Olivier PAUL-MORANDINI - PowerPoint PPT Presentation

armen
olivier paul morandini n.
Skip this Video
Loading SlideShow in 5 Seconds..
Olivier PAUL-MORANDINI PowerPoint Presentation
Download Presentation
Olivier PAUL-MORANDINI

play fullscreen
1 / 11
Download Presentation
82 Views
Download Presentation

Olivier PAUL-MORANDINI

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - E N D - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Presentation Transcript

  1. Olivier PAUL-MORANDINI Fondateur European Emergency Numer Association – EENA112 Espace et Sécurité Apport du Spatial à la Sécurité des personnes et des biens Paris, le 18 janvier 2005

  2. 112 & GalileoLe ver de terre amoureux d’une étoile

  3. Autorité Autorité Réseaux spéciaux SirènesRadio, TV, GSMs 1-1-2 Citoyen Télécommunications d’urgence

  4. Leadership vaccum EENA, une association citoyenne • Offre une plate-forme neutre de discussion • Acteurs impliqués dans la mise en œuvre du 112 (Industrie, Services d’Urgence, Utilisateur Final) • Promotion du 112 et de son utilisation efficace • Connaissance du 1-1-2 (information > éducation) • Possibilité de lancer l’appel (réseau) • Appel répondu (temps de réponse) • Appel traité (formation des opérateurs, multilinguisme) • Aide expédiée (localisation) • Prise en charge (temps total d’intervention, AMHUF)

  5. Localisation Appels d’urgence venant de: • Téléphones fixes: +/- ok (1-5% données insuffisantes) • Téléphones mobiles: • ~6% ne reçoivent pas d’aide des Services d’Urgence car les informations de localisation manquent (+/- 2.400.000 d’appels/an) • ~9% reçoivent des informations imprécises résultant d’une perte de temps considérable (+/- 3.600.000 d’appels/an) • Mettre en œuvre la localisation seule sauverait chaque année 5.000 vies supplémentaires et une économie de 5.000.000.000 € pour les services d’urgence.  Localisation = option satellitaire (terminaux plus chers) Source: workshop CGALIES de la Commission Européenne 2001


  6. Manquements • Non seulement pour le 112 mais aussi • Télécommunications entre Autorités groupe EMTEL (ETSI) • Télécommunications d’Autorités vers le Citoyen (grandes catastrophes) Les Services d’Urgence ne présentent pas une position commune aux industries pour une Europe qui compte l’équivalent d’au moins un Tsunami chaque année.

  7. 112 et la France ? • Refus de collaboration des instances françaises avec toute autre instance étrangère car promotion de la technologie française (Tetrapol) • Refus de fréquence commune entre services d’urgence européens • Refus de créer groupe sur Télécom d’urgence au sein du Comité de Gestion des Protections Civiles de la CE et volonté de contrôle du Public Safety Forum • Refus des projets 112 n’émanant pas des gouvernements • Taux de connaissance du 112 parmi les plus bas en Europe(alarmant pour le tourisme sortant) • Tourisme entrant important (40% d’appel au 112 l’été, étude DECO au Portugal: 15% appels Port./Esp, 20% en Fr et 29% An ne reçoivent pas d’aide Euro 2004) • Représentant du Ministère de l’Intérieur «la France est contre le 112, c’est la décision d’un lobby de l’Industrie » VS Optimisation des centres d’appel en créant des plates-formes communes est un besoin réel (5 actuellement par Utilisateurs Professionnels) entraîne une économie d’échelle importante et recentre le débat sur le citoyen plutôt que sur le corporatisme

  8. Moyens de EENA • Web • Newsletter (5000 inscrits) • 2 Congrès Européens sur le 112 (200 organisations de 28 pays représentées) • Plaintes contre MS’s (information et localisation) • Plainte contre CE auprès du Médiateur Européen • Campagne MEP • e-Mergency • Modification du budget 2005 de la CE avec amendement sur le 112 Malgré attitude négative Unité Protection Civile

  9. 2005 • Création de deux comités au sein de EENA pour permettre aux différentes parties de se faire entendre et tenter de trouver des solutions • Comité Scientifique (Services d’Urgence, Société Civile) Indépendant • Comité Industriel • Proposition concernant les systèmes d’alarmes auprès des populations (Tsunami) en vue d’une solution: • Sur base juridique européenne • Normes européennes • Permettant l’exportation de ces technologies En vue d’un résultat final commun et européen avec contribution des acteurs Français

  10. Conclusions • La localisation de l’appelant est un problème qui se pose au niveau européen voire mondial.Seules les spécifications établies d’un commun accord entre les Services d’Urgence et les Utilisateurs finaux qui seront repris par l’Industrie en vue de leur implémentation ont une chance de réussite. Poursuivre des stratégies centrées sur des accords au niveau national n’est simplement pas viable. • EENA et le groupe EMTEL (ETSI) offrent des plate-formes de discussion neutres à rejoindre par tous les intéressés Concernant grandes catastrophes Relevé dans la presse ces derneirs jours: « inefficacité logistique, décalage entre vastes capacités financières de l’UE et ses difficultés à agir rapidement et de manière coordonnée, limites des mécanismes de coordination européen, interopérabilité entre moyens civils et militaires INEXISTANT …» • L’émergence de grandes catastrophes stimule de plus en plus les besoins de systèmes de télécommunications interopérables. Si l’Europe n’a pas de position commune, elle ne sera pas concurrentielle Initier un « European Response Plan » car seul le Homeland Security Department du Gouvernement américain a pu produire un tel document à ce jour concernant les grandes catastrophes.

  11. Contacter EENA • Toile: www.eena.org • Courriel: info@eena.org • Poste: EENAChaussée de Saint-Job, 622B-1180 BruxellesBELGIQUE • Télécopie: +32 (0)2 5349789