la dimension sociale de l’apprentissage On apprend parce qu’on entre en interaction avec les autres • Historique : raconter l’invention de l’écriture, son évolution, sa diversité Organiser la classe, comme lieu de médiation entre les histoires individuelles et l’histoire de l’humanité • Culturelle : choisir une pédagogie adaptée, des situations et tâches scolaires ancrées dans la culture sociale Enseigner le fonctionnement, les usages, les fonctions de la langue écrite dans sa culture

  21. Plusieurs dimensions de l’écrit à explorer à l’école Le contexte matériel : outils, supports, affichages Le contexte didactique : le choix des tâches, les choix pédagogiques Langue écrite Le contexte social : le travail en groupe, les échanges Le contexte culturel : la nature historique et culturelle de la langue écrite

  22. Dimension sociale de l’apprentissageOn apprend avec les autres … même pour tracer des lettres ! Importance du travail en groupe Les interactions sociales, maître-élèves et élèves-élèves en situation d’enseignement permettent la mise en commun des connaissances de chacun. Importance de la nature des échanges verbaux L’intérêt porté aux essais, aux diverses analyses plutôt qu’aux seules réussites a pour effet la valorisation des activités des élèves comme de l’objet d’apprentissage. Importance de la valorisation de l’activité des élèves Les activités d’écriture qui sortent de la routine, qui dépassent le cadre de la classe, interpellent tous les acteurs éducatifs. Communiquer avec les parents

  23. Dimension historique de l’écrit (1)L’invention Mettre les élèves en contact avec la nature historique de l’objet langue écrite : * Raconter l’histoire de l' écriture, sa diversité, son évolution * Raconter l’histoire des lettres de l’alphabet * Montrer des images de scribes, de copistes .. Interroger le savoir : à quels besoins a-t-il répondu ? À quoi servaient les graffitis ? Mais aussi : Observer des productions d’artistes Lire des textes (Rimbaud, V. Hugo, Éloge du scribe)

  24. Des signes ?

  25. Autres écritures

  26. L’invention de l’alphabet

  27. Dimension historique de l’écrit (2)La classe comme lieu de médiation Organiser le milieu didactique Choix des outils et supports Leur place dans la classe ( ritualiser) Les outils : leur variété mais aussi leur pertinence (crayons adaptés à chaque étape de l’apprentissage …) Des outils originaux (sociaux et historiques) : plumes, calames, pinceaux chinois … Les supports : feuilles diverses (formats, quadrillages, lignes), carnets, cahiers …) Nature des affichages Divers alphabets (étrangers, canevas et broderies …) Des abécédaires illustrés ou non, canevas et broderies Des écrits anciens Des enluminures, des lettrines Des calligraphies Des textes

  28. Lettrines

  29. Dimension culturelle de l’écrit (1)Enseigner le fonctionnement du système alphabétique Les règles : Linéarité Direction gauche droite Nature et organisation des symboles Relation graphie-phonie Les conventions : Forme et ductus des lettres Tenue des outils diverses autres conventions (trait d'attaque, œilletons, etc.)

  30. Dimension culturelle de l’écrit (2)Une pratique pédagogique différente Les élèves effectuent la copie d’un mot …. Il n’y aura pas une simple validation des réussites ou un pointage des erreurs pour les réduire … Mais Confrontation et analyse des essais d’écriture au regard du fonctionnement de la langue écrite … * Par la connaissance et l’appropriation des critères de réussite : à quoi je peux voir que c’est réussi ? * Par une activité réflexive sur les procédures ou critères de réalisation : comment on fait pour faire ?

  31. Une technique efficace :Les instructions données à l’adulte On inverse le schéma des interactions : Ce n’est plus le maître qui donne les instructions mais les élèves qui mettent en mot l’action que doit effectuer le maître Ils font l’expérience sur autrui des processus de contrôle qu’ils peuvent s’appliquer ensuite à eux-mêmes. Mise en évidence du rôle du langage pour construire la pensée. "En signifiant à autrui son approche de la situation, l’enfant commence à se signifier à lui-même la situation – et donc d’une certaine façon à se la re-présenter." (M. Brossard)

  32. Dimension culturelle de l’écrit(3) Choix des situations et des tâches Donner à repasser sur des lettres, des mots ? Donner des lignes de lettres à refaire ? Quels mots donner à copier ? Des tâches ancrées dans la culture sociale Écrire le nom de famille Élaborer une auto-correspondance Écrire pour les autres, pour les plus jeunes Écrire en dyade Produire des écrits collectifs Créer des expositions d’écritures Écrire avec un calame, une plume d’oiseau, un porte-plume et de l’encre, des pinceaux chinois …

  33. Pour finir ... "À l’évidence le programme destiné à l’âge préscolaire doitse distinguer du programme scolaire. Il faut éviter ce qui provoque l’ironie des Anglais. Chez eux les jardins d’enfants s’appellent écoles pour les petits, et ils disent que le pire danger qui menace les écoles pour les petits c’est dese transformer en petites écoles." Vygotski 1935 La recherche de la performance est un déni éducatif