les partenariats publics priv s en wallonie quel avenir j clossen n.
Download
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Les partenariats Publics-Privés en Wallonie Quel avenir ? J. CLOSSEN PowerPoint Presentation
Download Presentation
Les partenariats Publics-Privés en Wallonie Quel avenir ? J. CLOSSEN

Loading in 2 Seconds...

play fullscreen
1 / 15

Les partenariats Publics-Privés en Wallonie Quel avenir ? J. CLOSSEN - PowerPoint PPT Presentation


  • 100 Views
  • Uploaded on

Les partenariats Publics-Privés en Wallonie Quel avenir ? J. CLOSSEN. Printemps du Tourisme à Charleroi 15 & 16 Février 2012 - Salon Idées-Vacances de Charleroi Atelier 3 : Partenariats Publics-Privés: les clés du succès. Le champ d’application des partenariats publics-privés.

loader
I am the owner, or an agent authorized to act on behalf of the owner, of the copyrighted work described.
capcha
Download Presentation

PowerPoint Slideshow about 'Les partenariats Publics-Privés en Wallonie Quel avenir ? J. CLOSSEN' - bina


An Image/Link below is provided (as is) to download presentation

Download Policy: Content on the Website is provided to you AS IS for your information and personal use and may not be sold / licensed / shared on other websites without getting consent from its author.While downloading, if for some reason you are not able to download a presentation, the publisher may have deleted the file from their server.


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript
les partenariats publics priv s en wallonie quel avenir j clossen

Les partenariats Publics-Privésen WallonieQuel avenir?J. CLOSSEN

Printemps du Tourisme à Charleroi

15 & 16 Février 2012 - Salon Idées-Vacances de CharleroiAtelier 3: Partenariats Publics-Privés: les clés du succès

le champ d application des partenariats publics priv s
Le champ d’application des partenariats publics-privés

Les PPP dans divers secteurs

Les PPP dans le tourisme

La pratique est moins courante

3 types de partenariats:

- liés à l’investissement: équipements

structurants et resorts touristiques ex: Eau d’Heure

- liés à la gestion: ex: - Auberges de jeunesse

- Waterloo

- Mardasson Bastogne

- liés à la promotion:

- WBT

- Clubs de promotion

Pratiques courantes en Wallonie et en Europe

- En aménagement du territoire et urbanisme exemple: revitalisation urbaine- Mise en œuvre des zones d’activités économiques: zonings industriels

- Logements et commerces

les cl s de la r ussite les ppp li s l investissement et l quipement
Les clés de la réussiteLes PPP liés à l’investissement et à l’équipement

Virton/Rabais

Vielsalm/Golonfa

Zones de services à vocation touristique:financement des VRD par « crédit zoning »

Financement des équipements et superstructures par le CGT

Financement de l’hébergement + gestion par le privé

Résultats:

+ : Effet multiplicateur et rapport public/privé très bon. 1/7

- : - Difficultés de lancement

- Feuilleton écologico- administratif

- obsolescence avancée et non renouvellement des équipements ethébergements

  • Zones de services à vocation touristique:financement des VRD par « crédit zoning »
  • Financement des équipements et superstructures par le CGT
  • Financement de l’hébergement + gestion par le privé

Résultats:

+ : Effet multiplicateur et rapport public/privé très bon

- : - concept hybride

- dérive vers la 1ère résidence

- obsolescence avancée et non renouvellement des équipements et hébergements

les cl s de la r ussite les ppp li s l investissement et l quipement1
Les clés de la réussiteLes PPP liés à l’investissement et à l’équipement

Eau d’Heure

Eau d’Heure

  • C’est le plus grand resort touristique wallon: 1800 hectares dont 600 hectares de lacs, 1200 hectares de forêts et terres agricoles
  • Partenariat public/privé réussi.Effet de levier puissant: rapport investissement public/privé de 1 à 6.
  • 3 phases de développement:- Le village de la Plate Taille- Les lacs périphériques
  • L’hinterland entre Sambre et Meuse
  • Resultats:
  • + : - Effet multiplicateur et retombées économiques + emplois. - Offre de loisirs et fréquentation importante: 800.000 visiteurs et 350.000 nuitées
  • : - Etalement dans le temps (+ de 10 ans) - lenteur des processus de décision administratifs
  • - syndrome nimby
  • Remembrement foncier du site en 1980
  • Mission Raynaud – Port La Rochette en 1986 – Concept de la station de la Plate Taille
  • Régionalisation du tourisme et relance par le Ministre Collignon: réalisation de l’aquacentre + viabilisation primaire
  • Création de l’Association des Lacs de l’Eau d’Heure en 2005 et contrat de gestion pour la valorisation du site
  • Réalisation d’équipements sportifs et loisirs ainsi que viabilisation des lotissements
  • Lancement des appels à projets pour partenariats privés en 2006
les cl s de la r ussite les ppp li s l investissement et l quipement2
Les clés de la réussiteLes PPP liés à l’investissement et à l’équipement

Waterloo

Waterloo

En 1996, le Ministre Collignon lance les 1ères études de concept et faisabilité et octroie une 1ère subvention à l’équipement touristique pour la requalification du site.

Le Ministre du Tourisme, Mr Kubla décide de faire de Waterloo un grand site touristique wallon équipé et managé par le Commissariat Général au Tourisme.

Achat de la partie touristique du site par le CGT.

Appel à projets pour l’exploitation et convention d’exploitation avec la société Culture Espaces S.A.

Amélioration des infrastructures d’accueil

Projet de rénovation très important en phase d’étude et de mise en œuvre.

Résultats:

Une gestion très peu coûteuse pour les Pouvoirs

Publics à l’inverse de ce qui se passe sur d’autres

sites bien connus.

les cl s de la r ussite les ppp li s l investissement et l quipement3
Les clés de la réussiteLes PPP liés à l’investissement et à l’équipement

Bastogne / Historical Center/ Mardasson

Décision de rénovation du Bastogne Historical Center par la Commune de Bastogne et le Ministre du Tourisme, Mr Benoît Lutgen sous la précédente législature: - subventions FEDER- subventions CGT/CRACOrganisation d’un concours architecture et scénographie

Partenariats de gestion Ville de Bastogne et la société Tempora S.A. après marché public de mise en concurrence pour la gestion.

Résultats:

Investissements réalisés par le secteur public sauf expositions temporaires

Gestion en concession qui génère un cash positif pour la Ville

Bastogne / Historical Center/ Mardasson

les cl s de la r ussite les ppp li s l investissement et l quipement4
Les clés de la réussiteLes PPP liés à l’investissement et à l’équipement

Les autres PPP en Wallonie

Les autres PPP en Wallonie

Résultats:

Positifs:

Une offre de produits significative qui répond aux besoins du public.Ex: Blégny Mine: 120.000 visiteurs

x : 85.000 visiteurs

Bois des rêves: 220.000 visiteurs

- Création d’emplois et d’activité/attractivité

Négatifs:

Un coût d’exploitation récurrent élevé pour les Pouvoirs Publics:

- Parfois … des catastrophes: ex Les Prés de Tilff à Esneux fermés après de nombreuses tentatives de réanimation. Erreur de conception de base.

Bien d’autres partenariats publics-privés existent en

Wallonie , notamment :

  • Pour le tourisme des jeunes et les auberges dejeunesse: cela aboutit à la création d’un réseau performant en Wallonie.
  • Un certain nombre de bases de loisirs publiques, notamment gérées par les Provinces, pratiquent des partenariats de gestion mixte:

 horeca géré par le secteur privé

 équipement récréatif géré par une association sui generis ou la Province en direct

- les équipements communaux sportifs, récréatifs ou touristiques sont en général des gestions mixtes associant club sportif, asbl et gestionnaire privé pour la partie bistro/snack

les cl s de la r ussite les ppp li s la promotion
Les clés de la réussiteLes PPP liés à la promotion

Exemples de réussites

Exemples de réussites

Les exemples étrangers significatifs:Atout France: club de promotion et campagnes ciblées par filière de produitsLa commission canadienne du tourisme qui associe chaque année les professionnels du tourisme pour des campagnes ciblées, marché par marché. La campagne n’est lancée que si le privé participe à 50% du montant d’une campagne intégrée préparée par des professionnels de la communication

Les partenariats NTIC:- pour la conception - pour la gestion et la diffusion- pour l’hébergement / Internetdes informations touristiques.Partages des tâches public/priv2

Conclusions:- Partenariats efficaces- Orientés préoccupations des professionnels- Optimisation des budgets par l’achat groupé et l’impact GRP

  • Il y a 30 ans, lancement par Attractions et tourisme asbl et l’OPT du 1er guide Attractions et tourisme à grand tirage (+ de 1 million) sur base d’un financement 50/50.
  • Les partenariats de promotion initiés par le CITH dans le Hainaut pour la campagne:« Le Hainaut, c’est fou ce qu’on peut y faire »- Brochure PDF diffusée par Internet;- Campagne télévisée en partenariat avec les opérateurs privés- le résultat était un budget promotion très important par rassemblement des participations de chacun, une réduction des coûts d’achat par les achats groupés et le volume d’achat (75% de réduction), le share of voice le plus important de Wallonie (pour le secteur public) 40%
  • WBT- Partenariat divers: télé-tourisme, foires et salons.- Les clubs de promotions (400 membres) et campagnes ciblées par filière de produits
les exemples trangers
Les exemples étrangers

Les équipements structurants

Les resorts touristiques

La mission Languedoc Rousillon: - réalisation de 7 grandes stations (villes) de tourisme : la Grande Motte, le Cap d’Agde, Port Camargue, ect…. - Grande opération de politique foncière à la base- Viabilisation et création des équipements structurants, notamment les ports de plaisance et les espaces publics par les autorités publiques avec l’encrage local de sociétés d’économie mixtes. - Valorisation de l’hébergement touristique par des promoteurs privés.- Subventionnement intégré au niveau de l’état via une administration de mission «  Mission Languedoc Rousillon » alimentée par le budget des départements ministériels fonctionnels.

Conséquences: unité de conception, de gestion et de

réalisation

Le musée du Louvre:

  • Rénovation du grand Louvre par un établissement public créé par l’état.
  • Partenariat public-privé pour la réalisation de la galerie commerciale du Louvre dédiée au commerce à caractère culturel
  • Résultats: forte augmentation de la fréquentation ainsi que réalisation de nouvelles infrastructures d’accueil financées en partie par le privé (parkings, …) et réalisation de la pyramide du Louvre (qui est le centre de distribution central des équipements)

Nausicaa:

  • Réalisation d’un très grand musée de la mer à Boulognes-sur-Mer
  • Fréquentation: 600.000 visiteurs
  • Société d’économie mixte pour les investissements et la gestion
les exemples trangers1
Les exemples étrangers

Les partenariats publics-privés en France

Les partenariats publics-privés en France

Le rôle des sociétés d’économie mixtes et des syndicats mixtes d’aménagement pour :- la réalisation de ports de plaisance - la réalisation de pistes de ski- la réalisation de parcs à thèmes- la réalisation d’ensemble immobiliers/loisirs

Les resorts touristiques à la mer, à la montagne et en espace rural- une forte pression immobilière s’exerce sur les espaces touristiques plus attractifs de la mer et de la montagne- les pouvoirs publics français gèrent ces pressions par une démarche urbanistique appropriée (PLU, POS,…) ainsi que par le rôle important des agences d’urbanisme et des sociétés d’aménagement. Certaines opérations donnent des résultats mitigés: Val Joly dans le Nord- un certain nombre de resorts à la campagne se sont développés notamment par Pierre & Vacances /Center Parcs

les exemples trangers2
Les exemples étrangers

Le cas Center Parcs

Le cas Center Parcs

Le montage public-privé:

Maîtrise foncière par les pouvoirs publics et/ou Center Parcs (domaines de 80 à 400 hectares)

Partenariats publics-privés pour la réalisation des équipements centraux aquacentre, dômes couverts et équipements sportifs de pleine nature

 réalisation des équipements centraux pour le compte des pouvoirs publics mais avec délégation de maîtrise d’ouvrage à Center Parcs (conception, gestion de chantier) (coût de 70 à 100 millions d’euros)  lancement d’une promotion immobilière pour la réalisation de 500 à 800 cottages, vendus à des propriétaires privés qui en cèdent la gestion pendant 15 ans à Center Parcs en contrepartie d’un revenu garanti de 4 à 5% indexés. Cela permet une récupération de la tva et une défiscalisation partielle.  location des équipements centraux par Center Parcs loyer de 5 à 7% au bénéfice des Pouvoirs Publics

3) Résultats :- réalisation du chantier en 18 mois- réalisation des ventes en 30 mois- démarrage du chantier à 50% des réservations en VEFA

  • Le Limbourg belge
  • Le Parc de l’Ailette dans l’Aisne
  • Le Parc des Trois Forêts en Moselle
les exemples trangers3
Les exemples étrangers

Les partenariats publics-privés liés à la gestion

Les partenariats publics-privés liés à la gestion

La concession d’exploitation après procédure de mise en concurrence

La délégation de services publics

après procédure de mise en concurrence

  • Le marché de serviceaprès procédure de mise en concurrence
  • L’affermage

après procédure de mise en concurrence

les retomb es conomiques pour les autorit s locales et les entit s f d r es
Les retombées économiques pour les autorités locales et les entités fédérées

Répartition de la fiscalité

Pour la Commune: les recettes principales proviennent de la taxe sur les nuitéesde la quote-part d’impôts foncierset d’impôts sur les personnes physiques

Pour les entités fédérées:les recettes sont liées:- à l’impôt des personnes physiques travaillant sur le site et sur les emplois indirects qui alimentent la Région Wallonne- sur la TVA qui alimente la Communauté Française

Une simulation sur la création d’un nouveau Center Parcs en Wallonie fait apparaître un pay-back, c’est-à-dire un retour sur les investissements publics sur une période de 10 à 15 ans

Conclusions:

Pour percevoir des recettes fiscales, il faut créer de la

matière taxable, c’est-à-dire de l’activité économique.

Pour distribuer de la prospérité, il faut créer des richesses

Répartition de la fiscalité

les cl s de la r ussite facteurs d insucc s
Les clés de la réussite & facteurs d’insuccès

Clés de la réussite

Facteurs d’insuccès

Construire des équipements sans vision globale précise: - du coût des investissements- du coût des entretiens et des coûts de requalification pour obsolescence - du mode de gestion- du type de gestionnaire

Il est nécessaire de réaliser des études préliminaires de faisabilité et de montage détaillées afin de réduire les marges d’incertitude. Les 1ères briques d’un projet, c’est la matière grise et l’ingénierie.

2) Etalement du programme dans le temps et absence de maîtrise du calendrier.Lorsque le produit est terminé, il est obsolète.

Lourdeurs administratives généralisées en Wallonie.

Insuffisance de marketing et de communication: « on attend le client ».

Structure de gestion inappropriée et surtout non responsabilisée. La vérité est « bottom the line »

1) Appel à projets, à partenariats par une mise en concurrence et une communication adéquate sur le projet.Il ne suffit pas de publier un appel au Moniteur. Il faut au préalable identifier les opérateurs potentiels et les informer/sensibiliser.Ex: Eau d’Heure pour obtenir 7 offres, plus de 600 communications ont été faites et une séance publique d’information. 2 appels d’offres ont permis de récolter 120 millions de projets d’investissements.

2) Définition claire des rôles de chacun par des plans d’urbanisme précis, tout en restant suffisamment souple.

3) Unité de gestion des projets: unité de temps et de lieu unité de conception/décision/mise en œuvre et gestion, c’est-à-dire:opération intégrée

recommandations pour des ppp r ussis
Recommandations pour des PPP réussis

Pour l’investissement

Pour la gestion

1) Plaidoyer pour les partenariats publics-privés notamment pour l’investissement et la gestion dans le cadre d’opération intégrée dans un calendrier rapide et avec sécurité budgétaire et urbanistique.

Plaidoyer pour la mise en œuvre de délégation de services publics pour la gestion des grands équipements touristiques et culturels (voir Waterloo et Mardasson)

Mise en concurrence que ce soit pour des DSP, des concessions, des affermages, des marchés de services après identification préalable et sensibilisation des opérateurs

  • Mise en œuvre de subventionnement intégré et de gestion de projets intégrés.
  • Mise en œuvre d’un certain nombre d’opérations clés sur un certain nombre de zones de loisirs sur lesquelles le consensus politique est établi après toutes les enquêtes et les publicités nécessaires.
  • Mise en œuvre d’une politique foncière touristique , spécifique au cluster tourisme (3% du territoire mais c’est tout le territoire qu’il faut préserver) – Produit non délocalisable.
  • Opération exemplaire aux niveaux urbanisme et architecture: c’est une plus-value fondamentale pour l’attractivité du projet.