Gestion des op rations de transport 7A Concurrence et compl mentarit entre l avion et le train rapide - PowerPoint PPT Presentation

betty_james
slide1 n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Gestion des op rations de transport 7A Concurrence et compl mentarit entre l avion et le train rapide PowerPoint Presentation
Download Presentation
Gestion des op rations de transport 7A Concurrence et compl mentarit entre l avion et le train rapide

play fullscreen
1 / 37
Download Presentation
Gestion des op rations de transport 7A Concurrence et compl mentarit entre l avion et le train rapide
164 Views
Download Presentation

Gestion des op rations de transport 7A Concurrence et compl mentarit entre l avion et le train rapide

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

    1. Gestion des oprations de transport 7A Concurrence et complmentarit entre lavion et le train rapide Jacques Roy HEC Montral

    2. Plan de la prsentation Contexte Objectifs Mthodologie Examen de la littrature Revue de lexprience trangre La situation au Canada Le cas de Montral

    3. Contexte Crise actuelle dans le transport arien Alternatives Transporteurs tarifs rduits Trains rapides (TGV, JetTrain) Enjeux environnementaux

    4. Objectifs Revoir les marchs naturels du train et de lavion Dterminer le potentiel dattraction du train pour diffrents motifs de dplacements Comprendre les conditions facilitant la complmentarit entre le train et lavion

    5. Examen de la littrature et de lexprience trangre Marchs naturels du train et de lavion Aires de concurrence entre le train rapide et lavion Complmentarit air/rail Accs laroport Liaisons rgionales

    6. Marchs naturels du train et de lavion (distances orthodromiques) Trains conventionnels: 0 150 km Trains haute vitesse: 0 250 km Transport arien: 1000 km et + Note: La distance orthodromique de 250 km correspond des distances ferroviaires ou routires denviron 320 350 km

    7. Marchs naturels du train et de lavion (dure du trajet) Trains conventionnels: 0 2 heures Trains haute vitesse: 0 2 heures Transport arien: 4 heures et +

    8. Aires de concurrence entre le train rapide et lavion Distances: entre 250 km et 1000 km Dure du trajet: entre 2 heures et 4 heures Lavion est gnralement plus rapide mais aussi plus dispendieux Les mesures de scurit aux aroports peuvent allonger la dure du trajet Les nouveaux trains sont plus rapides

    9. Un facteur influenant la demande: le temps total du dplacement Pour un trajet en avion (train), ce temps total inclut: Dlai de frquence (attente du prochain dpart) Temps daccs laroport (gare) / embarquement Temps du parcours, incluant: Retard au dpart Dure du vol (trajet en train) incluant les dlais en chemin Correspondances (Hubs) Retard d la survente Formalits larrive

    10. Cot gnralis du dplacement Cg = P + VT Cg = Cot gnralis P = Prix V = Valeur du temps T = Temps de dplacement

    11. Seuil dindiffrence de la valeur du temps V0 = Pa Pt / Tt Ta Le consommateur dont la valeur du temps est infrieure V0 choisira le train et vice versa.

    12. La valeur du temps dpend du type de voyageur Affaires Urgent Confrenciers (quasi-touristes) Agrment Touristes Visites amicales et familiales (VFRs) Urgent (sant) Non-urgent

    13. Impact du TGV sur le trafic arien dans le Sud-Est de la France

    14. Impact ventuel du TGV au Canada (1994)

    15. Le cas de lAcela (Etats-Unis) Washington - New-York Boston New York Washington Part de march de 65 % (40 % avant Acela) Temps = 2h35 (3h10 avant Acela)

    16. Le cas du futur JetTrain Locomotive non lectrique Vitesse de 250 km/h Montral Toronto: 550 km Route = 6 heures Avion = 3 heures incluant attente et transfert JetTrain = 3h30 incluant attente et transfert New-York Montral en 4 heures?

    17. Complmentarit air/rail sur les liaisons interrgionales O il nexiste pas de liaisons ariennes Exemple: Le Mans Berlin via Roissy engendre un trafic nouveau de 30% au dtriment de la route et du rail selon les simulations de lITA O il existe dj une liaison arienne Exemple: Nantes Milan via Roissy engendre une augmentation de trafic de 15% 30%

    18. Collaboration rail/air en Suisse Politique favorisant le transport en commun 94,7% des mnages vivent moins de 1 km dun des 20 000 arrts de train ou dautobus Certains trains oprent sous des numros de vol (Genve-Berne-Zurich) Systme Fly-Rail Enregistrement, choix de siges et traitement des bagages

    19. Collaboration rail/air en Allemagne Longue histoire de collaboration entre Lufthansa et la Deutsche Bundesbahn (DB) Lufthansa rserve des blocs de siges en 1re classe sur les trains rguliers de DB Des numros de vol sont assigns aux trains Systme Rail & Fly Tarifs rduits, bagages, etc.

    20. Les trinmes dinterconnexion Une plate-forme multimodale centrale et urbaine ralise linterconnexion entre le rail, les modes de transport urbains (bus, mtro) et lautobus interurbain; Une plate-forme aroportuaire ralise les correspondances entre les transports ariens, ferroviaires et autoroutier; Une liaison aroport gare centre-ville (autoroute, train) complte le trinme.

    21. Exemples de trinmes russis Zurich Genve Francfort Amsterdam Bruxelles Paris (Roissy CDG) Lyon

    22. Trois niveaux de collaboration rail/air Relier un aroport au centre-ville Alimenter un aroport en passagers provenant de son bassin naturel (Hinterland) tendre la zone dinfluence dun aroport en desservant des villes secondaires relativement loignes (Nantes-Paris)

    23. Collaboration rail/air - conditions de succs Volont de cooprer (Allemagne, Suisse) Un seul billet, traitement des bagages, etc. Prix du billet de train inclut dans le tarif arien pour les vols de longue distance Liens ferroviaires dsigns par des numros de vol et apparaissant dans les SIR Amnagements aroportuaires appropris

    24. Le cas dune desserte ferroviaire pour laroport de Dorval Principes devant guider lanalyse Les expriences ailleurs dans le monde Les cas de Dorval et de Mirabel

    25. Principes devant guider lanalyse Du ct de loffre: Train ddi ou intgr au rseau existant (train intgr moins appropri) Dure du trajet (quipement) Frquence du service (cots dexploitation) Confort: bagages, distance de marche, accessibilit en gnral

    26. Principes devant guider lanalyse Du ct de loffre: Concurrence des autres modes, surtout lautomobile, en termes de prix et de qualit du service (dure du trajet, confort) Localisation de laroport

    27. Principes devant guider lanalyse Du ct de la demande: Train ddi: proportion des passagers allant et venant du centre-ville Type de voyageurs: affaires, loisirs, courts ou longs sjours De manire gnrale les voyageurs ont une prfrence marque pour lautomobile Environnement congestionn

    28. Les expriences ailleurs dans le monde Aux tats-Unis: 8 aroports avec desserte ferroviaire Parts de march du train: entre 2 et 14 % Tendance est plutt lutilisation de navettes Exception: Dallas o on prvoit des problmes majeurs de congestion routire en 2025

    29. Les expriences ailleurs dans le monde En Europe: Dessertes ferroviaires beaucoup plus populaires Ddies et non ddies (parfois les deux) Souvent intgres au rseau de chemin de fer national

    30. Les expriences ailleurs dans le monde: quelques success stories Oslo Ouverture en 1998 48 km au nord dOslo Dure du trajet en voiture: 45 min. 19 millions de passagers en 2007 Train express ddi (19 minutes 190 km/h) vers la gare centrale Train non ddi reli au rseau de chemin de fer national Part du train (ddi et non ddi): 43%

    31. Les expriences ailleurs dans le monde: quelques success stories Tokyo (Narita) 64 km du centre-ville Dure du trajet en voiture: 90 min. Cot dune course en taxi: 180 $US 35 millions de passagers en 2007 Trains: - Narita Express (55 min., 14%) - Keisi Skyliner (10%) - Chemin de fer national (12%)

    32. Les expriences ailleurs dans le monde: quelques success stories Stockholm 40 km du centre-ville Dure du trajet en voiture: 35 minutes 18 millions de passagers en 2007 Train ddi financ par le priv 100% (17 minutes vers le centre-ville) Part de march: 22% en 2007

    33. Les expriences ailleurs dans le monde: quelques success stories Conclusions Succs dun train (ddi ou non) semble li 2 facteurs principaux: - Distance entre laroport et le centre-ville - Temps daccs en voiture (congestion)

    34. La desserte ferroviaire aroport centre-ville Trudeau, par sa localisation prs du centre-ville, se prte mal une desserte ferroviaire Lautomobile et les navettes (autobus) sont des modes trs concurrentielssi le rseau routier le permet!

    35. Les cas de Dorval et de Mirabel Dorval (Trudeau): 25 km du centre-ville Dure du trajet en voiture: 25 min. 12 millions de passagers Service de navettes (Aerobus) vers le centre-ville 17% des passagers de Dorval viennent ou vont au centre-ville

    36. Les cas de Dorval et de Mirabel Mirabel: 58 km du centre-ville Dure du trajet en voiture: 45 min.

    37. Le projet de desserte aroportuaire Ncessit (?) Concurrence trs forte des autres modes (auto et Aerobus) Congestion routire relativement modre par rapport au reste du rseau Cot lev par rapport au potentiel dachalandage